Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Représentations
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20640
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par JdeB » 20 juin 2019, 08:38

Thomas Hengelbrock direction
Robert Carsen mise en scène et lumières
Christophe Gayral metteur en scène associé
Philippe Giraudeau chorégraphie
Tobias Hoheisel décors et costumes
Robert Carsen, Peter van Praet lumières

Gaëlle Arquez Iphigénie
Stéphane Degout Oreste
Paolo Fanale Pylade
Alexandre Duhamel Thoas
Catherine Trottmann Diane, Seconde Prêtresse
Francesco Salvadori un Scythe
Charlotte Despaux Première Prêtresse, Femme grecque
Victor Sicard un Ministre du Sanctuaire

Balthasar-Neumann-Ensemble
Balthasar-Neumann-Chor

TCE, le 24 juin 2019

Après Chicago, SF, Londres et Madrid (avec Placido Domingo en Oreste), voici Iphigénie de retour, sans Susan Graham, dans la ville de sa création en 1779, deux ans après Armide.

Spectacle d'une beauté foudroyante dont j'ai l'intuition qu'il doit quelque chose à la production des années 1970 (juste avant son légendaire Orphée) de Pina B. et qui captive.
Degout, dont je n'aime pas trop le timbre, atteint des sommets de violente intensité, Arquez se montre la digne héritière d'Antonacci, Fanale ne cesse de progresser et déploie une ligne de chant noble et élégante dans un français si pur, Duhamel, dans un personnage unidimensionnel et peu valorisant, donne beaucoup de relief à Thoas dont il traduit à merveille la paranoïa, (il s'est fait une entorse à la cheville au cours de la première mais il n'en paraît rien) tandis que Trottmann campe une Diane impérieuse.

Le choeur enchante, le chef électrise et on ressort secoué et ému par tant de force, de noirceur exaltée et de haut style.

Fanny Ardant était comme une enfant à Noël et Erik Orsenna peut être aussi, mais de manière beaucoup plus intériorisée alors...

JP
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Christophe2017
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 192
Enregistré le : 09 mai 2018, 15:40

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par Christophe2017 » 22 juin 2019, 21:57

Je sors envoûté par cette superbe représentation mise en scène avec virtuosité, émotion et sobriété (du décor en particulier) où toute péripétie est traitée de manière subtile (le choix d'Iphigénie entre Oreste et Pylade absolument bouleversant dans le presque silence des accords discrets de l'orchestre exemple parmi tant d'autres...)
Le bonheur vient aussi de la fosse grâce au Balthasar-Neumann-Ensemble (et Chor!) dirigés par un Thomas Hengelbrock habité et maîtrisant parfaitement le style requis... comme la saison passée pour l' "Orphée" au Palais Garnier.
Magnifique cast que domine Stéphane Degout inouï de voix, de diction, d'émotion; et de jeu avec son corps dans une scène incroyable qui nous donne des frissons (évocation des Furies qui habitent Oreste) dont je vous laisse la surprise;-)
Gaëlle Arquez est une belle et prometteuse Iphigénie mais elle a des choses à améliorer (la diction pas toujours claire quand l’orchestre domine, les aigus un peu bas au début, la puissance dans la scène de la tempête, mais quel rôle difficile !! ). Paolo Fanale (un peu fade de couleur dans la voix) et Alexandre Duhamel (qui m a semblé aboyer toute la soirée mais le rôle ne le veut-il pas?) m'ont moins enchanté que leurs collègues mais c'est évidemment très relatif , vu le niveau exceptionnel de cette distribution! Parmi les (tout) petits rôles , lauriers à la sublime Diane de Catherine Trottmann, voix venant de la salle avec beaucoup d’efficacité dramatique et Victor Sicard, autoritaire Ministre du Sanctuaire bien chantant mais oublions la femme grecque inaudible et chevrotante. Gros succès mérité pour tous avec notamment des ovations pour l'équipe de Carsen. Il m a semblé que je n'étais pas le seul à avoir passé une soirée qui restera longtemps gravé dans ma (nos?) mémoire (?).
Retransmission radio prévue mais pas de captation annoncée (la production a peut-être été filmée ailleurs mais c'est grand dommage !)

Avatar du membre
Asvo
Ténor
Ténor
Messages : 824
Enregistré le : 05 févr. 2011, 00:00
Contact :

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par Asvo » 23 juin 2019, 22:23

Tout à fait d'accord avec Christophe, encore plus enthousiaste que lui sur Arquez. Surtout, ce qui a frappé hier soit c'est l'intensité.

Intensité des chanteurs d'abord : les premières lignes d'Oreste sont déchirantes dans la bouche de Stéphane Degout, et il campe un personnage torturé, écorché, aimant, bouleversant, ne relâchant jamais la tension tout au long de l'ouvrage. Gaëlle Arquez habite avec, à mon sens, la même force, une Iphigénie qui m'a profondément ému, incarnant chaque note, chaque mot, même si, en effet, la prononciation pourrait s'améliorer. On a envie que cette prise de rôle ne reste pas seule et que la chanteuse travaille un personnage auquel elle apporte réellement quelque chose.
Paolo Fanale a vraiment travaillé son français et a travaillé à la perfection certains passages : le début du deuxième acte, "Quel silence effrayant ! Quelle douleur funeste" chanté dos à la salle, sonne avec une clarté et un naturel qui font penser qu'on tient là un digne successeur à l'incarnation magique de Pylade par Yann Beuron. Malheureusement, le reste est plus inégal, avec des couleurs assez inhabituelles dans Gluck, mais toujours très engagé.
D'accord aussi avec le fait qu'Alexandre Duhamel grossisse un peu inutilement la voix, c'est dommage car la projection est bonne et le personnage assez terrifiant.
Plutôt bons seconds rôles, notamment masculins.

Intensité ensuite de la direction de Thomas Hengelbrock, très inspiré, dynamisant le plateau, servant en priorité le théâtre. De petits décalages, un cuivre ici, un hautbois pas assez engagé dans l'air de Pylade, mais ce sont des détails étant donnée l'énergie se dégageant de la fosse. Le choeur, dans la fosse, est très en place et sert beaucoup cette musique.

Intensité ensuite dans la mise en scène de Robert Carsen. J'ai lu des critiques de cette production (dans les précédentes représentations) très négatives, la décrivant comme toute noire et toute terne, mais ce n'est pas du tout le cas ! Oui, le cube dans lequel sont les personnages est noir, mais l'importance des éclairages, les mouvements de foule, le travail des chanteurs, tout ceci est parfaitement maîtrisé et, même si cette vision ne révolutionne pas l'oeuvre et tombe dans certains effets faciles (les noms écrits sur les murs notamment), je la trouve idéale pour la musique de Gluck (à noter, Gluck et la craie semblent bien fonctionner si l'on pense à la production d'Alceste de Py...),

Bref, une excellente soirée pour moi ! On demande une vidéo en effet !

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12091
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par HELENE ADAM » 24 juin 2019, 09:21

Une production à ne pas manquer, en effet
Je partage l'enthousiasme général mais j'ajoute un mot concernant la prestation d'Alexandre Duhamel que je trouve, au contraire, exceptionnelle et totalement en phase avec la qualité générale des prestations vocales d'un plateau parfait. Le rôle de Thoas (un peu à l'instar de celui du Commandeur dans DG) doit nécessairement, par son style, son autorité, son "caractère entier", rompre avec ceux des autres protagonistes. Le rôle est difficile et exigeant vocalement (écarts de notes importants en particulier, engagement vocal permanent etc.) et j'ai trouvé que Duhamel incarnait étonnamment bien le cruel chef des Scythes et s'imposant sur scène avec toute l'autorité nécessaire sans être pour autant caricatural.
C’est pour cela que j’ai personnellement parlé d’un « quatuor d’exception » qui représente un équilibre parfait avec des choeurs et un orchestre exceptionnels eux aussi.

https://passionoperaheleneadam.blogspot ... tante.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1095
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par philopera » 24 juin 2019, 22:04

Je partage les impressions de Asvo en dehors de la mise en scène et du décors : c'est noir noir ( comme dirait Muriel Robin) et les personnages passent globalement leur temps à mimer des égorgements et faire joujou avec des épées en toc
Gaëlle Arquez,Stéphane Degout ,l'orchestre et son chef sont les triomphateurs amplement mérités de la soirée. Paolo Fanale un cran largement en dessous et j'aimerai revoir Alexandre Duhamel dans un rôle où il n'aboie pas chaque phrase car les moyens sont intéressants.
A noter la présence ce soir de Fanny Ardant , très enthousiaste au coté de Robert Carsen
Gérard Mortier a raison d'offrir Elektra sans entracte ( Eric Dahan Libération 25/6/2005)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20640
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par JdeB » 25 juin 2019, 06:06

philopera a écrit :
24 juin 2019, 22:04
A noter la présence ce soir de Fanny Ardant , très enthousiaste au coté de Robert Carsen
et non loin d''Erik Orsenna
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20640
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par JdeB » 25 juin 2019, 06:20

J'ai noté mes impressions en tête de ce fil.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paco
Basse
Basse
Messages : 8475
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par paco » 25 juin 2019, 09:02

JdeB a écrit :
20 juin 2019, 08:38
Fanale ne cesse de progresser et déploie une ligne de chant noble et élégante dans un français si pur,
Voilà un ténor aux moyens limités mais doté d'une grande intelligence artistique, qui conduit admirablement sa carrière : à ses débuts, divers shows télévisés et scènes de province en Italie avaient tôt fait de lui imposer des Nessun dorma et autres Bohême qui ne correspondaient pas à sa typologie vocale. Il aurait pu poursuivre dans cette voie et se fracasser au bout de quelques années. Mais heureusement il s'est sagement cantonné à un répertoire Mozart/ Donizetti qui lui va comme un gant, avec beaucoup de travail en profondeur tant techniquement que stylistiquement. La puissance reste très limitée, mais musicalement il atteint des sommets et il est devenu un interprète tout à fait légitime de ce répertoire (en ce qui me concerne, il est le meilleur Ferrando actuel).

Markossipovitch
Alto
Alto
Messages : 378
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par Markossipovitch » 25 juin 2019, 11:22

Il a quand même fait un Faust au-dessus de ses moyens mais s'est vite assagi. Tant mieux.

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 937
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Gluck- Iphigénie en Tauride- Hengelbrock/Carsen- TCE - 06/2019

Message par enrico75 » 25 juin 2019, 13:10

philopera a écrit : Gaëlle Arquez,Stéphane Degout ,l'orchestre et son chef sont les triomphateurs amplement mérités de la soirée. Paolo Fanale un cran largement en dessous
Peut être en terme de décibels émis mais pas pour le phrasé ,les nuances,la diction et le français à peine teinté d'accent.,il était largement, de moins point de vue ,à la hauteur des autres et même plus compréhensible qu'Iphigenie.Il a préparé seul le rôle au piano(car il est pianiste de formation) en écoutant entre autre G.Thill......

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 59 invités