Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Représentations
Wim
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 155
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par Wim » 15 août 2018, 20:08

Vu en livestream
Toujours disponible sur Culturebox (en France uniquement) et medici.tv (gratuitement pour le moment)
Très belle production d'un opera qui m'était complètement inconnu. J'espère que cette production incitera d'autres maisons à programmer ce bel opéra.
Une mes ingénieuse et agréable à voir. Les miroirs jouant un rôle primordial et équivoque.
Des voix de haut niveau, avec une mention spéciale pour l'Erika de Virginie Verrez, le vrai personnage principal de l'opéra.
Quelqu'un a-t-il /elle fait le voyage à Glyndebourne pour voir cet opera en live ou a l'intention de le faire encore ?

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19597
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par JdeB » 16 août 2018, 07:52

J'ai vu Vanessa à Monte-Carlo en février 2002 avec Kiri Te Kanawa et la créatrice Rosalind Elias; oui, c'est à l'évidence un opéra qui mériterait d'être plus souvent donné.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10722
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par HELENE ADAM » 29 août 2018, 13:45

Comme Wim j'ai vu cet opéra via Medici TV et je trouve aussi qu'il vaut bien un petit commentaire regrettant qu'il ne soit pas plus souvent "donné" dans nos contrées...CR à suivre donc. :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10722
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par HELENE ADAM » 29 août 2018, 21:23

Retransmission de la séance du 14 Août au festival de Glyndebourne

Jakub Hruša | Chef d'orchestre
Keith Warner | Mise en scène
Ashley Martin-Davis | Designer
Mark Jonathan | Création lumières
Alex Uragallo | Projection designer

avec
Virginie Verrez | Erika
Emma Bell | Vanessa
Edgaras Montvidas | Anatole
Rosalind Plowright | La vieille Baronne
Donnie Ray Albert | Le vieux Docteur
William Thomas | Nicholas, le majordome
Romanas Kudriašovas | Le Valet de pied

Glyndebourne Chorus
Nicholas Jenkins | Chef de chœur
Orchestre philharmonique de Londres

https://www.medici.tv/fr/operas/samuel-barbers-vanessa/
(en anglais avec sous-titres anglais).

Image
Photo: Tristram Kenton

Le compositeur américain Samuel Barber, contemporain, mais relativement "classique" dans son style, est surtout connu du grand public pour son "Adagio for Strings" (initialement "concerto pour cordes") qui est devenu une référence pour accompagner les grands enterrements, et qui a été repris tel quel ou arrangé dans des films célèbres comme Elephant Man (Lynch) ou Platoon (Stone).
Son opéra le plus connu est "Vanessa", écrit en 1957 sur un livret de son ami, partenaire à la ville et à la scène, Gian Carlo Menotti qui fut aussi le metteur en scène de la Première production, donnée en 1958 au MET. Je crois que la version actuelle date de 1964, quand elle a été revue par ses auteurs pour la raccourcir aux trois actes que nous pouvons voir à Glyndebourne mais je n'ai pas trouvé énormément de détails concernant ces évolutions.

L'opéra n'est pas donné en France avant...l'an 2000 à l'opéra de Metz d'ailleurs puis en 2001 à l'opéra de Monte Carlo, dans une autre production (voir le post de JdeB). Cette dernière a été reprise en 2003 à l'Opéra du Rhin à Strasbourg puis à Mulhouse. Il a également été donné dans une troisième production en 2012 à Herblay, puis en 2014 à nouveau à Metz.

C'est dire qu'il est peu connu en France et que j'ai découvert avec beaucoup d'intérêt, la retransmission d'une très belle mise en scène pour cet opéra-théâtre, sorte de huis-clos un peu étouffant qui évoque Tchekov et les soeurs Brontë quand à l'atmosphère et Britten quant à la musique.
L'histoire se déroule dans une demeure cossue au début du siècle dernier, entourée de bois, d'un lac gelé l'hiver et de beaucoup de mystères.
Trois femmes, trois générations, s'y "affrontent" à fleurets mouchetés, presque sans éclat, mais avec l'énergie du désespoir, enrobée dans des siècles de bonne éducation mondaine et policée.
Au début de l'opéra, nous sommes dans le salon du manoir. Les trois femmes sont là. la plus âgée, la "vieille baronne" est silencieuse dans un fauteuil. les deux autres, Vanessa, sa fille et Erika la nièce de Vanessa, petite-fille de la vieille baronne, préparent avec les domestiques la réception à venir pour celui qu'on attend.
Depuis vingts ans.
Anatol, dont Vanessa était éprise et qui est parti en promettant de revenir un jour.
Depuis les immenses miroirs du fond de scène et les non-moins immenses tableaux, portraits de famille, sont recouverts de voiles. Tout semble figé dans cette attente infinie. Vanessa ne veut pas voir les effets de l'âge sur ses portraits de jeunesse ou dans son miroir.
Alors elle a tout recouvert et imposé aux deux autres femmes son éternelle attente.
Musicalement, dès le début, le parallélisme entre ces deux femmes, Vanessa et son portrait de jeunesse vivant, Erika, est subtil et obsédant. Les partitions de leurs chants sont similaires. C'est la plus jeune qui est la mezzo, la plus âgée qui est la soprano. Leurs mélodies se ressemblent mais celle de Vanessa est plus heurtée, lance des aigus plus agressifs, comprend des notes d'inégales valeurs qui rend son chant plus nerveux, plus agité. La partie d'Erika est au contraire beaucoup plus lyrique et plus calme.
Barber écrit presque du théâtre chanté, et donne une partition style "sprechgesang" à ses chanteurs, mais en gardant une tonalité et en ménageant un accompagnement orchestral classique malgré quelques bruitages intelligemment distribués.
Il n'y a donc aucune difficulté à "entrer" dans l'oeuvre et elle distille peu à peu avec ces subtils changements de rythme musical et d'écarts de notes, une sourde angoisse malgré les moments légers.
Car l'invité qui arrive finalement au beau milieu de la soirée et en pleine tempête de neige, n'est pas celui que Vanessa attend depuis 20 ans mais son fils, du même prénom.
Le fil qui va du passé au présent ne cesse de s'enrouler, de se dérouler, tandis que les personnages se déchirent alors. Vanessa voudra avoir le fils pour remplacer le père, tandis qu'Erika se laissera séduire et engrosser pour finalement laisser sa tante vivre son bonheur (imaginé ou réel?) et s'enfermer à son tour dans le manoir où portes et fenêtres reprendront leur deuil sinistre.
La mise en scène de Keith Warner est une merveille d'intelligence et de beauté plastique, dans le strict respect des didascalies (qui sont très précises en l'occurrence puisque chaque scène est minutieusement décrite jusque dans les détails, les miroirs, l'escalier, le porte manteau, les fauteuils).
Le metteur en scène imagine faire voir au delà des immenses miroirs, la forêt, l'église, le lac, la neige, la tempête, les splendeurs du passé avec ses dîners de gala et ses bals etc), c'est très réussi et renforce le côté "charme suranné" de l'histoire et de la partition.
La direction d'acteurs est également excellente, au millimètre, sans la moindre fausse note ou le moindre écart vis à vis du livret. Et en phase avec la musique.

J'avais entendu le chef tchèque Jakub Hrůša dans le Rusalka (mise en scène Carsen) repris à l'ONP en avril 2015 sans être totalement convaincue même si j'avais noté la tension extrême qu'il donnait à l'orchestre, ce qui le conduisait parfois à couvrir les chanteurs (à Bastille, hélas, impossible de juger vraiment...).
En retransmission pour ce Vanessa, je l'ai trouvé excellent, valorisant vraiment l'oeuvre et en phase totale avec instrumentistes et chanteurs.
Un grand bonheur de ce point de vue.
C'est en effet l'Erika incandescente et pourtant si posée, de la mezzo-soprano (française) Virginie Verrez qui domine le plateau : sa voix est magnifique, timbre très riche et très colorée, douceur et force tout à la fois, ce n'est jamais crié même dans les parties les plus violentes (et elle en a), c'est parfaitement maîtrisé, elle est belle, elle est jeune, elle souffre et nous avec elle. Elle était Flora Bervoix dans la Traviata à Paris en Février dernier et je crois que nous en avions parlé...(elle sera à nouveau à Paris dans ce rôle en septembre-octobre puis en décembre).
Emma Bell (Vanessa) campe un personnage fantasque à la partition plus difficile à négocier puisqu'elle exprime musicalement ses sautes d'humeur. Excellente Elisabeth à l'opéra de Berlin pour la dernière fois que je l'ai vue, j'étais ravie de la retrouver dans un rôle attachant de femme mûre qui retrouve ses élans de jeunesse sans même s'apercevoir des souffrances de sa nièce. Quelle chanteuse et quelle actrice elle aussi, la rencontre entre les deux femmes est juste et leur relation complexe est magnifiquement bien rendue.
La troisième femme, témoin du passé et du présent, la vieille baronne, est également dignement incarnée par Rosalind Plowright avec jusque ce qu'il faut de vieillesse dans la voix et de fierté dans le port pour compléter le tableau de ce gynécée étouffant. Le vieux docteur (qui a quelques scènes comiques dont celle où il est ivre, ou celle où il apprend danser à Anatol), c'est Donnie Ray Albert, lui aussi juste ce qu'il faut de pique-assiette, de mémoire de l'histoire (et des petites histoires) de la famille, de bon vivant qui ne voit pas ce qui se passe autour de lui. Excellent.
Mes réserves iront à Edgaras Montvidas mais ce n'est pas nouveau en ce qui me concerne. C'est un ténor qui a des qualités (notamment dans le jeu), qui est capable de très beaux morceaux tant que les aigus ne sont pas sollicités et qu'il n'a pas de grands écarts de notes à produire. Dans le cas contraire, la justesse est très approximative et la voix se fait légèrement crécelle dans les aigus. Il n'a pas tout à fait la musique des mots en anglais non plus. Bon, pas grave, il passe bien quand même la plupart du temps.

Il ne reste plus qu'à souhaiter que cet opéra soit plus souvent donné dans les grandes salles de notre capitale où il reste inconnu.
Il ne m'a pourtant pas paru difficile à distribuer... et la production de Glyndebourne trouverait parfaitement sa place à Favart ou à Garnier. :wink:

Galeries de photos par ce lien
https://www.glyndebourne.com/discover/w ... ival-2018/
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1988
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par Lucas » 04 sept. 2018, 13:24

JdeB a écrit :
16 août 2018, 07:52
J'ai vu Vanessa à Monte-Carlo en février 2002 avec Kiri Te Kanawa et la créatrice Rosalind Elias; oui, c'est à l'évidence un opéra qui mériterait d'être plus souvent donné.
Kiri, en 2002, dans Vanessa, c'était comment? Car c'est un rôle de spinto créé par Eleanor Steber quand le format vocal de Te Kanawa est lyrique.

Malheureusement, je l'ai entendue un peu tard en 1997 au TCE et la voix avait perdu l'essentiel de ses harmoniques. Mais peut-être a-t-elle connu un été indien. Et puis je l'aime tant ...

Bon sinon, je suis sûr que tu l'as entendu plein de fois y compris quand la voix était encore glorieuse, c'est à dire avant 1995, quand moi jamais (snif ...)
HELENE ADAM a écrit :
29 août 2018, 21:23
Il ne reste plus qu'à souhaiter que cet opéra soit plus souvent donné dans les grandes salles de notre capitale où il reste inconnu.
Il ne m'a pourtant pas paru difficile à distribuer... et la production de Glyndebourne trouverait parfaitement sa place à Favart ou à Garnier. :wink:
Le plus bel opéra sur le temps qui passe avec le Rosenkavalier. Production de Glyndebourne que je me suis procurée. Magnifique, en effet.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19597
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par JdeB » 05 sept. 2018, 07:27

Lucas a écrit :
04 sept. 2018, 13:24
JdeB a écrit :
16 août 2018, 07:52
J'ai vu Vanessa à Monte-Carlo en février 2002 avec Kiri Te Kanawa et la créatrice Rosalind Elias; oui, c'est à l'évidence un opéra qui mériterait d'être plus souvent donné.
Kiri, en 2002, dans Vanessa, c'était comment? Car c'est un rôle de spinto créé par Eleanor Steber quand le format vocal de Te Kanawa est lyrique.

Malheureusement, je l'ai entendue un peu tard en 1997 au TCE et la voix avait perdu l'essentiel de ses harmoniques. Mais peut-être a-t-elle connu un été indien. Et puis je l'aime tant ...

Bon sinon, je suis sûr que tu l'as entendu plein de fois y compris quand la voix était encore glorieuse, c'est à dire avant 1995, quand moi jamais (snif ...)
et bien tu te trompes, j'ai vu toutes les apparitions de Kiri en France, Suisse et Monte-Carlo à partir du 11 décembre 1995 (récital au TCE), donc après la date fatidique (selon toi)
Elle m'a semblé très bien en Vanessa, loin de son zénith vocal sans doute mais très fine interprète, très investie,très classe, très émouvante, d'une grande subtilité et encore fort belle aussi dans la bonbonnière de la salle Garnier mais à l'époque je découvrais complétement ce fort bel opéra. J'avais pu lui faire dédicacer son livre ce soir -là...

En 1995 je n'avais que 22/23 ans (je suis né le 4 juin 1972) et je ne me suis installé à Paris qu'en août 1997. (Mais j'y venais une fois par mois depuis 1995 pour les spectacles, la première fois en 1989)

Je crois que tu as trop tendance à imaginer que les piliers d'ODB ont vu et voient mille fois choses plus passionnantes que toi et ça te fait du mal, non ?

j'ai posté dans la rubrique Vous ma chronologie de spectateur pour assouvir ta curiosité
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 562
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par sopranolove » 05 sept. 2018, 08:45

Vous avez raison ! Vanessa est un superbe opéra et j'ai eu la chance de le voir deux fois à Metz, la première fois avec Lisa Houben qui avait bien le profil du rôle (elle chantait entre autres Fidelio, Elisabeth de Valois...) et a terminé je crois (car je ne pense plus avoir vu son nom dans les programmes) en Lady Macbeth...
Vanessa a la chance (ce qui est rare pour les opéras du XXe siècle) d'avoir un très bel air que j'ai entendu par Renée Fleming dans I want magic, son beau récital d'airs d'opéras américains... Un récital vraiment remarquable que je vous recommande chaleureusement !
Une autre très grande soprano, si je ne me trompe, l'a chanté : Sena Jurinac. Cet opéra est idéal pour des chanteuses arrivant au soir de leur carrière, une sorte de rôle cadeau, sans difficultés monstrueuses et cet air...Bon, il y a le problème d'Erika qui peut voler la vedette à Vanessa... Est-ce pour cela (en tout cas les mauvaises langues le disent) que Maria Callas a refusé quand on le lui a proposé ? On le lui avait proposé, et elle a refusé ! Comme elle a dit non à ceux qui lui proposait Magda Sorel dans le Consul !
Quel dommage aussi qu'on ne l'a pas proposé à Felicity Lott (ainsi qu'Alice Ford où son sens de l'humour aurit fait merveille)...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19597
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par JdeB » 05 sept. 2018, 10:59

oui, c'est Metz qui a assuré la création française de Vanessa en octobre 2000 !
je ne crois pas que cet opéra ait jamais été donné à Paris...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10722
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par HELENE ADAM » 05 sept. 2018, 13:27

JdeB a écrit :
05 sept. 2018, 10:59
oui, c'est Metz qui a assuré la création française de Vanessa en octobre 2000 !
je ne crois pas que cet opéra ait jamais été donné à Paris...
Tout est dans mon CR :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19597
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Barber - Vanessa - Hrusa/Warner - Glyndebourne - 08/2018

Message par JdeB » 05 sept. 2018, 13:49

HELENE ADAM a écrit :
05 sept. 2018, 13:27
JdeB a écrit :
05 sept. 2018, 10:59
oui, c'est Metz qui a assuré la création française de Vanessa en octobre 2000 !
je ne crois pas que cet opéra ait jamais été donné à Paris...
Tout est dans mon CR :wink:
Ah mais tu crois qu'on les lit ? :mrgreen: :eyes: :Jumpy:
Moi il y a très longtemps que j'ai perdu cette illusion, je ne ponds que contre une invitation sinon cela me paraîtrait incongru :D
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 106 invités