Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Les artistes
marcelin duclos
Alto
Alto
Messages : 341
Enregistré le : 15 oct. 2013, 17:27

Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par marcelin duclos » 12 janv. 2019, 00:05

Travaillaznt dans un restaurant , j'enregistre souvent la radio pendant mes heures de boulot et j'écoute en rentrant chez moi.Ce soir vendredi 11 j'enregistrais un concert Offenbach en direct de Cologne. Je commence à écouter , et la radio annonce le deces de Theo Adam.... Je n'en sais pas plus...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20363
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par JdeB » 13 janv. 2019, 11:34

Né à Dresde le 1 août 1926, Theo Adam commença sa carrière dès l'âge de 10 ans comme "Sängerknabe" de sa ville. A 23 ans il fut engagé comme soliste dans la troupe de l'Opéra de Dresde par Joseph Keilberth et y fit ses débuts en 1949 dans le rôle de l'Ermite (Der Freischütz) C'est Hans Knappertsbusch qui lui suggéra d'évoluer des emplois de basses à ceux de barytons héroïques
1952 marqua le grand tournant de sa carrière et son envol avec son engagement à Bayreuth par W. Wagner. En 1963, il fut Wotan sur la colline où il chanta les 3 Wotan chaque année de 1966 à 1975

En 1969, Karajan le fit débuter à Salzbourg, au festival de Pâques et au festival d'été il incarna le Baron Ochs sous la baguette de Karl Böhm. La même année il débuta au Met (Sachs)

En France, il se produisit dans son rôle fétiche de Wotan à Garnier(1967, 1976) et à Orange (1975 avec B. Nilsson et L. Rysanek dir Kempe), dans Amfortas (Garnier, 1975), Pizarro (Orange, 1977), l'Orateur de la Flûte (Paris 1977, Nice, 1991)

Il créa Un Re in ascolto de Berio (Salzbourg, 7 août 1984) sous la baguette de Lorin Maazel. Il créa aussi et mit en scène Einstein de Dessau (Berlin, 1974)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2166
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par aurele » 13 janv. 2019, 11:44

Je connais mal encore cette basse, en dehors de son Alberich dans Rheingold pour le moment, de son Höllander avec Klemperer, de son Sprecher avec Sawallisch, de son Kaspar avec Kleiber, de son Landgraf avec Gerdes et de son Heinrich avec Jochum pour ce qui est des rôles en entier de mémoire. Je ne connais que des bribes de son Wotan, que ce soit avec Böhm ou avec Janowski. Son Sachs avec Karajan, je ne le connais que dans l'acte I car je n'ai pas encore réussi à redonner une chance à cet enregistrement qui m'avait bloqué après écoute du premier acte il y a quelques années.

Dans ce que je connais de lui, il ne m'a jamais ébloui. Que ce soit pour son chant que pour ses incarnations.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20363
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par JdeB » 13 janv. 2019, 11:53

C'est normal car son timbre n'était pas exceptionnel contrairement à sa présence scénique
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8679
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par jerome » 13 janv. 2019, 14:02

Oui voilà! Son timbre n'était ni laid ni spécialement beau et a toujours oscillé entre les tessitures de basse et de baryton-basse ... Si on veut faire un parallèle (un peu artificiel!), c'est le pendant wagnérien de Ruggero Raimondi (qui lui aussi aura beaucoup oscillé entre les tessitures de basse et de baryton-basse). Aucun des deux n'était une vraie basse profonde mais pas davantage un authentique baryton et tous deux pourtant ont chanté des rôles de ces deux tessitures et s'y sont d'ailleurs montrés très intéressants à défaut d'y avoir été toujours pleinement pertinents.

Ce qu'on peut tout de même dire d'Adam, c'est que, même sans être servi par un timbre exceptionnel, son chant avait un impact considérable: la voix était grande, la projection assurée, l'incarnation forte et il restera incontestablement une grande référence dans bon nombre de rôles que, fort heureusement, le disque a préservés au sein d'une discographie assez impressionnante. Je pense notamment à ses deux Pizarro chez Böhm puis chez Solti, son Hollandais volant chez Klemperer, son Wotan chez Böhm, son Sachs chez Karajan, son Landgrave chez Gerdes où il est de surcroit entouré d'un cast éblouissant et même chez Mozart son Sprecher dans la Flûte enchantée de Sawallisch et un très bel album Mozart et puis un certain nombre de cantates, d'oratorios, de messes et de passions de Bach qui lui allaient à merveille (j'en possède quelques unes et je dois dire qu'il y est très prenant!) car il faut rappeler aussi que non seulement Adam était un très bon chanteur mais également un excellent diseur: avec lui le texte claquait!

Il faut également préciser qu'à l'échelle internationale, quand Adam, après ses débuts en 1949, accède quelques années plus tard à la notoriété, il arrive dans un contexte musical où règnent déjà les voix de basse de Josef Greindl, Kim Borg et Gottlob Frick et où arrivent à peu près à la même période sur le devant de la scène européenne voire internationale les voix somptueuses de Franz Crass, Karl Ridderbusch, évidemment Martti Talvela et bientôt un ptit jeunot: Kurt Moll, tous 4 dotés de timbres absolument splendides. Et c'est aussi pour ça qu'on a souvent, un peu injustement d'ailleurs, considéré Théo Adam comme un chanteur solide mais pas exceptionnel!

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2980
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par EdeB » 13 janv. 2019, 14:31

jerome a écrit :
13 janv. 2019, 14:02
Oui voilà! Son timbre n'était ni laid ni spécialement beau et a toujours oscillé entre les tessitures de basse et de baryton-basse ... Si on veut faire un parallèle (un peu artificiel!), c'est le pendant wagnérien de Ruggero Raimondi (qui lui aussi aura beaucoup oscillé entre les tessitures de basse et de baryton-basse). Aucun des deux n'était une vraie basse profonde mais pas davantage un authentique baryton et tous deux pourtant ont chanté des rôles de ces deux tessitures et s'y sont d'ailleurs montrés très intéressants à défaut d'y avoir été toujours pleinement pertinents.

Ce qu'on peut tout de même dire d'Adam, c'est que, même sans être servi par un timbre exceptionnel, son chant avait un impact considérable: la voix était grande, la projection assurée, l'incarnation forte et il restera incontestablement une grande référence dans bon nombre de rôles que, fort heureusement, le disque a préservés au sein d'une discographie assez impressionnante. Je pense notamment à ses deux Pizarro chez Böhm puis chez Solti, son Hollandais volant chez Klemperer, son Wotan chez Böhm, son Sachs chez Karajan, son Landgrave chez Gerdes où il est de surcroit entouré d'un cast éblouissant et même chez Mozart son Sprecher dans la Flûte enchantée de Sawallisch et un très bel album Mozart et puis un certain nombre de cantates, d'oratorios, de messes et de passions de Bach qui lui allaient à merveille (j'en possède quelques unes et je dois dire qu'il y est très prenant!) car il faut rappeler aussi que non seulement Adam était un très bon chanteur mais également un excellent diseur: avec lui le texte claquait!
Je pense que tout est dit.... Merci pour cette analyse, bien que je ne sois pas tout à fait d'accord avec ton opinion sur R. Raimondi. (Mais on ne va pas en discuter ici, car HS. :wink: )
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 874
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par enrico75 » 13 janv. 2019, 14:57

Le seul souvenir live que j'ai de lui c'est son Wotan dans la Walkyrie à Bayreuth en 75 ;comme le dit Jérôme l'impact ,la couleur et l'engagement dramatique de la voix était assez phénoménale face à G.Jones.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8679
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par jerome » 13 janv. 2019, 15:06

Effectivement on ne va pas développer en long et en large une comparaison qui ne se voulait qu'indicative et dont je disais au préalable qu'elle était un peu artificielle, mais il me semble difficile de dire:
- que tous deux étaient d'authentiques basses profondes: certes ils ont par exemple chanté l'un comme l'autre: Sarastro (La Flûte enchantée), Il Padre Guardiano (Forza del destino), Le Grand Inquisiteur (Don Carlo) et Boris Godounov et ils y ont été très intéressants à défaut d'être pleinement adéquats
- qu'il étaient d'authentiques barytons bien que tous deux aient chanté Scarpia (Tosca) part exemple où là aussi ils ont su être très intéressants.
Je souligne juste un point qui est factuel.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9809
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par Bernard C » 13 janv. 2019, 15:08

Je l'ai vu dans Wotan , puis dans les Maîtres à Dresde ( du temps du rideau de fer...)

Un grand , en salle une impression considerable d'autorité , de présence.

Le chanteur wagnerien par excellence.

Hommage.

Bernard
"C'est beau parce que c'est Virgile ; c'est saisissant parce que c'est Shakespeare ; je le sais bien. Je ne suis qu'un maraudeur ; je viens de fourrager dans le jardin des deux génies... " Berlioz (à propos des Troyens IV-4)

altini
Ténor
Ténor
Messages : 825
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Theo ADAM ( 1926 / 2019 )

Message par altini » 13 janv. 2019, 15:19

En plus des représentations en France citées par JdeB , Theo Adam est venu à Orange le 29/7/1978 interpréter avec Edda Moser " Ein Deutsches Requiem" de Brahms sous la direction de Rafael Fruhbeck de Burgos.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 26 invités