François Pinault renonce à l'île Seguin

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4401
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 mai 2005, 10:50

Friedmund a écrit : Louis II était un jeune homme qui croyait avoir le temps, et d'ailleurs qui y consacrait tous le sien. Par contre "son" argent était celui du royaume de Bavière, qui était à la limite de la banqueroute lors de son 'accident' lacustre :wink:
Sauf erreur de ma part, ce n'était pas l'argent de Bavière. C'était le sien et celui des banques a qui il a fait réellement peur (heureusement avec 1,3 millions de visiteurs par an rien qu'à Newschwanstein, c'est nettement rentabilisé maintenant). Il avait même demandé à ce que l'on détruise les châteaux à sa mort, mais là les bavarois n'ont pas été fous.
Mais la contradiction sur certaines sources demande investigations.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 10 mai 2005, 10:58

David-Opera a écrit :La réalité est que Mr Pinault a joué sur 2 tableaux en laissant poursuivre les travaux jusqu'en 2005 sur l'Ile tout en cherchant ailleurs un autre endroit. C'est une mentalité très courante dans la vie et pas très belle, alors cela fait mieux de sortir un beau discours sur le rêve de l'entrepreneur.
... ou bien a simplement eu une opportunité à côté présentant de meilleures garanties, alors que le contexte de départ se révélait décevant et très incertain. Si on m'avait dit que j'en viendrai un jour à défendre Pinault sur un forum lyrique :lol:

J'avoue qu'il y a un petit quelque chose qui me gêne dans tout cela... C'est que le prochain mécène qui voudra installer à ses frais une fondation culturelle en France finira par aller l'installer directement à Venise ou Liverpool de peur de devoir affronter une tempête s'il y a le moindre problème, le moindre changement d'avis ou quoi que ce soit (caractéristiques majeures de tout projet voire de la vie en général), alors que c'est son argent et son projet et que donc il n'est redevable de rien à personne.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4401
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 mai 2005, 11:30

Friedmund a écrit : ... C'est que le prochain mécène qui voudra installer à ses frais une fondation culturelle en France finira par aller l'installer directement à Venise ou Liverpool de peur de devoir affronter une tempête s'il y a le moindre problème, le moindre changement d'avis ou quoi que ce soit (caractéristiques majeures de tout projet voire de la vie en général), alors que c'est son argent et son projet et que donc il n'est redevable de rien à personne.
Mais c'est Pinault qui met en cause les associations environnementales alors que la mairie de Boulogne faisait le maximum pour calmer ces associations (c'était une question de mois).
Et finalement il achète un palais à Venise de 2500 m2 qu'il espère porter à 5000 m2 alors que se préparait pour lui un espace d'exposition de 22000 m2 à Boulogne.
Il n'y a pas que son argent qui a été engagé. il y a celui de la municipalité qui a servi à faire aboutir un projet retiré au dernier moment alors que la ville (la mienne :cry: ) aurait pu utiliser l'argent pour aider à d'autres projets aux motivations plus sérieuses.

Avatar du membre
Barberine
Alto
Alto
Messages : 470
Enregistré le : 08 août 2004, 23:00
Localisation : Vaucresson (92)
Contact :

Message par Barberine » 10 mai 2005, 11:42

Personnellement, je comprends parfaitement les raisons d'abandon de F. Pinault sur son projet. Une page entière du Figaro lui est consacrée ce matin www.lefigaro.fr . Il a toujours dit qu'il était impatient à son âge de voir son projet se réaliser et on peut très bien le comprendre étant donné le nombre de millions qu'il y investissait. Il a toujours dit vouloir inaugurer son musée an 2005. C'est parfaitement son droit et le projet était tout à fair réalisable s'il n'y avait pas eu tant de batons dans les roues rien que pour les démolitions... Il aurait du attendre encore 4 ou 5 ans, à cet âge les années comptes double et ce n'est pas en tant que vieillard qu'il voulait concrétiser son rêve.[/u]

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4401
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 mai 2005, 11:54

Barberine a écrit : Il a toujours dit vouloir inaugurer son musée an 2005. C'est parfaitement son droit et le projet était tout à fair réalisable s'il n'y avait pas eu tant de batons dans les roues rien que pour les démolitions...
En novembre 2003, le permis de construire obtenu permettait un accueil du public en 2007.
Il s'est engagé (même si il révait de 2005 comme date d'ouverture) avec une clause de non perturbation.
Contractuellement, il est réglo. Moralement il avait accepté dès fin 2003 une ouverture au public en 2007.
Et finalement il choisi un autre lieu pour un espace 10 fois plus réduit.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 10 mai 2005, 12:31

"Il n'a qu'à se barrer avec son pognon c'est tout!"

Houuu qu'elle est connotée cette phrase ! De la même veine, l'arrogance prétée à François Pineau.

Voilà un homme, qui ne m'est pas plus sympathique que ça, qui annonce mettre 150 millions d'Euros sur la table pour un projet d'intérêt public et qui pose des conditions. Estimant que les conditions ne sont pas remplies, il retire ses billes mais crois bon d'expliquer sa démarche.

Oui seulement voilà, la richesse c'est suspect, l'argent privé forcément malhonnête ("Des affaires le concernent actuellement") et la démarche forcément illégitime

Alors qu'en revanche, la relative incapacité des pouvoir publics de s'adapter au partenariat avec des intérêts privés dans un projet d'aménagement (ou d'autre nature d'ailleurs), ça c'est normal, ça a toujours était le cas, depuis Louis XIV au moins et il n'y aurait donc aucun lieu de s'en plaindre ???

Et pourquoi ne pas dire tout simplement que les pouvoirs publics ont plus ou moins merdé dans cette affaire en laissant Pinault retirer ses 150 millions d'Euros ? Et pourquoi ne pas dire que c'est aussi consternant que peu surprenant dans un pays où la tradition jacobine rend suspect tout ce qui n'émane pas de l'Etat ?

X

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4401
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 mai 2005, 12:45

Xavier a écrit : Et pourquoi ne pas dire tout simplement que les pouvoirs publics ont plus ou moins merdé dans cette affaire en laissant Pinault retirer ses 150 millions d'Euros ? Et pourquoi ne pas dire que c'est aussi consternant que peu surprenant dans un pays où la tradition jacobine rend suspect tout ce qui n'émane pas de l'Etat ?
Si si, on peut le dire. Mais comme je le disais, Monsieur Pinault, après avoir fait jouer sa clause, n'avait qu'à partir à Venise poursuivre son projet sans chercher à se justifier.
A partir du moment ou il s'en prend à l'administation dans la presse (non à tord) mais en rajoute un peu trop sur ses motivations, il est normal de réagir et de rappeler certains faits. :wink:

Mais personnellement j'aime beaucoup Venise (j'en reviens) et après les craintes de l'enlisement inexorable de la ville dans les marais et l'exode des habitants, voilà qui est encore un signe d'avenir pour celle çi.

Avatar du membre
David
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 102
Enregistré le : 29 avr. 2004, 23:00
Localisation : Asnieres sur seine

Message par David » 10 mai 2005, 14:51

On peut - légitimement - s'interroger sur les motivations réelles qui ont conduit Mr Pinault à abandonner son projet. Mais on ne peut pas lui reprocher d'avoir jusqu'à une période récente tout fait pour son succès, y compris en y investissant des millions (20 millions d'euros je crois).

Mais si on peut reprocher à Pinault une certaine hypocrisie, la réaction - ou la non réaction - de l'état et des pouvoirs publics est à mon avis encore plus choquante :
- le maire de Boulogne (qui n'a montré qu'un intérêt très très limité pour ce projet lors de son lancement) rejette tout en bloc (voir l'article du Monde du 11 mai) : aucune remise en cause, aucune réflexion sur les raisons de ce fiasco.
- silence assourdissant du ministère de la culture, alors qu'il s'agit tout de même d'un projet culturel de première importance au niveau international (seraient-ils soulagés de voir disparaître un projet sur lequel ils n'on aucun pouvoir?...) .

Cette "affaire" Pinault est exceptionnelle par les sommes mises en jeu et les personnalités touchées. Mais elle est très révélatrice - et tristement habituelle - de la position pour le moins ambigue de l'Etat concernant le mécénat culturel.
Cela a aboutit à cet échec, à la "non construction" de l'auditorium symphonique à Paris, à la déliquescence de la salle Favart (du moins jusqu'à cette année...) etc, etc...

David

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 10 mai 2005, 14:56

Xavier a écrit :"Il n'a qu'à se barrer avec son pognon c'est tout!"

Houuu qu'elle est connotée cette phrase ! De la même veine, l'arrogance prétée à François Pineau.

Voilà un homme, qui ne m'est pas plus sympathique que ça, qui annonce mettre 150 millions d'Euros sur la table pour un projet d'intérêt public et qui pose des conditions. Estimant que les conditions ne sont pas remplies, il retire ses billes mais crois bon d'expliquer sa démarche.

Oui seulement voilà, la richesse c'est suspect, l'argent privé forcément malhonnête ("Des affaires le concernent actuellement") et la démarche forcément illégitime

Alors qu'en revanche, la relative incapacité des pouvoir publics de s'adapter au partenariat avec des intérêts privés dans un projet d'aménagement (ou d'autre nature d'ailleurs), ça c'est normal, ça a toujours était le cas, depuis Louis XIV au moins et il n'y aurait donc aucun lieu de s'en plaindre ???

Et pourquoi ne pas dire tout simplement que les pouvoirs publics ont plus ou moins merdé dans cette affaire en laissant Pinault retirer ses 150 millions d'Euros ? Et pourquoi ne pas dire que c'est aussi consternant que peu surprenant dans un pays où la tradition jacobine rend suspect tout ce qui n'émane pas de l'Etat ?

X
Tout à fait d'accord du premier au dernier mot.

Par ailleurs, le fait de considérer l'argent privé comme s'il était un bien public me semble tout à fait aussi attentatoire à la société que de considérer l'argent public comme pouvant être utilisé à des fins privées.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4401
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 10 mai 2005, 14:56

David a écrit : Cette "affaire" Pinault est exceptionnelle par les sommes mises en jeu et les personnalités touchées. Mais elle est très révélatrice - et tristement habituelle - de la position pour le moins ambigue de l'Etat concernant le mécénat culturel.
Cela a aboutit à cet échec, à la "non construction" de l'auditorium symphonique à Paris, à la déliquescence de la salle Favart (du moins jusqu'à cette année...) etc, etc...

David
Et ce qui m'étonne est que c'est l'état (si j'ai bien compris) qui a aidé a trouver le site à Venise!!!!!!!
J'avoue ne pas comprendre, et je considère toute motivation louable (même financière) à condition de ne pas être hypocrite mais surtout que l'on ne me parle pas d'Amour de l'art dans cette histoire, les faits sont clairs!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité