Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Représentations
Avatar du membre
Il prezzo
Alto
Alto
Messages : 387
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par Il prezzo » 21 mai 2018, 15:02

Michael Schönwandt: direction musicale
John Fulljames: mise en scène
Aylin Bozok: reprise de mise en scène
Dick Bird: décors
Christina Cunningham: costumes
Lee Curran: lumières

Giovanni Meoni: Nabucco
David Giusti: Ismaël
Luiz-Ottavio Faria: Zaccaria
Jennifer Check: Abigaille
Fleur Barron: Fenena
David Ireland: le Grand Prêtre
Nikola Todorovitch: Abdallo
Maria Sénié: Anna
a.jpg
a.jpg (114.4 Kio) Vu 706 fois

Représentation du 20 mai 2018

C'est dans un Corum de Montpellier comble qu'est reprise la production de l'Opéra national de Lorraine (2014) du très populaire Nabucco.
L'avantage des oeuvres "mineures", c'est que par essence on les a moins vues et entendues, de sorte que l'obsession comparative est moins présente, et ne vient donc pas trop perturber ni le ressenti live ni le jugement a posteriori.

De fait, pour ce qui me concerne, seulement trois Nabucco: Orange 89 (Dimitrova), Bastille 95 (aucun autre souvenir de la mes de Carsen que la vision d'un immense escalier à jardin, encore moins de la distribution pourtant exceptionnelle: Lafont, Varady, Ramey, Urmana, Cura; ah mémoire sélective,  quand tu nous tiens!) et... Zagreb 2000!
b.jpg
b.jpg (138.5 Kio) Vu 705 fois

Pourtant les oreilles reconnaissent immédiatement airs et ensembles du jeune mais déjà grand Verdi, ce qui prouve qu'on a bien dû les entendre souvent, et vient quelque peu contredire l'idée avancée d'oeuvre "mineure". On retrouve (et on apprécie presque physiquement, de façon régressive) le "balancement rythmé" des airs verdiens (le pom pom pom, repris même dans le fameux duo Daland-Holländer), qui ne tardera pas à disparaître des chef d'oeuvre suivants.

Le parti de mise en scène semble assez malin au première abord: plutôt que d'avoir à resituer les différents tableaux d'un passé antique difficilement représentable sur scène de façon crédible et qui parle à nos regards blasés, le choix est fait de faire jouer toute l'histoire par les paroissiens d'une (somptueuse) synagogue, un peu à la manière des contes de Noël de nos églises. D'où le temple de Jérusalem en modèle réduit (qui s'embrase), les enfants-soldats à masque barbu de Nabuchodonosor, etc...
Théâtre dans le théâtre qui fonctionne bien, même si une certaine lassitude s'installe quand la tension dramatique n'est pas au rendez-vous.
c.jpg
c.jpg (132.97 Kio) Vu 705 fois

Ce choix évite donc la représentation littérale quasi impossible, tout comme les transpositions contemporaines -ou futuristes- (qu'on préfère ne pas imaginer!). Le parti a ses limites, mais fonctionne. Surtout grâce au cadre (unique) somptueux d'un intérieur de synagogue superbement éclairé, avec escaliers menant à des tribunes latérales et de fond, sous une très belle verrière,  où l'action continue de se développer.

Les costumes du mi-vingtieme siècle ont cependant les connotations troublantes qu'on y associe (Nabucco = shoah assyrienne?), renforçant inutilement le parti clairement pro-Israel du livret.
d.jpg
d.jpg (138.03 Kio) Vu 705 fois

Côté distribution, pas de vraies inadéquations à des rôles déjà si bien typés par le jeune Verdi.
Une excellente Fenena (Fleur Barron), qui, dans les ensembles, en remontre même à Abigaille par sa projection. Malheureusement très injustement servie par la partition, son dernier (et quasi seul) air solo ne lui offre pas la virtuosité qu'elle mérite.
Ismaël falot de David Giusti  (mais in fine, petit rôle également).
Un Zacharie superlatif, le brésilien Luis-Ottavio Faria (remplaçant Oren Gradus), qui pour moi, domine la soirée (avec Abigaille): puissance, timbre barytonant  déchiré, un grave extraordinaire, une présence. A suivre (sa bio indique que ses rôles fétiches sont le Grand Inquisiteur et Zacharie).
Le Nabucco de Giovanni Meoni, gâté, lui, par le compositeur, déçoit. La voix est belle mais manque de projection et l'acteur de charisme, malgré un très prenant "Dio di Giuda" au 4e acte (qui démarre musicalement comme un copié collé de "In mia man"...). Et malgré aussi un duo très touchant avec Abigaille au 3e acte (autour d'un peu crédible bureau vintage à caissons, mais rappelons-nous, nos paroissiens ont pris ce qu'ils avaient sous la main pour jouer leurs saynètes!).
e.jpg
e.jpg (90.03 Kio) Vu 705 fois

D'Abigaille, on attend caricaturalement les rabâchés "écarts de tessiture meurtriers" (!), qui ce soir m'apparaissent un peu "gratuits" (qu'amènent-ils de fait, à part la ruine des cordes vocales?); la  tessiture de Lady Macbeth sera tout autant efficace en restant plus homogène... L'américaine Jennifer Check tient très bien la route, sur toute l'étendue du registre de ce difficile rôle  (moins pourtant que la Lady sus-citée il me semble). La chanteuse, après une phase d'échauffement que Verdi semble lui dénier, se révèle excellente, incarnation sincère, et émeut vraiment dans son ultime air de renoncement, tout en demi teintes.

Il reste qu'il est dur de s'investir (et s'identifier) dans cette action dramatique aux caractères trop stéréotypés et grandiloquents. Que de chemin encore à parcourir par le compositeur pour nous faire vraiment pleurer au sort d'Aida.

L'orchestre de Michael Schönwandt évite les quelques tsoin-tsoins de la partition, et accompagne avec rutilance les ensembles.

Anecdote: public parfois très jeune, avec devant nous un père et ses trois enfants de 4 à 8 ans!. Le plus jeune sur les genoux de son père, scotché durant toute la représentation et en particulier devant le choeur des esclaves. Espoir culturel pour nos jeunes?

Bis du célébrissime choeur après les saluts. Entendu un "Viva Verdi !"

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19497
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par JdeB » 21 mai 2018, 16:35

Nabucco n'a pas été donné à Montpellier ces 4 ou 5 dernières décennies !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par jerome » 21 mai 2018, 17:27

Ah ben pareil pour Nancy. On n'avait pas eu Nabucco depuis les années 70!!
Et c'est bien la raison pour laquelle cette nouvelle production m'avait mis hors de moi car j'ai détesté cette mise en scène statique, creuse, vide!
Il y a tout de même transposition semi-contemporaine dès lors que l'action est située en plein milieu du 20ème siècle, ce qui n'a aucun intérêt.
Sans faire du littéral absolu une conception plus intemporelle sans aucune contemporanéité (et le 20ème siècle en fait partie!) et avec quelques points d'ancrage antiques aurait été mieux venue.
Concernant les écarts meurtriers de la vocalité d'Abigaille, ce sont à peu près tous les rôles verdiens de soprano et de mezzo et ... les autres voix qui seront soumis à de tels écarts. Lady Macbeth te parait plus homogène mais honnêtement l'écriture vocale en est tout aussi terrifiante qu'Abigaille.
On peut penser ce qu'on veut de cet opéra, mais il n'empêche qu'il est majeur dans le parcours de Verdi et qu'il contient bon nombre de pages absolument magnifiques qui ne déparent pas dans une comparaison avec tous les ouvrages postérieurs du compositeur.

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 784
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par Oylandoy » 21 mai 2018, 18:51

Photos du CR de Il prezzo : Marc Ginot
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par Loïs » 22 mai 2018, 08:22

Il prezzo a écrit :
21 mai 2018, 15:02
Une excellente Fenena (Fleur Baron), qui, dans les ensembles, en remontre même à Abigaille par sa projection. Malheureusement très injustement servie par la partition, son dernier (et quasi seul) air solo ne lui offre pas la virtuosité qu'elle mérite.
Je me demande si j'ai assisté ou entendu seulement parler d'une Fenena qui n'aurait pas plu au public.
C'est un rôle en or qui ne demande pas grand chose (hormis un beau timbre), Verdi fait le reste et la mezzo récolte les applaudissements aux saluts

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par jerome » 22 mai 2018, 09:12

Un rôle en or ?? Fenena, c'est vraiment un rôle très secondaire à tous les niveaux...

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par Loïs » 22 mai 2018, 09:32

jerome a écrit :
22 mai 2018, 09:12
Un rôle en or ?? Fenena, c'est vraiment un rôle très secondaire à tous les niveaux...
Change le métal si tu veux :D mais c'est un rôle ou quoique tu fasses tu seras surement applaudie

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3396
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par micaela » 22 mai 2018, 09:39

Ca peut être ça , un rôle en or : un rôle qui assure des applaudissements aux saluts, sans avoir à beaucoup en faire avant et/ou une occasion pour l'interprète de se faire remarquer.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par jerome » 22 mai 2018, 09:56

C'est un rôle forcément applaudi comme tous les rôles secondaires le sont toujours de manière un peu indifférente. Et jamais Fenena n'est ovationnée ni huée parce que le public n'attend rien de spécial d'elle (idem pour le ténor d'ailleurs!) contrairement aux 3 rôles principaux que sont Nabucco, Abigaille et Zaccaria.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi - Nabucco - Schönwandt / Fulljames - Montpellier - 05/2018

Message par Loïs » 22 mai 2018, 10:06

jerome a écrit :
22 mai 2018, 09:56
C'est un rôle forcément applaudi comme tous les rôles secondaires le sont toujours de manière un peu indifférente. Et jamais Fenena n'est ovationnée ni huée parce que le public n'attend rien de spécial d'elle (idem pour le ténor d'ailleurs!) contrairement aux 3 rôles principaux que sont Nabucco, Abigaille et Zaccaria.
La prière du dernier acte fait toujours un grand effet sur le public et lui garantit des beaux applaudissements voire très soutenus, si tu ne veux pas parler d'ovation, comme Budai ou Dehayes aux Chorégies
Plutôt que rôle en or, on dira rôle cadeau. Je viens d'ouvrir un fil dédié

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités