Singing Garden - Levacher/Arlaud - ONR - 25,27/09/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 785
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Singing Garden - Levacher/Arlaud - ONR - 25,27/09/2018

Message par Piero1809 » 29 sept. 2018, 08:21

Singing Garden

Claire Levacher, direction musicale
Philippe Arlaud, Mise en scène, scénographie, lumière
Andrea Uhmann, costumes
Julie-Anne Weber, Philippe Arlaud, vidéos.
Choeurs de l'ONR
Alessandro Zuppardo, chef des choeurs
Ballet de l'ONR
Ensemble LINEA

Première partie :
Toshio Hosokawa, Singing Garden (2002)

Unsuk Chin, Akrostichon-Wortspiel (1991-1993)
Yereh Suh, chant

Francisco Alvaradi, Corps et ombre ensemble s'engloutissent (création mondiale)
Florentin Ginot, contrebasse

Elena Langer,
Extraits de Rhondda rips it up ! (création française, 2018)
Emma Jenkins, livret
Claire Péron, MC
Anaïs Yvoz, Helen Archdale
Fan Xie, Lady Rhondda
Clemence Petit, Sibyl
Stella Oikonomou, Aunt Lottie
Isabelle Majkut, Prid
Susan Griffiths, Edith

David Lang, Manifesto (2015)
Sebastien Park, Laurent Roos, Laurent Koehler, chant

Deuxième partie
Hacking Garden
Thierry Danet, direction artistique
Les ensembles 2.2, musique électronique
Gaëtan Gromer, Sound design et spatialisation
GSTN Beatmaker
Christophe Fourmeaux, saxophones augmentés
Antoine Spindler, alto augmenté
Valérie Bacjsa, régie son
Successivement : Tango, Flamenco, Salsa, Bossa, Tarentelle, Habanera, Chacha, Sega, Cumbia, GSTN electro solo

Strasbourg-opéra, Festival Musica

Un jardin extraordinaire
Cette soirée, qualifiée de plurielle, avait pour but de rassembler des publics très divers autour de diverses expressions de l'art contemporain. Elle comportait deux parties très différentes, la première était une représentation classique, à première vue toutefois, de musique instrumentale et d'opéra, le public sagement assis regardant des instrumentistes et des chanteurs sur scène. La seconde se situait à l'extérieur, dans un jardin réel ou imaginaire où le public pouvait se mouvoir en toute liberté et en théorie se mêler aux artistes.

Image
Yerey Suh dans Akrostichon-Wortspiel, photo Klara Beck

La première partie confiée à l'ensemble LINEA, débutait avec Singing Garden de Toshio Hosokawa, pièce instrumentale pour six instruments qui donnait son nom au concert tout entier. Les sonorités évanescentes et pointillistes, bruits émergeant d'un jardin japonais selon l'auteur, étaient accompagnées d'une video représentant des gouttes d'eau rebondissant sur une mare dans laquelle se reflétait un érable du Japon.
Un effectif instrumental renforcé accompagnait la chanteuse Yereh Suh dans Akrostichon-Wortspiel de Ursuk Chin, oeuvre très développée en sept mouvements dans laquelle la compositrice utilise un matériau phonétique propre à exprimer des affects très divers. Les jeux de mots et les prouesses phonétiques étaient émis d'une voix claire et pure par la chanteuse et le tout sonnait très agréablement à mes oreilles tandis que mes yeux étaient sollicités par un paysage marin parcouru de vols de mouettes, de nuages s'amoncelant dans le ciel et de lettres figurant des acrostiches. Dans un tout autre genre, la création mondiale Corps et ombre s'engloutissant ensemble de Francisco Alvaradi donnait la part belle à la contrebasse et à un piano préparé. Les sons produits par les deux instruments étaient extraordinaires et semblaient guider les autres musiciens, notamment une batterie qui se déchainait. L'orage éclatait enfin sur scène et dans la vidéo.

Jusque là on avait affaire à des pièces présentant une certaine parenté mais tout cela fut balayé par l'irruption d'une foule d'hommes et de femmes. On était passé à autre chose, Rhondda riks it up, d'Elena Langer en l'occurence, évoquant les combats féministes et célébrant le centième anniversaire de l'acquisition du droit de vote des femmes en Angleterre. Changement radical aussi de style musical, avec une musique populaire fleurant bon la comédie musicale et le music hall, accompagnée par un Jazz band. Les scènes alternant airs et choeurs s'enchainaient à toute vitesse et avec un grand dynamisme. La pancarte, Woman is not a bouffonerie, résumait la revendication des suffragettes. Les choeurs de l'ONR ont fait une belle démonstration de leur efficacité et les chanteuses, parmi lesquelles Anaïs Yvoz et Claire Péron de l'Opéra Studio et cinq solistes du choeur de l'ONR, donnèrent de brillants solos.
Toute cette première partie donnait lieu à de belles émotions musicales dans un cadre bien maitrisé. Dans les dernières images de la vidéo, on remarquait l'apparition surprise du Vater Rhein, sculpture de Hildebrandt (1903) située à l'origine, face à l'opéra. Cette sculpture qui représente un homme nu vu de dos dans un déhanché pittoresque, jugée indécente par les Strasbourgeois, fut transférée à Munich en 1919 et échangée contre le Meiselocker (charmeur de mésanges) qui orne désormais la place Saint Etienne..

Image
Hacking Garden, photo Klara Beck

L'accordéoniste donna le signal et demanda au public de la suivre. Ce dernier se retrouva dehors devant Hacking Garden, un spectacle de plein air dans un jardin, la place Broglie revêtue d'un tapis vert. Le spectacle débutait avec une chorégraphie basée sur le tango, effectuée par d'excellents danseuses et danseurs du ballet de l'ONR. L'idée était belle mais sa réalisation imparfaite car il apparut rapidement que seule une poignée de spectateurs pouvaient suivre ce qui se passait sur scène, l'énorme majorité du public ne voyait rien, mis à part des images du spectacle projetées sur la façade de l'Opéra. Ce spectacle chorégraphique, finalement très bref laissait place à un concert donné par l'ensemble 2.2, musique électronique, dans lequel officiaient Antoine Spindler à l'alto augmenté, Christophe Fourmeaux aux saxophones augmentés, Gaëtan Gromer ingénieur du son et beatmaker, le tout sous la direction de Thierry Danet. Les rythmes latino-américains se succédaient et étaient illustrés par des vidéos. Aux sonorités évanescentes de LINEA, succédaient les sons, bruts de décoffrage, des musiques électroniques et électro-acoustiques. Les videos formaient un contrepoint inattendu, nuages en hommage peut-être à Django Reinhart, et surtout des statues gréco-romaines s'agitant et entrant en transes, clin d'oeil ironique à Giorgio di Chirico. Mais c'est le Vater Rhein qui concluait en poursuivant le pas de danse que sa statue avait initié. La boucle était bouclée avec Vater Rhein dansant le tango, symbole fort du métissage des cultures et des époques.
Pendant tout le concert, j'ai apprécié la direction musicale subtile et ferme de Claire Levacher et la mise en scène inventive de Philippe Arlaud.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1976
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Singing Garden - Levacher/Arlaud - ONR - 25,27/09/2018

Message par Piem67 » 29 sept. 2018, 13:39

Merci Piero !

Curieuse soirée à vrai dire...

Pour ma part, je venais surtout pour "Akrostichon-Wortspiele", un véritable chef-d'œuvre d'Unsuk Chin. L'interprétation est fut très belle (même si la chanteuse faisant du sprechgesang pour la 4ème pièce au lieu de la chuchoter comme il est demandé dans la partition me semble-t-il). J'ai beaucoup aimé comme vous la toute première pièce d'Hosokawa, évanescente et pleine de finesse, préludant ainsi parfaitement à la partition d'Unsuk Chin. L'œuvre, en création mondiale, de Francisco Alvaradi, m'a séduit au début mais j'ai trouvé que ça tournait en rond assez vite avec une impression de répétition des mêmes procédés sur une durée assez longue finalement. Mais dans l'ensemble, ces trois œuvres s'enchaînaient très bien avec des plages de bruitage très belles entre chaque pièce afin d'unifier le tout. Très belles vidéos pendant les musiques. Très belle interprétation sinon en effet de l'ensemble LInéa.

Changement d'ambiance avec le court "Manifesto" de David Lang pour chœur a capella puis franche déconvenue avec les extraits (pourquoi extraits d'ailleurs ?) de "Rhondda rips it up!" d'Elena Range, sorte de comédie musicale/musique de cabaret au langage franchement tonal et franc du collier qui tranchait singulièrement avec le langage si subtil des œuvres précédentes... L'argument abordait le thème du féminisme sous un angle que j'ai personnellement trouvé caricatural avec une opposition hommes/femmes dignes d'un cartoon... Le programme de cette première partie faisait donc le mariage de la carpe et du lapin. J'ai été tellement décontenancé que j'ai eu du mal à m'intéresser à cette partition qui est simplement amusante selon moi. Beau travail du chœur en tout cas !

Pour la deuxième partie, à l'extérieur, là aussi, je vous rejoins Piero sur vos remarques : on nous annonçait le ballet du Rhin... qui n'a dansé qu'au tout début, qui plus est en entraînant des personnes du public (belle idée) et puis ensuite, plus rien... Que de la musique électro, d'ailleurs très réussie j'ai trouvé, imaginative (on retrouvait des bribes des œuvres entendues dans la salle précédemment : excellente idée), pas trop agressive si ce n'est l'incessant "beat" qui, pour ma part, me rebute un peu... Je dois avouer que je suis parti avant la fin aussi parce que je n'avais pas prévu assez de vêtements chauds, la fraîcheur des nuits strasbourgeoises contrastant nettement avec la douceur des après-midis...!!

Curieuse soirée vraiment...

Le lendemain, j'assistais à une excellente production du Barbiere di Seviglia dans une salle comble !

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 785
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Singing Garden - Levacher/Arlaud - ONR - 25,27/09/2018

Message par Piero1809 » 01 oct. 2018, 10:23

Merci Piem 67 pour tes commentaires (je suggère qu'on se tutoie).

J'ai rajouté deux photos du spectacle.

Lafleur Dudimanche
Messages : 1
Enregistré le : 01 oct. 2018, 14:00

Re: Singing Garden - Levacher/Arlaud - ONR - 25,27/09/2018

Message par Lafleur Dudimanche » 01 oct. 2018, 14:07

Je partage vos avis sur la soirée en deux temps, le deuxième aurait dû être un peu plus "chaud" et convivial.... j'epsère que la leçon sera tirée parce que l'idée - même si c'est quelquefois difficile de mélanger des publics - en sera tirée et qu'il y aura un peu plus de liens - au niveau des outils de motivation du public...
Je vous joint mon point de vue (première soirée) où je pensais que le temps (météo) était un peu fautif..
http://lafleurdudimanche.blogspot.com/2 ... tants.html

Et merci pour le billet et la réponse de Piero...

lfdd

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 65 invités