Marina Rebeka - Spirito (CD)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Répondre
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8501
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Marina Rebeka - Spirito (CD)

Message par jerome » 10 nov. 2018, 13:50

Image

Vincenzo Bellini, Norma
« Casta Diva... Fine Al Rito »
« Ah! Bello A Me Ritorna »

Vincenzo Bellini, Il pirata
« Oh! S'io Potessi... »
« Col Sorriso D'innocenza... Qual Suono Ferale »
« Oh! Sole! Ti Vela Di Tenebre Oscure »

Gaetano Donizetti, Maria Stuarda
« Io Vi Rivedo Alfin! »
« Deh! Tu Di Un Umile Preghiera... Oh Colpo! »
« Di Un Cor Che Muore... Giunge Il Conte »
« Ah! Se Un Giorno Da Queste Ritorte »

Gaetano Donizetti, Anna Bolena
« Piangete Voi? »
« Al Dolce Guidami... Che Mai Sento »
« Coppia Iniqua »

Gaspare Spontini, La Vestale
« O Des Infortunés »
« Que J'implore Avec Effroi »
« Sur Cet Autel Sacré... »
« Impitoyables Dieux »

Marco Ciaponi (Leicester, Percy)
Francesco Paolo Vultaggio (Cecil)
Irène Savignano (Anna, Smeton)
Gianluca Margheri (Talbot)

Marina Rebeka, soprano

Orchestra e coro del Teatro Massimo di Palermo
Direction musicale : Jader Bignamini

Enregistré au Teatro Massimo de Palerme en juillet 2018 (1 CD Prima Classic, 77'57)

Autant le récent album belcantiste de Venera Gimadieva est particulièrement sujet à caution, autant celui de Marina Rebeka, sorti hier, est une immense réussite.
Y sont réunies toutes les qualités vocales intrinsèquement requises pour aborder ce répertoire si complexe et si exigeant: une voix large et percutante, un timbre corsé, un ambitus long où le grave a le bon goût de ne pas être écrasé et où le medium prégnant et noble laisse s'envoler un aigu et un suraigu fermes et lumineux, une technique de haut vol et une maîtrise stylistique incontestable. Autant dire que ça faisait très longtemps qu'on n'avait pas eu un album belcantiste de soprano où toutes les composantes du socle indispensable pour chanter ces compositeurs étaient réunies.
Et force est de reconnaître que Marina Rebeka s'empare de ces pages, ô combien difficiles, avec un aplomb vocal, technique et stylistique absolument remarquable. La vocalisation, la maîtrise des sauts de registre, la tenue du legato, le sens des variations (à plus d'une reprise on sent qu'elle a écouté Beverly Sills notamment dans la prière de Stuarda!) et de l'ornementation, la gestion d'un souffle long et inépuisable, tout magnifie au plus haut degré ces pages splendides dévolues à Norma, Imogène, Maria Stuarda, Anna Bolena et Julia.
L'incarnation dramatique se situe au même niveau et il est assez fascinant de voir comment Rebeka parvient à s'approprier ces 5 portraits en restituant le caractère propre de chaque scène: l'air d'entrée de Norma, la conclusive scène de folie d'Imogène, la scène finale des adieux émouvants de Maria avant son exécution, la scène finale de folie de Bolena avant son exécution elle aussi et l'air conclusif de l'acte 2 de La Vestale où Julia avoue son crime et accepte le châtiment divin. Langueur, colère, révolte, désespoir, impuissance, acceptation du sacrifice, noblesse, toute cette palette expressive, indispensable pour restituer la grandeur de ces héroïnes tragiques, se voit ici traduite avec un réel sens du relief et, au regard de ces 20 dernières années, c'est suffisamment rare (d'autant plus que nous sommes en studio et dans le contexte non pas d'une intégrale mais d'un album où nous savons très bien qu'il est toujours assez difficile de restituer la "théâtralité " des personnages dont on ne chante, par la force des choses, que des extraits!) pour qu'on le souligne.
Elle est par ailleurs portée par l'orchestre et les chœurs du Teatro Massimo de Palerme, magnifiquement dirigés par Jader Bignamini dont on perçoit parfaitement qu'il a, lui aussi, le sens de cette musique.
Rajoutons à cela des partenaires efficaces et une prise de son splendide.
Petit bémol toutefois qui devrait se solutionner avec le travail: si l'articulation de l'italien est tout à fait satisfaisante, celle du français n'est pas impeccable! Les consonnes un peu estompées enlèvent un peu de mordant au texte ...
Les albums Mozart et Rossini de Marina Rebeka étaient déjà de belles réussites! Celui-là élève brillamment la barre encore plus haut et ne peut que faire attendre avec impatience les prochains projets discographiques.

PS: j'écoute cet album en boucle depuis hier!

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11134
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Marina Rebeka - Spirito (CD)

Message par HELENE ADAM » 10 nov. 2018, 17:07

jerome a écrit :
10 nov. 2018, 13:50
PS: j'écoute cet album en boucle depuis hier!
Moi aussi.
Ce CD est une véritable tuerie ! quelle merveille !
Il parait qu'elle a chanté Casta Diva lors de l'hommage à Callas enregistré récemment au TCE et que tout les invités en sont restés scotchés....
Voir l'interview qu'avait fait MariaStuarda avec cette soprano magnifique.
Et ne pas oublier qu'elle chantera à, Genève le Pirata avec Spyres...ce qui devrait donner un grand moment exceptionnel encore.... :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 863
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Marina Rebeka - Spirito (CD)

Message par Peleo » 11 nov. 2018, 09:27

Totale réussite en effet. J'avais été enthousiasmé par le récital Mozart, j'avais trouvé le Rossini un peu "plat" mais on se retrouve ici sur les sommets.

operakohler
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 152
Enregistré le : 21 févr. 2008, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Re: Marina Rebeka - Spirito (CD)

Message par operakohler » 11 déc. 2018, 23:57

Je suis terriblement décu. Je ne connaissais pas bien Mme Rebeka, uniquement pour sa Lucia qui m'avait laissé une impression de voix au timbre assez mince et vite aigrelet dans le suraigu. Je pensais que le jour le représentation elle était dans un jour sans.
Pour progresser dans sa connaissance et intrigué par le programme de son nouveau récutal, j'en ai commandé 2: le Mozart et le Spirito.

J'ai d'abord reçu le Mozart et vraiment j'ai beaucoup aimé. Mme Rebeka a un très beau médium et une belle épaisseur de timbre qui lui permet d'aborder les grands roles Mozartiens . En plus résussir la Reine et Pamina n'est pas donné à tout le monde.

Fort de cette redécouverte j'ai abordé Spirito plein de confiance (surtout que le programme est ma terre d'élection).
Alors là, qu'elle déconvenue: Mme RebeKa n'a rien d'attraillant dans le bel canto romantique. On s'ennuie à mourrir.
Je m'attendais à une recherche sur les variations (elle en parle dans le livret d'accompagnement du disque) mais c'est tout juste si on n'a pas le droit à l'arpège de Rossini. Non vraiment aucune personnalisation et la technique reste très scolaire: aucune variation sur le souffle, les aigus piani sont inexistants, le trille est un vibratello, et le suraigu est très mince.
Reste un beau médium (mais attention au placement dans les joues), l'aigu est bien placé ce qui projette bien l'aigu forte et le grave n'est pas toujours poitriné.
Quand je pense que l'on reproche une certaine froideur à Mme Devia, ici l'on a un presque un glaçon. Pour la vestale on se réchauffe un peu mais quel charabia de français.
Quant au suraigu, le ré de sutarda il est bien placé mais finalement assez mince (le ré conclusif de Ciofi de la semaine dernière était peut être court mais moi je l'ai bien entendu) et le contre mi de bolena bien scolaire, arrêt avant la note: il y a bien longtemps que l'on n'a pas entendu cela. Mais vous me direz, au moins elle le fait.
Bref une voix pour Mozart, pour le bel canto il va falloir travailler.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 28 invités