Riccardo Muti accepte !

Sujets inclassables !

paul
Alto
Alto
Messages : 421
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 05 janv. 2012, 15:38

tuano a écrit :L'intérêt de ne pas rajouter de point d'orgue, c'est justement de donner un aspect improvisé et inattendu au contre-mi bémol, de ne pas faire "diva" mais d'être dans la continuation de l'élan de cette cabalette.
Certes, c'est moins payant sans être plus facile mais je trouve ça plus musical et respectueux de la partition. Cela étant dit, je n'ai jamais râlé après un contre-mi bémol traditionnel avec point d'orgue (enfin, la dernière fois c'était à Vienne avec Natalie Dessay et... hum... bon... je ne râlerais pas).

C'est marrant, j'allais dire le contraire et que c'était le point d'orgue sur le mi bémol, obligeant l'orchestre à s'arrêter, qui donnait un air "inattendu" puisque, de toutes façons, il n'y a rien à l'orchestre à ce moment (un accord sur toute la mesure qui me semble plus cohérent avec le mi bémol que l'accord de la mesure précédente (celle de la descente)).Et puis, supprimer des notes écrites pour rajouter une note non écrite, c'est quand même un comble :lol:

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10719
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par tuano » 05 janv. 2012, 18:44

Cela se fait tout le temps, tu imagines Di quella pira avec l'orchestre qui s'arrête en attendant que le ténor ait fini son contre-ut ?

paul
Alto
Alto
Messages : 421
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 05 janv. 2012, 19:29

tuano a écrit :Cela se fait tout le temps, tu imagines Di quella pira avec l'orchestre qui s'arrête en attendant que le ténor ait fini son contre-ut ?
euh..., c'est quand même pas écrit du tout de la même façon...

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8032
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 05 janv. 2012, 19:47

tuano a écrit :Cela se fait tout le temps, tu imagines Di quella pira avec l'orchestre qui s'arrête en attendant que le ténor ait fini son contre-ut ?
sauf qu'une contre note finale (ce n'est pas le cas du sempre libera) est faite pour surplomber une conclusion orchestrale.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2553
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Message par Leporello84 » 05 mai 2012, 15:45

Dans l'Opéra Magazine de ce mois de mai 2012, Riccardo Muti est interrogé dans une longue interview sur ses rapports avec les contre-notes.

Concernant le mi bémol de Tiziana Fabbricini dans La traviata, il explique que pour cette production, « il fallait mettre tous les atouts» de leur côté, pour rattraper le fiasco de la précédente production de 1964, avec Mirella Freni. Il aurait accordé la fantaisie à Fabbricini avant le lever de rideau le soir de la première, après s'être assuré qu'elle avait « dans la voix un mi bémol magnifique».

Il évoque aussi d'autres suraiguës traditionnellement rajoutées par les chanteurs et son opinion (déjà bien connue!).

Plus généralement, ses réflexions sur le théâtre verdien sont très intéressantes, il formule l'envie de diriger la Médée de Cherubini dans sa version française, et son désir de diriger du Wagner.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités