Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Représentations
Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1564
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par Hiero von Stierkopf » 20 juin 2018, 21:48

Je partage ton ressenti.
Outstanding Anita et pitoyable Alvarez.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10664
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par HELENE ADAM » 20 juin 2018, 22:53

Chapeau bas à Anita qui m'a arraché des larmes, et fait vivre une touchante Azucena, malheureuse et pathétique, hantée par les souvenirs de ses sinistres malheurs, comme personne avant elle. Elle en fait presque le personnage principal de l'opéra.
Pour les autres, je ne suis pas si sévère que Hiero et Paul. Mais j'y reviendrai plus tard dans les détails.
Alvarez chante "son" di quella pira personnel (le quart de l'air à peu près...) comme l'an dernier (se reporter au fil).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3465
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par micaela » 20 juin 2018, 22:59

Il y a deux ans (avec Netrebko) il avait fait une Pira écourtée, si je me souviens bien.
Faire de Azucena le personnage principal de l'opéra était paraît-il la première idée de Verdi (avec comme titre La Gitane).
Ce n'est pas une sorcière (ça, c'est l'idée que s'en font Ferrando et sans doute Luna).
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1564
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par Hiero von Stierkopf » 20 juin 2018, 23:21

J'ai été consterné par l'accueil que le public a réservé à Alvarez, d'ailleurs très fier de lui aux saluts comme s'il s'agissait de la star de ce Trouvère à trous.

Je ne supporte plus de le voir crier en levant les mains vers le ciel. J'ai trouvé que sa présence était nuisible presque toute la soirée, en particulier dans les duos avec Anita et Radva.
Evidemment la Pira. Je ne fais personnellement aucune fixette dessus mais elle est constitutive du rôle de Manrico. Ce n'est pas un truc qu'on peut expédier lamentablement, sinon on ne chante pas Trovatore.

Je ne découvrais pas ce soir la superbe Azucena de Anita Rachvelishvili mais je rejoins Paul sur ce point, elle sauve une soirée que je vais m'efforcer d'oublier très vite.

Pas de reprises des cabalettes, il me semble bien que c'était déjà le cas à la création de cette production.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10664
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par HELENE ADAM » 21 juin 2018, 07:31

Retour sur la Première d'Il Trovatore - 20 juin 2018 -

Chapeau bas à Anita Rachvelishvili qui m'a arraché des larmes, et fait vivre une touchante Azucena, malheureuse et pathétique, hantée par les souvenirs de ses sinistres malheurs, comme personne avant elle. Elle en fait presque le personnage principal de l'opéra, sans doute parce que les autres "incarnent" moins leurs personnages (c'est, je trouve, l'une des petites faiblesses de Radvanovsky, quant à Lucic, il a tendance à incarner toujours le même personnage de Carlo Gérard à Luna en passant par Rigoletto). Anita confirme qu'elle est décidément une phénoménale artiste qui a tout pour elle et... qui ne cesse de progresser.Notes filées, crescendo, decrescendo, fortissimo suivi d'un pianissimo, vocalises, art du legato, tout y est et pourtant elle ne donne jamais l'impression de faire du "beau chant" pour "faire du beau chant" ou montrer sa technique. Elle est manifestement concentrée sur son personnage et l'interprétation qu'elle en donne. Quand elle chante, allongée sur le sol, en mezza voce, lors du dernier duo avec Manrico, on regrette les interventions du fiston (sans classe et en voix presque criée) qui gâchent un peu la beauté du moment...la scène où elle se remémore la mort de sa mère brûlée vive est tout simplement fantastique tant on voit littéralement la scène d'horreur se dérouler au travers du récit halluciné de la mezzo. Rarement vu cela et c'est là que l'on mesure ce qu'est un-e vrai-e grand-e chanteur-euse.

Sondra Radvanovsky est moins convaincante, déjà parce qu'on croit moins à son personnage de jeune fille qui ose cet amour interdit et qui se sacrifie à l'issue de l'opéra. La voix m'a semblé plus métallique que d'habitude encore (le micro ? :mrgreen: ), souvent sur le fil (avec un vibrato) et pas toujours maitrisée notamment dans certaines vocalises. Mais il reste ses formidables vocalises et trilles, ses accélérations et longs crescendo, et ses aigus (presque) parfaits, le caractère à la fois dramatique et souple de sa voix qui lui permet de négocier pas mal de difficultés. Moins beau que Anna Netrebko il y a deux ans, moins complet et beaucoup moins émouvant qu'Anja Harteros à Munich dans la mise en scène de Py, qui reste ma Leonora de référence.

Zeljko Lucic a une belle technique verdienne, trilles comprises, mais sa voix est globalement terne et son jeu vraiment trop stéréotypé. Il ne semble jamais se lâcher et colore très peu son chant. On regrette nettement la haute silhouette de Ludovic Tézier qui avait campé un Luna beaucoup plus charismatique et autrement doué en chant verdien, avec Anna Netrebko dans ces mêmes lieux.

Marcelo Alvarez manque vraiment d'élégance et de classe dans son chant. C'est très débraillé, laissé aller, limite vulgaire. Il a beaucoup maigri et sa voix est redevenue plus ronde avec un timbre qui rappelle ce qu'il fut il y a quelques années. Comme il n'a jamais été un bon acteur, cela ne s'est guère arrangé (gestes saccadés et stéréotypés, aucune crédibilité dans ses relations avec une Sondra Radvanosky souvent elle-même très raide et ne semblant jamais amoureuse de ce soldat gesticulant). Alvarez chante "son" di quella pira personnel (le quart de l'air à peu près...) comme l'an dernier (se reporter au fil). Il ne fait aucune reprise et balance un premier aigu qui ne m'a semblé n'atteindre que le "la" (de la partition), très rapidement pour s'en débarrasser sans tenir la note, ensuite on ne l'entend plus tandis que le choeur reprend l'air, et enfin, il rebalance un aigu (un autre "la" ou un "si" peut-être... pas sûr, j'étais estomaquée de l'audace qu'il faut pour "shunter" un air aussi célèbre un soir de Première à Bastille). Sa voix est en général beaucoup plus belle qu'il y a deux ans malgré tout...mais bon... :cry:

Très agréable Ferrando de la basse Mika Kares,(ce qui donne un très beau début d'acte 1), jolie suivante Inès de Élodie Hache (beau timbre et voix qui porte bien). Beau Ruiz également de Yu Shao dont le timbre et le style sont beaucoup plus séduisants que ceux de Manrico...


Choeurs et orchestre OK (ouverture un peu ratée ceci dit). Chef sans relief mais sans drame.

On s'habitue à la mise en scène d'un esthétisme un peu mystérieux (quoi qu'agaçant à la longue), qui donne de grands moments, éclairage, miroir de fond de scène où l'on voit le reflet du chef et labyrinthe des blocs évoquant le mémorial de la Shoah comme ces cimetières de soldats inconnus des grandes guerres, tout cela m'a parfois convaincue et parfois lassée par son caractère répétitif.
Soirée mitigée pour moi sans plus, j'aime beaucoup cet opéra musicalement et s'il n'était pas parfaitement servi par quatre chanteurs exceptionnels comme il doit l'être, j'ai quand même vu pire (et aussi beaucoup mieux d'ailleurs...).
Belle ovation du public y compris pour Alvarez... (AR et SR gagnantes à l'applaudimètre quand même).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
zigfrid
Baryton
Baryton
Messages : 1286
Enregistré le : 14 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par zigfrid » 21 juin 2018, 07:42

Hiero von Stierkopf a écrit :
20 juin 2018, 23:21
J'ai été consterné par l'accueil que le public a réservé à Alvarez, .
fais attention on va dire que tu qualifies le public d'ignare!
j'y vais lundi (pour Alagna) et le samedi d'après (pour Raschvel)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10664
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par HELENE ADAM » 21 juin 2018, 08:05

Hiero von Stierkopf a écrit :
20 juin 2018, 23:21
J'ai été consterné par l'accueil que le public a réservé à Alvarez, .
L'accueil n'était pas si chaleureux que cela et des rangées entières (notamment autour de moi) ne l'ont quasiment pas applaudi aux saluts. J'ai rarement vu un "Di quella Pira" accueilli aussi fraichement (minimum syndical de la part du public). Un peu comme le "celeste Aida" d'Antonenko dans ces mêmes lieux. Ce sont des airs qui sont toujours beaucoup applaudis en principe....là c'était assez froid.
Il pourrait très bien se faire huer lors d'une prochaine séance s'il ne fait pas un effort pour faire son air en entier, contre-ut ou à la limite si compris (même si ce n'est pas dans la partition) car c'est quand même ce qu'attend le public en général...

NB : beaucoup de places libres ce qui permet pour une place de catégorie 7 au parterre de se replacer en catégorie 1 sans problème.... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12637
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 21 juin 2018, 08:23

HELENE ADAM a écrit :
21 juin 2018, 07:31

Chapeau bas à Anita Rachvelishviliqui m'a arraché des larmes
Et qui n'est pas Riquiqui !
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7090
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par MariaStuarda » 21 juin 2018, 08:46

PlacidoCarrerotti a écrit :
21 juin 2018, 08:23
HELENE ADAM a écrit :
21 juin 2018, 07:31

Chapeau bas à Anita Rachvelishviliqui m'a arraché des larmes
Et qui n'est pas Riquiqui !
:lol:
Comme si son nom n’était pas déjà assez compliqué à prononcer comme ça !

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3465
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Verdi - Il Trovatore - Benini/Ollé - ONP - 06-07/2018

Message par micaela » 21 juin 2018, 08:49

Et aussi à écrire...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 88 invités