Le Livret d'opéra de 1945 à 2016 (Aude Ameille)

Biographies, livres historiques et autres bouquins relatifs à l'opéra.
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20568
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Le Livret d'opéra de 1945 à 2016 (Aude Ameille)

Message par JdeB » 25 févr. 2017, 14:55

AMEILLE, Aude, Aventures et nouvelles aventures de l'opéra. Pour un poétique du livret depuis 1945, Paris, Classiques Garnier, 2016, 680 p.

Cette somme sur la question du livret d'opéra depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est écrite par une universitaire (c'est une version révisée et actualisée de sa thèse) mais dans un style limpide dépourvu du moindre jargon.
Aude Ameille analyse avec brio le discrédit dans lequel l'opéra était tombé après-guerre aux yeux de la grande majorité des compositeurs, des intellectuels et des barons culturels. On connaît, du moins partiellement, la sentence d'André Malraux, alors ministre de la culture, déclarant en 1965 que l'art lyrique était devenu un " divertissement pour concierge dont on ne voudrait pas au casino de Romorantin".
Ce rejet du genre était lié en majeure partie à l'usage de propagande que les régimes d'Hitler et de Mussolini en ont fait, massivement. On apprend que sous le fascisme, les Opéras italiens ont monté plus d'ouvrages nouveaux que d’œuvres du répertoire et que l'Allemagne nazie a vu la création de 170 opéras en l'espace de 12 ans ! Par ailleurs Mussolini a promu une troupe lyrique itinérante, Il Caro di Tespi, pour prolonger cette politique et en irriguer toute la péninsule.

La partie où elle montre que la reverdie du genre est liée à l’intérêt nouveau pour l'art lyrique de grands metteurs en scène venus du théâtre est moins neuve mais son étude des conditions concrètes d'élaboration des livrets et sa typologie des librettistes et des grandes thématiques qu'ils traitent est d'une remarquable pertinence. Parmi les auteurs les plus souvent adaptés figurent Kafka avec 19 opéras suivis par Henry James dont l’œuvre en a suscité une dizaine.

Aude Ameille montre parfaitement la grande vitalité du genre, la seule année 2016 ayant vu naître pas moins de 58 créations dans le monde occidental (le champ de l'étude comportant l'Europe de l'ouest et les USA).

On s'étonne toutefois de voir page 113 dans une liste de créations le livret de Mateo Falcone de Théodore Gouvy (à Metz en février 2011) sachant que ce compositeur, lui-même auteur de cette adaptation de Mérimée, est mort en 1898.
De même page 117, elle écrit "Gerard Mortier avait établi que chaque création donnée à l'Opéra de Paris serait reprise deux ans plus tard" alors qu'il nous semble plutôt que c'était la politique d'Hugues Gall et non celle de son successeur.

Cet ouvrage passionnant, riche d'une liste chronologique de livrets de plus de 200 pages pour la période 1945-2016 (incluse), est à saluer bien bas comme une fort belle réussite.

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 7 invités