Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Représentations
Répondre
enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 690
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par enrico75 » 29 sept. 2018, 22:46

Le réveil de Brunnhilde a fortement dopé ce Ring (qui semblait partir mollement selon Placido)ce soir à Londres malgré une matinée qui a duré 6heures !
Nina Stemme impériale en grande forme vocale a littéralement poussé Stefan Winke à se transcender pour un duo final exceptionnel d'autant que la mise en scène de ce 3ème acte est plutôt réussie.,un triomphe :D
Plus de détails et le cast à suivre.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12555
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner-Siegfried-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par PlacidoCarrerotti » 29 sept. 2018, 23:27

Bonne nouvelle ! J''espère qu'elle sera en forme pour le troisième et dernier cycle (car je verrai la suite !).
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

paco
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par paco » 30 sept. 2018, 17:42

Quelqu'un a vu Die Walküre ? Il me semble que ce devait être un point fort de ce Ring de par le tandem Stemme- Lundgren ?

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 690
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par enrico75 » 01 oct. 2018, 10:25

Cast: Siegfried
Mime:Gerhard Siegel
Siegfried:Stefan Winke
Wanderer:John Lundgren
Alberich:JM Kranlze
Fafner:Brindley Sherratt
L'oiseau :Heather Engebretson
Erda:Wiebke Lehmkuhl
Brunnhilde:Nina Stemme
Crépuscule
Gunther:Markus Butter
Hagen:Stephen Milling
Gutrune:Emily Magee
Waltraute:Karen Kargill

Mise en scène :Keith Warner
Orchestre du ROH
Direction:Antonio Pappano
Image
photos Clive Barda ROH
Représentation fleuve:6 heures car 2 entractes dont un de75 minutes qui ne me semblait pas justifié par le changement de décor mais plutôt pour forcer l'auditoire à "profiter" des nouveaux aménagements flambant neufs du lieu :nouveaux restaurants,2 nouveaux bars...
Scénographie à tendance humoristique comme le rappellait Placido qui convient plutôt bien pour Siegfried.
Au premier acte on est dans le genre de la célèbre série télévisée Lost :un avion crashé dans un vaste bâtiment par un énorme trou du plafond,le dit plafond abaissé deviendra au 2eme acte le repaire de Fafner(y a pas de petites économies ).Siegfried sorte de Mac Gyver de l'époque pompe le carburant de l'avion pour alimenter la forge et se sert de l'helice comme moule pour l'épée (fallait y penser).
Au 2eme acte donc le plafond crevé fait office de repaire de Fafner qui lui même est assis sur un chaise au fond de la scène et O'surprise se transforme en gigantesque tête sanguinolente et l'oiseau descend des cintres attaché par un harnais.
Le 3ème est plus épuré :une grande plateforme rectangulaire mobile ,tourne, oscille :chapeau à Lundgren(qui du coup a retrouvé sa voix) pour tenir en équilibre tout en chantant !elle deviendra cloison verticale translucide par laquelle passera siegfried pour éveiller Brunnhilde. Y aurai du avoir des flammes mais ça a pas marché .Quand à Erda perchée au sommet d'une sorte de tour mobile elle virevolte autour de la plateforme oscillante du wanderer(mal de mer assuré )
Pour compléter le tableau:salle comble,public très international (mon voisin venu spécialement de New York pour ce Ring s'est assoupi pendant le I et le 2 (décalage horaire ?) mais s'est réveillé comme Brunnhilde au 3ème à l'occasion d'un aigu terrifiant décoché par Nina...
Vocalement Stephan Vinke s'est révélé en très grande forme sans faiblir et il s'est surpassé dans le duo final avec même l'aigu final(mais presque inaudible vu le coup de sirène des pompiers d'en face).on peut regretter quand même un certain manque de puissance dans la scène de la forge et le manque de nuances dans les murmures de la forêt .
Gerhard Siegel est un excellent Mime ,peut-être un peu trop machiavélique et abusant un peu du sprecht gesang mais il est très convaincant.
John Lundgren magnifique Wanderer, timbre somptueux ,interprétation magistrale surtout dans les conditions périlleuses du 3,c'est vrai que par moments il a des difficultés à passer au dessus de l'orchestre ( mais Pappano ne lui fait pas de cadeaux ).
Sherrat campe un Fafner excellent avec des graves profonds bien projetées
L'oiseau de Engebretson est à mon avis desservi par un timbre très acide.
Quand à Nina Stemme ,son éveil est proprement magique tant elle a acquis maintenant une maîtrise parfaite du rôle, tout en nuances et puissance,très peu de vibrato gênant ce jour là et un aigu final phénoménal.
Mais tout cela ne serait rien sans Pappano et l'orchestre du ROH :sa conception est très expressionniste et convient bien à Siegfried à mon avis, il excelle dans les raffinements orchestraux des murmures de la forêt, le déchaînement de l interlude orchestral du 3 mais il manque peut être le souffle épique ?
L'orchestre est à la hauteur malgré quelques accrochages des cuivres(mais pas dans le solo de cor du 2).
Triomphe au rideau final en attendant la suite et fin cet Apm pour le crépuscule....

suite et fin:le crépuscule.
6 heures 30 de représentation......
La scénographie de Warner prend un peu de hauteur et la direction d'acteur excellente assez fidèle au livret.
les nornes évoluent devant un grand rideau noir grafité d'équations:robes noires avec bandes fluorescentes rouges comme la corde d'ailleurs.
On retrouve au 1er acte la grande plateforme mobile qui cette fois se transforme en bateau pour le voyage sur le Rhin très réussi avec projection vidéo en fond de scène.puis le palais des gibichungs, immense paravent de glaces ou seront apportées par la suite les statuts dorées de dieux,c est esthétiquement très joli.
malheureusement ça se gâte lors de la fin, quand siegfried pour conquérir Brunnhilde se coiffe d'une sorte de carton à chaussure vitré(on se demande comment il arrive a chanter la dessous mais c'est vrai que sa voix est voilée :) ) et au début du 2eme acte quand Alberich apparait à Hagen couché dans une sorte de baignoire blanche suspendue dans les airs et coiffée d'un genre de photomaton à rideaux :lol: :lol: de plus pendant qu'il ne chante pas il se met un masque à oxygéne!!
Au 3ème acte décor minéral de lave au bord du Rhin avec grand arbre mort et barque incluse dans la lave,pas de procession funéraire mais momification de Siegfried avec des bandelettes blanches:le final est grandiose Brunnhilde allume 4 immenses brasiers(cette fois ça marche) qui dévore tout ce petit monde ,statuts dorées de dieux y compris.
Vocalement:
Le Hagen de S.Milling est impressionnant de puissance virile et d'autorité,la voix est immense.
Markus Butter campe un Gunther trés couard mais la voix ne suit pas ,souvent inaudible et à l'arraché
la Gutrune d'Emily Magee est correcte sans plus.
Waltraute:Karen Cargill et prometteuse:beau timbre ,aigus puissants mai manque encore cruellement de graves.
Siegfried contrairement à samedi n'est pas très en voix au début,le timbre est mat, la projection limitée et il faut attendre la fin du 3eme acte pour qu'il retrouve tous se moyens vocaux et nous délivre un récit sompteux et un mort trés émouvante.
Quand à Nina Stemme ,il n'y a pas de mot pour décrire sa prestation,c'est sublime .
Depuis de nombreuse années ,elle" peaufine" sa Brunnhide et en a maintenant une conception globale:de la vierge effarouchée,à la femme aimée puis trahie,soumise,paniquée,désespérée,révoltée,furieuse et enfin apaisée:elle arrive à traduire tout cela non seulement avec ses moyens vocaux colossaux mais aussi un sens dramatique ,des changements de coloration et d' inflexions vocales;c est pour moi la plus grande Brunnhilde de ce début de siècle.La seule chose dont j'ai peur c'est que cela ne dure pas et je me demande mème si elle pourra finir les 3 cycles vu son engagement de tous les instants.
Pappano acclamé avec raison:il est trés investi et dirige avec passion.
Par contre dans le crépuscule l'orchestre donne quelques signes de fatigue surtout au niveau des cors et trompettes avec un énorme couac au début du 3eme acte des cors qui a faire rire tout le monde..
A noter que lui aussi adopte la formation: cors et tubas à gauche et trompettes et trombones à droite ce qui donne de la visibilité et plus de clarté aidé par des timbales dans les loges latérales de stalls.
En résumé 2 magnifiques représentations mais qui n'auraient sans doute été que moyennes sans la présence de Nina Stemme.
Image
Photo Clive Barda ROH

paco
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par paco » 10 oct. 2018, 00:02

Délire à la Wembley aux saluts ce soir pour la 2e de Götterdämmerung, avec public debout pour Stemme et hystérie collective pour Pappano, certains spectateurs de l'Amphi entonnant un chant que je n'ai pas reconnu (sorte de chant de stade de foot), qui s'est rapidement perdu dans les acclamations du reste de la salle.

Globalement en phase avec le CR d'Enrico, sauf que ce soir Vinke était en pleine forme vocale : aigu puissant, aucune fatigue, aisance à tous les instants. Et acteur très engagé, du vrai théâtre qui me change des Siegfried nounours impotents de mon enfance.

Représentation absolument extraordinaire pour ce qui est de Stemme et Pappano. Lui, surtout, complètement déchaîné, menant la partition avec une tension et un rythme que n'aurait pas renié Toscanini. C'est électrisant, souvent très beau en termes de qualité de son (et oui, cette fois il a bien mieux réparti l'orchestre dans la fosse que lors de la dernière reprise de Tristan et même des Meistersinger), à l'opposé de ce que faisait Petrenko à Munich, et c'est justement cela qui est captivant : à Munich une approche hyper analytique, assez cérébrale, ancrant Wagner dans le début du XXe siècle, au ROH une approche émotionnelle, assumant l'époque romantique. Deux visions parfaitement travaillées et cohérentes, deux interprétations exceptionnelles.

Quant à Nina Stemme, son IIe acte sera inoubliable. Quel personnage, quelle vie, quelle voix... Décidément, c'est au ROH que je l'apprécie le plus, tant l'acoustique confère un aspect encore plus spectaculaire à la puissance de sa voix et retransmet encore mieux les raffinements qu'elle apporte çà et là dans les intonations. Son interprétation est très riche d'idées, d'intentions, il faudrait pouvoir tout réentendre pour lister tout ce qu'elle apporte mesure par mesure. C'est splendide, phénoménal, extraordinaire.

Vraiment une très grande soirée !!

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par HELENE ADAM » 20 oct. 2018, 15:15

BBC 3 assure la retransmission de ce Ring complet. Pour le moment, seules sont connues les dates de retransmission de
- Rheingold : à partir du 27 octobre
- Die Walküre : à partir du 3 novembre

https://www.bbc.co.uk/programmes/m0000x85
https://www.bbc.co.uk/programmes/m00010h2
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

paco
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Wagner-Siegfried-Gotterdammerung-Warner/Pappano-ROH-29/09/18

Message par paco » 20 oct. 2018, 23:34

Au fait, pour ceux qui y étaient à ce RIng, qu'avez-vous pensé du nouveau bâtiment du ROH ?
Personnellement je l'ai trouvé formidable, notamment la terrasse végétalisée de l'Amphi, wouaou, quelle classe !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 33 invités