Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Représentations
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19495
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par JdeB » 01 oct. 2018, 08:48

Chef d'orchestre Gustavo Gimeno
Orchestre Philharmonique de Luxembourg
~
Gilda Ekaterina Siurina
Rigoletto Simon Keenlyside
Duca Saimir Pirgu
Sparafucile Stanislav Trofimov
Maddalena Alisa Kolosova
Matteo Borsa Pietro Picone
Monterone Carlo Cigni

Mise en espace et lumière : Bertrand Couderc

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, 3 octobre 2018

Le Théâtre des Champs-Elysées n’a présenté Rigoletto que 70 ans après son ouverture, presque jour pour jour, dans une production marquante de l’Opéra de Bâle signée Jean-Claude Auvray, du 6 au 9 avril 1983. On se souvient de sa transposition particulièrement réussie qui faisait du duc un caïd du Manhattan des années 1930, avec pour associés Ceprano et Borsa et pour « rival en affaires (…) un certain Monterone, tout puissant à Brooklyn » lit-on dans sa note d’intention. Armin Jordan était à la baguette. Depuis lors, ce chef d’œuvre verdien était resté l’apanage de l’Opéra de Paris.
Mais ce soir il retrouve l’avenue Montaigne pour une version semi-scénique avec beaucoup d’intelligence et un sens aigu de l’espace. Avec une économie de moyens remarquable : deux banquettes installées à cour comme à jardin et quelques rares accessoires (un sac en plastique, un collier qu’on devine être celui de la défunte mère de Gilda que le bouffon passera au cou de sa fille in articulo mortis, un grand étui à carabine pour Monterone, un escabeau et une cagoule rouge pour la scène de l’enlèvement, un tulle noir pour le cadavre de Gilda). Monterone lance sa malédiction depuis le premier balcon à jardin puis nous livre son dernier message, avant de partir à l’échafaud, au même niveau mais à cour, Rigoletto commence le dernier acte au niveau du public puis se hisse péniblement en rampant sur scène, tous se glissent au milieu de l’orchestre, devant les chœurs tandis qu’une belle lumière de clair-obscur baigne certains moments avec beaucoup d’à-propos. Une grand bravo à Bertrand Couderc !

Comme souvent au TCE, l’orchestre invité pour les versions de concert n’est pas des plus brillants ni le chef d’orchestre. Pourtant Gustavo Gimeno réussit certains raffinements puis enlève prestement la scène de la tempête après avoir bien ciselé l’introduction orchestrale du troisième acte mais peine à maintenir constante et tendue comme un arc la tension dramatique.

A l’exception de Sir Simon Keenlyside qui s’était déjà produit en concert avec A. Kirchschlager puis dans le rôle de Pelléas dans le cadre d’une version de concert dirigée par Louis Langrée au printemps 2011, tous les autres solistes effectuaient leurs débuts dans ce théâtre.

Coqueluche des années Mortier, Ekaterina Siurina dessine une Gilda un peu mure mais engagée, avec une virtuosité prise en défaut lors d’un Caro nome entaché de prises de respirations trop audibles et à la ligne parfois mal assurée, et trouve des accents fort touchants et une vraie pureté vocable au final.

Saimir Pirgu
qui a déjà chanté le duc dans de fort belles maisons (Londres, Vienne, Amsterdam, Vérone, Munich) campe un crooner des plus enjôleurs, aux sourires éclatants et au timbre sensuel, mais ne se montre pas non plus à la hauteur de la virtuosité de son rôle lors de la première partie où ses aigus manquent de corps et de substance, éclipsés par ceux de sa partenaire dans leur duo, et son chant de délié, mais se rachète par la suite avec une Donna e mobile de bon aloi.

Révélation de la soirée, Stanislas Trofinov possède un vrai et grand potentiel vocal, voix longue, riche d’harmoniques et homogène, et nous présente un Sparafucile plus inquiétant qu’il n’y paraît de prime abord, meurtrier au faux air patelin et au physique de grand nounours fatal, tout en rondeurs.
Alisa Kolosova excelle en Maddalena, personnage secondaire auquel elle confère un véritable relief et une touchante humanité, d’une voix saine et agréable.
Carlo Cigni a beaucoup d’impact et d’autorité en Monterone qu’il fait cousiner avec le Commandeur.

Les autres seconds rôles sont tenus avec beaucoup d’efficacité à l’exception d'une Giovanna au chant bien incertain.

Mais la soirée vaut surtout pour l’admirable composition de Sir Simon Keenlyside qui confirme hautement son statut de grand acteur chantant. Sur le strict plan vocal, il n’est pas exempt de reproches, la voix par moment s’engorgeant et s’éraillant ou se refusant à l’aigu conclusif du duo de la Vendetta…Mais très rares sont les approches aussi fouillées du bouffon où il insuffle tout ce qu’il a appris des Hamlet, Wozzeck, Macbeth et autres grands déboussolés de son répertoire dans un portait bouleversant, d’une palette expressive étonnamment variée, d'une concentration admirable, digne d’un grand film de Losey.

Jérôme Pesqué.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7042
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par MariaStuarda » 03 oct. 2018, 22:47

Hormis un Keenlyside fabuleux et quelques seconds rôles, pas grand chose à sauver de cette soirée.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10484
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par HELENE ADAM » 03 oct. 2018, 22:57

MariaStuarda a écrit :
03 oct. 2018, 22:47
Hormis un Keenlyside fabuleux et quelques seconds rôles, pas grand chose à sauver de cette soirée.
+1
(à part la mise en espace, heureusement qu'elle était là... :D )
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12550
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 03 oct. 2018, 23:22

+1
Formidable « Cortigiani ».
Ténor un peu meilleur en seconde partie.
J'ai bien aimé le Sparadrafucile et la Maddalena (une des meilleures jamais entendues).
Absence quasi complète de suraigus.
Mise en espace très travaillée : j’ai trouvé ça too much au début et j’ai fini par rentrer dedans avec beaucoup de plaisir.
Orchestre nul et chef très moyen sauf pour la tempête AMHA.

VIVEMENT LES HUGUENOTS DEMAIN ! :lol:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7042
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par MariaStuarda » 03 oct. 2018, 23:40

PlacidoCarrerotti a écrit :
03 oct. 2018, 23:22
(...)
J'ai bien aimé le Sparadrafucile et la Maddalena (une des meilleures jamais entendues).
(...)
Placido, on est complètement en phase. Que se passe t’il ? : 8O
:wink:

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12550
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 03 oct. 2018, 23:57

MariaStuarda a écrit :
03 oct. 2018, 23:40
PlacidoCarrerotti a écrit :
03 oct. 2018, 23:22
(...)
J'ai bien aimé le Sparadrafucile et la Maddalena (une des meilleures jamais entendues).
(...)
Placido, on est complètement en phase. Que se passe t’il ? : 8O
:wink:
Je suis très fatigué ces derniers temps ou alors c’est l’exception qui confirme la règle :lol:
J’ai même discuté à l’entracte avec Jérôme plus longtemps que le reste de ma vie cumulé.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10484
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par HELENE ADAM » 04 oct. 2018, 06:32

PlacidoCarrerotti a écrit :
03 oct. 2018, 23:22
(...)
J'ai bien aimé le Sparadrafucile et la Maddalena (une des meilleures jamais entendues).
(...)
+1
C'est Stanislav Trofimov de la troupe du Mariinsky au physique aussi impressionnant que la voix (dans la collection des belles basses russes :D ) qu'on a vu en archevêque dans la Pucelle d'Orléans de Tchaikovski à la Philharmonie de Paris pour ceux qui s'en souviennent. Il passait l'orchestre allègrement et imposait déjà une sacrée autorité.
Excellente Maddalena également de Alisa Kolosova qu'on a déjà vu à l'opéra de Paris Bastille... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Markossipovitch
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 244
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par Markossipovitch » 04 oct. 2018, 06:47

Kolosova est une ancienne de l'Atelier lyrique de l'ONP. Elle vient de chanter une magnifique Marina de Boris Godunov au Concertgebouw. Sa carrière est en plein essor.

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1549
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par Hiero von Stierkopf » 04 oct. 2018, 06:59

Comme pour Macbeth, je trouve le Rigoletto de Keenlyside exceptionnel et unique.
Tout n'est pas chanté dans les formes exigées mais peu importe. Il fait partie de ces rares chanteurs dont la voix me procure un effet inexplicable suscitant chez moi une grande admiration.
Je l'ai vu chanter le rôle il y a moins de 6 mois en version scénique et j'en étais sorti assommé un peu comme la première fois où je l'ai vu chanter Macbeth. Il écrasait le plateau scéniquement. Les expressions de son visage sont absolument incroyables.

Pour le reste, je rejoins quasi intégralement Placido. Bien aimé Maddalena et Sparafucile. Pirgu m'a laissé indifférent au I et m'a agréablement surpris en deuxième partie, mais pas de quoi non plus faire sauter une braguette.
En négatif, Suirina et l'orchestre franchement pénible toute la soirée.

L'affiche ne présentait sur le papier un intérêt que pour Keenlyside. Contrat largement rempli.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 689
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Verdi- Rigoletto - vc- Gimeno- TCE- 3/10/2018

Message par enrico75 » 04 oct. 2018, 07:10

j'ai trouvé Keenlyside assez fabuleux,il a retrouvé la totalité de ses moyens vocaux et c'est a mon avis un des meilleurs interprète du rôle en ce moment.
je serai moins catégorique avec le reste:l'orchestre et le chef honorable(on a entendu bien pire)Saimir Pirgu trés sonore sans beaucoup de nuances,Gilda E.Siurina, un peu en force aussi surtout dans les aigus souvent criards,trés impressionné par le Sparafucile de Trofimov dans la lignée des grandes voix basses russes actuelles.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 34 invités