Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12685
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par HELENE ADAM » 23 janv. 2019, 23:41

Fidelio

Ludwig Van Beethoven

Direction musicale : Kirill Petrenko
Mise en scène : Calixto Bieito
Décor : Rebecca Ringst

Avec
Don Fernando : Tareq Nazmi
Don Pizarro : Wolfgang Koch
Florestan : Jonas Kaufmann
Leonore : Anja Kampe
Rocco : Günther Groissböck
Marzelline : Hanna-Elisabeth Müller
Jaquino : Dean Power
1. Gefangener : Caspar Singh
2. Gefangener : Oleg Davydov

Bayerisches Staatsorchester
Chor der Bayerischen Staatsoper

Reprise de la production de Bieito déjà interprétée en 2010 à Munich par Kaufmann et Kampe mais sous la direction de Daniele Gatti et reprise plusieurs fois.

Image
Image

Trailer du BSO datant de 2010 :
https://www.youtube.com/watch?v=1q7Wn4B5e4g
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Wim
Alto
Alto
Messages : 268
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - du 24/01 et 2/02/2019

Message par Wim » 25 janv. 2019, 09:37

Que dire avec un plateau vocal d’un tel niveau ? Incroyable simplement.

Kaufmann dans une forme vocale phénoménale. Impressionnant, des ppp au fff, tout y est ! Dommage que le rôle de Florestan, du moins en solo ou duo, soit tellement petit.
Chapeau bas à tous les chanteurs: Kampe et Groissböck au sommet, Müller très convaincante aussi.
Si je voulais pinailler, je vous dirais que le grave de Koch devient problématique puisque inaudible mais à d'autres moments on retrouve le grand chanteur qu'il est.
Avec en bonus la découverte de la soirée (pour moi au moins): un certain Tareq Nazmi en Don Fernando. Une voix ronde, nuancée avec une très bonne projection.
Où trouve-t-on un plateau d’une telle cohérence ?

Sans oublier le chœur et l'orchestre qui confirment le haut niveau qu'on leur connaît sous la baguette du Dieu Petrenko.

La mes : passons. Elle est franchement agaçante. Oui on imagine une prison, oui c'est un environnement déprimant mais fallait-il vraiment laisser de côté tout élément érotique et humoristique ? Par exemple le malentendu entre Leonore et Marzelline est ignoré. Je pourrais continuer. Cette mes de Bieito vide l'histoire de sa dynamique dramatique. Elle est d’un statisme ennuyeux que des chanteurs exceptionnels font heureusement oublier. Reste que c’est dommage quand même.

La valeur de l'addition de textes de Borges et McCarthy et d'un mouvement d'un quatuor de Beethoven m'échappe aussi.

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1313
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - du 24/01 et 2/02/2019

Message par philipppe » 25 janv. 2019, 10:46

Wim a écrit :
25 janv. 2019, 09:37
Que dire avec un plateau vocal d’un tel niveau ? Incroyable simplement.

Kaufmann dans une forme vocale phénoménale. Impressionnant, des ppp au fff, tout y est ! Dommage que le rôle de Florestan, du moins en solo ou duo, soit tellement petit.
Chapeau bas à tous les chanteurs: Kampe et Groissböck au sommet, Müller très convaincante aussi.
Si je voulais pinailler, je vous dirais que le grave de Koch devient problématique puisque inaudible mais à d'autres moments on retrouve le grand chanteur qu'il est.
Avec en bonus la découverte de la soirée (pour moi au moins): un certain Tareq Nazmi en Don Fernando. Une voix ronde, nuancée avec une très bonne projection.
Où trouve-t-on un plateau d’une telle cohérence ?

Sans oublier le chœur et l'orchestre qui confirment le haut niveau qu'on leur connaît sous la baguette du Dieu Petrenko.

La mes : passons. Elle est franchement agaçante. Oui on imagine une prison, oui c'est un environnement déprimant mais fallait-il vraiment laisser de côté tout élément érotique et humoristique ? Par exemple le malentendu entre Leonore et Marzelline est ignoré. Je pourrais continuer. Cette mes de Bieito vide l'histoire de sa dynamique dramatique. Elle est d’un statisme ennuyeux que des chanteurs exceptionnels font heureusement oublier. Reste que c’est dommage quand même.

La valeur de l'addition de textes de Borges et McCarthy et d'un mouvement d'un quatuor de Beethoven m'échappe aussi.
Merci, alléchant, j ai la chance d y aller dimanche, hâte d’entendre tout cela. Cela fait malheureusement quelques temps que Koch montre des signes de faiblesses, et mon avis est qu’il a chanté des rôles dont il n’avait pas tout à fait la stature. Espérons que cela ne s’accentue pas.
Bernard te répondrait- àjuste titre je pense qu au Met on a des plateaux aussi cohérents et peut être plus souvent encore !

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1313
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01&02/2019

Message par philipppe » 28 janv. 2019, 18:32

Une superbe représentation de Fidelio, hier à Münich. Avant tout un orchestre magnifique, très tenu, avec une riche structure sonore bien appuyée sur les graves. Fabuleux pupitre de cor, très beau hautbois solo (un français !), timbale précise et puissante...magnifique gestion des flux d’energie beethoveniens par Petrenko : un résultat éblouissant ! Il sera passionnant de suivre la suite de l’aventure Petrenko Beethoven une fois â Berlin !

La distribution est idéale : Anja Kamprad chante magnifiquement ce rôle si difficile, son Abscheulischer trouve des accents sincères et émouvants en plus de la vocalisation quasi ideale : c est très beau.

Kaufmann très en voix, m’a pourtant paru un peu extérieur, et j’aurais aimé plus d’amplitude dans le  »Gott ». Le rôle est cependant magnifiquement exécuté , malgré les bêtises qu’on lui fait faire sur la scène.

Groissbock très bien chantant, Koch sans problème majeurs si ce ne st une voix de volume réduit, et une superbe Hanna-Elisabeth Müller, dont la,voix semble s’être enrichie depuis que je l’ai entendue pour la dernière fois .

La mise en scène pas totalement inintéressante dans le type « mise en scène avec installation » avec ce bel objet sur scène. Malheureusement, que de bruits parasites, d’agitation vaines et penibles sur la scène, et bien sûr trois fois hélas, ce contre pied á l’optimisme fondamental de l’oeuvre á la joie du final.

A noter, l orchestre joue Leonora III en guise d ouverture.

J aimerais y retourner, pour approfondir.

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1059
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par enrico75 » 30 janv. 2019, 23:58

Le 30/1:soirée inoubliable
Le télescopage de la structure carcérale stylisée de métal et de verre avec l'expression corporelle exacerbée et outrée voulue par Bieito provoque un véritable choc au milieu duquel le génie de J.Kaufmann dans ce rôle , sublimé par K.Petrenko ,laisse sans voix.
Respect....

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1313
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par philipppe » 31 janv. 2019, 08:21

enrico75 a écrit :
30 janv. 2019, 23:58
Le 30/1:soirée inoubliable
Le télescopage de la structure carcérale stylisée de métal et de verre avec l'expression corporelle exacerbée et outrée voulue par Bieito provoque un véritable choc au milieu duquel le génie de J.Kaufmann dans ce rôle , sublimé par K.Petrenko ,laisse sans voix.
Respect....
Il n à la salisse sans voix Anja Kamoe et ses collègues fort heureusement !

marlyd
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 227
Enregistré le : 10 févr. 2010, 00:00
Contact :

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par marlyd » 31 janv. 2019, 09:33

Y aurait-il une chance de retransmission , au moins radio ? J'ai regardé le site de BR Klassik , pas trouvé.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12685
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par HELENE ADAM » 31 janv. 2019, 10:05

Représentation du 30 janvier à Munich.
Avant de prendre ses fonctions de nouveau directeur musical de l’orchestre philharmonique de Berlin, Kiril Petrenko voulait diriger au moins une fois chez lui à Munich (et espérons-le bien d’autres fois) l’unique opéra de Beethoven, ce splendide hymne à la liberté, sévère pamphlet contre l’arbitraire et les systèmes totalitaires.
Et c’est d’abord sur le plan musical mais en phase totale avec le superbe décor et la mise en scène spectaculaire – j’y reviendrai- que ce Fidelio réussit ce qui fait les soirées inoubliables d’opéra : l’émotion permanente qui vous transporte littéralement dans cet autre monde où la volonté d’une femme magnifique permettra de vaincre l’arbitraire et l’inique d’un système totalitaire.
La direction de Kiril Petrenko est comme toujours très « analytique », semblant diriger chaque instrument isolément (et chaque voix de même) pour en faire une alchimie parfaite où aucune note, aucune inflexion, aucune couleur ne se perd dans l’ensemble.
Il faut l’avoir entendu diriger le splendide orchestre de l’opéra de Munich pour comprendre ce qui fait les chefs charismatiques qui marquent de leur empreinte l’œuvre qu’ils dirigent. Et pour Kiril Petrenko il n’y a jamais de première fois au sens où il semble immédiatement si bien connaitre l’œuvre et nous en proposer une si originale version, qu’on a peine à imaginer qu’il débute dans l’exercice. Il y a ce souci maniaque de la perfection qui fait que tout semble rodé depuis longtemps et puis il y a cette entente merveilleuse avec tous les artistes (instrumentistes, chœurs, solistes) à qui il imprime sa marque, à sa manière, dans les silences qui précèdent les parties importantes, dans le geste souple qu’il adopte pour aller du plateau à la fosse, dans le jeu de ses deux mains pour n’oublier personne à chaque note, à chaque mesure.
Je le dis souvent à son propos et une fois encore après ce Fidélio : il donne l’impression que l’on redécouvre l’œuvre.
Les chœurs (et les deux solistes « prisonniers » 1 et 2) comme l’orchestre comme le quatuor qui se glisse au milieu de l’œuvre dans un pur moment de grâce, sont absolument parfaits et offrent une grande palette de subtilités musicales, de contrastes sonores, de nuances permanentes, bref, un « style » qui rend la musique vivante et justice au génie de Beethoven.

Le plateau vocal est globalement de très haut niveau en commençant évidemment par l’autre star de la soirée (avec Petrenko) qui permet à ces séances d’être sold out quasiment dès l’ouverture de la vente de billets : le Florestan de Jonas Kaufmann.
Venu du fin-fond du cachot le plus sombre, presque invisible, et pianissimo, son « Gooottt » va progressivement s’amplifier pour finir fortissimo envahissant tout l’espace de l’opéra, sur une seule note, sans la moindre hésitation, avec la force du désespoir annonçant celle de l’espoir puis de la résignation de l’enterré vivant presque mort de faim et de soif.
Cette célèbre arrivée sur scène entrée dans la légende, est unique et bouleversante. Il s’agit évidemment d’une prouesse technique, marque de fabrique du ténor mais pas pour autant d’un exercice de style gratuit. L’émotion qui se dégage de cette note qui se déploie degré par degré sans le moindre accroc, porté par le timbre sombre du ténor, traduit magnifiquement le désespoir sans fin du malheureux condamné à une mort atroce sans la moindre raison qu’une sombre et inique vengeance.
Le rôle de Florestan est court mais porté par Jonas Kaufmann, il irradie tout l’opéra, rendant omniprésent ce prisonnier agonisant, sauvé par l’amour de sa femme et peinant à retrouver vie, joie et dignité. En pleine forme vocale, Kaufmann réussit tout, son jeu torturé fait le reste et il est inoubliable dans un rôle qui correspond toujours, quinze ans après sa prise de rôle à Zurich, à sa voix et à son talent d’interprète. Il cisèle parfaitement sa langue maternelle avec une précision qui est le contrepoint idéal du travail de marquetterie musicale dont Petrenko s’est fait le spécialiste inspiré. Le maestro a successivement dirigé Jonas Kaufmann dans Parsifal, la Walkure, Otello et Fidelio en 6 mois avec un plaisir et un succès évident. Impressionnante osmose d’un chef et de son interprète.

C'est cependant sur les épaules de l'interprète de Leonore/Fidelio, Anja Kampe, que repose l'essentiel de l'opéra vue l'importance du rôle. Petrenko l'a également dirigée récemment dans la Walkure, est, comme Kaufmann, une habituée du rôle. Ils ont d’ailleurs très souvent chanté ensemble dans cette œuvre. Par rapport à 2010, je trouve que son personnage a un peu perdu de son éclat dans les aigus qui semblent parfois difficiles et un peu criés. J’avais fait la même constatation pour sa Kundry l’an dernier à Paris Bastille. Mais l’acoustique de Munich comme la direction Petrenko, n’obligent pas les voix à forcer et pour l’essentiel, la prestation d’Anja Kampe en Fidelio est admirable d’engagement et de beauté vocale (et d'autorité morale). Le chant comme le jeu font sens à chaque instant et elle campe une Léonore très décidée, plus forte et plus énergiques que tous les hommes auxquels elle se heurte. En parfaite conformité avec la volonté de Beethoven dans son unique opéra.

Le Rocco de Günther Groissböck est absolument parfait et confirme l’immense talent du baryton. Là encore on se félicite que l’acoustique de Munich permette à ce beau timbre romantique et flamboyant, de se déployer sans effort et sans forcer, nous permettant de profiter de son magnifique phrasé et de son sens des nuances et de la coloration. Il traduit parfaitement les hésitations de Rocco, mais aussi finalement sa lâcheté face au courage de Fidelio dans un portrait en demi-teinte de l’homme trop soumis au pouvoir pour savoir la suivre dans sa résistance et sa révolte.
J’ai davantage de réserves concernant le Don Pizarro de Wolfgang Koch : Il incarne toujours le personnage avec force et impressionne par son jeu un peu outré mais très en phase avec la mise en scène (et le rôle du méchant incontestable…) mais la voix semble désormais en souffrance, avec de vraies difficultés dans le médium. Son Kingsor l’été dernier ne m’avait pas paru autant à la peine mais d’autres observateurs avaient relevé quelques difficultés dans l’homogenéité du timbre du baryton.

La Marzelline d’Hanna-Elisabeth Müller est également de très haut niveau comme tout ce que nous propose cette remarquable soprano (récemment Zdenka dans Arabella à Munich et à Paris). Voix piquante et magnifique, très jeune et incroyablement souple, elle survole le rôle avec une aisance confondante, sans jamais paraitre gênée par les acrobaties que la mise en scène lui impose et qu’elle exécute avec élégance. Le rôle de Jacquino est très anecdotique et peu intéressant, Dean Power l’endosse correctement, sans grande relief mais sans démériter non plus.

Notons aussi l’excellent Don Fernando de la basse Tareq Nazmi (qui a fait ses classes àl’école de musique de Munich puis dans la troupe de l’opéra de Bavière) et assure sa courte mais décisive apparition avec beaucoup de panache vocal (et scénique).

Et j'ai beaucoup apprécié la mise en scène, constatant d'ailleurs que Bieito à finalement assez souvent mes faveurs (contrairement à beaucoup d'Odbiens).
Deux jours après avoir vu les Troyens à Bastille et peu apprécié le contre-sens de Tcherniakov (à mon avis), du fait d’une lecture trop ironique et trop distancée d’un récit épique, j’étais ravie de constater que, côté Bieito, un autre enfant terrible de la mise en scène d’opéra, les idées entraient au contraire en phase totale avec les thèmes et leur interprétation musicale.
Non pas forcément littéralement (il n’y a pas de tombeau où Florestan serait enterré vivant par exemple) mais la force du décor et de la mise en scène évoque de manière magistrale un univers carcéral universel et intemporel (voire futuriste) d’où personne ne s’échappe vraiment sans une volonté hors du commun.
Un entrelacs complexe de cubes métalliques et de verre, aux bords lumineux occupe l’essentiel de la scène dès l’ouverture (dite de Léonore 3). Depuis la fosse des figurants grimpent vers la scène par une échelle puis déambulent, sautent, tournent en rond avec force de gestes.
Leonore est seule « libre » de ce carcan où errent les prisonniers comme dans un labyrinthe sans fin, passant d’une case à l’autre sans jamais trouver la sortie dans un ballet d’acrobates fort bien orchestré. Lumières et mouvements des corps sont en phase parfaite avec la musique tandis que Leonore s’habille en homme et devient Fidelio.
Elle récite d'ailleurs un très beau poème de Jorge Luis Borge nommé "Labyrinthe" (il n'y aura jamais de porte, tu es dedans...). Bieito a supprimé les textes parlés pour les remplacer par de courtes citations de Borge et de Mac Carthy, valorisant tout à la fois son concept de labyrinthe qui emprisonne les corps et les esprits et la partie orchestrale et lyrique de l'oeuvre en étroite symbiose avec les mouvements de son décor. Chacun est pris au piège de son propre labyrinthe (Marzeline, Jacquino et leurs désirs sexuels, Pizarro et son irrésistible soif de pouvoir, Rocco et sa fascination pour l'argent).
Esthétiquement fascinant, ce décor permet au chœur des prisonniers lors de la brève « liberté » que leur octroie Rocco pour céder aux supplications de Fidelio et donc à l’admirable chœur de l’opéra de Munich de se déployer du bas en haut de l’impressionnant empilement dans un chant qui va du pianissimo aux crescendo dans un ensemble d’une beauté dramatique très impressionnante. Comme on le sait, c’est le moment où Fidelio découvre que son Florestan n’est pas parmi les prisonniers, qu’il croupit dans un cachot sans jamais voir le jour. Elle distribue force de tracts avec son portrait que les prisonniers font tenir devant eux, manifestation silencieuse et belle de la révolte contre l’arbitraire. Florestan n’a jamais été jugé, il a juste été condamné et doit être tué.

Image

Le décor se renverse alors, se couche littéralement, et c’est ainsi que va commencer l’acte 2 avec sa magnifique ouverture orchestrale.
Florestan est manifestement le personnage qui a le plus intéressé Bieito et quand l’interprète s’appelle Jonas Kaufmann, on comprend qu’il a pris beaucoup de plaisir à diriger le jeu du charismatique ténor munichois.
La violence de l’univers carcéral devenu froid et morbide avec la position horizontale du décor, faiblement éclairé, est renforcé par l’exacerbation des gestes des protagonistes : Léonore asperge d’essence un Pizarro particulièrement machiavélique et détestable, qui traine Florestan par les pieds sur le sol, le sauveur, Don Fernando, apparait d’abord assis sur la rambarde de la première loge, en « Joker » tiré du film Batman (amusant d’ailleurs de constater que cette figure du Joker sera réutilisée dans la mise en scène d’Andréa Chénier par Stolz), Florestan et les autres prisonniers peinent à admettre qu’ils sont enfin libres et outre le changement de vêtement très spectaculaire, ils portent serrés convulsivement sur leur poitrines la pancarte « frei » pour mieux s’en pénétrer, le "joker" sauveur est-il vraiment ce qu'il semble être (grimé à la manière du Joker de the dark Knight de Nolan, sa présence est un hommage à l'acteur Heath Ledger qui venait de mourir) ? Il "tire" sur Florestan qui tombe et se relève aussitôt, semblant alors enfin "libéré" pour que le final explose comme il se doit, véritable hymne à la liberté.
Sans rentrer dans tous les détails, soulignons surtout les fortes émotions qui se dégagent de l’ensemble de la représentation du fait d’une adéquation visuelle totale avec l’histoire et la musique de génie de Beethoven. Acrobates suspendus à des fils qui évoluent de l’emprisonnement des corps vers la libération des esprits, lumières irradiantes qui évoluent sans cesse en rythme précis et en synchronisation parfaite avec la musique, tout fait appels aux sens pour renforcer l’émotion. Bieito a su même aménager un sublime moment de grâce avant l’explosion de joie finale, avec trois « cages » descendant lentement des cintres tandis que les musiciens joue un quatuor de Beethoven dans une douce lumière sublime.
Le décor se redresse alors mais libéré de sa complexité de labyrinthe pour ne garder que quelques barres d’une légèreté lumineuse et douce accompagnant le si beau final.

Belle ovation finale pour tous et longues ovations bien après le baisser du fameux rideau rouge, rite habituel des grandes soirées que les habitués de Munich connaissent bien.
Et c’était une très grande soirée.

Image
(photos de mon smartphone)

Labyrinthe

Il n’y a pas de porte. Tu y es
Et le château embrasse l’univers
Il ne contient ni avers ni revers
Ni mur extérieur ni centre secret.
N’attends pas de la rigueur du chemin
Qui, obstiné, bifurque dans un autre,
Qu’il ait une fin. De fer est ton destin
Comme ton juge. N’attends pas l’assaut
Du taureau qui est homme et dont, plurielle,
L’étrange forme est l’horreur du réseau
D’interminable pierre qui s’emmêle.
Il n’existe pas. N’attends rien. Ni cette
Bête au noir crépuscule qui te guette.

(Jorge Luis Borges, Éloge de l’ombre, 1967-1969)

https://passionoperaheleneadam.blogspot ... opera.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1059
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par enrico75 » 31 janv. 2019, 10:16

Après avoir repris mes esprits ce matin suite à cette soirée mémorable ,pour moi la meilleure depuis le Fidelio de Vickers à Orange,2 petits bémols :
Les aigus de Kampe sont de plus en plus tendus et elle a foiré l'aigu final de son air,par contre je trouve qu'elle a gagné en densité dans le médium et le grave ce qui est bien pour Leonore (c'est un garçon normalement non? à ce moment là )
J'ai été aussi très surpris de la dégradation très rapide de la voix de Koch fabuleux H.Sachs il y a pas longtemps:plus de graves,(rocco en avait plus ) timbre gris du coup il compense par une forte agressivité vocale qui va bien dans le rôle mais c 'est un peu to much
Un moment de grâce : le lento du 16 ème quatuor je crois, joué par les musiciens descendant des cintres juste avant l'explosion de la scène finale
D'habitude je n' aime pas les inserts mais là :😂😂

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12685
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven - Fidelio - Petrenko/Bieito - Munich - 01-02/2019

Message par HELENE ADAM » 03 févr. 2019, 12:01

Pour la dernière du 2 février, c'est le ténor Manuel Günther de la troupe du BSO qui chantait Jacquino (la chance de sa vie avec une telle distribution, s'exclame-t-il sur sa page FB :wink: ).


Avant son CR détaillé, le Wanderer écrit à propos de cette séance :
"Fidelio au Bayerische Staatsoper. Une reprise de répertoire qui vaut bien des premières. On en sort éperdu de bonheur, Jonas Kaufmann et Anja Kampe éblouissants, magnifiques Günther Groissböck, Hanna-Elisabeth Müller, Wolfgang Koch légèrement fatigué, Tareq Nazmi en Ministre Joker et le jeune Manuel Günther en Jaquino...et puis un Kirill Petrenko audacieux, bouleversant, pour un Beethoven complètement neuf qui nous laisse titubants. Et MeS de Calixto Bieito passionnante. Salle en délire."



Image
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 88 invités