Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Représentations
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3402
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par micaela » 11 août 2018, 10:48

Dans ce cas, il est possible que "pro" soit utilisé comme une abréviation de prophète et que l'inscription soit une référence à Jochanaan annonciateur de la venue du Messie. C'est raccord avec le sens du mot "pro"...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3402
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par micaela » 11 août 2018, 10:50

Pro j'ai donné le sens (devant , avant). A la lumière de ce que tu indiques, je suggère une interprétation : l'inscription est un abrégé de "Jochanaan prophète" et/ou une allusion à son rôle d'annonciateur de la venue du Christ.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 692
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par enrico75 » 11 août 2018, 18:02

je prépare le compte rendu mais c'est tellement complexe qu'il faut un peu de temps..
je pense aussi qu'il s'agit de Iokanaan mais ce que l'on ne voit pas sur la video semble t'il ,c'est que une partie des lettres tombent pendant son exécution.
Hélène tu as tout juste:l’élément minéral, en l’occurrence, la pierre dans laquelle est creusée la salle ,a une énorme importance dans la mise en scéne.

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 692
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par enrico75 » 12 août 2018, 10:40

Représentation du 9 aout et je viens de voir la vidéo.
Image
J'en suis sorti perplexe et un peu insatisfait, pas tellement par ce que j'ai entendu, mais surtout par ce que j'ai vu.
la difficulté avec Castellucci, c'est son mode de création:il reproduit sur scène les images que l’œuvre lui inspire.
2 exemples pour faire court puisque la vidéo est encore accessible:
pendant la disputes des juifs se déroule a l’arrière plan un combat de boxe filmé au ralenti,la on comprend l'analogie.
pendant la danse de séduction de Jochanaan par salomé un cheval noir (un vrai) tourne dans la fosse de détention,chacun y verra se qu'il veut..
Je pense que Castellucci a crée cette production pour Asmik Grigorian:on voit mal une Jamie Barton ou plus ancien une Birgit Nilson couchée sur le dos en tortillant des gambettes nues,ou lovée en foetus vêtue d'un simple pagne sur une pierre...ce qui force l'admiration c'est qu'une telle voix puisse sortir d'un corps si menu d'adolescente :il semble avoir réussi le pari voulu par Strauss lui mème:il faut pour Salomé une chanteuse avec la voix d'une isolde de 16 ans .
La salle ou est donné l’opéra a aussi une importance capitale:c'est la salle originelle du début du festival dans l'ancien manège des rochers creusée dans la roche avec des niches ou se tenaient les spectateurs;actuellement ce n'est plus le cas :wink: elle contient actuellement moins de 1300 places donc relativement petite et avec l'aménagent astucieux de R.C.(niches comblée réalisant une immense paroi rocheuse)l'acoustique est particulièrement favorable pour les voix(mais il faut passer au dessus de l'orchestre qui est gigantesque).ce dispositif crée une impression d’étouffement,de suffocation,d'oppression même ce qui va parfaitement dans le sens de l'oeuvre.
La vision de R.C. est minimaliste et ésotérique excluant tout exotisme et mème érotisme:pas de danse des sept voiles,scène de séduction de salomé complétement décalée(elle s’accroupit et se mets une selle de de cheval sur le dos) elle aussi remplie de rituels:visages a moitié peints,gestuelle trés typée(la je sèche,égypte ancienne, si quelqu'un a une idée?) la fameuse inscription en lettres d'or au dessus de la fosse de Jochanaan qui tombe en partie à la fin?,le jazz band des années trente à la fête d'hérode?
Ce qui frappe tout de suite dans la salle aprés le prologue(ou le toit amovible s'ouvre partiellement ce que l'on ne voit pas en vidéo)c'est le contraste entre cette paroi rocheuse ,le sol en laiton doré et la minuscule silhouette blanche de Salomé, puis plus tard l’ouverture d'une trappe ronde noire dans le sol de laiton doré d'ou va sortir Jochanaan vétu d'une sorte de combinaison en plumes noir dégageant son torse blanc livide;la couleur , la lumière ,la texture ont donc une énorme importance(c est d'ailleurs se que répètent sans arrêt les personnages).
Ce qui intéresse R.C. c'est le rapport Salomé-Jochanaan:elle est tout de suite fascinée par ce monstre a ses yeux,obscur puissance d'un autre univers qui lui ouvre la porte d'un nouveau monde et c'est alors qu'elle développe inexorablement son coté obscur jusqu’à l'accomplissement final .C'est la ,à mon avis ou réside le talent de R.C.:par des images fortes et grâce a une chanteuse hors du commun il nous montre et nous fait entendre par sa voix l'inexorable évolution de la princesse infantile en femme déterminée à utiliser tous les moyens pour arriver a ses fins :et point de téte coupée sur un plateau d'argent ,c'est elle qui a la fin s'immerge dans un trou de laiton brillant dont il ne dépasse que sa tète ...
beaucoup d'autre choses sont a l'encontre du texte:l’exécution de Jochanaan a lieu dans une niche en hauteur et son corps sans tête est apporté sur l'emplacement de la fosse attaché sur une chaise baignant dans le lait..ce sera le lieu de la scène finale,c est déconcertant mais terriblement efficace.Enfin il y a beaucoup de choses que l'on a pas idée sur la vidéo: par exemple la noirceur:il y a une tache noire sur le mur qui va peu a peu s’agrandir pour envahir la moitié de la scène(le soleil noir?) associé a de grands tulles noirs au moment ou Salomé demande la tête de Jochanaan.

Deux élements dominent cette représentations:
Salomé,Asmick Grigorian.
L'orchestre Philharmonique de Vienne dirigé par Franz Welser-Most

la chanteuse lituanienne est tout simplement prodigieuse:elle incarne physiquement et vocalement une salomé d'abord ingénue puis de plus en plus implacable avec une autorité et un réalisme sidérant ,assumant sans aucun problème la tessiture terrifiante du rôle du la bémol grave au si aigu sans crier ni vociférer en chantant avec une diction parfaite,des aigus terrifiants de projection,des changements fréquents de coloration de voix selon les circonstances et on se demande comment de telles notes puissent sortir d'un corps aussi frêle:c est hallucinant et elle passe au dessus de l'orchestre sans problème malgré le déluge sonore de ce dernier.
Franz Welser Most dirige un orchestre philharmonique de vienne en grande forme ,maitrisant avec brio une véritable tempête sonore inouie qui vous laisse Ko.et illustrant avec talent une partition visionnaire géniale.
Autres réussites: le Narraboth de Julian Prégardien (évangéliste bien connu) trés émouvant ,magnifique timbre parfaitement en adéquation avec le rôle et le Jochanaan de Gabor Bretz au timbre grave chaud et impressionnant de puissance vocale.
Hérode John Daszak chante un peu moins faux que lors de la premiere et Hérodias A.M.Chiuri a plutôt tendance à vociférer.

Finalement représentation hors du commun,dominée par la phénoménale Salomé d'Asmick Grigorian meilleur salomé que j'ai écouté à ce jour.
Image

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1099
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par philipppe » 12 août 2018, 21:21

Ce compte rendu donne envie d’entendre Grigorian mais peu de dates sur operabase. Peut être son calendrier va t’il s enrichir après ce coup d’éclat. Elle avait déjà été chroniquee ici ?

Quant à Welser-Möst, il a beaucoup été dénigré dans le passé, il semble avoir bcp plus la faveur du publique et de la critique désormais. Pour ma part ma seule expérience à l opéra avec ce chef était un Parsifal à Vienne au court duquel il avait fait un malaise et avait été remplacé en urgence par un chef de chant !


Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 773
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par Piero1809 » 13 août 2018, 11:41

Merci Hélène Adam et enrico75 pour vos comptes rendus éclairants. Après avoir vu et entendu beaucoup de versions de Salomé et avoir été souvent déçu, je me suis rabattu sur mon disque fétiche avec Montserrat Caballé et Leinsdorf. Il semble que Grigorian ait beaucoup d'attraits et en particulier la voix et la jeunesse et j'ai hâte de la voir et de l'écouter. D'après vos textes, la mise en scène est intéressante et c'est tant mieux bien que surchargée de symboles ce qui semble normal pour un texte inspiré par la bible (celle d'Olivier Py en était aussi truffée). Au risque de choquer je dirais que la musique de Richard Strauss et le livret adapté d'Oscar Wilde sont si puissants que la mes n'est pas tellement importante et qu'une mes minimaliste, sans intentions, marcherait tout aussi bien.

titoschipa
Soprano
Soprano
Messages : 61
Enregistré le : 12 juin 2018, 20:56

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par titoschipa » 13 août 2018, 20:18

Merci pour ce CR. Il serait intéressant de nous comparer Grigorian avec Catherine Malfitano qui m’avait fasciné à Salzbourg même dans la mise en scène de Luc Bondy, voire avec Maria Ewing sui avait aussi ce côté enfant pervers

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19498
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par JdeB » 14 août 2018, 08:47

titoschipa a écrit :
13 août 2018, 20:18
Merci pour ce CR. Il serait intéressant de nous comparer Grigorian avec Catherine Malfitano qui m’avait fasciné à Salzbourg même dans la mise en scène de Luc Bondy, voire avec Maria Ewing sui avait aussi ce côté enfant pervers
oui, cette Salomé selon Bondy avec Terfel était vraiment sublime ! J'ai aussi préféré celle de Py (pour la msc seulement) à celle de Castelluci qui, bien sûr, a un impact énorme

Asmik Grigorian a-t-elle un rapport avec le regretté Gegan, excellent ténor dans le répertoire russe ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3402
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Strauss - Salomé - Welser-Möst/Castelluci - Salzbourg - 08/2018

Message par micaela » 14 août 2018, 08:49

C'est sa fille.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Oylandoy et 38 invités