Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Représentations
Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2196
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par aurele » 12 juin 2019, 06:20

Je n'avais malheureusement pas écouté sur France Musique la captation et je me suis rendu compte hier que ce n'est plus disponible. J'aurais dû réagir plus tôt.

Pour ce qui est de la vidéo, j'espère qu'il y aura un DVD même si j'ai l'impression que les productions de l'opéra de Vienne sont disponibles en streaming uniquement et ne sortent quasiment plus en DVD.

Je ne suis pas forcément disponible au moment des lives en streaming malheureusement.

Wim
Alto
Alto
Messages : 271
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Wim » 12 juin 2019, 09:28

aurele a écrit :
12 juin 2019, 06:20
Je n'avais malheureusement pas écouté sur France Musique la captation et je me suis rendu compte hier que ce n'est plus disponible. J'aurais dû réagir plus tôt.

Pour ce qui est de la vidéo, j'espère qu'il y aura un DVD même si j'ai l'impression que les productions de l'opéra de Vienne sont disponibles en streaming uniquement et ne sortent quasiment plus en DVD.

Je ne suis pas forcément disponible au moment des lives en streaming malheureusement.
Les livestreams du WSO sont disponibles pendant 72 heures sur leur site. Il suffit de sélectionner un autre créneau horaire lors de la réservation du livestream.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14092
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 12 juin 2019, 09:32

aurele a écrit :
12 juin 2019, 06:20
Je n'avais malheureusement pas écouté sur France Musique la captation et je me suis rendu compte hier que ce n'est plus disponible. J'aurais dû réagir plus tôt.

Pour ce qui est de la vidéo, j'espère qu'il y aura un DVD même si j'ai l'impression que les productions de l'opéra de Vienne sont disponibles en streaming uniquement et ne sortent quasiment plus en DVD.

Je ne suis pas forcément disponible au moment des lives en streaming malheureusement.
La dernière de la reprise (18 octobre) est filmée.
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Avatar du membre
beckmesser
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 242
Enregistré le : 16 juil. 2004, 23:00
Localisation : PARIS

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par beckmesser » 14 oct. 2019, 16:08

Représentation du 10 octobre du centenaire de la création dans la même salle.

Enfin ! après 10 productions différentes (21 représentations) depuis 1972, j'ai pu assister à une intégrale de la partition, sans la moindre coupure.
Une mise en scène qui respecte le livret (cela repose des productions "intello", provocatrices de Salzburg, Munich etc.)

Distribution de rêve (S. Gould, N. Stemme, C. Nylund, M. Fujimura, T. Konieczny) sous la direction de Christian Thielemann que je retrouverai le dimanche suivant (hier 13 octobre) au Muzikverein dans la 8ème de Bruckner.

Pas de reprise cette saison, mais un spectacle à ne pas manquer lors d'une éventuelle reprise ultérieure.

manu
Messages : 39
Enregistré le : 16 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par manu » 15 oct. 2019, 09:42

Mémorable soirée que celle vécue le 10 octobre que Staatsoper, 100 ans de DFOS !
En levé de rideau, Dominique Meyer a longuement parlé, en allemand, ce qui fait que je ne pourrai pas vous dire de quoi exactement, sauf qu'il a présenté deux grandes partitions de l'oeuvre, peut être celle de Thielemann pour les archives de l'Opéra.
Longuement applaudi dès son entrée en fosse, et de manière crescendo tout du long de la soirée, Christian Thielemann a été la pierre angulaire de ce succès, dirigeant un orchestre galvanisé, tout en nuances et grandiloquence, faisant par moment résonner l'orchestre dans les infra jusque donner l'impression que la musique vous pénétrait par la plante des pieds. Jubilatoire !
La distribution a été dominée évidemment par Nina Stemme, impériale vocalement et humaine dans son interprétation. Tout a été dit sur cette artiste d'exception... Remplaçant Andreas Schlage en Empereur, Stephen Gould a encore une fois démontré sa maitrise de ce rôle court et exigeant, son aria du second acte restant un des sommets de la soirée. Je suis resté pétrifié par sa capacité a developper des aigus aussi peu vitraboires et étincelants ! J'ai hâte de le retrouver au TCE en février prochain pour la version concert de ce même opéra. Ce qui fut pour moi la plus plus grande surprise fut l'impératrice de Camilla Nylund, je pensais sa voix un peu courte pour ce rôle écrasant, et je fus témoin d'une très grande prestation, assurée avec maestria, même dans les passages assassins de la partition. De plus, son jeu d'actrice est tres convainquant. Autre révélation, le Barak tout en nuances et humanité de Thomas Konieczny, voix grave et profonde aux aigus peut être un brin limités, mais qui par sa bonhomie dans son jeu a emporté les suffrages du public. Le reste de la distribution fut très bon, petite déception de la soirée de M.Fujimura, sa nourrice de bonne tenue n'égalait pas les autres rôles principaux à mon sens.
J'ai beaucoup apprécié la mise en scène de Vincent Huguet, qui effectivement respecte l'oeuvre et le livret, tout en développant des images qui pour moi ont résonné avec l'histoire de cette oeuvre, et de cette institution qu'est le Staatsoper. Classicisme sans poussière, mise en avant de l'intelligibilité de l'histoire, beauté visuelle, voila un trio rare de nos jours sur les grandes scènes internationales ... De temps en temps, cela fait du bien, et dans le cas d'espèce de cette soirée, cela a rajouté au caractère exceptionnel de la soirée !
On distingue des très grands des grands quand LE soir ou il fait être présent, on réponds positivement. Merci à eux !

Wim
Alto
Alto
Messages : 271
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Wim » 19 oct. 2019, 08:40

Représentation du 18/10
Les applaudissements qui accueillent Thielemann dès son entrée dans la fosse font penser au culte Petrenko à Munich. Il faut le reconnaître, le succès de cette FROSCH est largement dû à ce grand chef straussien et wagnérien.
Il a déjà été mentionné que la distribution a légèrement changé par rapport au mois de juin. Avec Schager on gagne à mon avis, avec Konieczny on perd et avec Fujimura on assiste à une Amme moins maléfique et moins torrentielle que ne la présentait Herlitzius mais aussi très convaincante vocalement.
Stemme: rien à ajouter. L’excellence incarnée.
Nylund: c’était peut-être une impression mais sa très belle voix sonnait plus ample qu’en juin, résultant dans un plus grand équilibre avec Stemme.
Avec une Teinturière et une Impératrice d’un tel niveau, on est évidemment dans les nuages.
Ovation debout et très longue.
Merci au WSO de nous servir cet opéra sublime et relativement rare avec une qualité musicale et vocale de très haut vol.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12858
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par HELENE ADAM » 19 oct. 2019, 10:30

La séance du 18 octobre 2019 a été retransmise en livestream, rappel de la distribution

DIRIGENT Christian Thielemann
REGIE Vincent Huguet
BÜHNE Aurélie Maestre
KOSTÜME Clémence Pernoud
LICHT UND VIDEO Bertrand Couderc
DRAMATURGIE Louis Geisler

Der Kaiser Andreas Schager
Die Kaiserin Camilla Nylund
Die Amme Mihoko Fujimura
Geisterbote Clemens Unterreiner
Barak Tomasz Konieczny
Sein Weib Nina Stemme
Hüter der Schwelle des Tempels Daniela Fally
Stimme eine Jünglings Jörg Schneider
Stimme des Falken Maria Nazarova
Stimme von oben Monika Bohinec

Rappel : le livestream est valable 72 heures

NB : d'accord avec les remarques de Wim (on gagne et on perd), c'était la prise de rôle de Schager je pense....( :clapping: )
Orchestre sublime sous la très belle direction de Thielemann.
L'oeuvre est magistrale et la retransmission excellente, je vous la conseille, j'avais aussi vu celle de la "création" en juin mais on ne s'en lasse pas.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1744
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Hiero von Stierkopf » 19 oct. 2019, 13:17

Excellente soirée hier pour moi aussi. Avec l’effet uppercut-surprise en moins que lors de la création en juin avec la prise de rôle de Nina Stemme.

Cette œuvre est fabuleuse et l’orchestre fascinant du début à la fin.
Thielemann accueilli comme une rock star. J'ai trouvé que l'orchestre sonnait un peu moins fort qu'il y a quelques mois mais je ne sais pas si c'est une conséquence de mon placement dans la salle.

Assez en ligne avec le commentaire de Wim à l’exception de sa remarque sur Schager que j’ai trouvé un peu moins à son aise que Gould, au I comme au II.
Mais c’est une affaire de goût, je sais que Gould a ses détracteurs et je suis plutôt de l’autre côté de la barrière.

Konieczny ne m’a pas convaincu dans le sens où je n’ai jamais été ému ni touché par son Barak.
J’avais parfois l’impression de l’entendre chanter Telramund. On connaît sa projection remarquable, son timbre un peu métallique qui en font un chanteur efficace dans bien des rôles mais je n’ai pas ressenti l’humanité attendue se dégager de son chant même quand il le nuançait.
Koch, malgré ses limites et ses faiblesses, me semblait plus humain et plus juste dramatiquement. J’attends avec impatience Michael Volle.

J’ai plutôt apprécié Fujimura qui, bien que moins expressive que Herlitzius, m’a semblée bien plus à sa place sur le plan vocal.

Fabuleuse Nina Stemme dont la Färberin force l’admiration et appelle peu de commentaires. Son impact vocal, physique et dramatique est phénoménal et ne peut être vécu pleinement qu'en salle.

Nylund meilleure qu’en juin occupant une place plus affirmée et plus centrale. Ca sonne toujours un peu petit à côté des monstres qui occupent le plateau avec elle mais on rend rapidement les armes tant la performance est remarquable.

J’ai eu le sentiment que la mise en scène avait évolué au III (le Kaiser statufié) à tel point que je me demande si je ne fais pas une confusion avec une autre production.
La sonorisation des chœurs au I puis de plusieurs chanteurs au III est vraiment désastreuse.

Geisterbote avec un peu moins d'impact vocal.

A noter que pour la séance du 14 octobre, Nina Stemme a chanté après avoir été annoncée souffrante.

On pinaille un peu et on joue à comparer mais c’était une soirée de très haut niveau.
Ovation du public pour toute l’équipe, largement méritée.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Romuald
Soprano
Soprano
Messages : 72
Enregistré le : 18 sept. 2016, 15:52

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Romuald » 19 oct. 2019, 14:23

Mme Stemme n'a pas été annoncée souffrante au début de la représentation du 14 octobre. Le 14 octobre Nina Stemme s'est trompée dans le rythme au cours d une longue réplique à la fin du 2 ème acte. Cela a conduit à un moment d'insécurité qu'elle a fort mal vécu. Thielemann ne regardant pratiquement pas les chanteurs ne lui a été d'aucun secours.Ce n'est qu'après cet incident que Meyer est venu annoncé avant le début du 3ème acte une indisposition de Mme Stemme. Du coup Thielemann n'a pas cessé de s'occuper de Mme Stemme au cours du 3èm acte. Thielemann et Stemme ont beaucoup disctutés lors des saluts finaux et les sourires entre eux ne s'adressaient qu'au plublic....
Ayant assitée aux représentations du 10 et du 14 rien ne permettait de dire que Mme Stemme était souffrante avant cet incident. Je vois dans cette annonce au début du 3ème acte un besoin (excessif?) de Mme Stemme de demander pardon au public et peut-être une coquetterie et surement un appel à Thielemann pour qu'il lève la tête et s'occupe un peu moins de l'orchestre et plus des chanteurs. Ce qui eut un effet évident sur le comportement du chef lors de ce 3ème acte....

Avatar du membre
Il prezzo
Ténor
Ténor
Messages : 621
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Strauss-La femme sans ombre-Thielemann/Huguet- Wiener Staatsoper -05-06/2019

Message par Il prezzo » 19 oct. 2019, 17:08

La vision en salle fait plus que compléter la très bonne impression que j'avais relatée lors du live-stream de juin dernier.

L'énorme apport concerne bien sûr les effets d'ensemble, qui tombent naturellement à plat sur un mini-ecran. Les choeurs féminins qui viennent "tenter la teinturiere" sont ainsi infiniment plus prégnants et réussis. Comme les effets de brume mobile, dont je n'ai pas encore saisi la technicité, et qui, dans cet enceinte rocheuse à l'esthétique "très Peduzzi" (3e acte Walkyrie 1976), ajoutent au mystère ambiant.
Dans la mise en scène de Vincent Huguet, l'absence de "distanciation" par rapport à la lettre du conte d'Hoffmannstahl, en sert effectivement la compréhension, de sorte que les interventions très ésotériques (et longuettes! ) du 3ème acte sont les seules subsistances un peu obscures de cette étrange histoire.
Avec la signification des cadavres sur le champ de bataille, l'Empereur n'étant supposé revenir que de la chasse...

Quel orchestre, dont malheureusement je ne voyais que les harpistes et quelques bois à l'extrême jardin. Même les longueurs straussiennes du 3ème acte, qui semblent parfois vainement dissonnantes, sont magnifiées et supportables, avant que le sublime final ne revienne nous combler d'un résumé de toutes les couleurs et thèmes de l'opéra.

Côté chanteurs, Schager peut-être moins convaincant que chez Wagner (il en importe d'ailleurs bizarrement la fébrilité de Siegfried dans son air du 1er acte). Belle prise de rôle malgré tout, en dépit d'une ou deux difficultés dans certains aigus (restes de sa récente bronchite?), son "Meine Hände" du 2e acte était à la limite de la rupture. Il reste qu'il "embellit" l'écriture ingrate de Strauss pour ses ténors, et semble s'y plaire puisqu'il évoque dans une interview, outre son Kaiser, ses actuels Apollon (Daphné), Bacchus, et même Menelas le mois prochain à la Scala.
Stemme, bouleversante, ne déçoit pas (et heureusement, on est venu essentiellement pour elle...). Avec une interrogation: mais combien de jours lui faut-il pour recouvrer ses moyens après une telle performance...?
Nylund semble au début manquer un peu de projection dans cette grande salle (à la différence du ressenti de Berlin ). Mais on est soufflé par l'exploit d'interprétation, et comme pour Stemme, par l'endurance assumée quand elle nous lance ses derniers aigus à la toute fin de l'oeuvre.
Konieczny poignant dans le rôle le plus gratifiant de l'oeuvre (il faudrait vraiment être mauvais pour rater un personnage aussi bien servi...).
Fujimura a de beaux graves mais une présence moins ardente qu'Herlitzius.

Enfin, un commentaire sur le confort et l'expérience de la salle. Pas familier du WSO (une seule fois il y a quelques décennies), j'ai trouvé ce théâtre froid, avec ses sombres foyers, ces escaliers fermés (qui débouchent sur les paliers par des quasi portes de secours). Surtout si l'on compare aux paliers et escaliers de Garnier, où l'on saisit immédiatement la géographie du lieu. Grande salle, donc grande distance à la scène. Balcon couvert par celui du dessus... Sans parler des tarifs, d'autant qu'avec leur système de réservation préhistorique, on ne voit pas la place qu'on réserve dans la catégorie. Bref, rapport qualité/prix très inférieur aux théâtres berlinois, plus intimes. Sous ces seuls aspects, la FrOSch psychanalytique du Berliner Staatsoper de l'an dernier (Guth) était une meilleure expérience. Et j'aurais très mal supporté 15h de tétralogie dans ces conditions...
Par ailleurs, le surtitrage sur écran individuel (comme au Met), c'est bien, avec ses possibilités de chinois, russe et japonais!  Mais ce serait mieux si la traduction française n'avait pas été faite par des serbo-croates, hypothèse vraisemblable vue l'absence de nombreux articles et pronoms. Sans compter les fautes de frappe et répétitions intempestives ("Il ne se passe passe rien" 😂). Bon point au programme, comme en Allemagne, où pour 4.80€, vous trouvez de nombreuses études, témoignages et illustrations des productions et chanteurs passés du lieu (et non un inutile livret qui squatte la moitié du bouquin).

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : philippe78 et 29 invités