Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10505
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Bernard C » 16 mars 2019, 22:14

Musique admirable, mais qu'est ce que qu'ils sont bruyants !

Magnifiques solistes

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10505
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Bernard C » 16 mars 2019, 23:51

Somptueuse seconde partie , nuancée .

Un Ivan de très grande qualité.
Tous les artistes au meilleur , une distribution et un orchestre au top ( les mains droites des violons sont incomparables... quelle qualité de son ! Tous ! Un archet présent sans faille pour la moindre nuance et la plénitude de la dynamique du son...un bonheur total... comme le reste d'ailleurs.)
Encore une merveilleuse soirée musicale et lyrique.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12887
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par HELENE ADAM » 17 mars 2019, 00:13

+++ avec Bernard, les choeurs et les cordes :coeur2: :coeur2:
Sokhiev à Paris ! :protest:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4993
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par micaela » 17 mars 2019, 00:16

D'accord avec vous, une soirée magnifique.
Une œuvre superbe. Des opéras de ce style, j'en veux d'autres...
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10505
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Bernard C » 17 mars 2019, 09:38

Ovations

Image

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12887
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par HELENE ADAM » 17 mars 2019, 10:06

Il n'est pas facile de mêler la petite histoire avec la grande et le premier opéra de Rimski-Korsakov souffre de nombreuses distorsions rendant l'oeuvre parfois maladroite et non exempte de quelques tunnels. Mais le talent de Tugan Sokhiev à la tête de son orchestre et de son choeur du Bolchoi en fait une oeuvre passionnante dans ce qu'elle révèle de la richesse et des immenses ressources du compositeur russe.

Le propos est assez mince : la jeune et charmante princesse Olga est amoureuse du jeune Toutcha mais promise au boyar Matouta que le prince Tokmakov, gouverneur de Pskov, (et officiellement son père) veut lui faire épouser. C'est dès le premier tableau de l'acte 1 que la jeune fille apprend que sa filiation est tout autre et qu'elle est en fait la fille de Vera Cheloga, et d'un père inconnu.
Comme la ficelle est grosse et très classique dans la littérature, sans avoir lu le propos, on devine que ce père inconnu risque fort d'être le tsar Ivan le Terrible qui menace les villes de Novgorod et de Pskov dans sa vaste entreprise guerrière pour soumettre les deux villes à Moscou.
Ce premier tableau voit largement dominer les voix féminines dans une sorte de pépiement assez léger parfois entrecoupé de passages musicaux plus graves ou plus bruyants (comme dit Bernard :wink: ) dans une harmonie d'effets sonores que Sokhiev colore magnifiquement alors que se prépare le deuxième tableau beaucoup plus "massif" qui met en scène les choeurs splendides du Bolchoi lors de l'assemblée populaire débattant de l'attitude à adopter face à l'avancée des troupes d'Ivan.
Le premier tableau de l'acte 2 termine cette première partie en apothéose musicale, sorte de préliminaires puisque le "terrible" n'est pas encore arrivé : l'hiver approche, Olga (magnifique partition pour la soprano) cherche son identité tandis que la foule part en procession, moment où une fois encore les choeurs excellent tandis que les cordes se parent de mille sonorités différentes. Le Bolchoi, orchestre et choeur, possède cette âme russe qui affleure dans l'ensemble de l'oeuvre annonçant les futurs opéras de Rimski-Korsakov où les thèmes folkloriques domineront formant sa signature de compositeur.
Dès qu'Ivan arrive, la musique s'assombrit, les choeurs semblent frappés de peur, les éléments se déchainent, orage, sombres forêts, peur à tous les étages.Et pourtant, parallèlement, Ivan découvre que la charmante Olga ne peut être que sa fille ce qui plonge la "brute sanguinaire" dans un état "second" où la Belle a conquis le coeur de la bête presque instantanément. Cette deuxième partie à nouveau en trois tableaux, est la plus réussie et la plus colorée, émouvante, voire carrément fascinante par la richesse des sentiments qu'elle exprime musicalement et vocalement.
Le final est bouleversant et a la force des plus grands drames.

Vocalement, sachant que les choeurs sont fondamentaux et incontournables (et impressionnants), l'opéra requiert en plus six grands artistes solistes au moins : une soprano (Olga) qui ne quitte guère la scène et a la plus belle partition par sa variété de styles, accompagnée de sa "nourrice", personnage traditionnel des histoires russes, qui, comme souvent est une contralto, deux ténors, un "romantique" à la voix claire (Toutcha l'amoureux rebelle) et un autre à la voix plus sombre de "méchant", Matouta, et deux basses, celle d'Ivan et celle du Prince Tokmakov.

Le plateau hier était dominé par la basse du rôle-titre, Stanislav Trofimov, magnifique Ivan qui sait traduire tout à la fois la terreur qu'il doit inspirer et les fêlures qui vont peu à peu le faire évoluer dans son entreprise. Mais l'autre basse Denis Makarov, en Prince, tenait brillamment son rôle en contrepoint et chacun a pu apprécier ces formidables duos de basses dont les Russes raffolent (et dans lesquels ils excellent il faut bien le dire).
Dinara Alieva en Olga a parfois un timbre un peu strident et des aigus qu'elle négocie avec prudence, mais son incarnation est très convaincante voir bouleversante à plusieurs reprises. Sa nounou Elena Manistin lui donne une très brillante réplique.
Personnellement j'aime beaucoup le ténor Oleg Dolgov mais il est parfois controversé, sa voix est très claire et n'a pas toujours la profondeur attendue pour le rôle mais là aussi, son interprétation est touchante même lorsqu'on le sent un peu à la peine dans son combat avec orchestre et choeur.
Brillant ténor de Ivan Maximeyko dans un style et un rôle très différent. Là aussi contraste très bien respecté.
Globalement l'opéra souffre de quelques faiblesses mais Sokhiev domine si bien son sujet avec artistes, musiciens et choeurs, que la soirée est resplendissante de beauté à vous couper le souffle à plusieurs reprises et notamment lors d'un final d'une immense intensité dramatique suivie de l'ovation de ceux qui ont été littéralement transportés dans la lointaine Russie.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10505
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Bernard C » 17 mars 2019, 10:23

Remarquable Ivan de Stanislav Trofimov beauté du timbre, musicalité et nuances forte présence incarnant remarquablement les facettes du personnage , Graves sombres
Peut être une petite fatigue ne permettant pas une projection rayonnante au dessus d'un orchestre énorme dans la seconde partie du III.

Belle et lyrique Olga de Dinara Alieva qui offre notamment de très belles cantilènes, celle du 1,III est sublime.

Impressionnante mezzo-contre alto dans " la princesse et le dragon" de Vlassievna de la grande et qu'on entend trop peu Elena Manistina ( operalia 2002)...air redoutable qui débute cet opéra, nous plonge dans l'âme russe et requiert une technique du chant narratif ici admirable avec des passages de registres sensationnels.
Magnifique expressivité.

Un mot du vaillant tenor Oleg Dolgof qui parvient sans crier à passer sur l'orchestre et les Tutti plein tube ( dont 30 violons fortissimo).

Il faudrait écrire un mot sur chacun , la superbe basse Denis Makarov qui ne se departit pas de sa noble prestance,
L'abattage de Ivan Maximeyko en fait un Matouta parfaitement scélérat ( même s'il est un peu déroutant de le voir si jeune dans ce personnage que Olga décrit comme "vieux" ....magie de la convention de l'opéra :wink: )

Du côté orchestral, le coup de maître dans une direction de part en part tendue , fut incontestablement pour moi la réussite du " tocsin " du I, fabuleusement tenu rythmiquement
Alors que Forêt, orage..chasse a manqué à mon goût un peu de couleurs...

Si c'est un bonheur musical , la topologie d'un concert évidemment déséquilibre la dimension dramatique, donne une telle prééminence à l'orchestre et une telle tonitruance aux chœurs qu'on attend ( la Saint Glinglin probablement) de voir cet opéra chez nous sur scène.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4993
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par micaela » 17 mars 2019, 10:51

D'accord avec vous deux (sauf que je n'ai pas trouvé de "tunnels" dans cette œuvre).
En effet orchestre "énorme" comme dit Bernard. Solistes remarquables, notamment les deux basses (Trofimov, dont Hélène avait déjà parlé , mais aussi Makarov). Oui, ces duos de basses semblent être une "spécialité " russe (quoique il y en a un spectaculaire dans Don Carlo).
On peut regretter l'absence d'une version scénique, qui apporterait de l'intensité dramatique, mais au moins cette version concert a permis d'admirer une œuvre plutôt rare dans nos contrées.
D'ailleurs, que ce soit en consultant le programme du Mariinsky ou celui du Bolchoï (NB cet opéra sera donné prochainement au Mariinsky sous le titre de La jeune fille de Pskov), ou les notices biographiques des interprètes dans le programme, on voit apparaître des titres d'opéras rarement, voire jamais, donnés chez nous.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Markossipovitch
Alto
Alto
Messages : 411
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Markossipovitch » 17 mars 2019, 10:55

Il suffirait d'inviter tous ceux que vous avez vus hier pour monter une version scénique qui nous ramènerait aux glorieux temps des saisons russes d'il y a cent ans....

Markossipovitch
Alto
Alto
Messages : 411
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Rimski-Korsakov - Ivan le Terrible - Sokhiev/VC- Philharmonie de Paris - 16/03/2019

Message par Markossipovitch » 17 mars 2019, 10:57

Suis-je le seul à soupçonner un peu de plagiat de Moussorgski par Rimski dans l'emploi des cloches?
Moussorgski finissait Boris dans la chambre qu'ils partageaient quand Rimski a écrit l'oeuvre...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 83 invités