Beethoven-Fidelio - Antonini, vc -TCE- 06/10/18

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9345
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par Bernard C » 07 oct. 2018, 10:22

Instruments d'époque pour les violons et violoncelles, ....hummm , je veux bien , j'avais le nez dessus.... j'ai pas remarqué vraiment .
Archets modernes
Tout cela était " mixte" je dirai ...
C'était joué surtout sans vibrato...

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 874
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par pingpangpong » 07 oct. 2018, 10:26

Possible en effet, j'étais plus haut ...C'est un orchestre qui joue aussi bien sur les uns que sur les autres, mais il me semble logique que le choix soit porté sur l'un ou sur l'autre type. Les percus, bois et cuivres étaient à l'ancienne m'a-t-il semblé.....
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9345
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par Bernard C » 07 oct. 2018, 10:28

pingpangpong a écrit :
07 oct. 2018, 10:26
Possible en effet, j'étais plus haut ...C'est un orchestre qui joue aussi bien sur les uns que sur les autres, mais il me semble logique que le choix soit porté sur l'un ou sur l'autre type. Les percus, bois et cuivres étaient à l'ancienne m'a-t-il semblé.....
Je suis d'accord, pas les cordes...par contre bonjour le renfort du poignet droit !

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12806
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par PlacidoCarrerotti » 07 oct. 2018, 10:31

Je ne vais pas redire ce qui a été excellemment ci-dessus et que je partage.

Je voudrais quand même signaler que Spyres a eu à plusieurs fois des raucités dans son air. Après les choses allaient mieux. Première hypothèse (la plus probable pour un chanteur "classique") : la voix a mis un peu de temps à chauffer. Deuxième hypothèse, la voix de Spyres n'est pas "naturelle" dans cette tessiture, et il doit la forcer (il était quand même tout rouge sur des sol ou des la je ne sais pas trop). Et ça, c'est pas terrible pour l'avenir. C'était d'ailleurs le cas dans Carmen, entrainant des difficultés à sortir un aigu dans son air.

Admettons que je me trompe et qu'il n'abime pas sa voix, je ne vois quand même pas l'intérêt d'être un Florestan parmi d'autres quand on est unique dans plein de répertoires.En plus, ce n'est pas comme si c'était un tube qu'il allait chanter dans le monde entier parce qu'il faut bien vivre.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 874
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par pingpangpong » 07 oct. 2018, 10:36

Evidemment cet air place le ténor d'emblée dans le grand bain, mais il a dû s'échauffer avant en coulisse.
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par HELENE ADAM » 07 oct. 2018, 10:51

pingpangpong a écrit :
07 oct. 2018, 10:36
Evidemment cet air place le ténor d'emblée dans le grand bain, mais il a dû s'échauffer avant en coulisse.
Je ne crois pas que son problème ait été celui d'une voix non chauffée. Des tas d'opéra obligent l'un ou l'autre artiste à commencer par un grand air voire un air héroïque très rapidement et ce Gott commence assez doucement et ne fait appel à aucun écart important de notes, par contre il exige un énorme écart de nuances et là, ce n'était pas top pour Spyres (qui est pourtant la plupart du temps, un des rois de la nuances), je rejoins comme je l'ai écris plus haut, la deuxième hypothèse de Placido. Le rôle n'est pas idéal pour ses caractéristiques vocales même s'il en vient à bout sans problème et ce n'est pas un choix très astucieux de sa part.
J'imagine qu'il a signé ce contrat il y a quelques temps déjà, je rageais un peu en repartant hier soir à l'idée qu'il aurait pu à la place signer un contrat pour Raoul des Huguenots à la Bastille... Cherchez l'erreur... :mrgreen:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9345
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par Bernard C » 07 oct. 2018, 10:59

À Placido.
Oui tout cela a été un chant contraint , et l'ouverture des aigus est restée dans la gorge.

MAIS , si tout cela fut assez scolaire, dépourvu d'émotion ça reste que c'est pour moi aujourd'hui le modèle de la façon ( stylistique) dont ça doit être chanté.
Ça n'a pas fonctionné, soit.

Mais dans le fond c'est bien meilleur que le dernier JK en concert à Paris autrement plus sophistiqué.

C'est du Beethoven , pas fabriqué.

Ça va devenir génial s'il le fréquente .Il en a les moyens sans abîmer du tout sa voix.
Ce sera aussi essentiel que sa Damnation de Faust.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par HELENE ADAM » 07 oct. 2018, 11:20

Bernard C a écrit :
07 oct. 2018, 10:59
Mais dans le fond c'est bien meilleur que le dernier JK en concert à Paris autrement plus sophistiqué.
.... en oubliant l'importance de l'émotion à l'opéra :wink:

( pour mémoire dans cette version-concert c'était Waltraud Meier qui était Léonore. L'émotion donnée par les deux artistes a atteint des sommets...)
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 735
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par enrico75 » 07 oct. 2018, 11:21

Bernard C a écrit :
07 oct. 2018, 10:59
À Placido.
Oui tout cela a été un chant contraint , et l'ouverture des aigus est restée dans la gorge.

MAIS , si tout cela fut assez scolaire, dépourvu d'émotion ça reste que c'est pour moi aujourd'hui le modèle de la façon ( stylistique) dont ça doit être chanté.
Ça n'a pas fonctionné, soit.

Mais dans le fond c'est bien meilleur que le dernier JK en concert à Paris autrement plus sophistiqué

Bernard
il est certain que c'est un modèle de style dont tu penses ,toi et je le respecte , que ça doit être chanter.
pour ma part je préfère mille fois ce que fais JK, que j'ai vu a de nombreuses reprises dans ce rôle, mème si ça peut paraitre trés "artificiel"à certains.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven-Fidelio - Antonini/Kammerorchester Basel, vc -TCE 06/10/18

Message par HELENE ADAM » 07 oct. 2018, 11:28

Si on veut du Beethoven "modèle" (si tant est que ce terme ait un sens pour son unique opéra), il faut regarder ce que font les autres chanteurs de la soirée d'hier soir de préférence à Spyres plus atypique et moins "allemand" dans son style. Loin de moi l'idée de lui reprocher son manque de "germanité", j'aime plutôt quand une interprétation sort des sentiers battus et Spyres est plutôt bon pour cela en général.
Mais son manque de "germanité" dans un chant nécessairement très scandé, très solennel, où la prononciation des consonnes, le rythme des phrases musicale est très codé, ne s'accompagne pas d'une interprétation originale qui construirait un Florestan à fleur de peau et bouleversant comme on est en droit de l'espérer d'un ténor de cette qualité.
L'absence d'émotion tue le rôle... c'est le boulot de Florestan de créer le maximum d'émotion dès son premier air....
Et il a de soi que, pour moi, il n'y a aucune commune mesure avec ce que je considère comme mes deux plus grands Florestan Vickers et Kaufmann qui ont justement construit une incarnation inoubliable de ce prisonnier qui devait avoir beaucoup d'ennemis pour être condamné à cette horrible mort lente...Mais bon c'est HS en réalité, Spyres n'a sûrement pas l'intention de faire carrière dans ce rôle ou dans ce type de rôle....

PS : je me suis laissée dire que le Florestan récent de Skelton à la Scala était en tous points remarquable... à suivre.
PS2 : la salle n'était pas remplie loin de là
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 65 invités