Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Représentations
Répondre
Torquemada
Soprano
Soprano
Messages : 74
Enregistré le : 09 avr. 2007, 23:00
Localisation : Toulon
Contact :

Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par Torquemada » 29 avr. 2019, 13:41

Turandot

Direction musicale Roberto Rizzi Brignoli
Mise en scène Charles Roubaud
Décors Dominique Lebourges
Costumes Katia Duflot
Lumières Marc Delamézière

Turandot Ricarda Merbeth
Liù Ludivine Gombert

Calaf Antonello Palombi
Timur Jean Teitgen
L’Empereur Altoum Rodolphe Briand
Ping Armando Noguera
Pang Loïc Félix
Pong Marc Larcher
Un Mandarin Olivier Grand
Le Prince de Perse Wilfried Tissot

Orchestre et Chœur de l’Opéra de Marseille
Maîtrise des Bouches-du-Rhône

Nouvelle Production Opéra de Marseille

Représentation du 27/04/2019 (première)

À trois mois d’intervalle, le spectateur provençal avait la chance de pouvoir assister à la représentation de deux Turandot successives, la première à Toulon, la seconde à Marseille. Une fois n’est pas coutume, avantage à Toulon : la mise en scène de Federico Grazzini parvenait davantage par sa sobriété suggestive à camper l’univers de la fable de Gozzi, quand la lecture littérale et traditionnellement orientalisante de Charles Roubaud n’a pas toujours permis au spectacle marseillais de convaincre. Le dispositif était pourtant similaire (à deux niveaux, l’un pour la foule et les étrangers, l’autre pour le fils du ciel et la princesse de glace), comme le recours à la vidéo, mais les images semi-abstraites de Federico Grazzini et de ses acolytes étaient bien souvent plus fortes parce qu’elles pariaient sur l’imaginaire, quand celles de Charles Roubaud se contentaient trop souvent de surligner ce que la musique et le texte disaient déjà (le rêve nostalgique de Ping de sa « casa nell’Honan » entourée de bambous donne lieu subito à la projection de … bambous, etc.). Manquait surtout au spectacle marseillais une direction d’acteurs digne de ce nom, qui n’abandonne pas les chanteurs à leurs mérites très relatifs en matière de jeu et de gestuelle.

Du point de vue musical, les deux maisons ont eu à affronter le même problème, celui de l’exiguïté de la fosse en regard de la variété de l’effectif requis. J’étais placé au 5e rang du parterre côté jardin, quasiment comme à Toulon en janvier, et l’équilibre orchestral y était tout aussi précaire : les deux harpes et les percussions perchées dans les loges déstabilisaient fortement l’image orchestrale, au point que j’aurais bien du mal à formuler un jugement précis sur la prestation de Roberto Rizzi Brignoli, tant cordes et bois étaient souvent noyés dans le tourbillon symphonique. Sans doute l’équilibre était-il moins problématique avec le recul des balcons. Les décalages inévitablement provoqués par l’éclatement de l’orchestre m’ont toutefois paru un peu moins nombreux qu’à Toulon. Émergeant vaillamment du maelström orientalisant, le chœur s’en sort honnêtement sans faire dans la dentelle (à part la jolie maîtrise des Bouches-du-Rhône que la partition place judicieusement lors des accalmies).

Les deux rôles principaux n’avaient en tout cas rien à craindre de la véhémence de l’orchestre, Ricarda Merbeth et surtout Antonello Palombi faisant preuve d’un volume à toute épreuve. La soprano a pour elle un aigu qui demeure percutant et fièrement dardé, malgré un vibrato dont le contrôle lui échappe parfois. Le grave semble en revanche très sourd et les registres si désunis que les grands écarts de la ligne vocale m’ont paru la mettre plus d’une fois en difficulté. En résulte une incarnation assez monolithique, qui échoue à faire sourdre l’émotion à mes oreilles (égalité de ce point de vue avec Gabriela Georgieva qui chantait le même rôle à Toulon). Antonello Palombi lui vole nettement la vedette aux saluts : le ténor campe un Calaf d’une puissance décoiffante, qui a le bon goût de ne pas en abuser lors d’un « Nessun dorma » tout en nuances. Lorsqu’elle est pleinement déployée, la voix est assez belle mais elle semble s’effilocher dès le mezza voce – à la différence de son concurrent toulonnais Amadi Lagha dont, par ailleurs, la juvénilité et la mobilité sur scène touchaient plus facilement que le personnage relativement pataud interprété par Palombi.
Dans le rôle payant de Liù, Ludivine Gombert allie une voix souple à une incarnation sensible qui font mouche lors de son second air – mais en ce soir de première, la pause importante ménagée par le chef à l’issue de « Signore ascolta » n’a pas réussi à déclencher les applaudissements d’un public pourtant prompt à manifester son enthousiasme. Bel et bon Timur, très « père noble », de Jean Teitgen, malgré un costume tout droit sorti de A Night at the Opera des Marx Brothers. Trio chinois quelque peu déséquilibré où se fait surtout remarquer le baryton naturel et bien chantant d’Armando Noguera. À l’issue de la représentation, le public s’est refusé à faire la bégueule, pour récompenser généreusement toute l’équipe. Peut-être les représentations suivantes permettront-elles au chef de procéder à quelques réglages et ajustements et aux chanteurs de s’approprier pleinement leur rôle.
"Totor est de Torquemada le diminutif plein de charme!"

RV
Alto
Alto
Messages : 341
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par RV » 29 avr. 2019, 15:34

Je ne vois pas trop l’intérêt decomparer deux productions du même opéra dans deux théâtres différents. Chaque représentation est unique et par ailleurs assez peu de spectateurs ont vu ou auront vu les deux spectacles. Je parle en connaissance de cause pour avoir fait le voyage à Toulon pendant une dizaine d’années.

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 854
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par Piero1809 » 30 avr. 2019, 16:28

Merci pour ce compte rendu. Turandot est un des opéras de Puccini que je préfère malgré les faiblesses de l'acte III. Avez-vous eu la chance d'écouter la version longue d'Alfano?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12134
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par HELENE ADAM » 02 mai 2019, 16:54

On nous a changé Antonello Palombi ? Parce que jusqu'à très récemment, c'était un chanteur très quelconque, qui chantait fort certes, mais assez mal...et il ne vient pas d'arriver dans l'arène. :mrgreen:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1707
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par elisav » 02 mai 2019, 18:22

HELENE ADAM a écrit :
02 mai 2019, 16:54
On nous a changé Antonello Palombi ? Parce que jusqu'à très récemment, c'était un chanteur très quelconque, qui chantait fort certes, mais assez mal...et il ne vient pas d'arriver dans l'arène. :mrgreen:
Ce ne serait pas la première fois qu’un chanteur qui est médiocre ailleurs devient, par miracle, exceptionnel en province. C’est peut-être dû à l’air et à la bonne chère ? :mrgreen:

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4186
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par Loïs » 04 mai 2019, 06:29

Turandot réussit toujours à Marseille, en tout cas depuis tous ceux que j'ai vu depuis les années 80 et ce n'est pas la première fois que la salle délire pour cet opéra. Micaela prends ton billet :bye1:

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 840
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Puccini – Turandot – Rizzi Brignoli / Roubaud – Marseille 04/2019

Message par fomalhaut » 07 mai 2019, 15:13

Peuchère, on nous l'a bien changé...Le Pastis ?
fomalhaut

http://www.gbopera.it/2019/05/opera-de- ... -turandot/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 101 invités