L'Opéra National de Paris : actualités.

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12941
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par PlacidoCarrerotti » 07 janv. 2019, 15:18

Image
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 2943
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par EdeB » 09 janv. 2019, 22:47

Bernard C a écrit :
07 janv. 2019, 14:32
Oylandoy a écrit :
07 janv. 2019, 14:03
Bernard C a écrit :
07 janv. 2019, 12:33
Il faut lire ça ( au moins un bout, je ne suis pas allé jusqu'à la fin ça m'a saoulé avant).
C'est une gâterie de l'Opéra national de Paris

https://www.operadeparis.fr/magazine/un ... &utm_term=_


Bernard
Géniâââl !
Absolument géniââl...
Je raffole de ce fragment où elle analyse un des spectacles montés par le signor Castellucci :


"Le risus paschalis généré par Sul concetto di volto nel Figlio di Dio (2010) tient également du tragique. Entre le regard intense du Christ, représenté dans un agrandissement gigantesque du Salvator Mundi d’Antonello de Messine, et le spectateur s’impose l’immersion hyperbolique dans les excréments d’un vieux père incontinent assisté avec amour par son fils. Cette morphologie de la dispersion (les excréments), construite selon la syntaxe d’un gag comique policé, touche une angoisse qui ne peut disparaître (non liquet) sauf dans l’abjection du corps et dans ses symptômes, élevés à une sublime interrogation sur l’homme et sur sa caducité"


Ça devait être quelque chose comme " immersion hyperbolique " ! :mrgreen:

Bernard



Image

Antonello da Messina, Salvator Mundi
:lol: :lol: :lol: :lol:

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Surtout, qu’en vos écrits la langue révérée
Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
En vain vous me frappez d’un son mélodieux,
Si le terme est impropre, ou le tour vicieux
ETC
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3711
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par micaela » 09 janv. 2019, 22:51

Bernard C a écrit :
07 janv. 2019, 12:33
Il faut lire ça ( au moins un bout, je ne suis pas allé jusqu'à la fin ça m'a saoulé avant).
C'est une gâterie de l'Opéra national de Paris

https://www.operadeparis.fr/magazine/un ... &utm_term=_


Bernard
Pareil (je réponds un peu tard, j'avais laissé passer ce truc).
Quand je lis un tel galimatias, je m'attends à ce que ça se termine par "et voilà pourquoi votre fille est muette"...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4444
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Opéra de Paris : 350 bougies et presque autant de défis

Message par David-Opera » 10 janv. 2019, 11:23

Opéra de Paris : 350 bougies et presque autant de défis
https://www.lesechos.fr/idees-debats/ed ... 235202.php

Image

L'article ci-dessus aborde les enjeux économiques pour Stéphane Lissner qui cherche à quitter l'ONP en 2021 en lui laissant un fonctionnement autant opérationnel qu'avant mais moins coûteux.

Lors de l'assemblée générale de l'AROP de décembre dernier, Jean-Philippe Thiellay avait en effet indiqué que la direction générale comptait se consacrer avec les professionnels de l'ONP, sur les deux ans et demi à venir, aux moyens d'améliorer le fonctionnement sans toucher à la convention collective.

Extraits :

Malgré sa longévité, la maison n'a rien perdu de son éclat. Dans une pleine page le 3 octobre 2018, le « New York Times » considère même l'Opéra de Paris comme « la » référence du genre : « After 350 years, Paris still defines Opera » titre-t-il.
https://www.nytimes.com/2018/10/02/arts ... enice.html
Image
...

L'enthousiasme des mécènes est un bon indicateur du prestige de la maison. Leurs soutiens ont grimpé de 10 à 18 millions d'euros en quelques années. « Louis Schweitzer, Jean-Laurent Bonnafé, Michel Pébereau, Bruno Roger, Jean-Luc Petithuguenin... J'ai appris beaucoup de ces patrons. Je les ai convaincus de nous aider en leur proposant des projets auxquels ils aient envie d'adhérer », observe Stéphane Lissner. En mars, l'Opéra organisera un dîner de gala avec levée de fonds, à l'instar du Ballet qui a engrangé en une soirée, le 24 septembre dernier, un million d'euros.
...
Si la Scala réussit à drainer 45 millions d'euros de mécénat, c'est qu'elle représente l'un des symboles de l'Italie. Toutes les grandes entreprises italiennes sont derrière. A Paris, nous sommes en concurrence avec d'autres établissements culturels et on ne pourra guère aller plus loin », reconnaît Stéphane Lissner, précédemment surintendant de la Scala.
...
« Paris ne peut pas rivaliser en matière de levée de fonds avec le Metropolitan de New York, presque entièrement privé et rompu à cela, ni même avec le Royal Opera House de Londres, qui s'autofinance à près de 80 %. Les cultures diffèrent, les modèles ne sont pas transposables, on peut juste s'en inspirer », souligne Edilia Ganz, directrice de Fedora Europa, un cercle qui regroupe 80 maisons d'opéra dans 20 pays et leurs mécènes.
...
Quant aux prix des billets, ceux-ci ont déjà beaucoup augmenté. « Au-delà de 200 euros la place, il y a un seuil psychologique difficile à franchir. Et plus de la moitié des billets sont vendus au-delà de 100 euros le fauteuil. Cela devient contre-productif et empêche l'ONP de faire des séries longues, même avec des oeuvres connues », déplore un connaisseur du secteur
...
C'est du côté de la réduction des coûts qu'il faut essayer de rééquilibrer un modèle à bout de souffle. La masse salariale dérive et pèse 70 % des dépenses de l'établissement. En cause, la pyramide des âges mais surtout un mille-feuille indigeste d'avantages acquis depuis vingt ans, au fil des préavis de grève lancés par les techniciens de Bastille
...
« A partir du moment où, pour acheter la paix sociale, les directeurs successifs ont laissé filer la masse salariale, tout en voulant préserver la marge artistique, la seule variable d'ajustement était la billetterie puisque la subvention plafonnait. Mais on arrive à la fin d'un cycle », constate Hugues Gall,
...
« La convention collective de l'ONP organise plutôt le non-travail que le travail ! Le régime de retraite est exorbitant. Tout cela engendre des coûts de production monstrueux, ce qui ne permet pas des prix accessibles. Les réservations sont de plus en plus tardives car les spectateurs espèrent des promotions »
...
Combien d'opéras et de ballets, de créations et de reprises, programmer ? Faut-il raccourcir la saison ? Jouer trois spectacles en alternance ou à la suite ? Comment mutualiser davantage les compétences des deux théâtres ?
...
« On est tous conscients que l'on doit faire autrement pour protéger la maison », précise le directeur de l'ONP, qui n'ose parler de plan social ni dénoncer la convention collective, évoquant sa simple révision.
...
Rolf Liebermann, administrateur de l'Opéra de 1973 à 1980, qui devait fermer un an et demi le palais Garnier pour rénovation, avait lui dénoncé la convention collective. « Il avait licencié 859 personnes en une nuit puis les avait réembauchées. Les conditions des techniciens et des administratifs avaient été revues », se souvient Hugues Gall
...
Le train de vie des dirigeants a fait l'objet d'un tour de vis après les préconisations de la Cour. Celui des artistes invités est plafonné. « Notre 'top fee' pour les chanteurs d'opéra se situe à 16.000 euros par soir, dans la moyenne basse par rapport à la Scala ou au Met. Le coût du plateau lyrique s'élève entre 80.000 et 90.000 euros par jour contre 110 à 130.000 pour la moyenne internationale », se défend Stéphane Lissner
...
Il attend beaucoup de la fameuse 3e salle modulable de 1.200 mètres carrés, cachée dans les entrailles de Bastille. Moyennant 41,5 millions d'euros de travaux censés débuter au printemps 2020 pour une ouverture en janvier 2023, « elle permettrait de présenter les jeunes artistes de notre Académie », espère Stéphane Lissner.
Image

...
Et peut-être de faire collaborer des équipes éclatées sur deux sites, même si rien n'est moins sûr tant l'état d'esprit diffère : « à Garnier, temple du ballet, on rapporte de l'argent ; à Bastille, bastion de l'opéra, ils en coûtent », souligne un collaborateur basé à Garnier.
...
Un directeur d'opéra n'est plus seulement un fin connaisseur possédant le « 06 » des meilleurs artistes de la planète, mais également un manager. « 70 % de mon temps, je le passe dans les relations avec les tutelles, les médias, les mécènes, le personnel », reconnaît Stéphane Lissner. Pour Hugues Gall, c'est sûr, « le prochain devra être un peu masochiste ».

paco
Basse
Basse
Messages : 8092
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Opéra de Paris : 350 bougies et presque autant de défis

Message par paco » 10 janv. 2019, 15:50

David-Opera a écrit :
10 janv. 2019, 11:23

Quant aux prix des billets, ceux-ci ont déjà beaucoup augmenté. « Au-delà de 200 euros la place, il y a un seuil psychologique difficile à franchir. Et plus de la moitié des billets sont vendus au-delà de 100 euros le fauteuil. Cela devient contre-productif et empêche l'ONP de faire des séries longues, même avec des oeuvres connues », déplore un connaisseur du secteur
Eh bien, il était temps que quelqu'un s'en aperçoive, au lieu de faire continuellement des effets de loupe sur les avant-premières jeunes...
...

Du reste, tout l'article est intéressant, merci David :D

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12941
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par PlacidoCarrerotti » 10 janv. 2019, 16:47

Très intéressant en effet, mais comme d'habitude il est difficile de comprendre les chiffres (qu'est-ce que ça veut dire "Le coût du plateau lyrique s'élève entre 80.000 et 90.000 euros par jour" : habituellement on compte par lever de rideau).
Est-ce que ça comprend le chef, le cachet du metteur en scène, les chœurs... ?

C'est très peu par rapport au prix moyen de la place : 33 €/j/place à Bastille. A sa place, je taperais dans les "110 à 130.000 pour la moyenne internationale" pour voir si des artistes prestigieux attirent plus de monde :lol:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

paco
Basse
Basse
Messages : 8092
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par paco » 10 janv. 2019, 17:31

PlacidoCarrerotti a écrit :
10 janv. 2019, 16:47
Très intéressant en effet, mais comme d'habitude il est difficile de comprendre les chiffres (qu'est-ce que ça veut dire "Le coût du plateau lyrique s'élève entre 80.000 et 90.000 euros par jour" : habituellement on compte par lever de rideau).
Est-ce que ça comprend le chef, le cachet du metteur en scène, les chœurs... ?
Il y a plus de 10 ans, j'avais assisté à une conférence privée de G.Mortier, qui avait sorti le même chiffre et expliqué qu'il s'agissait des cachets artistiques uniquement (chanteurs + chef + éventuels supplémentaires si besoin), mais tout compris (éventuelles charges/ taxes sur ces cachets et frais annexes inclus). Cela n'inclut pas l'amortissement de la production (décors, costumes etc.).

Ce qui est intéressant, c'est que ce montant n'a pas augmenté depuis, donc de mémoire, 2004 ou 2005. Ce qui prouve bien que l'augmentation du prix des billets n'est pas corrélée à une inflation de coûts artistiques puisque ceux-ci restent globalement stables (hors coûts de mise en scène donc), mais bel et bien à l'inflation des coûts de structure. C'est d'ailleurs ce qui ressort bien de cet article, pour la première fois de façon transparente, sans tabous ni contorsions...

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4444
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 10 janv. 2019, 19:22

PlacidoCarrerotti a écrit :
10 janv. 2019, 16:47
Très intéressant en effet, mais comme d'habitude il est difficile de comprendre les chiffres (qu'est-ce que ça veut dire "Le coût du plateau lyrique s'élève entre 80.000 et 90.000 euros par jour" : habituellement on compte par lever de rideau).
Est-ce que ça comprend le chef, le cachet du metteur en scène, les chœurs... ?
Lissner l'avait expliqué : il s'agit du montant des cachets des artistes invités chaque soir. Il se fixe de rester dans cette fourchette quel que soit le spectacle. Cela doit inclure le chef, je pense, mais pas les musiciens et les choeurs qui font partie des coûts permanents. Pour le metteur en scène, je ne sais pas, cela doit plutôt être dans un autre budget de production.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4444
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 10 janv. 2019, 19:24

paco a écrit :
10 janv. 2019, 17:31
Ce qui prouve bien que l'augmentation du prix des billets n'est pas corrélée à une inflation de coûts artistiques puisque ceux-ci restent globalement stables (hors coûts de mise en scène donc), mais bel et bien à l'inflation des coûts de structure. C'est d'ailleurs ce qui ressort bien de cet article, pour la première fois de façon transparente, sans tabous ni contorsions...
Je l'avais constaté depuis 5 ans. Les frais de spectacles ne bougent pas depuis 15 ans (entre 35 et 40 millions).
Ce sont les coûts de fonctionnement qui plombent tout.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4444
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 10 janv. 2019, 19:55

Image

Ci joint le graphique que j'avais réalisé il y a 7 ans issu de cet article.
http://fomalhaut.over-blog.org/article- ... 10188.html

On voit que les coûts de spectacles restent globalement stables, alors que les coûts de fonctionnement grimpent (mais couverts jusqu'en 2013 par la subvention).
Donc rien de nouveau, sauf que l'ONP est face au mur dorénavant. Et Lissner n'ayant rien à perdre, dans 2 ans et 1/2 il s'en va, si lui n'arrive à aucun accord probant pour revenir à un coût raisonnable (que j'estime personnellement à un retour en dessous des 100 millions d'euros annuels de coûts de fonctionnement), inutile de dire que l'avenir de l'opéra à Bastille est compromis (mais on pourra toujours faire venir Chantal Goya, le remplissage sera assuré).

Inutile de dire que pour faire un tel travail, il n'est pas besoin de gens sachant faire la différence entre la voix de Callas ou celle de Tebaldi, ni de gens sachant réécrire de belles histoires, mais de personnes sachant se retrousser les manches et prendre à bras le corps des problèmes qui nécessitent d'avoir une excellente compréhension d'un environnement mêlant technique, artistique, humain, économie et curiosité du public.

Bonne chance à Lissner, dans l'intérêt de tous! 8)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 47 invités