Verdi: La Traviata - Luisotti/Copley - San Francisco 06/2014

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9221
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Verdi: La Traviata - Luisotti/Copley - San Francisco 06/2014

Message par Bernard C » 13 juin 2014, 22:07

Verdi , La Traviata au War Memorial House -San Francisco- du 11 juin au 13 juillet 2014


De retour pour la sixième fois depuis 1989 , cette production est comme la Zeffirelli au Met , incassable .

J'y attendais la prise de rôle de Cabell ( qui remplace Yoncheva enceinte ) avec Pirgu en Alfredo ( souffrant l'an dernier face à Damrau au Met ) .

Mais les échos de la première sont assez impressionnants de sévérité :

"Que vous veniez au War Memorial ou que vous restiez chez vous pour la rediffusion à la télé de Seinfeld ....c'est votre choix ".( SF Gate ) :mrgreen:

D'autres échos sont plus positifs ...mais globalement tout le monde s'accorde sur le manque d'émotion provoquée par cette représentation , malgré une certaine qualité des voix ...


Pour s'encourager retenons les mots du San Francisco Chronicle :

Nicole Cabell "brought her considerable vocal glamour to bear on a rich and haunting account of Violetta's last-act aria 'Addio del passato.' The dark, husky colors in her voice came to the fore here, lending a mysterious and almost otherworldly urgency to Violetta's plight."


VIOLETTA VALÉRY :NICOLE CABELL
ALFREDO GERMONT : SAIMIR PIRGU
GIORGIO GERMONT : VLADIMIR STOYANOV
FLORA BERVOIX : ZANDA SVEDE
GASTONE : DANIEL MONTENEGRO
BARON DOUPHOL : DALE TRAVIS
MARQUIS D'OBIGNY : HADLEIGH ADAMS
DOCTOR GRENVIL : ANDREW CRAIG BROWN
ANNINA : ERIN JOHNSON
GIUSEPPE : CHRISTOPHER JACKSON
FLORA'S SERVANT : TORLEF BORSTING
MESSENGER : BOJAN KNEŽEVIĆ

CONDUCTOR : NICOLA LUISOTTI
ORIGINAL DIRECTOR : JOHN COPLEY
SET DESIGNER : JOHN CONKLIN
COSTUME DESIGNER : DAVID WALKER
LIGHTING DESIGNER :GARY MARDER
CHORUS DIRECTOR : IAN ROBERTSON
CHOREOGRAPHER : YAELISA .
FIGHT DIRECTOR : DAVE MAIER


Je ferai un commentaire sur les chanteurs ( parce que sur la mise en scène c'est inutile ) après la représentation du 20 juin 2014 .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Asvo
Ténor
Ténor
Messages : 803
Enregistré le : 05 févr. 2011, 00:00
Contact :

Re: Verdi-La Traviata-Luisotti/Copley-San Francisco- 06/2014

Message par Asvo » 14 juin 2014, 07:20

Ça m'intéresse de savoir ce que Pirgu est devenu dans le rôle d'Alfredo. Je lui avait trouvé une belle énergie et une belle fougue au Met, malheureusement plombés par des problèmes de justesse et d'aigus.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9221
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi-La Traviata-Luisotti/Copley-San Francisco- 06/2014

Message par Bernard C » 14 juin 2014, 19:28

Asvo a écrit :Ça m'intéresse de savoir ce que Pirgu est devenu dans le rôle d'Alfredo. Je lui avait trouvé une belle énergie et une belle fougue au Met, malheureusement plombés par des problèmes de justesse et d'aigus.
Je l'ai entendu récemment à Los Angeles ( en mars 14 ) dans Edgardo . Il a pris du volume , mais m'a beaucoup inquiété . Les harmoniques s'altèrent au fur et à mesure qu'il impose à sa voix des rôles bien trop lourds .

viewtopic.php?p=222290#p222290

Je ne suis pas très optimiste à propos de ce chanteur que j'ai adoré à ses débuts , et notamment dans Mozart .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9221
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi: La Traviata - Luisotti/Copley - San Francisco 06/

Message par Bernard C » 21 juin 2014, 18:36

Représentation du 20 juin 2014

Après la production remarquable , même si non dénuée de défauts de Paris , cette Traviata du San Francisco Opera , grande maison s'il en est , est comme un énorme gâteau indigeste à avaler . Sixième revival de la production de Copley , toutes les lourdeurs Napoleon III nous plombent la scène , les costumes à crinolines sont démesurés , les spectatrices font un " Aââaaaôoooo" d'émerveillement à chaque lever de rideau comme découvrant une image de leur livre de princesse de petite fille .
On repère Traviata dans cette débauche rouge et or car elle est en blanc ...à partir du II 2 elle sera en noir.

Il n'y a rien à dire , tout ce théâtre n'est là que pour encombrer le regard d'images où disparaissent tous les enjeux du drame .
Ajoutons à celà que nombre de spectateurs ne semblent avoir aucune idée de l'opéra , ils n'entrent plus dans sa convention ...ils sont dans la série télé . Tout est prétexte à rires , notamment chaque entrée de Germont Père :

"D'Alfredo il padre in me vedete " : hahahaaaaaaaa hihihihiiiiiii !
"Pura siccome un angelo iddio mi diè una figlia " hahâhahaaapfuuuuuu !

Au dernier acte :

"Ahime ! Tardi giungeste ! ..." : hihihihiiiiiii !

Ça donne des envies de meurtre .

Sur scène les chanteurs jouent l'histoire , avec bonne volonté et professionnalisme , Ils sont surtout attentifs à faire leurs notes .
A noter le grand succès de la danse de Piquillo , superbes claquettes de l' hidalgo ( Timo Nuñez ) qui fait pâmer aussi bien les femmes que les nombreux gays de l'audience , accompagné de deux danseuses de flamenco aux castagnettes

Image

La distribution:

Nicole Cabell : pas mûre pour chanter Violetta , la voix est belle , bien sûr , les vocalises du I aisées mais précipitées , sans style , sans respiration .
Le II serait mieux réussi car à défaut d'une richesse dans les graves , le timbre enchante dans les phrases lyriques.
Au trois , elle tousse mais n'émeut guère .

On retient la beauté du matériau vocal mais une incarnation de surface , et un style bien trop rudimentaire.

Saimir Pirgu n'a rien , strictement rien à faire dans Alfredo . Il est bel homme , bon acteur et il a un chant magnifique et un timbre chaud admirable dans l'ambitus qui est le sien . Mais il n'a aucun moyen du rôle , notamment aucun aigu , aucune projection .
Prudent , ou plutôt n'ayant même plus les moyens de gueuler il escamote tous les aigus et s'arrête de chanter .L'accueil sera glacial .
C'est rédhibitoire.
Et il faut éviter il est incapable de chanter Verdi .

Vladimir Stoyanov : le meilleur des trois , mais bien seul et assez peu concerné dans cette grosse patisserie indigeste.

Luisotti a pourtant bien enlevé ce qui reste pour moi un des plus beaux orchestres d'opéra du monde , aux cordes incomparables , aux couleurs et aux timbres enchanteurs .
Rien que pour l'orchestre et pour le show du changement de décors entre le I et le II ( viewtopic.php?p=228679#p228679 ) il fallait être là ce 20 juin .

Pour le reste une Traviata évitable ....surtout après celle de Paris !

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Christopher
Baryton
Baryton
Messages : 1964
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Re: Verdi: La Traviata - Luisotti/Copley - San Francisco 06/

Message par Christopher » 21 juin 2014, 19:09

extrait video de cette production flamboyante

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9221
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi: La Traviata - Luisotti/Copley - San Francisco 06/

Message par Bernard C » 21 juin 2014, 20:16

Christopher a écrit :extrait video de cette production flamboyante

Merci Christopher , le podcast est très bien fait .
Cest beau c'est séduisant et c'est tout à fait ça .

Suis je trop sévère ? Non ça ne tient plus la distance de ce qu'on attend de Traviata , de sa profondeur , de son intensité .

Bastille et Jacquot face à ça ...c'est presque du Bergman ... :wink:

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 65 invités