Riccardo Muti accepte !

Sujets inclassables !

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8265
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 05 janv. 2012, 01:30

tuano a écrit :Aucune chanteuse n'a jamais osé chanter le mi-bémol à la place de la descente qui précède pour que l'orchestre n'ait pas à ralentir ou à s'interrompre ?
Si! Renée Fleming lors de sa prise de rôle à Houston en 2003. :wink:

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10849
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 05 janv. 2012, 01:34

Merci ! J'ai enfin pu écouter ce mi-bémol comme j'en rêvais. :)

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 05 janv. 2012, 09:55

jerome a écrit :
tuano a écrit :Aucune chanteuse n'a jamais osé chanter le mi-bémol à la place de la descente qui précède pour que l'orchestre n'ait pas à ralentir ou à s'interrompre ?
Si! Renée Fleming lors de sa prise de rôle à Houston en 2003. :wink:
Oui je m'en souviens, elle enchaîne directement après le contre-ut sans respirer, mais je pense qu'elle a fait un point d'orgue forçant le chef à retenir l'orchestre.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 05 janv. 2012, 09:59

Piem67 a écrit :Si Verdi n'a pas écrit les contre-ut dans "Di quella pira", n'est-ce pas parce que le ténor pour lequel il écrivait (et qui donc allait assurer la création de l'œuvre) n'était pas capable de les faire ?... En quel cas, c'est tout à fait idiot de la part de Muti de les interdire !
D'ailleurs, il me semble que Verdi les a acceptés de son vivant (pour cet air-là, mais à vérifier) "seulement s'ils sont beaux"... (je cite de mémoire)
Cette attitude de Muti me semble tout aussi bornée que celle des premiers baroqueux...
Je ne sais pas si à l'époque le contre-ut "de poitrine" lancé par Gilbert Duprez était très courant et si beaucoup de ténors étaient capables de le chanter. Parce qu'un contre-ut en fin de di quella pira en falsetto ne ferait pas super viril pour un air aussi vigoureux ! :lol:

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13144
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 05 janv. 2012, 10:14

jean-didier a écrit :
Piem67 a écrit :Si Verdi n'a pas écrit les contre-ut dans "Di quella pira", n'est-ce pas parce que le ténor pour lequel il écrivait (et qui donc allait assurer la création de l'œuvre) n'était pas capable de les faire ?... En quel cas, c'est tout à fait idiot de la part de Muti de les interdire !
D'ailleurs, il me semble que Verdi les a acceptés de son vivant (pour cet air-là, mais à vérifier) "seulement s'ils sont beaux"... (je cite de mémoire)
Cette attitude de Muti me semble tout aussi bornée que celle des premiers baroqueux...
Je ne sais pas si à l'époque le contre-ut "de poitrine" lancé par Gilbert Duprez était très courant et si beaucoup de ténors étaient capables de le chanter. Parce qu'un contre-ut en fin de di quella pira en falsetto ne ferait pas super viril pour un air aussi vigoureux ! :lol:

J’ai toujours été très intrigué par cette histoire de contre-ut de poitrine à la Duprez dans Guillaume Tell.
Air et cabalette, il doit y avoir 6 ou 7 contre-ut dont le dernier uniquement (non écrit) aurait été émis en poitrine. A côté de ça, il doit y avoir d’autres zut dans la partition : émis comment ? Falsetto, mixte ?
Franchement, j’ai du mal à imaginer à quoi pouvait ressembler ce mélange hétéroclite falsetto / mixte / poitrine.
J’ai retrouvé un exemplaire des mémoires de Duprez : il y a des choses très intéressantes sur les horaires de diligences et la complexité des correspondances entre Naples et Paris, les tarifs des hôtels et les cachets des théâtres. Mais sur l’art et la technique : peau de balle.
"Quant à Madame Sonya Netrebkheros, je tiens à vous rassurer, chers mécènes : elle est à Paris et elle a commencé les répétitions !". Liz Nerves.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8265
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 05 janv. 2012, 10:24

jean-didier a écrit :mais je pense qu'elle a fait un point d'orgue forçant le chef à retenir l'orchestre.
ah non! pas du tout!! regarde bien sur la partition page précédente.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 05 janv. 2012, 11:22

PlacidoCarrerotti a écrit : J’ai toujours été très intrigué par cette histoire de contre-ut de poitrine à la Duprez dans Guillaume Tell.
Air et cabalette, il doit y avoir 6 ou 7 contre-ut dont le dernier uniquement (non écrit) aurait été émis en poitrine. A côté de ça, il doit y avoir d’autres zut dans la partition : émis comment ? Falsetto, mixte ?
Franchement, j’ai du mal à imaginer à quoi pouvait ressembler ce mélange hétéroclite falsetto / mixte / poitrine.
J’ai retrouvé un exemplaire des mémoires de Duprez : il y a des choses très intéressantes sur les horaires de diligences et la complexité des correspondances entre Naples et Paris, les tarifs des hôtels et les cachets des théâtres. Mais sur l’art et la technique : peau de balle.
Je ne sais pas trop à quoi cela ressemblait en poitrine mais ça devait être assez à l'arrache (comme Marcello Giordani aujourd'hui ?), dans la mesure où ça n'a pas été jugé forcément très beau par tout le monde et que ça lui a raccourci sa carrière.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3416
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 05 janv. 2012, 11:24

jerome a écrit :
jean-didier a écrit :mais je pense qu'elle a fait un point d'orgue forçant le chef à retenir l'orchestre.
ah non! pas du tout!! regarde bien sur la partition page précédente.
Je parlais de l'interprétation de Fleming, pas de l'original ! Elle aurait pu faire un point d'orgue sur son aigu même après l'avoir attaqué directement.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8265
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 05 janv. 2012, 11:34

jean-didier a écrit :
jerome a écrit :
jean-didier a écrit :mais je pense qu'elle a fait un point d'orgue forçant le chef à retenir l'orchestre.
ah non! pas du tout!! regarde bien sur la partition page précédente.
Je parlais de l'interprétation de Fleming, pas de l'original ! Elle aurait pu faire un point d'orgue sur son aigu même après l'avoir attaqué directement.
Fleming fait le point d'orgue sur son contre mi bémol en lieu et place des notes qui suivent le contre-ut dans la partition et donc l'orchestre qui, lui, joue tout ce qui est écrit n'a pas besoin d'être retenu.

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10849
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 05 janv. 2012, 11:49

L'intérêt de ne pas rajouter de point d'orgue, c'est justement de donner un aspect improvisé et inattendu au contre-mi bémol, de ne pas faire "diva" mais d'être dans la continuation de l'élan de cette cabalette.
Certes, c'est moins payant sans être plus facile mais je trouve ça plus musical et respectueux de la partition. Cela étant dit, je n'ai jamais râlé après un contre-mi bémol traditionnel avec point d'orgue (enfin, la dernière fois c'était à Vienne avec Natalie Dessay et... hum... bon... je ne râlerais pas).

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités