Verdi- La Traviata – Petrou/Rambert – Capitole Toulouse – 09-10 / 2018

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9128
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- La Traviata – Petrou/Rambert – Capitole Toulouse – 09-10 / 2018

Message par Bernard C » 30 sept. 2018, 13:21

Merci Jean pour ce compte rendu , si bien écrit au demeurant.
Hartig émouvante, c'est bien.....

( et au passage tu nous sauves du péché de ne pas avoir réservé un billet d'avion pour Toulouse pour ce spectacle. ) :mrgreen:

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10492
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- La Traviata – Petrou/Rambert – Capitole Toulouse – 09-10 / 2018

Message par HELENE ADAM » 05 oct. 2018, 16:29

J'ai regardé avec plaisir la retransmission sur FR3 hier soir très tard (léger différé annoncé en fait à 23h35 après la météo du soir...)
Mise en scène minimale sur décors très très luxueux en effet, mais tout cela ne vit pas trop comme tu le soulignes. Dommage car l'effort y est, mais la "beauté" purement plastique peut être aussi froide que parait l'être l'eau bleue qui s'assombrit peu à peu à l'acte 2.
De jolies trouvailles mais qui ne "marchent" pas complètement faute d'une vraie conception de la mise en scène : le camélia qui s'ouvre au début puis reste suspendu sous forme de lustre avant d'engloutir Violetta au final, les danses de l'acte 2, la robe de Violetta qui contrairement à l'habitude est déjà noire dès l'acte 1 (superbe ligne et très bel ouvrage) et bien d'autres choses encore.
On entend le metteur en scène dire au début qu'il a voulu faire quelque chose de complètement nouveau mais, franchement, on pense souvent à l'allure générale de la mise en scène de Jacquot (couleurs, paysages, costumes) et on est loin des audaces d'un Marthaler en la matière (oui je sais :crash: mais bon, moi, j'avais adoré :coeur2: ).
Musicalement par contre, c'est une belle représentation d'abord grâce au chef (et à l'orchestre et aux choeurs) qui nous donnent un Verdi contrasté, soulignant magnifiquement le tragique de l'ouverture avant la pseudo-légèreté des passages qui précèdent le Brindisi. Emotion dès le début d'une Traviata c'est déjà un gage de réussite.
Bravo aussi à Anita Hartig, belle Violetta, (souvenir d'une petite Mimi un peu timide à Bastille aux côtés d'un très massif Massimo Giordano) qui sait émouvoir dès son entrée sur scène avec ses défaillances et le charme d'une voix très fruitée même si les aigus paraissent parfois un peu rétrécis, le coeur y est. Belle surprise avec le Germont père d'Alaimo que j'avais entendu à Londres dans le même rôle il y a un peu plus d'un an et qui m'avait paru très fatigué. Hier soir en retransmission en tous cas, il avait fière allure et belle voix.
Un tout petit bémol sur l'Alfredo du jeune ténor Airam Hernandez, qui a en effet un beau timbre et le sens des nuances (ce qui n'est déjà pas mal) mais qui n'était pas très à l'aise dans tous ses airs de virtuose et les aigus qui vont avec, je l'ai trouvé bien mieux dans le final plus tragique. Seconds rôles plutôt à leur place donnant globalement un travail soigné qui a manifestement emporté l'adhésion enthousiaste du public et c'est mérité.
Bref une Traviata qui se défend bien. :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

dessoles
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 198
Enregistré le : 07 nov. 2004, 00:00

Re: Verdi- La Traviata – Petrou/Rambert – Capitole Toulouse – 09-10 / 2018

Message par dessoles » 10 oct. 2018, 19:55

Ayant assisté a la premiere avec hartig,Alaimo et hernandez dont j'etais sorti sans emotion,mise en scene trop riche,noyant tout sentiment dans les foules et l'exuberance des costumes et des decors. Les chanteurs ,de plus, plantés ,jouant extremement mal,voix metallique pour Violetta,minimum syndical pour hernandez....meme Alaimo paraissait perdu ....seul l'orchestre et les choeurs sauvaient cette representation......J'ai voulu assister a la derniere representation de la serie avec l'autre distribution.....et la,miracle, la violetta de polina pastirchak ,l'alfredo de kevin Amiel et le giorgio de Heyboer ont rendu tout son sens a cette mise en scene....on y croit,on le vit,on verse sa larme au final...non seulement la couleur,la sensualité de la voix de polina vous prend aux tripes ,aucune difficulté n'est occultée avec aigus sublimes, mais elle est une actrice ,elle est violetta!( a suivre imperativement). Le jeune kevin amiel a de beaux progres a faire mais il joue aussi merveilleusement et a eu cette intelligence du chant (et du public) pour finir la caballette du II eme acte avec un UT tenu tout le long de la fin de l'air qui a mis le Capitole en transe! Le baryton ne fut pas en reste ,parfait!Nous avons eu cette sensation de ne pas avoir assisté au meme spectacle.....le miracle de l'Opera.(en route ce we pour les puritains a barcelone)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités