Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11943
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par HELENE ADAM » 13 mai 2019, 08:16

War Requiem

Benjamin Britten

Philharmonie de Paris, 15 et 16 mai 2019

Orchestre de Paris
Choeur de l'Orchestre de Paris
Choeur d'enfants de l'Orchestre de Paris

Daniel Harding, direction
Emma Bell remplaçant Albina Shagimuratova, soprano
Andrew Staples, ténor
Christian Gerhaher, baryton

Vincent Warnier, orgue
Lionel Sow, chef de choeur

Création : le 30 mai 1962 à Coventry

Benjamin Britten a écrit cette oeuvre célèbre pour la cérémonie d'inauguration de la reconstruction de la cathédrale de Coventry détruite pendant la seconde guerre mondiale. Ce n'est pas un requiem "classique" puisque le compositeur britannique, qui voulait au travers de cette oeuvre, exprimer son sentiment anti-guerre et son rejet de ses horreurs, a alterné des parties "liturgiques" avec des extraits de la poésie de Wilfred Owen, qui décrivit les réalités cruelles de la première guerre mondiale avant d'en être l'une des nombreuses victimes.
Britten souhaitait que ses solistes soient de trois nationalités différentes (une soprano russe, un baryton allemand et un ténor britannique lors de la création) pour célébrer la volonté commune de tous les peuples de s'opposer à toute guerre.
Cette volonté est respectée dans le choix de la distribution de ce double concert à la Philharmonie de Paris par l'orchestre de Paris et son directeur musical Daniel Harding, où nous aurons de très brillants interprètes.
L'orchestre de Paris se divisera en deux formations dont une "de chambre" qui accompagne les solistes comme prévu également par Britten.
Je verrai pour la première fois cette oeuvre avec un véritable orgue, celui de la PP étant particulièrement impressionnant.


Détail :
Requiem aeternam
Requiem aeternam (chœur de garçons)
What passing bells (ténor solo)

Dies irae
Dies irae (chœur)
Bugles sang (baryton solo)
Liber scriptus (soprano solo et chœur)
Out there, we walked quite friendly up to death (ténor et baryton soli)
Recordare (chœur de femmes)
Confutatis (chœur d’hommes)
Be slowly lifted up (baryton solo)
Reprise du Dies irae (chœur)
Lacrimosa (soprano et chœur) entremêlé avec Move him, move him (soprano solo et chœur ; ténor solo)

Offertorium
Domine Jesu Christe (chœur de garçons)
Quam olim Abrahae (chœur)
Isaac and Abram (So Abram rose) (ténor et baryton soli)
Hostias et preces tibi (chœur de garçons)
Reprise of Quam olim Abrahae (chœur)

Sanctus
Sanctus and Benedictus (soprano solo et chœur)
After the blast of lightning (baryton solo)

Agnus Dei
Agnus Dei (chœur) entremêlé avec One ever hangs (chœur ; ténor solo)

Libera me
Libera me (soprano solo et chœur)
Strange Meeting (It seems that out of battle I escaped) (ténor et baryton soli) ; fin avec
In paradisum (chœur de garçons, puis chœur et soprano solo) et
Requiem aeternam (chœur de garçons).

J'y serai le 16 mai.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20476
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par JdeB » 13 mai 2019, 09:37

Pour le titre du fil : lorsqu'il n'y a qu'une unique représentation, on donne la date entière, s'il y a plusieurs soirées, seulement le mois et on écrit toujours l'année en entier donc 2019 et non 19. Merci
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11943
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par HELENE ADAM » 13 mai 2019, 09:46

Quelques éléments intéressants concernant le compositeur Benjamin Britten dont les extraits d'une interview concernant son War requiem dont Chostakovitch disait qu'elle était l'oeuvre du siècle.
http://www.polyphonies.eu/lemensuel/Ben ... quiem.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2293
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par Efemere » 14 mai 2019, 14:27

Emma Bell remplace Albina Shagimuratova.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11943
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par HELENE ADAM » 16 mai 2019, 22:18

Quelle oeuvre ! Elle laisse sans voix avec une interprétation très juste des trois excellents solistes et des choeurs et orchestres impressionnants. CR à suivre...

Retransmission live sur le site de la PP
https://live.philharmoniedeparis.fr/Con ... eur-d.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11943
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par HELENE ADAM » 17 mai 2019, 10:33

Soirée du 16 mai

Le War requiem de Benjamin Britten, pacifiste convaincu, antimilitariste militant, est un long plaidoyer contre la guerre. L’alternance (parfois entremêlée) entre les mots poignants et inoubliables du poète Wilfred Owen et les passages liturgiques plus traditionnels des Messes des morts, en font une œuvre à part, glaçante, poignante, bouleversante, qui vous tient dans un état second durant deux heures, accrochés à la douleur de ces soldats broyés par une machine infernale contre laquelle ils ne peuvent rien.

L’orchestre de Paris se surpasse nous offrant ces passages sombres et désespérés où les cordes et les bois s’épuisent à tenter de sortir le moindre air léger ou joyeux pour mieux rendre compte du bruit des canons, du crépitement des balles, des chairs meurtries, des morts par milliers. Les cuivres sortent soudain des sons tonitruants, le clairon qui sonne, les hurlements de douleur. Les percussions rythment ce départ au combat et cette désespérante course à la mort notamment au travers du "ténor drum", un tambour de guerre que Britten a rajouté à son orchestre. La cloche sonne le glas impitoyablement et sans jamais cesser d’égrener les victimes dès la première seconde de l’œuvre. Un frisson vous parcourt alors, qui ne vous quittera plus tandis que les chœurs, admirables de précisions, de couleurs et de contrastes, commencent leur « Requiem »…

Daniel Harding a la battue souple et ferme tout à la fois, laissant respirer ses instrumentistes, ses chœurs, ses solistes tout en les incitant à incarner toute cette douleur, sans pathos excessif, avec poésie et douceur le plus souvent, avec les accents graves et sombres qui s’accélèrent parfois, avec le recueillement qui nous plongera dans une intense émotion quand l’orgue s’élève soudain, quand la formation « de chambre » de l’orchestre de Paris, placé à droite du chef prend le relais du « grand orchestre » pour accompagner les solistes hommes, quand le chœur des enfants, placés à l’entrée du parterre côté gauche derrière les portes entrouvertes, s’élève dans la pureté de ces voix aigues et douces toute à la fois comme des anges ouvrant la porte d’un ciel qui n’existe pas.

On rend les armes devant autant de beauté désespérée, devant cette voix de ténor (Andrew Staples sublime et délicat dont l’anglais est d’une perfection rare) qui entonne, avec le « concertino », le superbe « What passing bells for those who die as cattle ? » (quel glas sonne pour ceux qui meurent comme du bétail » juste après l’introduction par les chœur « requiem », tandis que sonne la cloche. Les vers suivants « Only the monstrous anger of the guns, Only the stuttering rifles' rapid rattle » (Seule, la colère monstrueuse des canons /Seul, le crépitement rapide des fusils hoquetants) sont accompagnés par cette petite formation nerveuse et précise qui illustre les mots du poète tout en laissant la voix du ténor dominer l’ensemble d’une voix aérienne et « grave » tout à la fois. Les « parties » réservées au ténor (choisies parmi les poèmes d’Owen et composées par Benjamin Britten pour son amant le ténor Peter Pears), sont les plus belles, les plus émouvantes. Le baryton, lui, incarne la colère, les contrastes, la voix est davantage sollicitée façon « opéra », peut monter en volume dans les aigus ou susurrer doucement la douleur. Inutile de dire que Christian Gerhaher, capable tout à la fois d’être l’un des meilleurs « conteur » de Lieder, un Wolfram inoubliable et un Amfortas scotchant pour citer tous les emplois où je l’ai entendu, est l’interprète parfait du « Be slowly lifted up thou long black arm », ces mots qui tonnent pour désigner le grand canon noir qui fauche les vies, au moment du dies irae.
La soprano fait bande à part dans le War requiem : elle est liée aux chœurs et non au petit orchestre. Elle leur répond et se place d’ailleurs avec eux, à l’arrière scène. Superbe prestation là aussi d’Emma Bell (que j’avais également entendue dans Tannhauser d’ailleurs, en Elisabeth très impressionnante). La voix part de loin et se déploie dans l’ensemble de la salle avec des crescendos glaçants de tristesse, des forte où la voix au très beau timbre domine les chœurs sans difficultés.
J’ai dit combien les chœurs étaient en phase avec cette belle réussite, il faut féliciter aussi les chœurs d’enfants qui bien qu’invisibles, nous ont apporté cette impression d’un au-delà d’espoir, bien mince, bien ténu.
Et après cette infinie tristesse, c’est presque dans le calme que s’achève cette œuvre magistrale avec le « requiem aeternam » et ce « let us sleep now » murmuré. Harding laissera quelques minutes de silence avant de laisser retomber sa baguette pour les applaudissements.
Une soirée au comble de l’émotion.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1229
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par philipppe » 17 mai 2019, 11:37

Daniel Harding a la maturité glorieuse. Je l’ai entendu diriger une sublime cinquième symphonie de Mahler il y a une semaine à Munich, c'était extraordinaire!

NiklausVogel
Soprano
Soprano
Messages : 87
Enregistré le : 13 mars 2006, 00:00

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par NiklausVogel » 17 mai 2019, 11:59

Rien à rajouter à ce beau CR. Soirée passionnante musicalement, émouvante littérairement et poignante historiquement (on peut intervertir les adverbes). Tout au plus peut-on dire que contrairement à Christian Gerhaher, Emma Bell et Andrew Staples ont besoin de quelques mots, et de quelques notes, avant que leur voix se chauffe et se déploie comme il convient. Mais cela vaut le coup d'attendre (un tout petit peu...).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11943
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Britten - War Requiem - Harding - Philharmonie de Paris - 05/2019

Message par HELENE ADAM » 17 mai 2019, 16:14

Le War requiem en tournée

Daniel Harding, Direction
Emma Bell, Soprano
Andrew Staples, Ténor
Christian Gerhaher, Baryton
Chœur de l’Orchestre de Paris
Chœur d’enfants de l’Orchestre de Paris


Mercredi 22 mai 2019 – 20H
Elbphilharmonie - Hambourg - Allemagne


Vendredi 24 mai 2019 – 20H
Philharmonie am Gasteig - Munich - Allemagne


Samedi 25 mai 2019 – 19H30
Brucknerhaus - Linz - Autriche


Lundi 27 mai 2019 – 19H30
Konzerthaus - Vienne - Autriche



Extraits des répétitions
https://www.youtube.com/watch?v=8Kfybn7 ... e=youtu.be
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 38 invités