Blacher-Roméo et Juliette-Calef/Lacornerie-Lyon 02/2019

Représentations
Répondre
petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 170
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Blacher-Roméo et Juliette-Calef/Lacornerie-Lyon 02/2019

Message par petitchoeur » 10 févr. 2019, 19:12

Boris Blacher (1903-1975) 
Roméo et Juliette, opéra de chambre en trois parties (1943)
Livret du compositeur d’après William Shakespeare
Créé en version de concert à Berlin en 1947
Première production scénique en 1950 à Salzbourg

direction musicale : Emmanuel Calef
mise en scène : Jean Lacornerie
Chanteurs du Studio et Orchestre de l’Opéra de Lyon
Alexandre Pradier  (Roméo),
Erika Baikoff (Juliette),
Eira Huse (Lady Capulet),
Andrew Henley (Tybalt),
Timothy Murphy (Capulet, Benvolio),
April Hailer (la diseuse, la nurse, Peter), 
Anna Cavaliero (soliste)
danseurs : Alexandre Hernandez et Nicolas Diguet 
décor : Lisa Navarro
costumes : Robin Chemin
lumières : David Debrinay
chorégraphie : Raphaël Cottin

Production  de l' Opéra de Lyon en coproduction avec le Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon.

Au Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon le 9 février 2019.
Il s'agit d'une reprise de la production donnée à Lyon en février 2015 qui avait fait l'objet d'un compte rendu sur ODB par Perrine :
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... t+juliette
En dehors des deux danseurs et du rôle de diseuse tenu par April Hailer, cette reprise est donnée avec une distribution différente.

Boris Blacher est né en Chine de parents germano-baltes. En plus d'études de mathématiques et d' architecture, il est élève au Conservatoire de Berlin. Avant la guerre il enseigne la composition au Conservatoire de Dresde. Les nazis, qui jugent sa musique dégénérée, le chassent de son poste et le condamnent à l'exil en Autriche. C'est là qu'il compose cet opéra de tréteaux à l'image de l'Histoire du soldat de Stravinsky, de manière a être monté n'importe où hors des théâtres. C'est une version de concert donnée à Berlin en 1947 qui fait connaître Roméo et Juliette. La première production scénique a lieu à Salzbourg dans le cadre du festival de 1950 sous la direction de Josef Krips. En 1953 Boris Blacher est nommé directeur de la Musikhochschule de Berlin. Il a comme élèves, entre autres, Claude Ballif et Marius Constant qui rapporte en 1999 un conseil de son maître : « Petit, tu ne dois jamais doubler un instrument »

Image


La partition de Blacher est le reflet de ce conseil : une musique de chambre minimaliste, dépouillée de tout pathos, des scènes très courtes (cet opéra dure un peu plus d'une heure), une économie de moyens (neuf instrumentistes), une écriture d'une grande clarté, aux éléments rythmiques dominants, dans laquelle s'insèrent des chansons de cabaret accompagnées par un piano bastringue très berlinois remarquablement mimées, dansées et chantées d'une voix gouailleuse en SprechGesang par April Hailer.

Image


Blacher n'a gardé que quelques scènes essentielles du drame de Shakespeare et concentre son texte sur l'amour fulgurant des deux héros, les violences des deux familles, la mort de Mercutio et de Tybalt et celle des deux amants. La mise en scène de Jean Lacornerie et le décor (Lisa Navarro), une sombre cave aux murs recouverts de graffiti, refuge des Allemands pendant les bombardements alliés, mettent l'accent sur ce désir de Roméo et Juliette de s'aimer et de mourir, eros et thanatos. Une direction d'acteurs lumineuse, d'une parfaite précision au service de ce texte épuré et soulignée par les éclairages de David Debrinay.
Excellente distribution : les membres du Studio de l'Opéra de Lyon sont très à l'aise dans cette partition difficile. Erika Baïkoff donne toute sa fraîcheur et sa légèreté au rôle de Juliette d'une voix très agile qui se joue des grands écarts. Alexandre Pradier est un Roméo décidé au coup de foudre et au destin assumés. Il tient son rôle avec sobriété et élégance sans boursouflures. Eira Huse, Andrew Henley, Timothy Murphy, Anna Cavaliero aux multiples rôles (les Capulet comme les Montaigu, frère Laurent comme le Prince) sont présents sur le plateau pendant presque toute la durée de la représentation. Ils forment un quatuor équilibré et fort solide.

Image

Emmanuel Calef occupe une partie du plateau, se déplaçant avec ses musiciens au gré des scènes sans aucun décalage avec les chanteurs. Ce polytechnicien-chef d'orchestre maîtrise totalement cette partition construite par un compositeur lui aussi mathématicien de formation. Il obtient des neuf membres de l'Orchestre de l'Opéra de Lyon une interprétation colorée et transparente de cette œuvre singulière et économe.
Prochaines représentations : les 12,13 14 et 15 février 2019
Pierre Tricou
crédit photos: Opéra de Lyon/Théâtre de la Croix-Rousse

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 28 invités