Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 02 juin 2019, 23:02

Bon difficile d'avoir des réserves sur une représentation d'un niveau que je ne pensais peut être pas avoir l'occasion de recroiser dans ma vie.

Tout est dans la rencontre d'une distribution énorme
Alors regardons de plus près.
Stemme on n'a rien à en dire car on ne décrit pas une incarnation phénoménale.
Tout y est condensé , vocalement c'est plus que jamais ( et c'est plutôt une chanteuse que je connais sur la distance.... elle me laisse ce soir baba !) , et dramatiquement ( elle est celle qui est la plus juste dans son personnage des trois femmes)

Herlitzius , la nourrice c'est un mezzo dramatique, ce qu'elle n'est pas du tout.
Elle est dépourvue dès le registre médian et éteinte dans les graves. Elle conserve un potentiel de puissance dans quelques notes qui fait que dès l' entrée du I elle attaque comme si elle devait rivaliser avec la teinturière.
Ce n'est pas son rôle, elle poussera forte tant qu'elle pourra ce qui donnera dans le I des moments assez forts, mais la voix ( bien abîmée) n'y résistera pas et tout le trois est presque inaudible ,alors qu'à la fin sa partie est essentielle et requiert une projection dans le registre grave. Elle poussera chaque fois que l'occasion lui permettra des notes fortissimo qui feront illusion.
L'actrice reste très talentueuse et totalement investie, mais le timbre bien rayé.

Nylund c'est le cas le plus regrettable.
La voix est belle, claire, le timbre lumineux et riche, le chant constamment soigné. Les aigus réussis autrement plus faciles que dans son Isolde Il de l'année dernière, évidemment.
Si l'impératrice n'est pas aussi lourd c'est tout de même un personnage qui demande une voix très solide et ample .La plus idoine pour moi fut Behrens.
Die Kaiserin est impératrice et fille du roi des Esprits... elle va operer tout le long de l'opéra une transformation vers l'humanité de la femme.
Mais Nylund dès le départ , par sa voix trop légère, par son style et sa prestance est d'emblée toute entière femme,
Ce n'est pas une question de mise en scène , c'est plus une question de tenue , de consistance de la voix, de tenue ferme de la ligne , d'ampleur aussi sur toute la tessiture.

Donc c'était très joli ça aurait pu être plus fort, plus prenant . Une metamorphose, quoi.

Gould c'est un géant, un dieu des tenors wagneriens et straussiens, americain comme Kunde dans un autre domaine, on ne l'aura pratiquement pas vu sur les grandes scènes US.
Aujourd'hui la voix marque un peu d'usure mais reste sans concurrence ( Andreas Schager n'y est pas)
Il attaque au I " Bleib und wache " à fond et à froid perché sur sa passerelle... évidemment ça pousse à hue et à dia, mais quel abattage.

Le Il je l'ai dit fut anthologique , sublime , délirant , incomparable, inatteignable. Tristan+Siegfried+Fidelio+Peter Grimes=der Kaiser
À vous remplir le corps.

Koch il est idéalement à sa place, magnifique vocalement et dramatiquement, pas comme Stemme qui dépasse les critères, pas comme les autres qui ont une réserve ici ou là.
Non Koch c'est Barak.

Reste le pire
Thielemann , malgré tout le tintouin , clinquant, martial dénué de musique , forcené de décibels comme un chef de troupe ( d'ailleurs il parvient à étouffer le quatuor final, il faut le faire avec de tels chanteurs et alors que je suis placé ad-hoc pour les recevoir en plein dans la tête) alors que c'est un brutal tonitruant , il comble l'époque , (mais nous sommes en Europe centrale) , il reçoit l'ovation la plus bruyante.

On peut rêver à ce que de tels moyens merveilleux avec un tel orchestre donneraient avec le Chef de l'année prochaine au TCE ( ce concert ceci dit, le cas Stemme à part , devrait être un très très grand moment)

Enfin un coup de gueule.
Après la sonorisation de l'orchestre de scène la veille dans Manon , sonorisation-amplification des voix Bruns, Bazarova, Bohinec ... C'est insupportable.
Inadmissible que la WSO banalise ces trucages grossiers.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1721
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Hiero von Stierkopf » 03 juin 2019, 07:52

Au delà de l'aspect scandaleux de la sonorisation sur le principe, l'effet est assez désastreux dramatiquement parlant.
Les veilleurs de nuit notamment à la fin du I dans ce moment si beau et si émouvant.
Cette sonorisation des voix hors scène est le point faible de cette magnifique production.

Je partage les réserves sur Herlitzius mais elle arrive à faire illusion et délivre une performance scénique remarquable.
Nylund chante très bien mais donne toujours l'impression de sonner petit, surtout à côté des grandes voix présentes sur le plateau. Mais que c'était beau.

J'ai trouvé le Barak de Koch parfait dramatiquement et véritablement émouvant. Je l'avais déjà vu deux fois dans le rôle mais beaucoup moins bien entouré.
Et quelle différence avec Stemme sur le plateau !

Gould superbe au II, j'ai un peu moins aimé au I notamment en raison de sa position en hauteur et excentré côté jardin, ce qui m'a dérangé dans mon confort personnel.

Je pressentais que Stemme serait formidable mais je suis sorti du II littéralement KO et une fois de plus totalement admiratif de cette artiste.
Elle balaye en un soir tout les FROSCH en carton que j'avais pu voir jusqu'à présent.

Orchestre bruyant oui (j'ai pris cher là où j'étais assis) mais j'ai apprécié tant cette musique est riche et superbe.

Quelle soirée !!!
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 08:18

Oui mais Hiero un orchestre aussi bruyant qui montre presque à chaque instant la volonté de puissance ( rares sont les moments où Thielemann est obligé de lever le pied) ne permet pas de rendre pleinement la richesse de cette musique.
Ce n'est pas en faisant sans cesse donner la grosse artillerie qu'il parvient à emporter , au contraire.
Presque tout l'acte trois si subtil disparaît sous la masse orchestrale tonitruante, notamment le duo Gould/Nylund qui s'époumone au risque d'enlaidir la ligne mélodique ( ça n'a pas été un duo extraordinaire , alors que son écriture si complexe doit lui laisser des respirations pour qu'on apprécie les modulations particulièrement audacieuses) Pire, pour le quatuor il a envoyé les Tutti avec une telle brutalité que les 4 énormes chanteurs à tue-tête passaient juste la rampe ! ( Et j'étais dans une parfaite condition acoustique)

Ce n'est pas nouveau Thielemann est un mauvais chef d'orchestre à la mauvaise façon germanique..
Une sorte de Horst Stein à la sonorité encore plus enflée.
Strauss dans Frosch ( mais pareil dans Elektra) ça décoiffe, mais ça chante, ça fait une musique complexe , pas du bling bling.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 08:46

Deux mots, juste deux sur la mise en scène de Vincent Huguet.

Elle n'entreprend pas de nous embarquer vers des interprétations oiseuses, à ce titre elle ne divertit pas le spectateur de l'essentiel.

Est elle un écrin pour ce conte lyrique ?
Au premier tableau un charmant pavillon dans le goût oriental fin de siècle le laisse espérer.
On ne retrouvera jamais par la suite ce qui aurait pu renvoyer au rêve .
On va par contre vivre près de 4 heures au fond d'une carrière de granit ( qui m'a faite penser à la roche bleue de Becon les granits près d'Angers...avec ses parois découpées à la verticale parfaite)
Plus exactement tout va se passer entre cette carrière et le devant du rideau noir .

C'est cheap tout ça et monotone, d'autant que question travail sur le jeu théâtral c'est réduit à quelques figures convenues de bras.
Quelques enlacements.

Quelques variantes minimales au trois notamment, une barque qui flotte où déambulent les personnages ( l'image est tout de même charmante)
Quelques apparitions dans les parois rocheuses pour varier un tout petit peu l'espace.

La scène du cachot assez confuse et terne.
La statue de pierre...bon, ouais.

Les projections vidéos extrêmement rudimentaires quand on voit ce que la technologie actuelle peut produire aujourd'hui sur certaines grandes scènes.

Bon tout ça ne mange pas de pain, ce n'est pas l'essentiel, c'est terne, ça n'a pas beaucoup d'importance avec une telle distribution qui capte entièrement l'excitation .
Mais dans un spectacle de routine ça risque d'être un spectacle tout à fait médiocre et longuet.
Comme la mise en scène de la Manon de la veille.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 13:04

Hiero von Stierkopf a écrit :
03 juin 2019, 07:52
(...)
Nylund chante très bien mais donne toujours l'impression de sonner petit, surtout à côté des grandes voix présentes sur le plateau. Mais que c'était beau.
(...)
J'ai bouquiné l'énorme et remarquable programme de salle vendu ( pour trois fois rien) à l'occasion de cette création ( en anglais)

J'y ai trouvé des éléments qui "expliquent mon inconfort" concernant Nylund dont le charme de la voix n'est pas en cause.

Erich Seitter ( dont on ne sait s'il a ou pas une responsabilité dans le cast présent , vue son influence )
écrit : ( je traduis)


"L'Impératrice connait une évolution majeure non seulement dans le caractère de son personnage mais aussi vocalement. Dès lors, cet opéra a besoin d'un soprano capable de maîtriser cet équilibre vocal. Alors qu'au début, la soprano a un son haut , brillant , presque instrumental et sonnant clair, progressivement montant dans le registre aigu (dans une courte cadence, même jusqu'au ré majeur), au cours de la représentation , cette voix se développe en véritable "soprano jubilatoire", lyrique-dramatique , avec un registre médium soprano large et riche et des notes hautes et puissantes. Par conséquent, cela ne peut être maîtrisé que par un chanteur à la voix de soprano large.
La transformation fascinante de la femme fantomatique, très froide comme du cristal, en une personne compatissante, même une combattante, doit être montrée de manière explicite et interprétative. Ce n'est pas étonnant que des chanteurs tels que Maria Jeritza (lors de la première mondiale), Léonie Rysanek, Gwyneth Jones ou Júlia Várady ont brillé dans ce rôle."


Nylund c'est pas mal bien sûr, ça manquait manifestement de largeur.

Pour suivre cette directive de Strauss dans une lettre de juin 1914 ( désolé je n'ai que la traduction anglaise) :

"I should like to draw your attention to the character of the Empress. She doesn't have much text , but she's actually the most important character in the whole piece.You must never lose sight of this.it is about her becoming human, not the other, the "Woman without a shadow"."


c'est moi qui souligne , je ne traduis pas,

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Il prezzo
Ténor
Ténor
Messages : 584
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Il prezzo » 03 juin 2019, 14:58

Sur Thielemann, votre ressenti est d'autant plus troublant qu'on ne l'avait ABSOLUMENT PAS dans le live-stream de la Première (balance des ingénieurs du son?) et que c'est totalement contradictoire avec son interview (sur le site du WSO) où il promettait "la plus légère FroSch qu'on ait jamais entendue"!

Avatar du membre
Snobinart
Baryton
Baryton
Messages : 1981
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00
Localisation : Paris 19
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Snobinart » 03 juin 2019, 15:04

Cela dit, dans ce répertoire, c'est toujours fort à Vienne. La fosse est très surélevée par rapport à des salles comparables.

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1721
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Hiero von Stierkopf » 03 juin 2019, 15:36

J'ai toujours trouvé cette salle très particulière au niveau du ressenti de l'orchestre. Je suis incapable de l'expliquer mais j'entends toujours des sons sortant de la fosse que je n'entends pas ailleurs. C'est assez fascinant.

Et ça sonne souvent fort. Par exemple, j'y ai vu un Chénier en début d'année où Kunde, Salsi et Serjan (!) apparaissaient couverts la moitié du temps par un orchestre que j'avais justement trouvé tonitruant (Chaslin).
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10199
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Bernard C » 03 juin 2019, 15:44

C'est pas marqué "bécasse" sur mon front , mes chers petits camarades , je fréquente cette salle alors que vous n'étiez pas tous nés :wink:

J'ai parlé de Thielemann et pas de la salle
Et s'il est dans la Verneinung ça n'est pas étonnant.( Réponse à il prezzo)

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1253
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par philipppe » 03 juin 2019, 16:53

Il prezzo a écrit :
03 juin 2019, 14:58
Sur Thielemann, votre ressenti est d'autant plus troublant qu'on ne l'avait ABSOLUMENT PAS dans le live-stream de la Première (balance des ingénieurs du son?) et que c'est totalement contradictoire avec son interview (sur le site du WSO) où il promettait "la plus légère FroSch qu'on ait jamais entendue"!
Oui et il y a de gros préjugés également - assez habituels d’ailleurs, predictibles.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 71 invités