Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par David-Opera » 05 juin 2018, 22:49

Modeste Moussorgski travailla sur Boris Godounov entre octobre 1868 et décembre 1869, mais le Comité de lecture des théâtres impériaux rejeta son opéra en février 1871, principalement à cause de l'absence de rôle féminin central et d'histoire d'amour.

Il reprit donc son travail et acheva fin juin 1872 sa seconde version, dite également 'originale', auquel il ajouta l'acte polonais et la scène de révolte dans la forêt, au prix de la suppression du tableau de Saint-Basile dont il sauvegarda toutefois les complaintes de l'innocent.

Cette seconde version fut cependant elle aussi rejetée dans un premier temps par le Comité en octobre 1872, et c'est finalement le 27 janvier 1874 qu'elle fut exécutée pour la première fois au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, mais avec des coupures. La scène de Kromy sera par ailleurs censurée en 1876.

La musique de Moussorgski étant estimée comme inaboutie par ses successeurs, aux deux versions originales de 1869 et 1872 vont ensuite s'ajouter, après la mort du compositeur en 1881, de multiples versions réorchestrées.

On distingue comme révisions :

- Les versions de 1896 (partiellement) puis 1908 (complètement) de Rimski-Korsakov qui reprennent l'écriture musicale de la version de 1872, mais en inversant les deux derniers tableaux de la révolte et de la mort de Boris au Kremlin. Ces versions sont par la suite complétées en 1924 par la réorchestration de la scène de Saint-Basile selon Ippolitov-Ivanov. A la sobriété de Moussorgski se substitue un adoucissement des lignes musicales et un renforcement des percussions et des cuivres de l'orchestre.

- La version de Chostakovitch de 1940 qui réorchestre la réunion des deux versions de 1869 et 1872 réalisée par Lamm en 1928. La réécriture musicale est jugée bien moins subtile que l'original.

D'autres versions, Melngailis (1924) - version 1872 - , Rathaus (1953) - réunion des deux versions de 1869 et 1872 - n'ont duré que le temps de leur création.

Ces révisions ne reprennent que la dramaturgie musicale et n'ajoutent en revanche aucun élément dramaturgique littéraire.

Le graphique qui suit représente de manière synthétique le découpage en tableaux des 2 versions originales de Boris Godounov.

Le fond orange désigne les passages de la version 1869 conservés en 1872, et éventuellement modifiés.
Le fond hachuré désigne les passages de la version 1872 remaniés par rapport à 1869
Le fond orange foncé désigne les passages de 1869 dont la musique est totalement différente en 1872
Le fond rose clair désigne les passages de la version 1869 supprimés en 1872
Le fond vert désigne les nouveaux passages de la version 1872
Le fond rouge-marron désigne les passages qui furent déplacés lors du passage de la version de 1869 à 1872 (complaintes de l'innocent)

Image
Image
Image
Image
Image
Image

La version la plus courte est celle de 1869. Elle est toujours régulièrement jouée. Ainsi peut-on l'entendre à Munich dans la mise en scène de Calixto Bieito, et c'est cette version que l'Opéra de Paris va interpréter en 2018 à Bastille dans une nouvelle production d'Ivo van Hove.

Elle comprend plusieurs passages qui seront supprimés pour la version de 1872. Ces passages sont principalement :

- La fin du premier tableau du prologue où le peuple se donne rendez-vous au Kremlin
- Le 3e récit de Pimène qui décrit le meurtre de Dmitri et la nomination de Boris
- Le tableau de la cathédrale de Saint-Basile
- Le discours de Chtchelkalov à la Douma des Boyards
- L'entrée de Chouïski qui suit la mobilisation des Boyards
- L'introduction du récit de Pimène qui suit
- Des passages de la mort de Boris

Durée approximative : 2h15

La version originale de 1872 comprend, en compensation des passages supprimés depuis 1869, les passages suivants :

- Ajout de la chanson des canards dans la scène de l'auberge
- Ajout de la chanson des enfants dans les appartements du Tsar
- Ajout de la scène du perroquet dans les appartements du Tsar
- Ajout des deux tableaux de l'acte polonais
- Ajout du tableau de la révolte dans la clairière de Kromy

L'acte II est par ailleurs considérablement révisé et la musique de ses deux dernières scènes est totalement différente de la version de 1869. Quant à l'acte I, des retouches font apparaître le chœur des moines pendant le récit du cauchemar de Grigori et une élongation de l'ouverture du second tableau.

Durée approximative : 3h00mn

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3474
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par Loïs » 06 juin 2018, 06:31

merci pour la synthèse :D

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13285
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par PlacidoCarrerotti » 06 juin 2018, 07:42

Loïs a écrit :
06 juin 2018, 06:31
merci pour la synthèse :D
+1

Ce genre d’analyse est quasiment inexistant dans les bouquins ou très mal présenté. Ce format est très clair AMHA. Bravo !
"Sono vecchia, grassa, brutta…ma sono sempre Tetrazzini !"

paco
Basse
Basse
Messages : 8530
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par paco » 06 juin 2018, 08:53

David, ton travail de synthèse sur les versions d'oeuvres comme Don Carlos ou Boris est remarquable. Je suis d'accord avec Placido, aucun bouquin ne réalise quelque chose d'aussi simple à lire tout en étant exhaustif.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3474
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par Loïs » 06 juin 2018, 08:57

David-Opera a écrit :
05 juin 2018, 22:49
La musique de Moussorgski étant estimée comme inaboutie par ses successeurs, aux deux versions originales de 1869 et 1872 vont ensuite s'ajouter, après la mort du compositeur en 1881, de multiples versions réorchestrées.
Qui prirent ces décisions et pourquoi? Ce sont les scènes qui ont jugé la musique "pas assez bonne" et ont demandé à des compositeurs de réécrire la partition ou ce sont spontanément ces derniers qui se sont essayés à cette figure?

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par David-Opera » 06 juin 2018, 09:23

Loïs a écrit :
06 juin 2018, 08:57
Qui prirent ces décisions et pourquoi? Ce sont les scènes qui ont jugé la musique "pas assez bonne" et ont demandé à des compositeurs de réécrire la partition ou ce sont spontanément ces derniers qui se sont essayé à cette figure?
Les compositeurs eux-mêmes, je pense. Rimski-Korsakov souhaitait rendre la musique de Moussorgski plus accessible au public (ce sont ses propos), mais lui, comme Chostakovitch, ont du faire face aux critiques de leurs confrères (Cesar Cui s'était opposé aux versions révisées de Korsakov). On peut cependant supposer que c'est l'accueil mitigé des deux premières versions qui leur a donné l'idée de reprendre l'orchestration de Boris Godounov, mais Korsakov a également entrepris la même démarche avec La Khovantchina.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13285
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par PlacidoCarrerotti » 06 juin 2018, 09:41

Est-ce que la taille des rectangles donne une idée de la durée de la musique ?
"Sono vecchia, grassa, brutta…ma sono sempre Tetrazzini !"

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4351
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par David-Opera » 06 juin 2018, 09:53

Oui, la taille des rectangles donne une bonne idée de la durée de la musique (les passages sont mesurés à 10s près).
Je me suis basé sur les versions 1869 et 1872 enregistrées par Gergiev avec la troupe du Kirov (sachant que je me suis aperçu qu'il incorpore des éléments de la version de 72 dans celle de 69, et réciproquement).
C'est en fait la part la plus importante de ce travail, écouter différentes versions, sachant que, selon les chefs, l'élongation est plus ou moins importante, le reste n'étant que de la mis en forme qui prend moins de 2 heures de temps.
Le version de Jerzy Semkow fait plus de 3h30, ce qui m'étonnait au départ, mais je viens de remarquer qu'elle couvre les deux versions de 69 et 72.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1824
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par Polyeucte » 06 juin 2018, 10:32

David-Opera a écrit :
06 juin 2018, 09:23
Les compositeurs eux-mêmes, je pense. Rimski-Korsakov souhaitait rendre la musique de Moussorgski plus accessible au public (ce sont ses propos), mais lui, comme Chostakovitch, ont du faire face aux critiques de leurs confrères (Cesar Cui s'était opposé aux versions révisées de Korsakov). On peut cependant supposer que c'est l'accueil mitigé des deux premières versions qui leur a donné l'idée de reprendre l'orchestration de Boris Godounov, mais Korsakov a également entrepris la même démarche avec La Khovantchina.
Oui, le but était de "corriger" certaines choses pour Rimsky, mais surtout de faire représenter la musique de son ami... et il en a conservé toutes les partitions intactes, souhaitant toujours que l'on puisse revenir aux versions de Moussorgsky. C'est clairement suite à l'accueil mitigé qu'il a fait ça. Non pas pour dénaturer l'ouvrage, mais bien faire en sorte qu'il soit repris.

Pour Khovanshchina c'est différent... Moussorgsky n'avait pas terminé l'orchestration lorsqu'il est mort... Rimksy et Shosta n'ont fait finalement que donner leur interprétation des souhaits de Moussorgsky pour la musique... (tout comme Ravel et Stravinsky aussi!).
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10438
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Les deux versions originales de Boris Godounov composées par Moussorgski en 1869 et 1872 et ses révisions

Message par HELENE ADAM » 06 juin 2018, 10:48

paco a écrit :
06 juin 2018, 08:53
David, ton travail de synthèse sur les versions d'oeuvres comme Don Carlos ou Boris est remarquable. Je suis d'accord avec Placido, aucun bouquin ne réalise quelque chose d'aussi simple à lire tout en étant exhaustif.
+1
(j'ai mis le lien dans l'ouverture du fil Boris Godounov dans l'onglet "représentations")

Polyeucte a écrit :
06 juin 2018, 10:32
pour Rimsky, mais surtout de faire représenter la musique de son ami... et il en a conservé toutes les partitions intactes, souhaitant toujours que l'on puisse revenir aux versions de Moussorgsky. C'est clairement suite à l'accueil mitigé qu'il a fait ça. Non pas pour dénaturer l'ouvrage, mais bien faire en sorte qu'il soit repris.
Oui, ils appartenaient au même Groupe, le "Groupe des cinq" (Balakirev, Rimski-Korsakov, Moussorgski, Borodine, Cui) défend un renouveau de la musique russe, qui s'éloigne de l'influence occidentale (et de ses références) pour retrouver ses racines dans le folklore russe. Leur manifeste, rédigé par Cui, donne clairement cet objectif artistique et politique slavophile. Moussorgski est l'un des représentants les plus emblématiques ce courant, sa musique s'éloignait beaucoup des contraintes académiques de l'époque et il eut énormément de difficultés à vivre de ses compositions. L'approche de ses oeuvres n'est pas forcément très facile mais toujours passionnante (AMHA).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités