Verdi - Requiem - Orchestre de la Scala - Chailly - Philharmonie de Paris - 7/06/2018

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10449
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Requiem - Orchestre de la Scala - Chailly - Philharmonie de Paris - 7/06/2018

Message par HELENE ADAM » 08 juin 2018, 10:27

jerome a écrit :
08 juin 2018, 10:17
HELENE ADAM a écrit :
08 juin 2018, 06:45
Quant à Barbera, que j'aime énormément dans le bel canto, il s'égare totalement dans Verdi pour lequel il n'a aucune des qualités vocales. Le Requiem (comme d'autres rôles verdiens dramatiques d'Otello à Alvaro) ne requiert pas d'abord un "beau timbre ensoleillé" mais d'abord une voix profonde et tragique qui domine un orchestre parfois torrentiel et des choeurs massifs. La plupart du temps on le devinait plutôt qu'on l'entendait, petite voix beaucoup trop légère pour cette partition. Son Ingemisco était lyrique au lieu d'être dramatique, et même si, là, on l'entendait au moins dans la première partie où l'orchestre se fait très doux, aucune émotion ne "passait". Il ne se risque pas au crescendo attendu sur les dernières mesures et l'orchestre l'étouffe littéralement et impitoyablement sur ce qui doit être l'une des grandes émotions de ce requiem...
Alors ça, c'est profondément discutable car Pavarotti, qui reste à ce jour la grande référence dans cette oeuvre, avait justement un timbre magnifique et solaire mais il y avait dans son interprétation tout ce que nécessitait sa partie. Une voix solaire n'est pas un problème dans ce Requiem; ce qui compte c'est ce que l'artiste en fait. En revanche il faut que cette voix soit assez large pour s'imposer face aux effectifs choraux et orchestraux. Je ne suis pas spécialement étonné que Barbera, chanteur formidable au demeurant, ait paru sous-dimensionné car il faut bien le rappeler, il n'a pas la moitié des moyens vocaux d'un Pavarotti.
Quant à l'Ingemisco, on peut le faire lyrique et rester très émouvant. On n'y attend pas un Otello. :wink:
OK avec l'essentiel de ce que tu dis (et corrige donc...). Je notais une question de priorité dans les qualités verdiennes pour le Requiem : pas d'abord "un timbre ensoleillé" (parce que c'est l'argument bateau qui me fatigue et qui est sans cesse invoqué pour justifier les glissements des ténors du bel canto vers Verdi alors que pour moi, ça ne colle pas, même ici - même sans aller jusqu'à Alvaro ou Otello :wink: ). D'abord une voix capable d'exprimer le tragique et le drame (et notamment dans l'Ingemisco), pas de faire penser à un numéro d'exercice lyrique pour ténor Italien....
Evidemment Pavarotti alliait les deux avantages mais bon, c'est aussi ce qui fait son caractère exceptionnel et assez peu reproductible... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8393
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Verdi - Requiem - Orchestre de la Scala - Chailly - Philharmonie de Paris - 7/06/2018

Message par jerome » 08 juin 2018, 10:30

Oui ça je suis d'accord! Il faut qu'il y ait ces quelques secondes de silence une fois l'orchestre éteint. Je me souviens de la diffusion à la télé du Requiem dans la version Abbado 3 (avec Alagna et Gheorghiu). Abbado était malade à un point tel que tout le monde le croyait en phase terminale et dans cette version absolument magnifique mais sépulcrale on entendait certes le Requiem de Verdi mais aussi le Requiem pour Abbado dirigé par le mourant lui-même. Et lorsque la voix de Gheorghiu s'est éteinte suivie de l'orchestre, un silence incroyable, une émotion exceptionnelle et presque une gêne du public à lancer les premiers applaudissements qui sont venus tout de même et ont gonflé en ovation, ça c'est une réaction à la hauteur de l'oeuvre.

RV
Alto
Alto
Messages : 312
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Verdi - Requiem - Orchestre de la Scala - Chailly - Philharmonie de Paris - 7/06/2018

Message par RV » 08 juin 2018, 10:43

Mon très humble avis se rapproche de ce qui a été écrit plus haut. J'ai trouvé l'orchestre et les choeurs admirables de par leur cohésion, leur ardeur et j'oserai même écrire leur ferveur. Merci à Riccardo Chailly. Les solistes? Lorsqu'ils sont entrés sur scène, je me suis dit "Ils auraient pu annoncer le remplacement de Barbera par Vargas tant le premier ressemble au second avec quelques décennies de moins. Vocalement c'était correct mais sous dimensionné comme le mentionne Jérôme. Tamara Wilson dont la venue était annoncée par des fanfares m'a déçu. Aucun problème de projection et des aigus faciles mais un timbre qui n'est pas des plus gracieux. Par ailleurs c'est la première soprano ventriloque qu'il m'a été donné de croiser. J'étais au rang B à deux mètres de la chanteuse et à plusieurs reprises j'entendais une voix de soprano sans voir Tamara Wilson chanter. Elle a une façon de chanter de courts passages lèvres immobiles, bouche à peine entrouverte que je n'ai jamais vu jusqu'à hier soir. J'ai trouvé Ferrucio Furlanetto souvent émouvant comme dans son "Mors stupebit..;" du début du Requiem mais vers la fin il lui est arrivé de chanter carrément faux. Enfin chez les chanteurs Ekaterina Gubanova m'a semblé être celle qui s'en est le mieux tiré au sein du quatuor qu'elle a dominé. Pour terminer, carton rouge au public qui a applaudi bien avant que Riccardo Chailly ait abaissé sa baguette. Quant au crétin qui a hurle "brava"...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 63 invités