Tournée Voix nouvelles 2018 - H.Carpentier, C.Jestaedt, E.Zaïcik, K.Amiel, G.Goicoecha/M.Pordoy - Rouen 05/02/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 930
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Tournée Voix nouvelles 2018 - H.Carpentier, C.Jestaedt, E.Zaïcik, K.Amiel, G.Goicoecha/M.Pordoy - Rouen 05/02/2019

Message par pingpangpong » 07 févr. 2019, 13:11

Tournée des Voix Nouvelles 2018

Léo Delibes (1836-1891)

Lakmé : « Duo des fleurs » par Caroline Jestaedt et Eva Zaïcik
Charles Gounod (1818-1893)
Roméo et Juliette : « Ah lève-toi soleil ! » par Kévin Amiel
Georges Bizet (1838-1875) 
Carmen : « Je dis que rien ne m'épouvante » par Hélène Carpentier
Les pêcheurs de perles : « L'orage s'est calmé » par Gilen Goicoechea
Carmen : Séguedille et duo « Près des remparts de séville » par Eva Zaïcik et Kévin Amiel
Franz Lehar (1870-1948) 
La veuve joyeuse : « L'heure exquise » par Hélène Carpentier et Gilen Goicoechea
Jules Massenet (1842-1912) 
Cendrillon : « Ah ! Douce enfant » par Caroline Jestaedt
Jacques Offenbach (1819-1880) 
La Grande-duchesse de Gerolstein : « Ah que j'aime les militaires » par Eva Zaïcik
Georges Bizet (1838-1875)
Les pêcheurs de perles : « Au fond du temple saint » par Kévin Amiel et Gilen Goicoechea
Vincenzo Bellini (1801-1835)
I Capuleti e i Montecchi « Eccomi in lieta vesta » par Hélène Carpentier
Giuseppe Verdi (1813-1901)
Rigoletto : « Gualtier Maldè... Caro nome... » par C. Jestaedt
Gaetano Donizetti (1797-1848)
Don Pasquale : « Bella siccome un angelo » par Gilen Goicoechea
Francesco Cilea (1866-1950)
L'Arlesiana : « E la solita storia del pastore » par Kévin Amiel
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Cosi fan tutte « Soave sia il vento » par Caroline Jestaedt, Eva Zaïcik et Kévin Amiel,
Gaetano Donizetti (1797-1848) 
Don Pasquale : « Tornami a dir che m'ami » par Kévin Amiel et Hélène Carpentier

Sopranos Hélène Carpentier, Caroline Jestaedt
Mezzo-soprano Eva Zaïcik
Ténor Kévin Amiel
Baryton Gilen Goicoecha

Piano Mathieu Pordoy

Le Concours Voix Nouvelles est co-organisé par le CFPL, la Fondation Orange et la Caisse des Dépôts, avec le soutien du Ministère de la Culture, du Ministère des Outre-Mer et de l’Adami
en partenariat avec France 3, France Musique et TV5 Monde



Depuis sa création par le Centre Français de Promotion Lyrique, et avec seulement quatre sessions, en 1988, 1998, 2002 et 2018, le concours Voix Nouvelles a permis l'émergence puis la confirmation de talents lyriques tels N.Dessay, K.Deshayes, F.Laconi ou encore S.Degout.

La tournée, débutée en octobre dernier et qui devrait s'achever à l'automne 2019 à Clermont-Ferrand, aura mené les lauréats un peu partout en France métropolitaine, en outre-mer et en Belgique.
Le programme est composé en première partie d'airs ou duos tirés d'opéras français, puis en seconde partie des extraits du répertoire italien.
Le pianiste Mathieu Pordoy accompagne ses chanteurs avec beaucoup de tact, de souplesse, mais aussi une attention et une complicité qui ne peut que les mettre en confiance. Ce qui n'empêche pas le trac d'être, pour certains, assez perceptible.
C'est le cas visiblement des deux hommes, à commencer par Gilen Goicoechea, qui, en 2017 à l'opéra de Rouen, avait tenu le rôle de Monsieur Trounadisse dans Tistou les Pouces verts de Sauguet. Semblant ne pas pouvoir s'extraire d'une certaine raideur lors de ses différentes interventions, en Zurga des Pêcheurs de perles de Bizet d'une part, que ce soit en solo pour “ L'orage s'est calmé “ ou dans le duo “Au fond du temple saint “, ou d'autre part dans le Malatesta du Don Pasquale de Donizetti, il exhibe une voix séduisante, chaleureuse et d'une puissance indéniable.
Le ténor toulousain Kévin Amiel, osant d'entrée de jeu un “Ah, lève-toi soleil“ percutant et bien phrasé, n'est pas irréprochable point de vue justesse et la voix met du temps à trouver sa stabilité. Il se montre plus à l'aise dans les duos Nadir/Zurga ou Ernesto/Norina de Don Pasquale, et pleinement convaincant par contre dans “E la solita storia“ tiré de L'arlesiana de Cilea, intense et nuancé.
Eva Zaïcik campe une Grande Duchesse d'Offenbach irrésistible, une Carmen pleine d'aplomb, œillades et posture comprises, timbre opulent et sensuel, après avoir offert son mezzo charnu à Malika pour le célèbre duo des fleurs de Delibes. Ce duo ouvrait le récital, Lakmé étant interprétée par la rayonnante Caroline Jestaedt, à la technique éprouvée particulièrement sollicitée dans les écarts de tessiture, trilles et vocalises de l'air de la marraine de Cendrillon de Massenet détaillé avec gourmandise, ou dans le “Caro nome “ du Rigoletto de verdi. Sa voix survole avec grâce celle de la mezzo et du baryton dans le trio de Cosi fan tutte de Mozart.
Premier prix du concours, Hélène Carpentier a tout pour séduire. Avec son timbre rond, son émission aisée, l'homogénéité de sa tessiture, ses aigus lumineux projetés sans peine apparente, elle apporte à ses personnages intériorité et naturel. Micaëla digne, Hannah Glawari élégante, tendre Norina ou Giulietta de Bellini toute en retenue, captivent l'auditoire.
Lequel, réclamant un bis, obtient un final de la Vie parisienne modifié en “Vie rouennaise“ bien sympathique.

Eric Gibert
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 33 invités