Bellini - Norma - Spinosi - Châtelet - 01/2010

Représentations
musetta
Alto
Alto
Messages : 310
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par musetta » 25 janv. 2010, 10:07

JdeB a écrit : Pour rejoindre Mussbach dans "sa propre culture" il faudrait que son travail de mise en scène bénéfice de nombreuses captations disponibles et de livres d'analyses sur ses spectacles. Faute d'un tel matériel d'approche, nous sommes condammés à être des analphabètes de l'art de Mussbach. Est-ce bien grave d'ailleurs ?
Oui.

Je ne conteste pas le reste du raisonnement dans ton post concernant la m.e.s. d'opéra en général, ni sur celle-ci qui a l'air vraiment ratée.

Mais on peut déplorer la méconnaissance assez générale en France de la passionnante tradition théâtrale allemande, et l'absence de livres et captations (en France) sur ce sujet (sauf qq articles dans des revues théâtrales universitaires).

Seuls les amateurs de théâtre qui se déplacent en banlieue et à l'étranger connaissent bien cette tradition, et il faut être germaniste pour lire des livres sur le théâtre allemand.
Parmi les critiques de théâtre, cette inculture est hélas aussi généralisée (sauf pour B. Salino, qui s'y connait vraiment bien)

N'est-ce pas dommage ?

faustin
Basse
Basse
Messages : 2884
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

ne pas tout mélanger

Message par faustin » 25 janv. 2010, 10:30

fliegender a écrit :
Ceux qui se plaignent de Mussbach etaient curieusement silencieux sur la caca de Mireille [en peu critiquant les aigus de Mula] ou sur l'abomination theatrale absolue - a.k.a. Andrea Chenier. Je n'ai pas vu critiquer la Salomette catastrophique, ou scandaliser sur l'achat de La Ville Morte...
Mais ça n'a rien à voir! Inutile de tout mélanger. Ce ton accusatoire est extraordinaire, mais qu'est-ce que ça veut dire? C'est du terrorisme. Il faut aimer Mussbach dans ses aberrations. Il faut abhorrer Mireille, il faut se scandaliser de La Ville Morte. Quelle rigidité!

Faustin

faustin
Basse
Basse
Messages : 2884
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

l'action de Norma dans le monde des malades mentaux

Message par faustin » 25 janv. 2010, 11:12

fliegender a écrit :
Dans le monde des malades mentaux c'est bcp plus plausible, et si on lit le livret rien d'essentiel n'est rate - au contraire !

L’histoire de Norma placée chez les fous n’est absolument pas plausible. L’idée de situer cette action chez les fous est une idée vraiment… folle. Faut-il vraiment expliquer pourquoi ? C’est qu’ils ne sont pas fous ces Gaulois, ils ont des lois, une justice, un dieu, ils sont capables de faire la guerre et d’inspirer la crainte.


Il n’a échappé à personne qu’il s’agit de la lutte d’un peuple opprimé contre la plus grande puissance impériale de tous les temps, dans le temps et dans l’espace, les Romains. Faut-il comprendre qu’il faut être vraiment fou pour se révolter contre un envahisseur aussi puissant? Pas très sympathique comme idée. Voir ces pauvres Gaulois ramper comme des vers de terre, ce n’est ni plausible, ni agréable. En fait, on nous présente une folie non pas intellectuelle, mais une folie qui anéantit la pensée, avec toutes les attitudes catatoniques possibles, totalement incompatible avec une quelconque révolte ni même avec une quelconque pensée politique.


La contradiction est interne au spectacle, un moment, ils se roulent par terre, un autre ils se regroupent pour chanter des paroles vengeresses. On est dans l’incohérence la plus totale et l’absurdité d’un bout à l’autre.


Faux de dire que rien d’essentiel du livret n’est raté. Ce qui est essentiel dans le livret, la révolte de Gaulois, dimension politique de cet opéra composé en 1831, une année où ce thème universel avait une actualité particulière se trouve réduite à néant par ce parti pris de situer l’action chez les fous.


Mais qu’est-ce que Peter Mussbach a-t-il bien voulu dire ? Je ne suis pas le seul à l’ignorer, s’il a voulu dire quelque chose, ce dont je doute.

Faustin

Thelxinoe
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 228
Enregistré le : 27 mars 2009, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Message par Thelxinoe » 25 janv. 2010, 11:22

A première vue on dirait un asile c'est vrai.
Au fur et à mesure, cette interprétation s'est un peu estompée. J'avais plus l'impression d'être en face de gens ordinaires et contemporains, une sorte de "peuple" laminé par l'existence et ses tracas, ses contraintes et ses devoirs (tout ça étant symbolisé par la boule?). Ce groupe de personnes expriment par ces errements et ces roulades leurs "pathologies sociales chroniques" (pour être pédant jusqu'au bout et dans l'air du temps).
Bref, une représentation non historique (rien à voir avec les gaulois), plus intemporelle et universelle (et très dans l'actualité).
Je suis peut être passé complètement à coté mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit.

fliegender
Basse
Basse
Messages : 2204
Enregistré le : 25 déc. 2007, 00:00
Contact :

Message par fliegender » 25 janv. 2010, 11:59

Placido j'en ai deja parle ailleurs mais je ne peux pas croire que TU refuses de voir au dela de l'asile. Ou tu te moques tout simplement ??

Sinon, Thelxinoe, dorenavant je suis un de tes fans! ;)

Dans le monde fou, qui realise d'etre fou? C'est seulement quand cette enorme boule envahi completement l'espace (au 2e acte) et puisque ils ont vu la lueur de ce monde au dela de leur confinement [lumiere qui perce par les petits trous ds les murs], qu'ils s'agitent et poussent contre les murs pour sortir. Mais pas tous, bien evidement - on est des humains... Mussbach superbement superpose le plaidoyer pour la preservation d'espace prive/intime. Cherchez les details et c'est bourre des signes... L'histoire de Norma est une de ces histoires d'amour tragique qui "amuse" des gens --> cad. la population "tele-realite". Ces symboles du monde d'aujourd'hui sont des personnalites avec lesquelles on s'identifie, pour davantage les glorifier, et pour ensuite les detruire. C'est le monde d'aujourd'hui qui peut nous deplaire et que Mussbach miroite, mais sans proposer la reponse sur comment le changer (et c'est tres bien que les questions restent ouvertes). Enfin si, il la prolonge un tout petit peu vers l'avenir ou on risque tous de devenir les protagonistes de ce "grand spectacle" sociologique(?). Quant a l'histoire basique de Norma - TOUT y est (si on ne cherche pas des chenes, et les images du temple... les sopranos plantes devant le chene ondulant les mains pour exprimer leur desarroi).
La 2e vue seulement aide a admirer la fluidite de sa mise en scene et la coherence la plus totale de ses propos. Sinon, le premier tableau et l'association avec les tableaux de Magritte etait la premiere cle : rien n'est ce qu'il semble etre. D'ailleurs Norma non plus - ce qu'il demontre par son spectacle.

Que ca derange les uns, soit! Qu'on n'aime pas ce monde, qu'on prefere rever autrement... OK, discutons en! Mais qu'on lui reproche le manque de la foret sur scene, c'est a ne pas vouloir s'ouvrir minimalement vers une autre vision possible et la toute discussion possible meurt.

Avatar du membre
AddictedToOpera
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 201
Enregistré le : 18 mars 2007, 00:00
Localisation : Créteil
Contact :

Message par AddictedToOpera » 25 janv. 2010, 14:16

Thelxinoe a écrit :A première vue on dirait un asile c'est vrai.
Au fur et à mesure, cette interprétation s'est un peu estompée. J'avais plus l'impression d'être en face de gens ordinaires et contemporains, une sorte de "peuple" laminé par l'existence et ses tracas, ses contraintes et ses devoirs (tout ça étant symbolisé par la boule?). Ce groupe de personnes expriment par ces errements et ces roulades leurs "pathologies sociales chroniques" (pour être pédant jusqu'au bout et dans l'air du temps).
Bref, une représentation non historique (rien à voir avec les gaulois), plus intemporelle et universelle (et très dans l'actualité).
Je suis peut être passé complètement à coté mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit.
Non, tu n'es pas passé à côté, en effet...
Les larmes qu\\\'on ne pleure pas
dans notre âme retombent toutes,
et de leurs patientes gouttes
martèlent le coeur triste et las.

(Charlotte. Werther de Massenet)

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3028
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 25 janv. 2010, 15:47

Est-ce qu'il n'y a pas à voir dans la grosse boule un symbole de la lune (élevée au rang de déesse) qui abrutit le peuple qui la vénère ? Cette lune en opposition aux dieux romains symbolisés par Pollione + le cheval ?

Avatar du membre
AddictedToOpera
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 201
Enregistré le : 18 mars 2007, 00:00
Localisation : Créteil
Contact :

Message par AddictedToOpera » 25 janv. 2010, 16:03

jean-didier a écrit :Est-ce qu'il n'y a pas à voir dans la grosse boule un symbole de la lune (élevée au rang de déesse) qui abrutit le peuple qui la vénère ? Cette lune en opposition aux dieux romains symbolisés par Pollione + le cheval ?
Oui, c'est en effet la lune que Mussbach a voulu symboliser par cette grosse boule... après, chacun peut avoir sa propre interprétation de la chose...
Les larmes qu\\\'on ne pleure pas
dans notre âme retombent toutes,
et de leurs patientes gouttes
martèlent le coeur triste et las.

(Charlotte. Werther de Massenet)

Thelxinoe
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 228
Enregistré le : 27 mars 2009, 00:00
Localisation : paris
Contact :

Message par Thelxinoe » 25 janv. 2010, 16:13

jean-didier a écrit :Est-ce qu'il n'y a pas à voir dans la grosse boule un symbole de la lune (élevée au rang de déesse) qui abrutit le peuple qui la vénère ? Cette lune en opposition aux dieux romains symbolisés par Pollione + le cheval ?
Il est vrai que Séléné chevauche parfois un cheval mais sur le moment cette interprétation ne m'a pas paru évidente.
AddictedToOpera a écrit :[
Oui, c'est en effet la lune que Mussbach a voulu symboliser par cette grosse boule... après, chacun peut avoir sa propre interprétation de la chose...
C'est d'ailleurs peut être une bonne définition d'une mes réussie: que chacun puisse y trouver une interprétation qui entre en résonance avec son univers personnel.

Avatar du membre
jean-didier
Basse
Basse
Messages : 3028
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 25 janv. 2010, 16:23

Thelxinoe a écrit : Il est vrai que Séléné chevauche parfois un cheval mais sur le moment cette interprétation ne m'a pas paru évidente.
Je voyais plus le côté sculptural de Pollione et du cheval comme symboles de la civilisation cultivée des Romains face au peuple quasi barbare des Gaulois qui en sont réduits à aduler la lune.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 68 invités