Discographie Grisélidis de Massenet

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3384
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Loïs » 12 janv. 2018, 11:04

Composé dans les mêmes années que Cendrillon et le Jongleur de Notre Dame, l'opéra se base sur une légende médiévale du XIIème qui avait déjà inspirée Boccace,Petrarque et Perrault.
Lors de sa création Reynaldo Hahn écrivit à Jules Massenet :
« Le mystère calme du prologue, le débordement de tendresse du premier acte, l'énervante et délicieuse ivresse du 2nd, l'énergie simple et noble du dernier m'ont enchanté […]
Ce que j'ai le plus admiré, c'est l'effroyable angoisse de la fin du 2e acte, à partir du moment où ils s'asseyent sur le banc […]
Ce que j'ai le plus aimé, c'est la ravissante et belle élégie de Grisélidis à son entrée (2e acte). Ce sont mes deux points extrêmes. Et entre eux, que de beautés !
Mais avant tout, surtout et après tout, l'orchestre ! […]
Ni Esclarmonde, ni Werther,ni aucun de vos ballets, ni la fiévreuse Manon, ni Cendrillon (dont l'orchestre pourtant… !) ni rien, n'est comparable dans votre œuvre à cette orchestration. »

Pour moi j’y ai puisé mon avatar et j’avoue ma faiblesse pour cette oeuvre qui se déroule en Provence.

L’histoire ? Le Marquis de Saluces, époux de Grisélidis, en partant en croisade défie le Diable de prouver que sa femme puisse être infidèle. Pari relevé et le Diable qui se présente sous un visage de bon Diable (il deviendra franchement désagréable à la fin) saisit l‘occasion de venir se détendre les pattes (sabotées) sur terre et surtout de fuir sa virago de femme qui le suit partout n’ayant aucune confiance en lui (c’est normal, elle porte déjà des cornes). L’air d’entrée du Diable « Qu’on est bien loin de sa femme » est un sommet mais comme il dit si bien «quand le chat n’est pas là les souris dansent » juste avant qu’une aigre voix ne retentisse « le chat est là Monsieur ». Raté la Diablesse débarque et empêche ce bon bougre de tester par lui-même la fidélité de la Marquise. Qu’à cela ne tiennent il lui envoie dans les pattes le jeune berger Alain (« ouvrez-vous sur mon front portes du paradis » »je suis l’oiseau que le frisson d’hier chasse de la ramée ») mais la Marquise résiste. Le Diable perdant patience, triche et lui enlève son fils Loys.
Mais tout finira bien Sainte Agnès ramènera l’enfant à ses parents et chassera « le Diable de ces lieux à jamais »

A ma connaissance quatre versions :

Un studio de 1959 dirigé par Gustave Cloëz avec Geneviève Moizan, Janine Collard, Jean Mollien, Michel Roux & Claude Geny. Il s’agit d’une version en extraits
Jean Mollien surprend par l’énergie des aigus dès l’entrée, et l’élégance du chant. Même si cela date un peu, un ténor qui ne sonne jamais mièvre mais jeune, romantique et viril (je connais des jeunes ténors qui ne perdraient pas leur temps à l’écouter) Geneviève Moizan a les exacts moyens du rôle et la fraicheur de voix nécessaire mais l’écoute est malheureusement réservée aux habitués de l’époque d’autant plus que la prise de son ne la flatte pas et rend sa voix étriquée. Sautereau surprend par sa jeunesse dans le rôle de Betrade, plutôt dévolue aux duègnes. L’utilisation de timbres clairs pour les registres bas ou médians trahit décidemment l’âge de l’enregistrement. Après Sautereau, Michel Roux. Au-delà de l’intelligence du chant et de l’interprétation de Michel de Roux, nous sommes ici plus encore loin des canons actuels et décidemment la voix parait trop légère pour un diable se frottant à Moizan ou Mollien. Même commentaire pour sa femme au disque Collard. Claude Geny, lui aussi au timbre clair, assure un mâle marquis.
Direction très théatrale ; dommage qu’il y ait autant de souffle.
A noter que Malibran le réédite avec la Navarraise (Moizan, Vanzo, Mars, Hartemann, 1962) où la prise de son nous restitue la voix de Moizan même si elle est une Anita un peu chic pour cet opéra vériste et où Vanzo est égal à lui-même : un cadeau pour l’écoute.


Peu de temps après, un second studio intégral de 1963 dirigé par Roger Alpres toujours avec Geneviève Moizan, accompagnée ici par André Mallabrera et Xavier Depraz.
De grands noms mais dont l’écoute date toujours aussi clairement notamment pour les deux premiers avec ce vibrato aigrelet, témoin d’une époque révolue Et puis Depraz, exact de format vocal, est trop sérieux.

Une version concert enregistrée en 1993 à Saint Etienne, dirigée par Patrick Fournillier, la plus connue. Michèle Command peut donner à certains l’impression de jouer la grenouille qui joue elle-même au bœuf (certaines notes passées en forte gagneraient en nuance) mais l’interprétation est émouvante et elle campe une Grisélidis qui maitrise sa destinée et en impose vocalement. Jean-Luc Viala (Alain) tout en juvénilité impressionne dès l’air d’entrée par le rayonnement de ses aigus, le charme de la voix, et Didier Henry compose un Marquis irréprochable de style. Mais le succès de l’enregistrement repose sur la performance de Jean-Philippe Courtis. Il compose le Diable de référence, drôle, roublard, bon enfant et couard devant sa femme puis cynique pour gagner son pari. Il fut un des plus beaux éléments de la scène française dans les années 80 & 90 et offre une leçon de chant et de style

Enfin une seconde version live (issue de représentations au festival de Wexford en 1982) avec Rosemary(ie) Landry (Grisélidis), Sergei Leiferkus (le Marquis), Howard Haskin (Alain) et Günter von Kannen (le Diable) ; Robin Stapelton assure la direction.
Hormis l’Acadienne Landry, aucun francophone dans la distribution, il ne faut pas s’attendre à des miracles et cela va du bon (Howard), à l’acceptable (Kannen) voire au moins bon (Leiferkus)
Alain & Grisélidis attirent les mêmes commentaires : un timbre voilé et des aigus où l’effort s’entend et une interprétation qui ne marque pas les mémoires (on s’ennuie même carrément lors du duo avec un ténor qui compte ses temps et se préoccupe de ses aryténoïdes et une soprano inaudible qui essaie de masquer des limites vocales rapidement atteintes et la battue trop lente et apathique n’arrange pas les choses). Leiferkus, attribution de luxe, offre bien sur le meilleur Marquis de la discographie avec des moyens magnifiques et une remarquable interprétation mais il est rarement compréhensible.
L’Albérich de Bayreuth s’amuse dans son rôle de Diable et le matériau est beau, vocalement c’est certainement le plus intéressant des quatre mais pour le style il a à priori un peu trop écouté le Mephisto de Christoff.
La direction de Stapelton joue clairement la carte de la tendresse et du charme avec de très belles couleurs mais cela manque de nerf et confine à l’ennui trop souvent.
En bonus tracks : des extraits de Cendrillon avec Quilico, Forrester & Von Stade (Ottawa 1979)

Au bilan ? Deux studios et deux live ce qui illustre aussi la tendance actuelle pour des oeuvres peu rentables. Les deux premiers enregistrements datent par trop et sont réservés à un public averti (je ne doute pas qu’Altini & Marcelin Duclos les connaissent) mais j’insiste : prenez le temps d’écouter Mollien, vous ne le regretterez pas.
Si les valeurs vocales du Diable et du Marquis plairont à un public non francophone (mais pas un ténor ennuyeux comme la pluie ni une soprano dépassée par la tessiture, la version Fourniller reste la référence avec un plateau entièrement respectueux de la langue et du style, et qui vit.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1558
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Polyeucte » 12 janv. 2018, 11:21

Merci pour ce bilan! J'étais toujours resté sur la version Fourniller... mais Moizan en Grisélidis ça me tente beaucoup!
Pourrais-tu en dire un peu plus sur la version de 1963? Parce que même si Depraz doit en effet peiner à trouver le côté truculent du diable... je suis très tenté a priori.

Mais on ne remerciera jamais assez Fourniller pour tous ses enregistrements de Massenet : superbe Cléopâtre de référence (en même temps vu le manque de concurrence... mais franchement magnifique!), grandiose Esclarmonde (il fallait s'y risquer après Bonynge!), Amadis géniale, une Vierge voluptueuse (parfaitement en accord avec la partition de cet oratorio de Massenet).
On lui doit beaucoup pour Massenet (tout comme Campellone par la suite!)
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3384
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Loïs » 12 janv. 2018, 11:26

Polyeucte a écrit :
12 janv. 2018, 11:21
Pourrais-tu en dire un peu plus sur la version de 1963? Parce que même si Depraz doit en effet peiner à trouver le côté truculent du diable... je suis très tenté a priori.
L'écoute est en ligne. Je dois avouer que je l'ai écouté qu'une seule fois et j'avais pris brièvement des notes. je ne me sens pas particulièrement attiré à y retourner:
https://www.youtube.com/watch?v=fTzUd0D4P4E

Pour la première version, elle vient d'être rééditée chez Malibran

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1558
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Polyeucte » 12 janv. 2018, 13:01

Merci! Je vais aller y jeter une oreille... :D
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3384
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Loïs » 12 janv. 2018, 13:40

Polyeucte a écrit :
12 janv. 2018, 13:01
Merci! Je vais aller y jeter une oreille... :D
Pour info additionnelle: il y a des coupures dans les deux versions studio (début dernier acte) et dans la version de Wexford le diable a le dernier mot : il part se faire ermite ! Mais je ne trouve pas trace de cela dans ma partition

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1558
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Polyeucte » 12 janv. 2018, 13:45

Loïs a écrit :
12 janv. 2018, 13:40
Pour info additionnelle: il y a des coupures dans les deux versions studios (début dernier acte) et dans la version de Wexford le diable a le dernier mot : il part se faire ermite ! Mais je ne trouve pas trace de cela dans ma partition
Je n'ai jamais examiné la partition...
Pour les coupures, j'imagine bien vu la durée. Mais de toute façon, c'est surtout pour entendre Moizan dans ce rôle.
Pour le reste, Fourniller!
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3384
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Loïs » 12 janv. 2018, 13:49

Polyeucte a écrit :
12 janv. 2018, 13:45
Loïs a écrit :
12 janv. 2018, 13:40
Pour info additionnelle: il y a des coupures dans les deux versions studios (début dernier acte) et dans la version de Wexford le diable a le dernier mot : il part se faire ermite ! Mais je ne trouve pas trace de cela dans ma partition
Je n'ai jamais examiné la partition...
Pour les coupures, j'imagine bien vu la durée. Mais de toute façon, c'est surtout pour entendre Moizan dans ce rôle.
Pour le reste, Fourniller!
La version de Wexford s'écoute une fois et on passe à autre chose mais par contre les extraits du Cendrillon avec von Stade, Quilico (le Grand, pas le II) et Maureen Forrester sont de véritables pépites. Je ne trouve pas l'enregistrement en intégral (il y a des traces de vidéo sur Voldemort) et ne sais pas qui faisait la fée

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1558
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Polyeucte » 12 janv. 2018, 14:24

Loïs a écrit :
12 janv. 2018, 13:49
La version de Wexford s'écoute une fois et on passe à autre chose mais par contre les extraits du Cendrillon avec von Stade, Quilico (le Grand, pas le II) et Maureen Forrester sont de véritables pépites. Je ne trouve pas l'enregistrement en intégral (il y a des traces de vidéo sur Voldemort) et ne sais pas qui faisait la fée
Conductor Mario Bernardi - 1979(LI)
Orchestra - National Arts Centre Orchestra
Chorus - Chorus

Cendrillon - Frederica Von Stade
Le Prince charmant - Delia Wallis
Mme. de la Haltière - Maureen Forrester
Pandolfe - Louis Quilico
La Fée - Ruth Welting
Noémie - Michèle Boucher
Dorothée - Gabrielle Lavigne

A priori, c'est disponible en version vidéo chez Opera Passion... mais bon, ça reste moyen comme source...
(sinon, moi j'aime bien aussi Guilico II :oops: )
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3384
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Loïs » 12 janv. 2018, 14:43

Polyeucte a écrit :
12 janv. 2018, 14:24
(sinon, moi j'aime bien aussi Guilico II :oops: )
Corrige ton temps : nous l'avons bien aimé quand il savait rester un baryton lyrique au charme fou et qu'il ne croyait pas avoir la voix de papa à chanter les Iago et autres rôles qui l'on démoli en quelques saisons
Je n'oublie pas à Toulouse son Figaro et Montségur (d'ailleurs à ce propos il y a écrit face à son nom sur la partition baryton martin)
Escamillo à Orange c'était déjà trop (mais ok lui ne ressemblait pas à un picador)

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1558
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Discographie Grisélidis de Massenet

Message par Polyeucte » 12 janv. 2018, 14:56

Loïs a écrit :
12 janv. 2018, 14:43
Corrige ton temps : nous l'avons bien aimé quand il savait rester un baryton lyrique au charme fou et qu'il ne croyait pas avoir la voix de papa à chanter les Iago et autres rôles qui l'on démoli en quelques saisons
Je n'oublie pas à Toulouse son Figaro et Montségur (d'ailleurs à ce propos il y a écrit face à son nom sur la partition baryton martin)
Escamillo à Orange c'était déjà trop (mais ok lui ne ressemblait pas à un picador)
Ah oui! Moi je l'aime dans les rôles français principalement : Roi Arthus de Chausson, Les Pêcheurs de Perles, Roméo et Juliette... et puis en Figaro en effet!
Un timbre jeune et clair... son Arthus par exemple est assez insurpassable à mon goût (on dérive... mais bon, on reste dans l'opéra français non? :eyes: )
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 18 invités