Verdi - Nabucco - Rustioni - vc - Lyon/TCE - 11/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par MariaStuarda » 10 nov. 2018, 15:00

Lucas a écrit :
10 nov. 2018, 14:54
HELENE ADAM a écrit :
10 nov. 2018, 14:50
Surtout quand les attaques contre le physique des artistes qui sont des femmes ...
Tss, tss, Hélène, c'est la robe que j'ai critiquée et surtout pas la femme.
Ben Lucas, avec tout le respect que je te porte, je pense qu’on peut éviter ça ...

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9343
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Bernard C » 10 nov. 2018, 15:08

MariaStuarda a écrit :
10 nov. 2018, 15:00
Lucas a écrit :
10 nov. 2018, 14:54
HELENE ADAM a écrit :
10 nov. 2018, 14:50
Surtout quand les attaques contre le physique des artistes qui sont des femmes ...
Tss, tss, Hélène, c'est la robe que j'ai critiquée et surtout pas la femme.
Ben Lucas, avec tout le respect que je te porte, je pense qu’on peut éviter ça ...
Polo tu ne vas pas nous faire un fromage du tissus de rideau de la cantatrice !

C'est une grande , on l'a dit . Je redis qu'elle a franchement manqué de "cantabile" et le beau chant était absent hier , même si l'énormité vocale était impressionnante .

Ce qui est un moment tout de même formidable , car pas si répandu .

L'exceptionnel était bien du côté du baryton .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par MariaStuarda » 10 nov. 2018, 15:13

Je trouve ces attaques vestimentaires penibles et je le dis. On est bien loin de l’art et plus proche des blagues de comptoirs.

Et moi je pense aux artistes qui lisent peut-être nos proses. Quelle honte ...

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9343
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Bernard C » 10 nov. 2018, 15:29

MariaStuarda a écrit :
10 nov. 2018, 15:13
Je trouve ces attaques vestimentaires penibles et je le dis. On est bien loin de l’art et plus proche des blagues de comptoirs.

Et moi je pense aux artistes qui lisent peut-être nos proses. Quelle honte ...
Tu es fan d'accord, mais ton zoom sur la remarque de Lucas ne fait qu'accentuer paradoxalement ce dont tu te plains.
Quand Jérôme dans sa critique "officielle " evoque
" son manque d'allure " , la tenue de la chanteuse et ses crispations faciales castafioresques c'est pas vraiment plus avantageux qu'evoquer la cretone imprimée grandes fleurs subtropicales de la robe de Mademoiselle Pirozzi .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10939
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par HELENE ADAM » 10 nov. 2018, 15:35

Bernard C a écrit :
10 nov. 2018, 15:08
L'exceptionnel était bien du côté du baryton .
Il était exceptionnel surtout qu'on ne l'avait jamais entendu avant mais surtout dans la deuxième partie. J'espère qu'on aura rapidement l'occasion de le rééentendre, j'ai beaucoup pensé à ce qu'il devait donner dans Rigoletto par exemple...
Mais c'est la soirée globalement qui m'a paru vraiment réussie alors que Nabucco, malgré ses évidentes qualités, n'est pas mon Verdi préféré. J'ai trouvé l'ensemble de la représentation de haut niveau, notamment, je l'ai dit, grâce à la lecture rajeunie, correspondant bien à la jeunesse du compositeur d'alors, de cette oeuvre qui regorge de "tubes" mais n'est pas toujours appréciée à ce niveau dans son intégralité.
Et grâce évidemment aussi aux extraordinaires performances de Anna Pirozzi qui domine largement la première partie, laissant d'ailleurs une partie du public littéralement scotché à l'entracte, dont moi.
J'ai tout aimé dans ce qu'elle faisait y compris l'incarnation de Abigaile, sa fierté et son autorité comme sa douceur et sa tristesse.
C'était l'autre événement de la soirée, le premier dans l'ordre d'apparition si je puis dire...
Si Giordano avait un peu plus de talent (en dépit d'un physique très avantageux :mrgreen: ) et qu'on avait une meilleure Fenena, franchement on aurait frisé la perfection....

PS : le baryton s'appelle plutôt Enkhbatyn Amartüvshin (prénom, nom), en russe Энхбатын Амартувшин ce qui se dit "Ennrbatine Amartouvchine", en gros (le "r" du prénom est un son inexistant en français qui ressemble à la jota espagnole "r" du nom se roule par contre).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par MariaStuarda » 10 nov. 2018, 15:48

Bernard C a écrit :
10 nov. 2018, 15:29
MariaStuarda a écrit :
10 nov. 2018, 15:13
Je trouve ces attaques vestimentaires penibles et je le dis. On est bien loin de l’art et plus proche des blagues de comptoirs.

Et moi je pense aux artistes qui lisent peut-être nos proses. Quelle honte ...
Tu es fan d'accord, mais ton zoom sur la remarque de Lucas ne fait qu'accentuer paradoxalement ce dont tu te plains.
Quand Jérôme dans sa critique "officielle " evoque
" son manque d'allure " , la tenue de la chanteuse et ses crispations faciales castafioresques c'est pas vraiment plus avantageux qu'evoquer la cretone imprimée grandes fleurs subtropicales de la robe de Mademoiselle Pirozzi .

Bernard
Je trouve personnellement que ODB gagnerait en qualité à ne juger les artistes que sur leur art.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9343
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Bernard C » 10 nov. 2018, 15:59

C'était effectivement comme je l'ai souligné à la sortie du théâtre une très très belle distribution.

On peut chipoter ici ou là comme on le fait.

Mais au bout du compte c'est admirable.
Je pense à ce sextuor de rêve.....

Je répète, ce jeune Verdi appelle une direction dynamique mais pas histrionique.
Une véhémence mais pas une sur excitation crispée.

Les violoncelles au demeurant remarquables dans la prière doivent bien plus chanter que vrombir à grand coup d'accents , poussés par les grognements du chef
"Crrrrrr,!!!! ....brrrrr !! .... vrrrrr!!!?!!!!#!#!! AAaAaaaahhhhr rrrrrr ! !!!!! " accompagnés d'une agitation extravagante, comme s'il n'arrivait pas à DIRIGER par la seule volonté du geste , comme si son intention n'était pas suffisante.
D'où la production de beaucoup plus de bruit qu'il ne faut pour créer l'intensité.

C'est pas ça une direction "fraîche et jeune" .
C'est peut être du spectacle.
Mais bien des subtilités se sont perdues dans l'affaire.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8452
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par jerome » 10 nov. 2018, 16:12

JdeB a écrit :
03 nov. 2018, 08:09
On peut lui reprocher aussi un défaut de rondeur dans le registre aigu, claironnant certes mais peu agréable.
Là tu es gentil parce que franchement ses aigus sont carrément criés! C'est d'une laideur incommensurable.

srourours
Alto
Alto
Messages : 329
Enregistré le : 17 nov. 2016, 08:52

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par srourours » 10 nov. 2018, 16:16

Franchement tu étagères Bernard. Bon visiblement tu étais mal placé, aux premières loges quoi. C est extrêmement réducteur de limiter le travail de Rustioni à ça quand on sait la rigueur et le soin de son travail . Il est jeune, survolté par ce répertoire, trop enthousiaste peut être. Mais il emporte tout le monde avec lui. Franchement on trouve sur voldemort des extraits de nabucco avec Muti jeune, et c est encore plus démonstratif et survitaminé.

srourours
Alto
Alto
Messages : 329
Enregistré le : 17 nov. 2016, 08:52

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par srourours » 10 nov. 2018, 16:23

jerome a écrit :
10 nov. 2018, 16:12
JdeB a écrit :
03 nov. 2018, 08:09
On peut lui reprocher aussi un défaut de rondeur dans le registre aigu, claironnant certes mais peu agréable.
Là tu es gentil parce que franchement ses aigus sont carrément criés! C'est d'une laideur incommensurable.
Et aller, c'est reparti pour un tour ! Oui, c'est abject, ignoble, le tce devrait penser à fournir des cuvettes au public pour les vomissements consécutifs aux beuglements abominables de cette cantatrice tout juste bonne à chanter à triffoullis à les oies. (sourire jaune )

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 66 invités