Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Représentations
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20815
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par JdeB » 12 juin 2019, 07:01

Direction musicale : Michele Spotti
Mise en scène et costumes : Laurent Pelly
Adaptation des dialogues : Agathe Mélinand
Décors : Chantal Thomas
Lumières : Joël Adam

Barbe-Bleue : Yann Beuron
Le Prince Saphir : Carl Ghazarossian
Fleurette : Jennifer Courcier
Boulotte : Héloïse Mas
Popolani: Christophe Gay
Le roi Bobeche : Christophe Mortagne
Le Comte Oscar : Thibault de Damas
La reine Clémentine: Aline Martin

Orchestre et Chœurs de l'Opéra de Lyon

Lyon, le 5 juillet 2019

Barbe-Bleue est le troisième livret écrit par Meilhac et Halévy pour Offenbach, 2 ans après La Belle Hélène et trois mois après La Vie parisienne. L’ouvrage qui a vu le jour le 5 février 1866 au Théâtre des Variétés a connu le même démarrage triomphal que ces deux premiers opus, avec dans la foulée des reprises à Vienne, Londres et Bruxelles puis en Allemagne et en Italie mais n’a pas eu, loin s’en faut, la même postérité au point de faire figure aujourd’hui de rareté. Signalons tout de même des productions à Montpellier en décembre 1995 (avec Jean-Claude Dreyfus !), à Avignon en mai 2003 (avec K. Deshayes en Boulotte) et plus près de nous la reprise de la production de Waut Koeken, inaugurée à Maastricht en 2012, qu’on a pu applaudir à partir de février 2014 à Nancy, Nantes, Angers, Le Mans et Rennes tandis que la Komische Oper de Berlin a mis à son répertoire la production de Stefan Herheim en mars 2018.

Comment la presse musicale de l’époque de la création a-t-elle réagi face à ce nouveau chef d’œuvre ?
Voici ce qu’écrivait le critique anonyme de la Revue et Gazette musicale de Paris datée du 11 février 1866 , jugement auquel je souscris pleinement

« Si la Belle Hélène procédait quelque peu d'Orphée aux enfers, il n'est pas moins incontestable que Barbe-Bleue procède de Croque-Fer et du Pont des Soupirs. A l'instar de ces deux célèbres opérettes, l'opéra-bouffe des Variétés est une parodie extraburlesque des mœurs du moyen âge. Il ne faut y chercher ni raison ni sens ; c'est la fantaisie poussée jusqu'au délire. Et cependant, ce n'est pas l'œuvre de deux échappés de Charenton, bien au contraire. L'esprit y coule à pleins bords, et la gaieté y surabonde.
On sent, sous cette avalanche de coq-à-l'âne et de facéties abracadabrantes, le parti pris de deux hommes très-capables de faire un meilleur usage de leur plume, mais très-décidés à sacrifier leur penchant naturel au goût du jour. (…)
La légende de Perrault ne saurait même pas nous tirer d'embarras, car elle ne figure dans tout ceci qu'à l'état de prétexte. Le sire de Barbe-Bleue n'est plus ce tyran sombre et sinistre qui tranche la tête à ses nombreuses femmes pour les punir de leur curiosité. C'est un jeune muguet, vêtu de satin- blanc, qui est l'esclave de ses passions, et qui se débarrasse de ses épouses bien-aimées par le poison, uniquement parce que le divorce ne lui permet pas de s'en délivrer d'une autre manière. Encore ne leur offre-t-il pas lui-même la coupe fatale; il a pour cet usage un alchimiste patenté qu'il charge de ce détail. Déjà cinq malheureuses ont passé par les mains de ce complaisant fonctionnaire, lorsque Barbe-Bleue épouse une simple
paysanne, une rosière non garantie, qu'il présente à la cour de son suzerain, le roi Bobèche.
Mais là, deux incidents surviennent. Boulotte, la sixième femme de Barbe-Bleue, retrouve, sous les habits d'un prince, le berger Saphir, qu'elle a connu au village, et, sans respect pour l'auguste assemblée, elle se jette dans les bras de son Adonis. D'autre part, Barbe-Bleue, désillusionné sur le compte de sa chaste moitié, devient amoureux de la fille du roi, qui doit épouser Saphir le soir même, avant minuit. Les heures sont précieuses; Boulotte ira donc sur-le-champ rejoindre les cinq défuntes qui l'attendent dans les caveaux funéraires du manoir féodal, et Barbe-Bleue viendra disputer la possession de la princesse Fleurette au prince
Saphir, dans un duel à la Jarnac. Voilà donc, de compte fait , six femmes mortes, plus le prince Saphir, plus, —encore un détail dont nous n'avons pas parlé, — cinq courtisans du roi Bobèche, qui ont osé lever les yeux sur la reine. Mais hâtons-nous de rassurer le lecteur, tous ces trépassés se portent à merveille, et, déguisés en bohémiens, ils viennent égayer les fiançailles de Barbe-bleue qui, au lieu d'épouser Fleurette, retourne à Boulotte, pendant que la princesse fait un chassé-croisé avec Saphir, et que les cinq amoureux de la reine
Bobèche se marient avec les cinq premières femmes du gracieux vassal de son noble époux.
(…)
Que dire de la musique d'Offenbach que nous n'ayons déjà dit? C'est toujours la même variété, la même facilité mélodique ; les motifs gais, spirituels, originaux, ne manquent pas plus dans Barbe-Bleue que dans la Belle Hélène. Quelques parties, et, entre autres, le second tableau du deuxième acte, nous ont paru supérieures.
Je suis Barbe Bleue, ô gué ! dont le refrain reparaît de distance en distance, à la marche finale du premier acte; au choeur du baise-main, dont l’ effet rappelle, sans le copier, celui de la Polka des Baisers, de Musard; à tout le second tableau du deuxième acte, que nous avons déjà signalé; à la scène du duel , au troisième acte, ainsi qu'à la bacchanale des bohémiens.
De même que dans la Belle Hélène, Mlle Schneider est l'âme de Barbe-Bleue. Si elle voulait se défaire de quelques gestes un peu trop risqués, elle y serait bien près de la perfection, aussi bien sous sa cornette de paysanne que sous ses atours de grande dame. Et comme elle excelle à chanter cette musique d'Offenbach ! On dirait que la cantatrice a été faite tout exprès pour le compositeur »

En 1997 ici-même Jean-Pierre Brosmann a initié le fameux cycle Offenbach selon Laurent Pelly en lui proposant Barbe-Bleue mais on sait bien que c’est Orphée aux enfers qui a été monté, avec déjà Yann Beuron dans le rôle-titre. Fort de onze productions d’Offenbach, autant de réussites mémorables, la boucle est donc bouclée 22 ans plus tard pour Pelly avec cette nouvelle production vif argent où après un début un peu mollasson chez des paysans cousins de ceux de son Elixir d’amour, le spectacle prend son irrésistible essor et nous éclabousse de sa fantaisie, sans rien de débridé cependant ni une once de vulgarité, et de son allègre vivacité en faisant cascader la satire du pouvoir désaxé, de la société de cour et de l’érotomanie placée sous le signe de Thanatos.
Pelly se joue ici des genres cinématographiques (film noir, thriller, film d’horreur, film en costumes), multiplie les clins d’ œil à la presse à sensation axée sur le gotha (avec cette couverture qui évoque Raoul de Gardefeu, personnage central de La Vie parisienne) et revisite la légende de Landru dans un monde à la Hergé. Sa direction d’acteur est plus juste et acérée que jamais.
Méconnaissable en Landru d’opérette cousinant avec Cyril Hanouna, Yann Beuron, loin de son zénith vocal avec un registre aigu arasé et quelques dérapages d’intonation, est une merveille de style délié, de souplesse et de diction avec une insoutenable mais délicieuse insouciance dans le crime.
Héloïse Mas, qui vient d’accorder une longue interview à ODB, brule les planches dans le rôle en or de de Boulotte nymphomane capable de tout, une tornade de sans gêne privée de surmoi déferlant à la cour, avec des phrasés incisifs, une vis comica grandiose et un registre grave délectable.
Hibou ébloui royal, Christophe Mortagne, roi bobèche qui tangue comme sa couronne, surréaliste d’indécision, de snobisme, de morgue et de paranoïa, atteint des sommets comiques et incarne la définition bergsonienne du rire « du mécanique plaqué sur du vivant »
Excellents sur le plan vocal, Thibault de Damas (Oscar) et Christophe Gay (Popolani) savent conférer à leur personnage une humanité et une noblesse d’âme insoupçonnées de prime abord.
Plus en retrait et discutables, Carl Ghazarossian (Saphir) et Jennifer Courcier (Fleurette), qui manquent de puissance, de saveur et de relief, ne se hissent pas sur les mêmes cimes que les autres solistes mais sans démériter toutefois.

Michele Spotti galvanise son plateau et les chœurs, au jeu si réjouissant, avec une énergie tellurique qui enthousiasme car elle ne se déploie jamais au détriment de l’équilibre scène/fosse ni ne gomme les beautés profuses de l’orchestration d’un Offenbach au plus haut de son inspiration.

Et puis quelle bonne idée de faire porter barbe en bleue ou moustache bleutée aux ouvreurs !

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

wababelooba
Baryton
Baryton
Messages : 1001
Enregistré le : 30 déc. 2009, 00:00
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par wababelooba » 14 juin 2019, 23:39

Encore un très très grand Pelly. Il faut voir la précision de la mise en scène, le travail ( exceptionnel) avec les choeurs .
C'est beau , intelligent , et hilarant . Offenbach + Meilhac/Halévy+ Pelly, c'est imparable !
J'y reviens , bien sûr.

wababelooba
Baryton
Baryton
Messages : 1001
Enregistré le : 30 déc. 2009, 00:00
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par wababelooba » 15 juin 2019, 11:18

Parlons tout de suite de l'orchestre, dirigé par Michele Spotti,que j'ai entendu plus précis dans d'autres circonstances , mais ne chipotons pas , c'est une première et l'oeuvre n'est quasiment jamais jouée( en tout cas en France). Et du cast , notons le remarquable Yann Beuron qui campe un inoubliable Barbe bleue, l'excellente Héloïse Mas dans le redoutable rôle de Boulotte (écrit pour la super star offenbachienne Hortense Schneider),
le très bon Popolani de Christophe Gay , et le roi Bobêche désopilant de Christophe Mortagne qui renouvelle là la performance géniale de son Roi Carotte.La prestation la plus sidérante est celle des choeurs , omniprésents , dirigés de façon millimétrique par un Pelly au sommet de son art.
Après ma déception sur le Don G/ Van Hove de Mardi, quelle jubilation de retrouver le sens du détail , la minutie des réglages, le tempo implacable
de l'équipe de Laurent Pelly . Lui dont les Puritains nous avaient tellement déçus,se retrouve avec la folie et l'ironie d'Offenbach et de ses géniaux librettistes Meilhac et Halévy sur son terrain favori et il triomphe une fois de plus.
Que dire de l'oeuvre ? Il s'agit d'une parodie délirante de drame romantique qui se résout dans une folie digne de Mel Brooks et des Marx Brothers.
Mais il y a aussi une critique incroyable des courtisans serviles qui entourent le roi Bobêche, et les couplets que Meilhac et Halévy leur dédient restent parfaitement d'actualité. Toutes les scènes à la cour du roi sont d'ailleurs les plus réussies et elles sont proprement irrésistibles.
Musicalement , il y a peut-être moins d'invention que dans Hélène , la Grande Duchesse ou dans Carotte, mais on trouve quand même des sommets comme " C'est un Rubens !" le grand air de Barbe Bleue découvrant Boulotte , le quatuor des ex femmes , très joliment écrit , ou la grande scène du baise main au roi qui égale les scènes les plus folles du compositeur.

Inutile de dire que le public applaudit à tout rompre, et fait un triomphe à toute la troupe.
Merci encore à Lyon de nous offrir ces moments de pur bonheur.

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2549
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par dge » 22 juin 2019, 23:02

Représentation du 21 juin.
Excellente production qui montre une fois de plus la profonde affinité de Laurent Pelly avec Offenbach. Une salle comble et un public enthousiaste.

Le plateau est homogène et tous les interprètes accomplissent une performance théâtrale remarquable avec une mention spéciale à la Boulotte d'Héloïse Mas qui fait une composition mémorable et nous charme par sa voix de velours. Quel timbre, quel abattage!
Malgré quelques difficultés dans le registre aigu, Yann Beuron est un Barbe-Bleue convaincant.
C'est une production soignée avec de très beaux décors. Direction d'acteurs magistrale.
Très belle révélation du chef Michele Spotti qui trouve le ton juste pour cette musique. On attend avec intérêt son Rigoletto ici-même la saison prochaine.

La représentation du 29 juin sera retransmise dans différentes villes de la région ARA. Souhaitons que cette captation soit l'occasion d'en garder la mémoire sur DVD.

hernani
Messages : 20
Enregistré le : 07 oct. 2004, 23:00

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par hernani » 05 juil. 2019, 14:02

Très beau spectacle, la transposition des décors et des dialogues est comme dans les autres mises en scène de Pelly (oeuvres d'Offenbach) un petit bijou. Il y a toutefois un élément qui revient souvent chez Pelly, c'est cette monotone habitude de faire des gens de la cour ou des bourgeois (cf. Grande Duchesse, la fille du Régiment...), des espèces de zombies qui dodelinent.

Pour moi, la découverte a été Heloise Mas, qui est un délice dans le rôle de boulotte. En revanche, je me faisais une joie d'entendre Y. Beuron mais hélas, la voix n'est plus au rendez vous, il connait lui-meme les petits moyens qu'il lui reste alors il ne prend aucun risque. Je me suis replongé dans l'enregistrement dirigé par Doussard avec Henri Legay dans le rôle de Barbe bleue et ç'est autre chose.

Je suis Barbe bleue ô gué...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20815
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par JdeB » 11 juil. 2019, 09:33

je viens de publier ma crique de la dernière en tête de ce fil.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 740
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par perrine » 11 juil. 2019, 11:55

EN phase avec ce qui s'est dit. J'ai vraiment passé un bon moment scénique, orchestral et vocal (choeurs et solistes).
Un début à l'elixir d'amour qui se développe petit à petit, et des actions rondements menées.
Yann Beuron s'est étoffé dans les mediums, mais a perdu l'éclat de ses aigus. Mais quelle présence !!

Reprise en décembre prochain du roi carotte. Youpi !!!

Le spectacle, diffusé en région rhone alpes (et aux nuits de fourvière) est disponible sur la pf de france tv !
https://www.france.tv/spectacles-et-cul ... -lyon.html
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12469
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par HELENE ADAM » 18 juil. 2019, 17:30

Notre site d'ODB s'est fait insulter par Yann Beuron suite à ces diverses appréciations. Il a publié une note où il emploie des termes que je n'ai pas envie de répéter ici. Il suffit d'aller voir sur le site FB du ténor (qui donne par ailleurs des explications très importantes sur une certaine méforme vocale durant ces représentations).
J'ai vu cette note que l'on peut qualifier d'humeur ou de colère (à laquelle j'ai répondu d'ailleurs) parce qu'elle a été mise en exergue par un autre site. Des fois, je trouve qu'on frôle la cour de récré, mais comme il s'agit d'un artiste (que j'aime beaucoup) et d'opéra, il m'aurait semblé sage de ne pas faire cela et de laisser cette affaire là où elle avait sa place, sur le site de l'artiste concerné. Comme des participants à cet autre site, participent également à celui-ci, chacun y retrouvera ses petits (et une certaine sérénité j'espère).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2549
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par dge » 18 juil. 2019, 22:45

Réaction incompréhensible et excessive. Il n'y a dans les jugements exprimés par qq uns dans ce fil - dont moi- aucune insulte ou malveillance, simplement le constat de difficultés dans le registre aigu. Si elles sont dues à une indisposition passagère pourquoi ne pas faire une annonce ? Y.Beuron reconnaît lui même ses difficultés, mais ne veut pas qu'on les évoque ? Oui, incompréhensible.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8884
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Offenbach- Barbe-Bleue- Spotti/Pelly-Lyon- 06-07/2019

Message par jerome » 19 juil. 2019, 03:25

C'est pour ça que j'ai réagi fermement sur l'autre site parce que je n'accepte pas que notre site et nous-mêmes soyons insultés de la sorte, et qui plus est sur une interprétation mensongère de propos nullement malveillants tenus ici, par quelque artiste que ce soit, M. Beuron compris pour qui j'ai cependant, artistiquement parlant, beaucoup d'admiration!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 77 invités