Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/2019

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/2019

Message par Bernard C » 28 avr. 2019, 19:23

Reprise du Ring de Robert Lepage, Metropolitan Opera , seconde journée, Siegfried

Du 13 avril au 9 mai 2019

Distribution : (je ne donne que celle du cycle II)

Direction : Philippe Jordan
Production : Robert Lepage
Décors : Carl Fillion
Costumes : François Saint Aubin

Brunnhilde : Christine Goerke
Siegfried : Andreas Schager
Erda : Karen Cargill
Mime : Gerhard Siegel
Wanderer : Michael Volle
Alberich : Tomasz Konieczny
Fafner : Dmitry Belosselskiy
Oiseau de la forêt : Erin Morley

Bref le MET a mis les petits plats dans les grands pour ce Siegfried.

impressions après la représentation du 2 mai

Bernard


Image
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Ténor
Ténor
Messages : 574
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par lionrougeetblanc » 29 avr. 2019, 05:17

Je suis curieuse de savoir ce que donnera cette reprise. Je n'ai vu le Ring de Lepage qu'en DVD (avec un making of qui en disait long sur les difficultés posées par la structure scénique) mais les choix de Lepage m'avaient beaucoup intéressée, donnant un Ring à la fois très cohérent, très personnel mais aussi "partageable" avec le public car respectueux de l'œuvre, quoi qu'aient pu en dire alors les critiques les plus violentes contre le projet. :2guns:

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Bernard C » 03 mai 2019, 00:35

Représentation du 2 mai 2019
1er Acte :
Emporté par un orchestre déchaîné par une baguette formidable d''allant , de dynamique rutilante , ce Siegfried emporte le MET dans une expérience inespérée depuis un demi-siècle.
Maelstrom d'heroisme , avec probablement le meilleur Mime du moment , un Wanderer noble et puissant.
Notung ne peut que surgir dans ce chaudron du MET porté à l'embrasement.

Bravo, Bravo.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Bernard C » 03 mai 2019, 02:52

Au second entracte, la passion des échanges l'a emporté sur le petit mot sur ODB.
Désolé :wink:


C'était , c'était...

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Bernard C » 03 mai 2019, 04:38

Goerke calamiteuse vocalement ( voix chevrotante, aigus éteints, détonant la plupart du temps) , absente d'un personnage qu'elle joue comme un sac s'agitant dans le vide a gâché un troisième acte d'une soirée par ailleurs mémorable.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Bernard C » 03 mai 2019, 04:42

Une distribution et une soirée merveilleuses jusqu'au duo final

J'enrage.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Hermangarde
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 104
Enregistré le : 05 mars 2017, 14:21

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Hermangarde » 03 mai 2019, 08:10

Je n'ai vu que la représentation au cinéma de Walküre, et j'avais émis des réserves sur la prestation tant vocale que scénique de Goerke.... Au point qu'elle me faisait presque regretter la Brunehild de Deborah Voigt!!!!

Avatar du membre
Il prezzo
Ténor
Ténor
Messages : 584
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Il prezzo » 03 mai 2019, 17:18

Parmi les huit ou neuf Siegfried que j’ai entendre, en version scénique ou en concert, je n’en trouve pas un seul qui émerge vraiment, me souvenant plutôt d’une déception-frustration systématique pour des chanteurs le plus souvent sous-dimensionnés pour un rôle écrasant, à la tessiture un peu ingrate, toute en force, et de plus dans un personnage peut-être moins attachant que d’autres du Ring, pour lesquels l’empathie est immédiate (les jumeaux, Wotan, Fricka, etc, etc… !). De sorte que les Siegfried des grands enregistrements du passé ou plus récents m’ont toujours semblé un Graal auquel je n’aurai jamais droit.

C’est donc, enfin, une sorte d’accomplissement pour le wagnéromane que je suis de se voir offrir la prestation inoubliable d’Andreas Schager dans cette production new-yorkaise.

Nous attendions en confiance le reste du cast, apprécié dans les deux précédents volets, et, à une exception notable, ils ne nous ont pas déçu.

Gerhard Siegel campe un Mime parfait dans le tragi-comique d’un rôle très subtilement écrit sur le plan du texte, dont le côté involontairement drôle plait souvent au public (et c’est bien sûr le cas du public américain, plus « réactif » et sonore que chez nous, cette sur-réaction permanente finissant d’ailleurs par être un peu pénible : ça rigole quand même trop fort et à tout bout de champ, aux répliques de Mime, au dragon, évidemment à la méprise de Siegfried –Es is kein Mann…). Rôle bien écrit aussi sur le plan du chant, puisque derrière la fourberie apparente (les notes très aigues et criardes), se cache aussi l’affection du père adoptif, et ce n’est pas facile à traduire pour le chanteur ! Un grand interprète à la mesure de la première scène US (et justement ovationné).

Michael Volle continue de nous ravir avec son Wotan insolemment clair, puissant et expressif. Ses interventions sont nombreuses dans cet opéra, dont il assure la continuité dramatique, et pédagogique, pour ceux qui ne suivraient plus !

On retrouve également l’Alberich fantastique de Tomasz Konieczny, à la projection terrifiante, l’acoustique du Met n’en demandait pas tant, on a envie de dire… De plus, l'acteur est superbe de justesse dans son jeu, et l’on a beaucoup de mal à ne pas adorer ce méchant !

Mais c’est surtout Schager donc, qui stupéfie : son aisance vocale lui permet tout (même de se laisser aller dans son jeu, à un ou deux clins d’œil au public, assez malvenus), il embellit l’écriture vocale de Siegfried qui peut être si laide si elle n’est que « moyennement chantée ». Son chant qu’on avait trouvé un peu monolithique dans son récent Tristan de Bastille (mais infiniment moins toutefois que le Siegfried de Vekua dans la tétralogie du Mariinsky à la Philharmonie, qui tenait la route mais n’exprimait rien) est de fait d’une grande richesse. Le chant de Schager est un bonheur de tous les instants et dans tous les tableaux de cette deuxième journée, qui permet de conserver la tension dramatique à ce moment-là du cycle qui d’habitude, entre les braises de la Walkyrie et la fureur du Crépuscule, a parfois tendance à retomber. Il y est aidé il faut dire par le reste du cast (enfin, presque tout le reste !), d’un niveau qui vous ferait presque rester à New-York pour le 2e cycle de la semaine prochaine -sold out- (mais Schager y cède sa place à Vinke…).

Les tableaux de Robert Lepage se succèdent pour un véritable émerveillement esthétique à chaque fois : le refuge de Siegfried-Mime dans un creux de colline, la forêt qui suit, équatoriale, moussue, l’eau plus vraie que nature, le bel oiseau qui volète et échange de façon très vivante avec Siegfried, le sublime éclairage lunaire des rochers de la confrontation Siegfried-Erda (avec une « évidence signifiante » dans la direction d'acteur de ce duo, on réalise vraiment combien cette scène est la clé de tout le Ring).
Et comme pour la Walkyrie, on s’est maintenant habitué à l’hyperréalisme du parti choisi, de sorte que l’on n’est ni surpris, ni vraiment déçu lorsque qu’apparait le voyageur…en costume de voyageur respectant à la lettre les indications wagnériennes (chapeau, manteau…), ou le dragon…dragon, l’oiseau…oiseau ! Une mention dans ce Ring aux ateliers de perruques qui ont dû littéralement s’éclater avec ce qu’on leur a demandé, car j’ai rarement vu une telle débauche de rajouts capillaires, bouclés on non !

Reste le cas « Goerke ». A la différence de Bernard, sa piètre prestation n’a pas suffi à me gâcher la soirée. Certes les hauts aigus aigrelets et chevrotés étaient très moches, le jeu pitoyable (on l’avait deviné lors de la Walkyrie, mais je n’ai pu m’empêcher de « mater » à la jumelle son ridicule réveil…), mais ça se rétablissait dans le grave et le medium, et surtout, les réparties de Siegfried nous remettaient à chaque fois un shoot de plaisir. Peut-être la tessiture du Götterdämerung lui conviendra mieux (Brünnhilde, c’est un fait, est beaucoup plus lyrique que dramatique dans Siegfried, le Mariinsky nous l’avait d’ailleurs parfaitement illustré récemment à la Philharmonie, en programmant Stikhina –extraordinaire souvenir d’ailleurs- dans Siegfried, et une autre soprano, beaucoup plus lourde –au sens figuré- le lendemain dans le Crépuscule, Stikhina n’ayant récolté « que » le petit rôle de Gutrune). Bernard en doute, nous verrons…

Jordan a mené un premier acte au brio magnifique, un deuxième acte très poétique, et, curieusement (en écho à la moindre implication de Brünnhilde ?) un troisième acte que j’ai trouvé sans saveur, en particulier la si belle introduction que j'ai vécue comme lente et fade.

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10207
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par Bernard C » 03 mai 2019, 17:43

Tout est très bien dit.
Bon Goerke ne m'a pas gâché la superbe soirée, mais empêché de terminer dans l'extase du duo du troisième acte.

Je reste très déçu de la prestation de la grande Christine.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 842
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Wagner-Siegfried-Jordan/Lepage - MET NY - 04-05/19

Message par fomalhaut » 03 mai 2019, 18:26

Bernard C a écrit :
03 mai 2019, 17:43

Bon Goerke ne m'a pas gâché la superbe soirée, mais empêché de terminer dans l'extase du duo du troisième acte.
Je reste très déçu de la prestation de la grande Christine.

Bernard
Ce sont des choses qui arrivent...
fomalhaut

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 63 invités