On chante à l'opéra

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 17 juil. 2005, 11:55

bajazet a écrit :Mais enfin ? puisque Norma est prêtresse, qu'elle s'adresse à la lune avec l'assemblée qui lui répond, ça ne te semble pas logique que ce soit une sorte d'hymne chanté ? Ce genre de situation est fréquent dans la tragédie lyrique (personnage de prêtre avec ch?ur), on peut penser à ce qu'on trouve dans Alceste de Gluck.
Je comprends ton point de vue mais je persiste à ne pas être d'accord.

Ce contrepoint n'est pas, à mon sens, un indice d'un morceau chanté dans l'action mais seulement un procédé bellinien de mise en valeur d'une cantilène ou d'un air tout simplement.

Ainsi, dans Les puritains, Elvira chante une polonaise (la fameuse vièrge vicieuse) alors que les deux basse et le ténor lui répondent. Pour autant, ce n'est pas ce que j'appelle une chanson. Le morceau musical n'est pas sur le plan de l'intrigue, il est sur celui de la partition.

Ce procédé chant/contre-chant ( :wink: ) est assez courant dans le bel canto romantique. Dans Casta diva ça ressemble plus à une chanson que d'habitude parceque c'est une prière ou une invocation. Mais je ne pense pas que Bellini ait considéré ça comme une chanson et ait voulu matérialiser la mise en abîme dont nous parlions.

J'ai tendance à penser que si cela avait été le cas, Oroveso aurait eu une réplique du genre : "Norma, chante la prière à la lune" ou un truc du genre. Un peu comme Nourabad dans Les pêcheurs de perles qui, dans une circonstance similaire, dit à Leïla : "Chante, chante, nous t'écoutons"

Quelqu'un sait-il faire tourner les tables que nous interrogions Bellini directement ?

X

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 17 juil. 2005, 11:59

Xavier a écrit :Ce contrepoint n'est pas, à mon sens, un indice d'un morceau chanté dans l'action mais seulement un procédé bellinien de mise en valeur d'une cantilène ou d'un air tout simplement.

Ainsi, dans Les puritains, Elvira chante une polonaise (la fameuse vièrge vicieuse) alors que les deux basse et le ténor lui répondent.
Ce n'est pas la même chose : le ch?ur dans Norma reprend ou paraphrase les paroles invocatoires de la prêtresse, comme dans une liturgie.

Avatar du membre
LucaGi64
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 135
Enregistré le : 04 juil. 2004, 23:00
Localisation : Torino (Italie)

Message par LucaGi64 » 17 juil. 2005, 14:09

Xavier a écrit :Il me vient à l'esprit le lied d'Ossian dans Werther qui n'est pas une chanson mais un poème. Mais nous sommes dans un opéra français qui se passe en Allemagne, la situation est moins claire.
L'équivoque naît probablement du fait que les vrais-faux poèmes d'Ossian étaient censés être chantés par le vrai-faux barde...
Son vergin vezzosa in vesta di sposa
Son bianca ed umìle qual giglio d'april

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 64 invités