Discographie de Parsifal

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Répondre
Avatar du membre
Oylandoy
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 809
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Discographie de Parsifal

Message par Oylandoy » 18 mai 2018, 10:34

Pas un mot sur Solti ?

Je préfère Kna 64 (avec Vickers) à Kna 62, même si l'enregistrement est de moins bonne qualité.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1556
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie de Parsifal

Message par Polyeucte » 18 mai 2018, 10:53

Oylandoy a écrit :
18 mai 2018, 10:34
Pas un mot sur Solti ?
Qui en effet est assez magnifique... même si Frick est un peu bougon...
Je préfère Kna 64 (avec Vickers) à Kna 62, même si l'enregistrement est de moins bonne qualité.
Pareil pour moi... il y a quelque chose de plus passionné je trouve dans cette version. Même si 62 est déjà superbe.
Et à l'autre bout il y a Kna 51 bien sûr...

Sinon, dans les choses très intéressantes il y aussi :
- Ferdinand Leitner (1953 à Paris) avec Martha Mödl, Wolfgang Windgassen, Otto von Rohr (grandiose Gurnemanz!), Gustav Neidlinger.
- Herbert von Karajan (1961 à Vienne) avec Christa Ludwig, Fritz Uhl, Hans Hotter, Walter Berry, Eberhard Waechter (Elisabeth Höngen aussi...)
- Armin Jordan (1981 à Monte Carlo) avec Yvonne Minton, Reiner Goldberg, Robert Lloyd, Walfgang Schöne, Aag Haugland
- Jaap van Zweden (2010 à Amsterdam) avec Katarina Dalayman, Klaus Florian Vogt, Robert Holl, Falk Struckmann, Ante Jerkuna

Et puis des trucs non publiés comme :
- Leopold Ludwig (1971 à New-York) avec Irène Dalis, Sandor Kinya, Cesare Siepi (magique!), Thomas Stewart, John Macurdy
- James Levine (1985 à New-York) avec Leonie Rysanek, Jon Vickers, Kurt Moll, Simon Estes, Franz Mazura
- Daniele Gatti (2009 à Bayreuth) avec Mihoko Fujimura, Christopher Ventris, Kwangchul Youn, Detlef Roth, Thomas Jesatko)

Et plein d'autres! En fait, Parsifal est peut être l'opéra où j'aime le plus varier les versions!!
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

ermione
Messages : 47
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Re:

Message par ermione » 22 mai 2018, 16:49

abaris a écrit :
09 févr. 2006, 12:24
jeanlouis a écrit :Karajan 1980 : c'est par cette version que j'ai découvert Parsifal et je la trouve splendide . Je sais : Karajan se fait plaisir et la Kundry de Vejzovic ne fait pas le poids . Qu'importe , que c'est beau !
Il est de bon ton de porter la version Knappertsbush 1951 aux nues ! mais alors là que le son est mauvais ! je trouve cette version d'un ennui total .
La version Karajan est pourtant à déconseiller. Le chef n'y a rien à dire, le plateau vocal est plutôt médiocre : Vejzovic, Van Dam, Hoffmann. seraient tout juste acceptables sur une scène. Tout cela est difficilement défendable en comparaison des grands live de Bayreuth des années 50-60, notamment le Kna 51 avec les extraordinaires Mödl, London et Weber.
D'accord la version Karajan n'est pas passionnante... mais ne passez pas à côté du Gurnenmanz de Kurt Moll, immense chanteur idéalement enregistré ici
Balena in man del figlio
L'asta di Achille ancora,
Né sa temer periglio
Di Troja il vincitor.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9340
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Re:

Message par Bernard C » 30 mai 2018, 00:18

ermione a écrit :
22 mai 2018, 16:49
abaris a écrit :
09 févr. 2006, 12:24
jeanlouis a écrit :Karajan 1980 : c'est par cette version que j'ai découvert Parsifal et je la trouve splendide . Je sais : Karajan se fait plaisir et la Kundry de Vejzovic ne fait pas le poids . Qu'importe , que c'est beau !
Il est de bon ton de porter la version Knappertsbush 1951 aux nues ! mais alors là que le son est mauvais ! je trouve cette version d'un ennui total .
La version Karajan est pourtant à déconseiller. Le chef n'y a rien à dire, le plateau vocal est plutôt médiocre : Vejzovic, Van Dam, Hoffmann. seraient tout juste acceptables sur une scène. Tout cela est difficilement défendable en comparaison des grands live de Bayreuth des années 50-60, notamment le Kna 51 avec les extraordinaires Mödl, London et Weber.
D'accord la version Karajan n'est pas passionnante... mais ne passez pas à côté du Gurnenmanz de Kurt Moll, immense chanteur idéalement enregistré ici
Karajan est venu à l'occasion de cet enregistrement avec la distribution et la Philharmonie de Berlin au Palais Garnier le 1er juin 1981 pour donner le III acte de ce Parsifal.
Ce fut un choc , emportés dans une enveloppe mystique et l'enchantement à vous porter en lévitation.
Le plus fascinant que j'ai entendu.
On peut se rhabiller avec tout ce qu'on entend aujourd'hui.
Je suis surpris qu'on critique à ce point le "plateau vocal" , entre Hofmann, Moll et Van Dam.

( Il est vrai que je n'ai évidemment pas entendu la Kundry de l'enregistrement...pour mémoire, les micro interventions du III étaient tenus par Ringart)


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

ermione
Messages : 47
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Re: Re:

Message par ermione » 01 juin 2018, 15:11

Bernard C a écrit :
30 mai 2018, 00:18
ermione a écrit :
22 mai 2018, 16:49
abaris a écrit :
09 févr. 2006, 12:24
jeanlouis a écrit :Karajan 1980 : c'est par cette version que j'ai découvert Parsifal et je la trouve splendide . Je sais : Karajan se fait plaisir et la Kundry de Vejzovic ne fait pas le poids . Qu'importe , que c'est beau !
Il est de bon ton de porter la version Knappertsbush 1951 aux nues ! mais alors là que le son est mauvais ! je trouve cette version d'un ennui total .
La version Karajan est pourtant à déconseiller. Le chef n'y a rien à dire, le plateau vocal est plutôt médiocre : Vejzovic, Van Dam, Hoffmann. seraient tout juste acceptables sur une scène. Tout cela est difficilement défendable en comparaison des grands live de Bayreuth des années 50-60, notamment le Kna 51 avec les extraordinaires Mödl, London et Weber.
D'accord la version Karajan n'est pas passionnante... mais ne passez pas à côté du Gurnenmanz de Kurt Moll, immense chanteur idéalement enregistré ici
Karajan est venu à l'occasion de cet enregistrement avec la distribution et la Philharmonie de Berlin au Palais Garnier le 1er juin 1981 pour donner le III acte de ce Parsifal.
Ce fut un choc , emportés dans une enveloppe mystique et l'enchantement à vous porter en lévitation.
Le plus fascinant que j'ai entendu.
On peut se rhabiller avec tout ce qu'on entend aujourd'hui.
Je suis surpris qu'on critique à ce point le "plateau vocal" , entre Hofmann, Moll et Van Dam.

( Il est vrai que je n'ai évidemment pas entendu la Kundry de l'enregistrement...pour mémoire, les micro interventions du III étaient tenus par Ringart)


Bernard
pour ma part, j'étais très jeune quand on m'a offert ce coffret là. J'ai donc appris l'oeuvre avec cet enregistrement, pas indigne mais quand même loin derrière les Kna de bayreuth. Objectivement le couple hofmann / veijzovic plombe une bonne partie du plaisir de l'écoute (je le percevais déjà quand ,jeune rookie, je n'avais pas encore Thomas, Vickers ou surtout Windgassen dans l'oreille)
Aujourd’hui je ne recommanderais pas son achat, surtout pour découvrir Parsifal... mais Moll vaut le détour, et Van Damme demeure un immense artiste, même s'il me semble peut être un peu moins convainquant dans Wagner qu'il n'a pu l'être dans ses incarnations les plus marquantes.
Balena in man del figlio
L'asta di Achille ancora,
Né sa temer periglio
Di Troja il vincitor.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1556
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie de Parsifal

Message par Polyeucte » 01 juin 2018, 15:57

Après, pour Moll il y a moyen de l'entendre ailleurs...
Et pour Karajan, je préfère la version de 1961 je dois avouer... Hans Hotter magnifique, Ulh plutôt bien... Ludwig superbe (avec Höngen dans les actes impairs!!)... et prise de son de très bonne qualité pour un Karajan splendide.
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9340
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Re:

Message par Bernard C » 02 juin 2018, 09:35

ermione a écrit :
01 juin 2018, 15:11
Bernard C a écrit :
30 mai 2018, 00:18
ermione a écrit :
22 mai 2018, 16:49
abaris a écrit :
09 févr. 2006, 12:24
jeanlouis a écrit :Karajan 1980 : c'est par cette version que j'ai découvert Parsifal et je la trouve splendide . Je sais : Karajan se fait plaisir et la Kundry de Vejzovic ne fait pas le poids . Qu'importe , que c'est beau !
Il est de bon ton de porter la version Knappertsbush 1951 aux nues ! mais alors là que le son est mauvais ! je trouve cette version d'un ennui total .
La version Karajan est pourtant à déconseiller. Le chef n'y a rien à dire, le plateau vocal est plutôt médiocre : Vejzovic, Van Dam, Hoffmann. seraient tout juste acceptables sur une scène. Tout cela est difficilement défendable en comparaison des grands live de Bayreuth des années 50-60, notamment le Kna 51 avec les extraordinaires Mödl, London et Weber.
D'accord la version Karajan n'est pas passionnante... mais ne passez pas à côté du Gurnenmanz de Kurt Moll, immense chanteur idéalement enregistré ici
Karajan est venu à l'occasion de cet enregistrement avec la distribution et la Philharmonie de Berlin au Palais Garnier le 1er juin 1981 pour donner le III acte de ce Parsifal.
Ce fut un choc , emportés dans une enveloppe mystique et l'enchantement à vous porter en lévitation.
Le plus fascinant que j'ai entendu.
On peut se rhabiller avec tout ce qu'on entend aujourd'hui.
Je suis surpris qu'on critique à ce point le "plateau vocal" , entre Hofmann, Moll et Van Dam.

( Il est vrai que je n'ai évidemment pas entendu la Kundry de l'enregistrement...pour mémoire, les micro interventions du III étaient tenus par Ringart)


Bernard
pour ma part, j'étais très jeune quand on m'a offert ce coffret là. J'ai donc appris l'oeuvre avec cet enregistrement, pas indigne mais quand même loin derrière les Kna de bayreuth. Objectivement le couple hofmann / veijzovic plombe une bonne partie du plaisir de l'écoute (je le percevais déjà quand ,jeune rookie, je n'avais pas encore Thomas, Vickers ou surtout Windgassen dans l'oreille)
Aujourd’hui je ne recommanderais pas son achat, surtout pour découvrir Parsifal... mais Moll vaut le détour, et Van Damme demeure un immense artiste, même s'il me semble peut être un peu moins convainquant dans Wagner qu'il n'a pu l'être dans ses incarnations les plus marquantes.
Probablement,.
Je n'ai pas cet enregistrement.
Je ne faisais qu'une remarque sur ce que pouvait donner cet orchestre et ces chanteurs là sur scène.

Perso je me suis contenté depuis 50 ans des vinyles -de Knap. enregistré en 62 avec Thomas, London,Hotter ,Tavela, Dalis, Janowitz.
-Et de Jordan en 81 avec Goldberg, , Schöne,Lloyd ,Minton.

Je ne m'en suis jamais lassé.
Deux visions différentes et assez folles.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

ermione
Messages : 47
Enregistré le : 02 déc. 2005, 00:00

Re: Re:

Message par ermione » 04 juin 2018, 10:42

Bernard C a écrit :
02 juin 2018, 09:35
ermione a écrit :
01 juin 2018, 15:11
Bernard C a écrit :
30 mai 2018, 00:18
ermione a écrit :
22 mai 2018, 16:49
abaris a écrit :
09 févr. 2006, 12:24
jeanlouis a écrit :Karajan 1980 : c'est par cette version que j'ai découvert Parsifal et je la trouve splendide . Je sais : Karajan se fait plaisir et la Kundry de Vejzovic ne fait pas le poids . Qu'importe , que c'est beau !
Il est de bon ton de porter la version Knappertsbush 1951 aux nues ! mais alors là que le son est mauvais ! je trouve cette version d'un ennui total .
La version Karajan est pourtant à déconseiller. Le chef n'y a rien à dire, le plateau vocal est plutôt médiocre : Vejzovic, Van Dam, Hoffmann. seraient tout juste acceptables sur une scène. Tout cela est difficilement défendable en comparaison des grands live de Bayreuth des années 50-60, notamment le Kna 51 avec les extraordinaires Mödl, London et Weber.
D'accord la version Karajan n'est pas passionnante... mais ne passez pas à côté du Gurnenmanz de Kurt Moll, immense chanteur idéalement enregistré ici
Karajan est venu à l'occasion de cet enregistrement avec la distribution et la Philharmonie de Berlin au Palais Garnier le 1er juin 1981 pour donner le III acte de ce Parsifal.
Ce fut un choc , emportés dans une enveloppe mystique et l'enchantement à vous porter en lévitation.
Le plus fascinant que j'ai entendu.
On peut se rhabiller avec tout ce qu'on entend aujourd'hui.
Je suis surpris qu'on critique à ce point le "plateau vocal" , entre Hofmann, Moll et Van Dam.

( Il est vrai que je n'ai évidemment pas entendu la Kundry de l'enregistrement...pour mémoire, les micro interventions du III étaient tenus par Ringart)


Bernard
pour ma part, j'étais très jeune quand on m'a offert ce coffret là. J'ai donc appris l'oeuvre avec cet enregistrement, pas indigne mais quand même loin derrière les Kna de bayreuth. Objectivement le couple hofmann / veijzovic plombe une bonne partie du plaisir de l'écoute (je le percevais déjà quand ,jeune rookie, je n'avais pas encore Thomas, Vickers ou surtout Windgassen dans l'oreille)
Aujourd’hui je ne recommanderais pas son achat, surtout pour découvrir Parsifal... mais Moll vaut le détour, et Van Damme demeure un immense artiste, même s'il me semble peut être un peu moins convainquant dans Wagner qu'il n'a pu l'être dans ses incarnations les plus marquantes.
Probablement,.
Je n'ai pas cet enregistrement.
Je ne faisais qu'une remarque sur ce que pouvait donner cet orchestre et ces chanteurs là sur scène.

Perso je me suis contenté depuis 50 ans des vinyles -de Knap. enregistré en 62 avec Thomas, London,Hotter ,Tavela, Dalis, Janowitz.
-Et de Jordan en 81 avec Goldberg, , Schöne,Lloyd ,Minton.

Je ne m'en suis jamais lassé.
Deux visions différentes et assez folles.

Bernard
oui ! la version de 62 est celle que j'écoute en ce moment ; c'st un peu tard pour Hotter, et pourtant il y est miraculeux. Décidément ce chanteur me tue :)
Dalis fait un peu du "sous-Mödl" mais ca passe...
Balena in man del figlio
L'asta di Achille ancora,
Né sa temer periglio
Di Troja il vincitor.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 27 invités