Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Représentations
Avatar du membre
kirby
Alto
Alto
Messages : 250
Enregistré le : 14 déc. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par kirby » 29 juil. 2019, 19:07

Romuald a écrit :
29 juil. 2019, 12:15
La méthode Coue fonctionne mieux à Munich pour certains membres ODB: l'investissement en temps et en argent lisse le jugement.
L’ingrédient c’est seulement la « direction d’acteur »
Mine de rien, l’opera c’est du théâtre...et un metteur en scène ça sert à quelque chose...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13898
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 29 juil. 2019, 21:33

kirby a écrit :
29 juil. 2019, 19:07
Romuald a écrit :
29 juil. 2019, 12:15
La méthode Coue fonctionne mieux à Munich pour certains membres ODB: l'investissement en temps et en argent lisse le jugement.
L’ingrédient c’est seulement la « direction d’acteur »
Mine de rien, l’opera c’est du théâtre...et un metteur en scène ça sert à quelque chose...
Justement, j’ai lu ailleurs qu’il avait transformé ça en grosse farce.
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 864
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par Piero1809 » 30 juil. 2019, 09:11

Ayant visionné le spectacle, je peux manifester ici mon enthousiasme pour la mise en scène, la direction d'acteurs et la caractérisation des protagonistes. C'est du grand art et c'est très drôle, presque vaudevillesque! Tout a été dit dans les comptes rendus de Luc Roger et de Hélène Adam.

Quelques remarques. Il faut prendre une version de concert pour ce qu'elle est et ne pas chercher à comparer avec une version mise en scène. Celle du TCE était excellente et avait suffi à mon bonheur malgré les coupures, l'absence des trompettes justement notée par Hélène.

A Munich, le public avait le bonheur de voir une version complète avec toutes les reprises da capo. Incidemment je tiens à signaler que les airs avec da capo d'Agrippina sont presque tous très courts comme c'était le cas dans les opéras du 17ème siècle auxquels se rattache Agrippina. Vingt ans après, Haendel écrira des airs qui durent 15 minutes (Alcina) sans provoquer le moindre ennui.
On avait droit au magnifique duetto Poppea Ottone, No, no, ch'io non aprezzo... à la fin de l'acte III, souvent supprimé on se demande pourquoi.
L'opéra se termine avec un émouvant largo, non prévu dans le livret ni la didascalie, annonçant peut-être pour Agrippina des lendemains douloureux.

Seul bémol, les hautbois m'ont semblé modernes (difficile à voir) et ce point a de l'importance car ces instruments interviennent de façon capitale dans les deux plus beaux airs de la partition:
-le lamento d'Ottone, à la fin de l'acte I
-l'air extraordinaire d'Agrippina Pensieri, voi mi tormentate
Leur intervention m'a paru molle et manquait du mordant inimitable des hautbois baroques.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12469
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par HELENE ADAM » 30 juil. 2019, 09:25

PlacidoCarrerotti a écrit :
29 juil. 2019, 21:33
kirby a écrit :
29 juil. 2019, 19:07
Romuald a écrit :
29 juil. 2019, 12:15
La méthode Coue fonctionne mieux à Munich pour certains membres ODB: l'investissement en temps et en argent lisse le jugement.
L’ingrédient c’est seulement la « direction d’acteur »
Mine de rien, l’opera c’est du théâtre...et un metteur en scène ça sert à quelque chose...
Justement, j’ai lu ailleurs qu’il avait transformé ça en grosse farce.
Ah bon ? Qui a écrit cela ? (enfin je veux dire : comment est ce argumenté ?). Agrippina est une satire politique féroce, qui n'a aucune raison d'être triste ou dramatique. Et le traitement qui s'apparente aux outrances théâtrales du cinéma muet, est au contraire d'une grande richesse d'expressivité, valorisant chaque réplique (et les Da Capo) de l'opéra. Pour moi, c'est un exemple très intelligent, de mise en scène au service de la musique. L'approche de l'opéra baroque s'en trouve transformée pour ceux qui ont des réticences à ce "genre" et la preuve est faite que Handel sans coupure c'est mieux qu'avec coupure (même si la version concertante du TCE avait déjà d'énormes qualités.
Pourtant la représentation durait 4 heures avec un entracte de 30 minutes. Sans le moindre ennui faut le faire.

La mise en scène est reprise au ROH en septembre octobre avec distribution suivante
Directeur musical : Maxim Emelyanychev
Agrippina : Joyce DiDonato
Nerone : Franco Fagioli
Poppea : Lucy Crowe
Ottone : Iestyn Davies
Pallante : Andrea Mastroni
Claudio : Gianluca Buratto
Narciso : Eric Jurenas
Lesbo : José Coca Loza

Orchestra of the Age of Enlightenment
Les spécialistes des comparaisons pourront s'en donner à coeur joie !
Piero1809 a écrit :
30 juil. 2019, 09:11
Seul bémol, les hautbois m'ont semblé modernes (difficile à voir) et ce point a de l'importance car ces instruments interviennent de façon capitale dans les deux plus beaux airs de la partition:
-le lamento d'Ottone à la fin de l'acte I
-l'air extraordinaire d'Agrippina Pensieri, voi mi tormentate
Leur intervention m'a paru molle et manquait du mordant inimitable des hautbois baroques.
J'ai eu l'impression d'un mélange d'instruments actuels et baroques dans la formation spécial baroque de l'orchestre de l'Opéra de Munich. Mais il faudrait aller y regarder de plus près :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4843
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par micaela » 30 juil. 2019, 09:49

Tu dis ça, mais 3H30 d'opéra baroque, je ne suis pas prête.
En même temps, je vais aller écouter 4 h de Wagner avec la version concert de Parsifal, alors que je ne suis pas vraiment wagnérienne. J'ai juste aimé cette œuvre quand je l'ai écoutée en intégrale pour la première fois .
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2804
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par raph13 » 30 juil. 2019, 10:28

enrico75 a écrit :
29 juil. 2019, 16:12
Pour en revenir au spectacle, il est bien évident qu une version de concert tronquée de surcroît, même avec une partie des interprètes communs n'a rien à voir avec une version mise en scène :un exemple assez récent, la version concertante de Simon Boccanegra au TCE avec L.Tezier ennuyeuse n'avait rien à voir avec celle de l'ONP.
qui était encore plus ennuyeuse ? :twisted:
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4843
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Händel - Agrippina - Bolton/Kosky - Munich BSO - 07/2019

Message par micaela » 30 juil. 2019, 10:46

Aucune de ces deux versions de Boccanegra n'était ennuyeuse.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : HELENE ADAM et 86 invités