Récital J.J Orliński/F.Corti - Rouen et Montpellier - 06/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 970
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Récital J.J Orliński/F.Corti - Rouen et Montpellier - 06/2019

Message par pingpangpong » 12 juin 2019, 13:58

Johann David Heinichen Alma Redemptoris Mater
Arcangelo Corelli Concerto grosso op VI n°11
Antonio Vivaldi Stabat Mater
Jan Dismas Zelenka Gesu al Calvario “S’un sol lagrime“
Nicola Fago  Tam non splendent
Jan Dismas Zelenka Simphonie a 8 concertanti en la mineur “Allegro“
Johann Adoph Hasse “Mea tormenta properate !“

Contreténor Jakub Józef Orlinski
Ensemble Il Pomo D’Oro
Direction Francesco Corti


Avec les opéras de Haendel Agrippina et Rodelinda, dans lesquels il vient de se produire respectivement à Turku et à Francfort, et avant d'aborder le rôle d'Eustazio à Glyndebourne en août, le contre-ténor polonais s'est ménagé un...break dans sa longue tournée autour du programme Anima Sacra enregistré pour Erato et sorti en octobre 2018, son premier album en tant que soliste.

Disons-le d'emblée, le public qui a poussé la direction de l'opéra de Rouen à ajouter une date supplémentaire à celle initialement prévue, la chapelle Corneille affichant complet pour deux soirées consécutives, ce public donc ne porte pas de casquette, ni à l'envers ni à l'endroit, et ne s'exprime pas en exhibant des index menaçants. Ce public n'a, hélas, subitement pas rajeuni après visonnage des clips de breakdance de la nouvelle coqueluche du chant baroque.

Reprenant donc sa tournée triomphale avec ce programme, constitué en partie d'inédits du répertoire baroque sacré, Jakub Józef Orlinski, partition en main, les chaussettes assorties à sa pochette rouge, y inclus un presque-tube en regard du reste, le Stabat Mater de Vivaldi, composé en 1712 pour l'église Santa Maria della Pace de Brescia, où était né son propre père. L'Alma Redemptoris d'Heinichen, qui ouvrait le récital laissait déjà apparaître une voix très agréable, bien conduite, mais l'œuvre du Prêtre Roux est l'occasion d'apprécier un timbre d'une richesse extraordinaire, chaud et d'une lumière irradiante, un volume et une projection sans faille qui se déploient avec plénitude sous les voûtes de la Chapelle.
Dans la seconde partie du concert, les pièces de Zelenka, Fago et Hasse valorisent la virtuosité, les aigus et les graves pleins du contre-ténor, cependant que l'on regrette des vocalises manquant de mordant dans l'Alleluia du Tam non splendet sol creatus de Fago.
Sur le thème de la Nativité, Nicola Fago compose une pièce empreinte d'une lumineuse ferveur, dont le contre-ténor traduit dans la partie centrale l'humilité et la tendresse face au Messie nouveau-né.
Le Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena de Hasse nous emmène au pied de la croix avec un “Mea tormenta properate !“ vibrant d'intensité, aux couleurs toutefois assez chiches.
L'accompagnement d'Il Pomo d'Oro, dont le chef attitré, Maxim Emelyanychev assis au premier rang, a confié la direction à Francesco Corti également à l'orgue, n'est pas exempt du succès de la soirée, avec ses instruments aux sonorités et couleurs affirmées. Les œuvres purement instrumentales émaillant le récital mettent en avant la vélocité de ses solistes, Ludovico Minasi au violoncelle ou Zefira Valova au violon dans un Concerto grosso d'Arcangelo Corelli plein d'allant ou dans le virevoltant allegro de la symphonie “a 8 concertanti“ de Zelenka.
Jakub Józef Orlinski offre trois bis dont deux figurent sur le disque Anima Sacra : “Alla gente a Dio diletta“ tiré de Faraone sommerso de Nicola Fago, propre à suspendre le temps ainsi que les auditeurs aux lèvres du chanteur; le bref “Domine Fili unigenite“ de Durante; et de Vivaldi le fameux “Vedro con moi diletto“ d'Il Giustino, air par lequel s'est fait connaître cet artiste certes encore un peu gauche, mais éminemment sympathique, très souriant, et aux qualités vocales pleines de promesses, pourvu qu'il sache gérer un agenda déjà très chargé.

Eric Gibert
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20941
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital J.J Orliński/F.Corti - Rouen et Montpellier - 06/2019

Message par JdeB » 17 juin 2019, 08:42

Ce concert avec les mêmes trois bis a été aussi donné à Montpellier dans la petite salle du Corum dite Pasteur le samedi 15 juin 2019.

Depuis 30 ans, Montpellier a reçu les meilleurs sopranistes, haute-contres et contre-ténors à l'exception notables de Derek Lee Ragin et de Valer Sabadus : James Bowman, René Jacobs, Max-Emmanuel Cencic, Gérard Lesne (notamment pour un inoubliable concert Vivaldi dans cette même salle en mai 1997), Bejun Mehta et plus récemment Franco Fagioli et Philippe Jaroussky.

Je serai moins enthousiaste que notre correspondant normand sur la nouvelle coqueluche qu'on ne doit pas réduire non plus à son physique ravageur alla Orlando Bloom, premier Fit Divo de l'histoire, capable d'acrobaties à la fois corporelles et vocales, au sourire éclatant digne d'un champion de fitness et aussi peu naturel que ceux de mise dans les compétitions de cette discipline, avec une tenue emblématique, chaussettes rouges de cardinal et pochettes assortie à la scène, petit chapeau et sans chaussette à la ville. Et qui sait doser l'effort lors du marathon de ses tournées au long cours comme un grand sportif et se comporter en dédicace comme un influencer.

Certes la voix est pure, la projection presque insolente pour ce type de tessiture, la technique fort assurée même si on peut chipoter sur une palette vocale encore limitée et un certain manque de rondeur dans l’émission de certains aigus. Mais le reproche principal que je lui ferais, dans ce répertoire sacré, tient en un certain déficit de d'intériorité et de d'oubli de soi. De poésie aussi.

Bref, c'est le charme-même mais qui peut vite lasser s'il ne muscle pas aussi sa ligne de cœur.

JJ Orlinski sera de retour à Montpellier dès la saison prochaine, le 23 avril 2020.

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 33 invités