Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Représentations
Répondre
robertram
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 115
Enregistré le : 03 déc. 2012, 00:00

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par robertram » 02 oct. 2018, 19:59

Pour revenir au sujet, et dans mon cas à la représentation de dimanche (30/09), j'étais placé au 2ème balcon, 1er rang, de face. L'orchestre, fort beau et puissant , m'a semblé ériger un mur de son entre la scène et le public, dont la première à pâtir a été Serafin ( le I assez pénible, la Liebestodt inaudible) et le second Goerne, alors que Brangaene et Tristan surmontaient en surfant les vagues sonores de Jordan, Schager surtout, malgré de microdéfaillances. Pape très émouvant, mais avec moins de contraintes sonores à surmonter.
Je n'avais jamais vu cette production, avec cette mise en scène minimaliste et ces costumes passe-muraille, mais j'ai été conquis par le travail de Viola, et notamment les images hypnotiques de la fin de la première partie et de la troisième partie (ah l'assomption aquatique de Tristan).
Il faut dire aussi que la dernière fois où j'ai vu l'œuvre, c'était à Garnier avec Gwyneth Jones , dans une vision nettement plus prosaïque, malgré l'envoûtante perruque rousse d'Isolde.

Avatar du membre
Prinzessin Von Judäa
Messages : 9
Enregistré le : 03 oct. 2018, 12:56

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par Prinzessin Von Judäa » 03 oct. 2018, 13:08

Bonjour à tous !
Je suis une nouvelle inscrite au forum.
Je viens d'acheter ma première place d'Opéra, Tristan und Isolde à Bastille.
J'ai acheté un peu sur un coup de tête une place pas trop chère pour la dernière au second balcon, au septième rang. Je connais peu Bastille (un ballet vu il y a des années), j'espère que l'expérience sera quand même magique.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19497
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par JdeB » 03 oct. 2018, 13:12

Prinzessin Von Judäa a écrit :
03 oct. 2018, 13:08
Bonjour à tous !
Je suis une nouvelle inscrite au forum.
Je viens d'acheter ma première place d'Opéra, Tristan und Isolde à Bastille.
J'ai acheté un peu sur un coup de tête une place pas trop chère pour la dernière au second balcon, au septième rang. Je connais peu Bastille (un ballet vu il y a des années), j'espère que l'expérience sera quand même magique.
Bienvenue Princesse ; oui, ce sera magique !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Prinzessin Von Judäa
Messages : 9
Enregistré le : 03 oct. 2018, 12:56

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par Prinzessin Von Judäa » 03 oct. 2018, 14:06

Merci ! Je ferais un compte rendu de néophyte !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19497
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par JdeB » 03 oct. 2018, 14:09

Prinzessin Von Judäa a écrit :
03 oct. 2018, 14:06
Merci ! Je ferais un compte rendu de néophyte !
yes ! :D

un peu de fraicheur dans notre forum de vieux crocodiles :mrgreen:
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Il prezzo
Alto
Alto
Messages : 387
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par Il prezzo » 09 oct. 2018, 23:30

JdeB a écrit :
02 oct. 2018, 08:53
et certains pensent qu'on ne saurait éprouver de grandes émotions à Bastille ... :eyes:
Oh que si! En particulier dans le 3ème acte de ce soir, électrique côté Jordan et son orchestre ("dernière" oblige?), qui nous ont fait une leçon de lecture wagnérienne: je n'ai jamais ressenti autant que ce soir le génie du compositeur qui entrelace les motifs de mille et une façon, dans une inépuisable inspiration d'orchestration. Et puis, c'est l'acte je trouve le mieux inspiré également pour Bill Viola, les images sont sublimes, les transitions bluffantes et, comme signalé plus haut, l'ascension aquatique finale très poétique (elle marcherait aussi pour le Vaisseau fantôme :wink: ).
Côté chanteurs, peu de choses à rajouter par rapport à ce qui a été dit sur les représentations précédentes. Serafin pas plus en voix, mais toujours émouvante, Pape idoine; seul peut-être Schager a mûri son interprétation du 3e acte: j'ai lu une critique qui disait "qu'il partait dans tous les sens", ce n'était pas du tout ce que j'ai vu ce soir, une sobriété de bon aloi, et toujours cette insolente projection, dans ces pages quand même parmi les plus difficiles du répertoire, je trouve.
Beaucoup d'émotion aux saluts, dans la salle et dans l'orchestre.

Avatar du membre
Prinzessin Von Judäa
Messages : 9
Enregistré le : 03 oct. 2018, 12:56

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par Prinzessin Von Judäa » 10 oct. 2018, 00:50

Comme promis mon compte rendu de néophyte.

Précisons tout d'abord que je n'avais jamais écouté l'opéra en entier. J'ai longtemps eu un problème avec le récit chanté.

J'ai découvert Wagner par le prélude de Tristan, qui m'a pour ainsi dire ensorcelée. Ensuite, j'ai écouté le Liebestod et le duo d'amour, en fouillant dans Youtube. Ce qui veut que dire que mes Isoldes de référence sont Flagstad et Nilsson (surtout Flagstad.) Comme ceux qui n'y connaissent rien, j'imagine, les voix féminines m'agressent moins que les voix masculines, et je me suis arrêtée là dans mon exploration.

Mais revenons à nos moutons de Cornouailles.

1) Bastille

Bon, Bastille, c'est moche. Voilà, c'est dit. Vieillot, terne, défraîchi. L'architecture du lieu est datée, je pense notamment au quadrillage de la baie vitrée (sale) du bar panoramique. La salle en elle-même est froide et lugubre (mais les fauteuils sont plutôt confortables).

J'était placé au second balcon, assez haut mais en milieu de rang. Place pas chère. Vertige direct dès que je me suis assise, heureusement surmonté assez vite grâce à un verre de vin providentiel à l'entracte.
J'ai frôlé la catastrophe absolue quand une dame un peu excentrique s'est installée à côté de moi. Son "parfum"- j'ose à peine employer le terme pour qualifier la mixture infernale dont elle s'était aspergée - m'a aussitôt assailli: fumées de papeterie industrielle un soir de mistral, décharge sauvage riche en dioxines en feu, marmite de caramel brûlé pourrissant dans une flaque d'eau croupie... L'odeur défiait l'entendement. Une potion ratée de la mère d'Isolde peut-être? Elle a du lire l'agonie que je vivais sur mon visage ravagé car elle a fini par changer son siège (chance inouïe!), vexée comme un pou.

Autre sujet de crispation intense : l'ambiance sanatorium de tuberculeux en fin de vie. Je n'ai jamais entendu autant de gens tousser, éternuer et renifler en même temps. Mon fantasme de non initiée était un silence religieux pendant toute l'oeuvre. J'ai vite déchanté.
Sinon, bonne visibilité (pour les vidéos surtout), mais son un peu lointain.J'y viens.
Ah! Et ne savais pas que le livret était sous-titré, et je ne sais pas encore si c'est une bonne ou une mauvaise chose. Pratique pour suivre l'intrigue, évidemment, mais ça m'a sortie parfois du spectacle.

2) L'orchestre

Musique sublime, un bonheur fou. Je n'y connais pas grand chose en orchestration, mais j'ai été emportée. Seul bémol, l’orchestre couvrait parfois la voix des interprètes (peut-être dû à mon placement).
J'ai découvert plein de passages envoûtants dans les parties chantées que je ne connaissais pas. Un chef d'oeuvre absolu, rien que pour ça, c'était magique.

3) La production

Un peu déçue dans l'ensemble. Il y a du bon et du mauvais à mon sens. C'est un peu daté (pourtant c'est mon premier opera, mais je ne sais pas, j'ai trouvé ça un peu pauvre et convenu). Les vidéos sont pertinentes, elles transmettent bien l'universalité de la passion des héros, mais elles ne deviennent envoûtantes et oniriques qu'à partir du deuxième acte. Le moustachu en slip du l'acte 1 a complètement cassé mon rêve. Trop d'informations, du kitch aussi dans ces premières vidéos. Très compliqué de s’intéresser à Isolde et sa servante dans leur navire.

J'ai trouvé la mise en scène inégale, elle pêche par manque d'originalité, d'intensité, de folie et soyons un peu frivoles, de beauté.
Trop souvent rigide et statique, elle rate l"effet hiératique, noble, intemporel, symbolique qu'elle est (sans doute?) censée évoquer. Les costumes sont moches, trente six nuances de grisaille, et datés (il ne manque plus qu'un catogan à Tristan et il est prêt pour une tournée Starmania en Moldavie.)
Cela dit, j'ai aimé le Tristan sur son lit de mort, le placement des chœurs et autres rôles dans la salle, les éclairages de l'acte 3 et la tunique joliment chatoyante d'Isolde.

4) Les interprètes

Les 4 heures de chant me faisaient peur, mais c'était très fluide au final. Quelques redondances dans les dialogues (Kurwenal et son navire schrodingererien , la surenchère dans la description de l'extase amoureuse) mais bon, la musique est tellement belle...

J'ai adoré le vieux roi, le seul qui à mon avis a su véritablement investir son personnage et se l'approprier. Belle voix et vraie émotion.
Tristan est impressionnant au niveau vocal et très (trop?) expressif (un peu caricatural parfois), mais je n'ai pas été touchée. Je me faisais sans doute une idée plus sombre et tourmentée de l'amoureux d'Isolde.

J'ai été déçue par Isolde. Pourtant, elle avait une belle énergie et beaucoup de dignité dans premier acte. Mais ensuite je ne l'ai trouvée ni séduisante, ni enchanteresse, ni radieuse, ni désespérée, et plus agressive que passionnée. Elle est froide et je trouve que sa voix manque d'élévation et de pureté (je dis sans doute n'importe quoi car j'y connais rien)
Sinon, j'ai beau savoir que la potion est censée briser les barrières qu'ils ont imposées à leur amour, amour que leur interdit l'honneur et la fierté, quand je vois le manque de "chemistry" entre ces deux-là, je me dis que sans le breuvage, Tristan ne serait jamais tombé amoureux de cette Isolde.
La mise en scène ne reflète pas du tout la passion qu'ils sont censés éprouver l'un pour l'autre d'ailleurs. C'est bizarrement déconnecté des vidéos de l'acte 2 qui elles traduisent bien l'incandescence qui consume les amants.

J'ai trouvé Isolde en dessous de Tristan et du roi en ce qui concerne la prestation vocale, et je ne l'ai pas trouvée convaincante dans le Liebestod. Je n'ai pas trop aimé Kurwenal non plus, un peu mal dégrossi.

En conclusion, et malgré mes nombreuses remarques, je suis ravie de ma soirée, de vrais moments de grâce, une nouvelle expérience un peu surréaliste et la beauté enivrante de la musique de Wagner.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7049
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par MariaStuarda » 10 oct. 2018, 07:06

Je ne suis pas d'accord avec tous ses jugements, mais elle est formidable cette princesse !
Un peu de fraîcheur dans le marigot :mrgreen:

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9128
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Tristan und Isolde - Jordan/Sellars - ONP - 09-10/2018

Message par Bernard C » 10 oct. 2018, 12:44

Voila un compte rendu bien intéressant, merci.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 33 invités