Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Oylandoy
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 913
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Contact :

Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Message par Oylandoy » 15 mai 2019, 16:00

LES AMANTS MAGNIFIQUES
Comédie-ballet en cinq actes de Molière et Lully
Créée en février 1670 à Saint-Germain-en-Laye

Les Malins Plaisirs - Vincent Tavernier, mise en scène et direction artistique

en collaboration avec Le Concert Spirituel
Hervé Niquet, direction

et La Compagnie de Danse l’Eventail
Marie-Geneviève Massé, chorégraphie

Image

Claire Niquet, décors
Érick Plaza-Cochet, costumes
Carlos Perez, lumières
Olivier Collin, assistant à la chorégraphie

Laurent Prévôt, Sostrate, général en chef des armées d’Aristione
Pierre-Guy Cluzeau, Clitidas, plaisant de cour de la suite d’Eriphile
Maxime Costa, Le prince Iphicrate, prétendant à la main d’Eriphile
Mélanie Le Moine, La princesse Aristione
Benoît Dallongeville, Le prince Timoclès, autre prétendant à la main d’Eriphile
Quentin-Maya Boyé, Anaxarque, astrologue d’Aristione
Olivier Berhault, Cléon, fils d’Anaxarque
Claire Barrabès, Cléonice, dame de compagnie d’Eriphile
Marie Loisel, La princesse Eriphile, fille d’Aristione
Lucie Roche, La Nymphe du Tempé, la Prêtresse
Marie Favier, Caliste
Margo Arsane, Climène, 1er Amour et 1ère Grecque
Laurent Deleuil, Tircis
Clément Debieuvre, Lycaste, 2ème Grec
Stéphen Collardelle, Ménandre, 3éme Amour
David Witczak, Philinte, 4ème Amour
Thibault de Damas, Le Triton, Le 1er satyre, le 3ème Grec
Nathanaël Tavernier, Eole, le 2ème satyre

Compagnie de Danse l’Éventail :
Romain Arreghini, Bruno Benne, Anne-Sophie Berring, Bérengère Bodénan, Sylvain Bouvier, Olivier Collin, Robert Le Nuz, Artur Zakiro.

Les musiciens du Concert Spirituel

Coproduction originale : Les Malins Plaisirs, Le Concert Spirituel, La Compagnie de danse L’Eventail, l’Opéra de Rennes, Le Centre de Musique Baroque de Versailles, l’Opéra De Massy, l’Opéra Grand Avignon, La Ville Du Touquet-Paris-Plage, ADAMI, SPEDIDAM.
Coproduction de la reprise : Opéra de Limoges

Chanté en français, surtitré en français
Durée : environ 3h avec entracte

16, 17 et 18 mai 2019

Pour obtenir la main d’une jeune princesse, deux princes rivaux la régalent à l’envi de tous les divertissements que le théâtre peut fournir.
Louis XIV, argument pour la commande des Amants magnifiques.

Image

Le programme de salle :
Commandé par le roi à Molière et Lully pour le carnaval 1670, l’ouvrage est la quintessence du divertissement de cour : tous les plaisirs s’y mêlent. Créée exactement entre Monsieur de Pourceaugnac (octobre 1669) et Le Bourgeois gentilhomme (octobre 1670), cette comédie-ballet appartient à une veine très mal connue de Molière, qui mérite d’être largement réhabilitée : celle de la poésie galante, quasi marivaldienne, qui mêle une étude fine et sensible du sentiment amoureux à la peinture ironique et colorée de la vie de cour.
Dans cet univers de conte de fées, les égarements du cœur et de l’esprit sont à la fois scandés et mis en abyme par les “divertissements”, plus sur¬prenants les uns que les autres - jeux marins, ballets de statues, jeux de mimes ou pastorale champêtre - pour lesquels Lully imagine une partition riche, novatrice et d’une immense poésie.

Image

La Suite des divertissements

Premier intermède (prologue) :
Divertissement marin offert par le prince Iphicrate.
Sortant des flots, fleuves, tritons et amours célèbrent par leurs chants Eriphile et Aristione (“La plus belles des immortelles, / Notre mère, a bien moins d’appas”). Aux pêcheurs de corail succède Neptune, venu rendre en personne hommage aux deux princesses.

Deuxième intermède :
Une “audition” à la cour.
Cléonice, confidente d’Eriphile, lui produit trois pantomimes, qui expri¬ment par leurs gestes toutes sortes de choses. La princesse les reçoit à son service.

Troisième intermède :
Pastorale offerte par le prince Timoclès.
Le théâtre est une forêt, dont la Nymphe de la Vallée de Tempé fait, par son chant, les honneurs aux deux princesses. On leur y joue une petite comédie en musique où figurent tour à tour des bergers et bergères amoureux, satyres jaloux et amants dépités puis réconciliés. Faunes et dryades dansent, cependant que tous les personnages chantent à la gloire de l’amour (“Jouissons, jouissons des plaisirs innocents / dont les feux de l’amour savent charmer nos sens”).

Quatrième intermède :
Fantasmagorie offerte… par on ne sait qui !
Voulant s’isoler dans une grotte, Aristione et Eriphile y découvrent des êtres mystérieux qui prennent vie.

Cinquième intermède :
Pantomime burlesque.
Pour distraire Eriphile, les trois mimes lui offrent un divertissement et, pour épreuve de leur adresse, ajustent leurs gestes et leurs pas aux in¬quiétudes de la jeune princesse.

Sixième et dernier intermède :
Les jeux pythiens.
Célébration d’Apollon, la solennité des Jeux pythiens débute par des chants à sa gloire, suivis de danses de force et d’adresse. Un grand bruit d’orchestre annonce le dieu lui-même qui, entouré de sa suite, conclut solennellement la cérémonie.

Image

Représentation du 16 mai 2019

Et Louis XIV inventa le gesamtkunstwerk…

Après une brève ouverture très Lully, Hervé Niquet se rassoit, et attend longtemps, longtemps (on se dit : il va craquer, c’est sûr)… Le temps de s’apercevoir qu’il s’agit d’une vraie pièce de théâtre de Molière, et non de récitatifs parlés. La musique de Lully s’insère entre les scènes, d’abord brièvement, puis de plus en plus longuement, pour finir par une petite symphonie.
La mise en scène est sobre, le décor unique, avec des éléments changés par des figurants au gré de l’action, la scène de la grotte étant agrémentée d’un tissu blanc vaporeux, et d’un dragon, blanc lui aussi, marionnette manipulée par des aides. Poétique et délicat.

Image

Le sujet de la pièce a été imposé par Louis XIV, pour autant, Molière ne se laisse pas enfermer et déborde largement : le mérite des personnages (surtout Sostrate, qui est modeste et valeureux) passe avant leur naissance (aucun des deux princes n’est très dégourdi), la critique de certains comportements courtisans ambitieux voire malhonnêtes (l’astrologue Anaxarque est ridiculisé). Après un début très quelconque, le texte de Molière devient fin, captivant et finalement émouvant, lors du désespoir du héros qui se désole de n'être pas noble, puis de la scène d’amour finale. Cet intérêt pour le mérite a aussi pour objet de remercier Louis XIV pour les nominations de Colbert, Le Nôtre, mais aussi Molière et Lully…

Image

Les intermèdes sont chantés et dansés. Si la partition de Lully est arrivée jusqu’à nous, en revanche, la chorégraphie a été perdue en grande partie et Vincent Tavernier a du la reconstituer, avec talent.
Les passages les plus fournis, et les plus vivants, sont la Pastorale, au centre de l’ouvrage, et le final (les jeux pythiens).
Le spectacle est ainsi complet, avec 8 danseurs, 9 chanteurs et 9 comédiens (tous à féliciter), et après un démarrage languissant, soulève finalement l’enthousiasme du public, qui applaudit longuement.
Une mention particulière pour Pierre-Guy Cluzeau (Clitidas, bouffon de la cour), présent en quasi permanence, rôle parlé savoureux.

Jean Yves Courtiau

Image
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20650
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Message par JdeB » 16 mai 2019, 07:17

J'ai beaucoup aimé ce spectacle déjà donné, entre autres villes, à Avignon (avec une distribution différente)

viewtopic.php?f=6&t=18460&p=307019&hili ... er#p307019
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Christopher
Baryton
Baryton
Messages : 1985
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Re: Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Message par Christopher » 16 mai 2019, 07:55

Y a t il quelques part des images de ce spectacle ? Rien sur le site de l'opéra de Limoges.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20650
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Message par JdeB » 16 mai 2019, 07:57

"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Oylandoy
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 913
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Contact :

Re: Lully/Molière - Les Amants Magnifiques - Niquet / Tavernier - Limoges - 05/2019

Message par Oylandoy » 24 mai 2019, 17:43

Les photos de mon CR sont de Thierry Laporte.

Image

Image
la mélodie est immorale
Nietzsche

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 79 invités