Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 17:05

Il y a aussi des fans de cette GROSSE musique... Il y en a toujours eu ...et ça exalte certains, c'était très sensible dans cette salle enthousiaste. :robot:

(Je n'ai pas encore écouté l'enregistrement ., mais ce n'est pas une captation qui dit grand chose de ça)
Ceci dit l'expression "la plus légère FroSch qu'on ait jamais entendue" est rigolote en plus avec les mastodontes qu'on avait sur scène ....


Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

titoschipa
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 166
Enregistré le : 12 juin 2018, 20:56

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par titoschipa » 03 juin 2019, 20:49

Bernard C a écrit :
02 juin 2019, 23:02
Bon difficile d'avoir des réserves sur une représentation d'un niveau que je ne pensais peut être pas avoir l'occasion de recroiser dans ma vie.

Tout est dans la rencontre d'une distribution énorme
Alors regardons de plus près.
Stemme on n'a rien à en dire car on ne décrit pas une incarnation phénoménale.
Tout y est condensé , vocalement c'est plus que jamais ( et c'est plutôt une chanteuse que je connais sur la distance.... elle me laisse ce soir baba !) , et dramatiquement ( elle est celle qui est la plus juste dans son personnage des trois femmes)

Herlitzius , la nourrice c'est un mezzo dramatique, ce qu'elle n'est pas du tout.
Elle est dépourvue dès le registre médian et éteinte dans les graves. Elle conserve un potentiel de puissance dans quelques notes qui fait que dès l' entrée du I elle attaque comme si elle devait rivaliser avec la teinturière.
Ce n'est pas son rôle, elle poussera forte tant qu'elle pourra ce qui donnera dans le I des moments assez forts, mais la voix ( bien abîmée) n'y résistera pas et tout le trois est presque inaudible ,alors qu'à la fin sa partie est essentielle et requiert une projection dans le registre grave. Elle poussera chaque fois que l'occasion lui permettra des notes fortissimo qui feront illusion.
L'actrice reste très talentueuse et totalement investie, mais le timbre bien rayé.
Le choix de Herlitzius pour ce rôle me sidère ; les mezzo dramatiques sont elles si rares ?
Nylund c'est le cas le plus regrettable.
La voix est belle, claire, le timbre lumineux et riche, le chant constamment soigné. Les aigus réussis autrement plus faciles que dans son Isolde Il de l'année dernière, évidemment.
Si l'impératrice n'est pas aussi lourd c'est tout de même un personnage qui demande une voix très solide et ample .La plus idoine pour moi fut Behrens.
Die Kaiserin est impératrice et fille du roi des Esprits... elle va operer tout le long de l'opéra une transformation vers l'humanité de la femme.
Mais Nylund dès le départ , par sa voix trop légère, par son style et sa prestance est d'emblée toute entière femme,
Ce n'est pas une question de mise en scène , c'est plus une question de tenue , de consistance de la voix, de tenue ferme de la ligne , d'ampleur aussi sur toute la tessiture.

Donc c'était très joli ça aurait pu être plus fort, plus prenant . Une metamorphose, quoi.

Gould c'est un géant, un dieu des tenors wagneriens et straussiens, americain comme Kunde dans un autre domaine, on ne l'aura pratiquement pas vu sur les grandes scènes US.
Aujourd'hui la voix marque un peu d'usure mais reste sans concurrence ( Andreas Schager n'y est pas)
Il attaque au I " Bleib und wache " à fond et à froid perché sur sa passerelle... évidemment ça pousse à hue et à dia, mais quel abattage.

Le Il je l'ai dit fut anthologique , sublime , délirant , incomparable, inatteignable. Tristan+Siegfried+Fidelio+Peter Grimes=der Kaiser
À vous remplir le corps.

Koch il est idéalement à sa place, magnifique vocalement et dramatiquement, pas comme Stemme qui dépasse les critères, pas comme les autres qui ont une réserve ici ou là.
Non Koch c'est Barak.

Reste le pire
Thielemann , malgré tout le tintouin , clinquant, martial dénué de musique , forcené de décibels comme un chef de troupe ( d'ailleurs il parvient à étouffer le quatuor final, il faut le faire avec de tels chanteurs et alors que je suis placé ad-hoc pour les recevoir en plein dans la tête) alors que c'est un brutal tonitruant , il comble l'époque , (mais nous sommes en Europe centrale) , il reçoit l'ovation la plus bruyante.

On peut rêver à ce que de tels moyens merveilleux avec un tel orchestre donneraient avec le Chef de l'année prochaine au TCE ( ce concert ceci dit, le cas Stemme à part , devrait être un très très grand moment)

Enfin un coup de gueule.
Après la sonorisation de l'orchestre de scène la veille dans Manon , sonorisation-amplification des voix Bruns, Bazarova, Bohinec ... C'est insupportable.
Inadmissible que la WSO banalise ces trucages grossiers.

Bernard

titoschipa
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 166
Enregistré le : 12 juin 2018, 20:56

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par titoschipa » 03 juin 2019, 20:51

Le choix de Herlitzius me sidère. Les mezzo dramatiques sont-elles si rares?

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 21:14

titoschipa a écrit :
03 juin 2019, 20:51
Le choix de Herlitzius me sidère. Les mezzo dramatiques sont-elles si rares?
Je pensais hier que j'aurais aimé avoir Michaela Martens par exemple , aujourd'hui arrivée à un niveau exceptionnel , vocalement comme dramatiquement.

E.Herlitzius a tellement donné d'elle que dans l'ensemble réalisé on ne peut rien regretter.

Le _tout_ fit une chose qui restera considérable dans l'expérience des spectateurs.

Bien sûr quand on regarde les choses de près ça démembre le temps vécu. On voit ci,on voit là.
C'est comme le Stabat Mater l'autre soir , c'était sublime à la juste distance où l'art nous saisit.
Hier c'est pareil . C'était incomparable, somptueux et indiscutable dans le "kairos" du spectacle.

Après , les mots , le jugement critique fabriquent une sorte de découpe anatomique .
On se dit qu'il pourrait y avoir des limites encore plus loin poussées, que oui il pourrait y avoir mieux ... c'est le désir qui s'ouvre à nouveau :wink:
Herlitzius ? Thielemann ? Oui certainement, mais c'était eux hier et ils ont contribué à nous combler.
C'est ça la magie.

Bernard

( Je pense aussi que Jill Grove peut se voir un jour dans die Amme )
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

xavierscriabine
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 08 juin 2005, 23:00
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par xavierscriabine » 03 juin 2019, 21:33

Je me suis toujours demandé pourquoi W.Meier ne l'avait pas chantée.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13689
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 03 juin 2019, 21:37

xavierscriabine a écrit :
03 juin 2019, 21:33
Je me suis toujours demandé pourquoi W.Meier ne l'avait pas chantée.
Elle n’a jamais eu une voix particulièrement puissante.
"À force de tout voir on finit par tout supporter… À force de tout supporter on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer on finit par tout accepter… À force de tout accepter on finit par tout approuver !" (Saint Augustin)

paco
Basse
Basse
Messages : 8479
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par paco » 03 juin 2019, 22:17

J'ai l'impression que le rôle de la Nourrice est souvent distribué à des sopranos qui furent grandes mais donnent des signes d'usure et s'essayent à des rôles de mezzo. Au Châtelet on avait eu Anja Silja en fin de carrière (dont la prestation ressemblait assez à ce que Bernard décrit de Herlitzius)

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 04 juin 2019, 00:52

J'ai jeté un coup d'œil " en diagonale" à différents moments de l'enregistrement HD, c'est très bien capté , les couleurs sont bien plus belles que dans le théâtre....et certaines voix y trouvent leur compte .

Je recommande, à première vue excellente reproduction.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Renard
Ténor
Ténor
Messages : 632
Enregistré le : 27 juin 2005, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Renard » 04 juin 2019, 03:44

philipppe a écrit :
25 mai 2019, 21:51
Ce solo parle est en effet poignant, et souvent coupė. Il était déjà réintégré dans le spectacle mis en scène à Salzbourg par Loy et dirigé par Thielemann, on le trouve sur Voldemort.
Et avant ça, déjà réintégré à Toulouse en 2006 (Dean Smith, Merbeth, Soffel, Baird, Schroeder). Le Capitole mène le bal…

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 05 juin 2019, 14:18

Dans une interview Vincent Huguet précise les personnages, il répond à la question concernant la teinturière :

(Traduction libre à partir de la traduction anglaise)
Question
"La femme du teinturier n’est pas une personne qui gagne le cœur des gens au départ . Avez-vous posé la question de savoir pourquoi ? Êtes-vous intéressé par la raison ?"

Vincent Huguet: "Je préfère laisser cette question ouverte. Spécifier une possibilité - une frustration sexuelle ou un petit rêve de richesse-, c'est restrictif.

C’est quelqu'un qui voudrait que les choses soient différentes, qui est ambitieuse ; mais le problème est que la seule chose qu'elle fasse est de demander cela ;mieux, elle ne fait rien pour l’acquérir. C’est semblable aux gilets jaunes en France qui démolissent la moitié de la cité tous les samedis, mais ne font rien pour la rendre meilleure."*


* c'est moi qui souligne

Rapprocher le caractère de la teinturière des gilets jaunes , ça laisse rêveur.

Évidemment rien dans sa mise en scène ne transparaît de ça .
Ce qui est tout de même symptomatique , c'est que les réalisateurs sont incapables aujourd'hui de penser une œuvre sans laisser aller leur fantasme à ras terre , dans la démagogie de l'actualité , comme pour justifier une "modernité" qui est inhérente pourtant aux fondements de l'œuvre, bien plus que dans des rapprochements tirés par les cheveux.


Heureusement qu'il n'est pas allé au bout de sa pensée et qu'il n'a pas fait enfiler à Stemme/die Färberin un gilet jaune au milieu de sa carrière de granit.

:mrgreen:

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 72 invités