Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Message par HELENE ADAM » 07 oct. 2018, 14:55

Médée

Musique de Luigi Cherubini

Livret de François-Benoît Hoffman pour la version française (1797, théâtre Feydau)
(traduite en italien par Carlo Zangarini pour la version italienne, 1909).


Direction musicale : Daniel Barenboim
Mise en scène : Andrea Breth
Décor : Martin Zehetgruber
Costumes : Carla Teti

Avec
MÉDÉE : Sonya Yoncheva
JASON : Charles Castronovo
CRÉON : Iain Paterson
DIRCÉ : Elsa Dreisig
NÉRIS : Marina Prudenskaya
Premier compagnon de Dircé : Sarah Aristidou
deuxième compagnon de DIRCE: Corinna Scheurle
Enfants de JASON et MÉDÉE : Malik Bah, Toyi Kramer

Choeur du STAATSOPER
STAATSKAPELLE BERLIN

C'est la version française dans une nouvelle production qui sera donnée au Staatsoper de Berlin.

Première le 7 octobre
On pourra écouter la retransmission de la séance du 20 octobre sur BBC3 par ce lien.
https://www.bbc.co.uk/programmes/m0000tcp

Je serai à la représentation du 12 octobre (deuxième). CR ensuite...

La prise de rôle de Sonya Yoncheva est évidemment très attendue mais on notera globalement une distribution de qualité et les débuts d'Elsa Dreisig dans le rôle de Dircé.

Une vidéo du site de l'opéra
https://www.staatsoper-berlin.de/de/ver ... vent-10373

Photos du site par ce lien
https://www.staatsoper-berlin.de/de/ver ... vent-10373
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - Octobre 2018

Message par Loïs » 07 oct. 2018, 16:27

HELENE ADAM a écrit :
07 oct. 2018, 14:55
JASON : Charles Castronovo
La prise de rôle de Sonya Yoncheva est évidemment très attendue mais on notera globalement une distribution de qualité
Euh? pourquoi il a prévu de tomber la chemise? :mrgreen:

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - Octobre 2018

Message par jerome » 07 oct. 2018, 22:20

Ce qu'on voit dans la vidéo est très impressionnant! Yoncheva fait peur scéniquement et le peu qu'on entend vocalement, c'est scotchant!

leporenski
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 207
Enregistré le : 08 nov. 2014, 22:46

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - Octobre 2018

Message par leporenski » 07 oct. 2018, 22:57

Yoncheva fantastique Médée. Grande chanteuse mais également grande tragédienne. Effrayante et émouvante à la fois.
Quel 3ème acte !!
J’ai passé une excellente soirée et adoré cette œuvre que je découvrais à la scène pour la première fois.
Excellente distribution, avec globalement une bonne diction française y compris dans les dialogues. Dreisig superbe dans un rôle finalement assez court. Très bonne direction.
Décors très moches mais très sincèrement je n’y ai pas prêté attention tellement j’ai été captivé par la musique et le chant.
Je ne suis pas sûr que la mise en scène ait totalement collé au texte en particulier à la fin mais je ne connais pas l’oeuvre assez bien pour être complètement affirmatif.
Le public a adoré et acclamé la grande dame de la soirée.
Je m’en rappellerai !
Pour les anecdotes :
- de nombreux spectateurs sont arrivés en retard après l’entracte et ont pu rentrer ce qui a un peu crispé Barenboim (a juste titre !) qui a dû patienter pour commencer
- spotted : Lissner, Siurina et Flimm

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - Octobre 2018

Message par HELENE ADAM » 07 oct. 2018, 22:59

leporenski a écrit :
07 oct. 2018, 22:57
- spotted : Lissner, Siurina et Flimm
Siurina est Madame Castronovo.
Lissner ? Etonnant non ? :wink:

Tu me mets l'eau à la bouche ! Vivement vendredi !
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

leporenski
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 207
Enregistré le : 08 nov. 2014, 22:46

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - Octobre 2018

Message par leporenski » 07 oct. 2018, 23:03

HELENE ADAM a écrit :
07 oct. 2018, 22:59
leporenski a écrit :
07 oct. 2018, 22:57
- spotted : Lissner, Siurina et Flimm
Siurina est Madame Castronovo.
Lissner ? Etonnant non ? :wink:

Tu me mets l'eau à la bouche ! Vivement vendredi !
Je me demande s’il était là pour le plaisir ou pour négocier un contrat avec un artiste 😉
Sinon j’ai pu la veille voir un Freischütz d’excellente tenue malgré le remplacement de Minkowski et qui vaut la peine si on est dans le coin.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Message par HELENE ADAM » 12 oct. 2018, 23:34

Une très grande Médée dans la version française d'origine en effet : Sonya Yoncheva habite le rôle de manière hallucinée et retrouve sa plus belle voix et ses accents déchirants grande classe et inimitables, très bien accompagnée par Castronovo et Patterson (et l'étonnante Prudenskaia), Dreisig m'a bien plue en guerrière à la voix immense et aux aigus conquérants mais n'a pas fait l'unanimité de la salle (quelques huées), orchestre et choeurs grandioses, du Cherubini revisité par un Barenboim survolté. CR détaillé à suivre.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1273
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Message par zigfrid » 13 oct. 2018, 08:53

ce soir à 19h sur une radio allemande j'écouterai
https://www.deutschlandfunkkultur.de/pr ... 82.de.html

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Message par HELENE ADAM » 13 oct. 2018, 09:37

Séance du 12 Octobre à l'opéra de Berlin

Les habitués de la version italienne (sous le nom de Medea), notamment des extraits de la Callas ou de la version intégrale avec Montserrat Caballé et José Carreras qu'on peut trouver sur Voldemort) sont forcément un peu surpris par cette version originale, voulue par Cherubini et créée au théâtre Feydeau en 1797 avec ces dialogues en vers de François-Benoit Hoffmann.
Mais dirigé de main de maître par la baguette très inspirée de Daniel Barenboim et son superbe orchestre de la Staatskapelle de Berlin, c'est une oeuvre supérieure sur le plan dramatique, qui exacerbe les passions et les drames en donnant trois styles qui se succèdent sans temps morts et captivent littéralement le spectateur : les parties orchestrales d'abord, non seulement la très belle ouverture mais tous les interludes fort nombreux qui accroissent progressivement la tension dramatique, les dialogues parlés élégants et ciselés comme dans les plus grandes pièce théâtre et magnifiquement prononcés hier soir par nos artistes aussi impressionnants qu'au "Français", et enfin le chant, royal, qui ménage de très beaux airs solos à chacun des artiste (et pas la part du lion, enfin de la Lionne, à Médée), des dialogues sous tension permanente, un véritable combat de mots et de notes, que les interprètes et la mise en scène servent très bien.

Etonnant maestro d'ailleurs, qui déçoit parfois mais qui avait manifestement ce projet à coeur, avec sa diva et son orchestre en formation de taille moyenne aux cordes sublimes de douceur déployant un son soyeux et brillant à chaque instant, un équilibre avec vents, cuivres et percussions d'une grande élégance et d'une grand efficacité dramatique, et surtout en phase avec son interprète principale, Sonya Yoncheva avec laquelle il a manifestement longuement travaillé pour réussir une telle impressionnante osmose. La fosse du Staatsoper est d'ailleurs très ouverte (très peu couverte) et le maestro se dresse souvent pour brandir sa baguette en direction des chanteurs qu'il dirige tout autant que les instruments. Aux salut l'orchestre est même monté tout entier sur la scène pour une très belle standing ovation.

J'ai beaucoup aimé également la mise en scène de Andrea Breth et les costumes de Carla Teti (costumes et apparence physique des protagonistes). Le décor n'est pas très beau mais simple et joue un rôle dans le tourbillon final qui conduit au meurtre et à la destruction totale. Nous sommes en quelque sorte dans un entrepôt d'objets d'art plus ou moins sortis de leurs caisses de bois : un cheval de bronze entier et son "pendant" sans tête, la fameuse toison d'or dérobée par Jason qui déborde d'un immense coffret, des tableaux posés contre les parois. Des pans coupés montrent les arrières de l'entrepôt et un jeu de rideau permet d'entrevoir le lointain infini de la Colchide, le pays de Médée.
Dans ce décor contemporain dont le mouvement des pans de mur va s'accélérer au fur et à mesure que la mort s'installe dans la tragédie pour finir dans un tourbillon halluciné dont Médée suit le mouvement pendant la course folle du final, chaque personnages est caractérisé par son allure : Médée, visage noirci des symboles de la magicienne redoutable qu'elle est, robe longue et voile mais cheveux très bruns apparents et une épaule nue qui suggère sa féminité en même temps que sa cruauté, Dircé blonde, robe blanche de l'innocence au premier tableau puis robe dorée de reine, elle est la lumière face à la sombre Médée. Jason est en costume de ville de cadre peu dynamique qui parait toujours anachronique et décalé dans cette histoire de bruit et de fureur, comme s'il avait raté tout dans sa vie, allant chercher la Toison mais ramenant une Médée à la cruauté sans nom, lui faisant des enfants pour finalement décider d'épouser Dircé ce qui provoquera la mort de tout le monde. Créon a l'allure du vieux roi, du vieux sage qui tentera en vain d'éviter le pire. L'esclave de Médée, Néris est couverte de noir, tête courbée, soumise malgré sa volonté de conseiller à Médée la modération.
Beaucoup de mouvements sur la scène, faisant sens, et un final d'une grande intensité, où Médée fait dix fois le tour du plateau en même temps que le décor pendant son chant final tandis que le feu s'allume dans tous les coins de la scène, symbolisant son chant de mort alors qu'elle jette à Jason désespéré "Après mille tourments, je te verrai descendre, et sur les bords du Styx mon ombre va t'attendre".
Elle se poignarde (alors que le livret dont les didascalies sont d'une précision maniaque, prévoit qu'elle se jette dans le feu entrainée par les trois Euménides, tandis que le feu se propage au temple et au palais qui s'écroule). Et dans les dernières notes, le rideau se ferme sur la scène, Médée s'y accroche et tombe devant, le public hurle d'émotion tant la scène est sidérante et le maestro termine en apothéose un spectacle fascinant.

Le plateau est tout naturellement dominé par l'extraordinaire performance de Sonya Yoncheva. Le rôle est pourtant écrasant, elle chante en tension permanente, les airs mélancoliques annonçant toujours de grands malheurs et nécessitant une voix dramatique et les airs héroïques étant fort nombreux dans chacune des scènes.

Or elle domine l'ensemble de son personnage avec une autorité et une sûreté absolument fascinante. Elle est Médée. Médée amoureuse qui hurle "Ingrat" à la face de Jason, rappelant tout ce qu'elle a sacrifié pour lui, "Vous voyez de vos fils la mère infortunée, criminelle pour vous, par vous abandonnée, vous savez quel fut son amour, Ingrat il vous fut cher un jour".
Je cite le début de cet air pour faire voir à quel point le livret est littéraire à la manière des tragédies de Racine et de Corneille qui traitèrent tous les deux le sujet, et pour souligner mon admiration envers la performance de Sonya Yoncheva capable de le dire et de le chanter avec un naturel confondant et une diction superlative.
Si l'on ajoute à cet immense talent, indispensable dans ce genre d'oeuvre, une voix magnifique qui a retrouvé ses plus beaux accents, une maitrise du souffle qui a beaucoup gagné en technique et donne des engagements dramatiques à vous donner des frissons permanents, et une jeu d'actrice qui fait oublier quelques unes des célèbres divas qui l'ont précédé, on comprend que la soirée fut exceptionnelle.

Yoncheva fait tout passer par son chant racé et splendide, son timbre sublime mais qui entre peu dans les canons de la beauté classique, sa gestuelle féline et féroce sur scène : son amour trahi, sa cruauté sans faille (rappelons que pour aider Jason à voler la toison, elle tue son frère, le coupe en morceaux et disperse ses membres pour retarder son père qui les poursuit mais doit récupérer le corps démembré du fils pour lui offrir une sépulture ce qu'elle rappelle dans un de ses airs d'ailleurs), le chantage atroce auquel elle est résolue pour que Jason n'ait pas en plus ses enfants. Norma aussi s'interrogera et sera tentée de mettre à mort ses enfants après la trahison de son amant. Médée, elle, le fait.
Inoubliable, la prestation magistrale de Sonya Yoncheva me restera très longtemps en mémoire. L'artiste a réussi un pari audacieux et l'ovation que lui réserve le public prouve qu'elle a eu raison de sortir des sentiers battus et de postuler à devenir une référence dans ce rôle magnifique.

Mais. ses partenaires ne sont pas en reste : saluons d'abord le beau Jason de Charles Castronovo. Le ténor trouve là un rôle qui lui convient très bien : son timbre s'est très assombri dans le médium et le grave (perdant un peu de sa sonorité) mais reste très lumineux dans l'aigu et son affrontement avec Médée est tout simplement magnifique d'engagement, de beau chant, de confrontation au sommet entre stars de haut niveau.
"O fatale toison, o conquête funeste ! Combien vous nous coûtez de sang et de pleurs".
Sa profonde humanité et le sentiment d'être totalement dépassé par tout ce que son inconséquence a produit est très bien interprété par l'artiste qui a été très justement longuement ovationné lui aussi. Cela m'a fait très plaisir de retrouver "charlieténor" dans un vrai beau rôle qui lui convient très bien.

Iain Paterson impressionne par la beauté de son timbre et sa très belle ligne de chant, comme souvent avec cette basse wagnérienne qui nous a séduit à plusieurs reprises sur les scènes allemandes. Je ne répète pas qu'il joue très bien, c'était le cas de tout le plateau, hier, signe d'une excellente direction d'acteurs.

Découverte (il me semble) par contre pour la Néris de Marina Prudenskaya, qui possède une très belle voix de mezzo, sombre mais très sonore, presque une vois de contralto, du plus bel effet en contraste avec celle de Yoncheva (qui a gagné aussi en gravité par ailleurs), qui chante très bien, incarnant un personnage éperdu d'admiration pour sa maitresse qu'elle voit sombrer dans la folie. Très applaudie aussi.

Reste le cas Elsa Dreisig, qui a accusé le coup du fait de quelques huées lors des saluts, bien qu'elle ait été applaudie (sans excès non plus) au moment de son grand air à l'acte 1. Personnellement j'ai apprécié de lui découvrir un grand sens dramatique, une grande force de caractère pour camper une Dircé pas anecdotique du tout, un grand sens du théâtre. La voix est très bien projetée mais un peu tout d'un bloc sans nuance et sans personnalisation du timbre, ce qui est sans doute ce qui a déplu à certains, d'autant que les aigus du coup sont un peu acides.
Je crois qu'elle aura intérêt à apprendre un peu plus de technique avant de se lancer plus avant dans des rôles dramatiques mais elle possède l'ossature vocale...Curieuse impression de songer à Alexia Cousin en l'écoutant.
Ce petit bémol (ce petit accroc plutôt) écarté, il faut quand même féliciter tout le monde pour sa diction et sa clarté en français, son passage du dialogue au chant sans difficulté et ce jeu d'équipe si fascinant, mené de main de maitre par une Sonya Yoncheva passée super diva de grande classe dans le beau théâtre rénové "Unter Den Linden" dont le plafond rehaussé de trois mètres, permet une assez bonne acoustique.
En sortant surprise : Berlin s'était paré de mille couleurs et animations sur les façades des bâtiments, pour la fête des lumières.
Que du bonheur.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
kirby
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 168
Enregistré le : 14 déc. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Cherubini - Médée - Barenboim/Breth - Berlin - 10/2018

Message par kirby » 13 oct. 2018, 10:14

Peux de choses à ajouter sur cette représentation.
On espère en effet que yoncheva reprendra ce rôle pour l’approfondir. Vocalement elle écrase ses partenaires mais reste un peu bloquée dans le registre de méchante. En cela la metteuse en scène ne l’a pas aidé !!! Si yoncheva ne la faisait pas vivre cette mise en scène serait grotesque....

Elsa dreisig n’a pas non plus été aidée par l’orchestre et le chef qui placent un mur de son dans cette ariette à la française. Elle force, detimbre et crie...(comme parfois yoncheva d’ailleurs...)

Et c’est là que le bât blesse. Malgré les qualités de la direction, les baroqueux ont montré comment devait sonner cette musique...
On se prend à rever au personnage que yoncheva pourrait interpréter avec un orchestre baroque qui lui permettrait des nuances !!! Et si en plus chereau était encore de ce monde..,,

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 33 invités