Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Représentations
Avatar du membre
Remigio2
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 183
Enregistré le : 28 mai 2005, 23:00
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par Remigio2 » 15 mai 2018, 19:00

PlacidoCarrerotti a écrit :
15 mai 2018, 15:57
C'était la seule fois où Bernheim était en interaction avec sa partenaire... ;-)
Je les ai bien trouvé en interaction quand elle lui a refilé la bague de mariage du signore Mariotti, bague dont il se murmure que la belle n'a plus trop l'utilité depuis quelques temps. Mais tout celâââ ne nous regâârde pâââs comme diraient les Inconnus :censored2:

R.
"Qu'on parle de vous, c'est affreux. Mais il y a pire : c'est qu'on n'en parle pas !" Oscar Wilde

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 719
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par fomalhaut » 15 mai 2018, 19:03

Remigio2 a écrit :
15 mai 2018, 19:00
PlacidoCarrerotti a écrit :
15 mai 2018, 15:57
C'était la seule fois où Bernheim était en interaction avec sa partenaire... ;-)
Je les ai bien trouvé en interaction quand elle lui a refilé la bague de mariage du signore Mariotti, bague dont il se murmure que la belle n'a plus trop l'utilité depuis quelques temps. Mais tout celâââ ne nous regâârde pâââs comme diraient les Inconnus :censored2:

R.
Un scoop ?

fomalhaut

Avatar du membre
FROJG2015
Messages : 43
Enregistré le : 23 avr. 2015, 13:51

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par FROJG2015 » 15 mai 2018, 19:13

J’hésite toujours à livrer mes impressions de concert bien simplettes après vos analyses fouillées, vos références à tout ce que vous avez déjà entendu ou vos déductions sur le futur de telle ou telle voix, à partir de détails que je n’ai mëme pas remarqués. Je lis donc toujours vos compte-rendus avec délectation, voir même une pointe d’envie.
Mais Placido demandant d’autres avis, je vous inflige donc mon maigre argumentaire:
J’y allais pour Bernheim et ai trouvé qu’il y avait un déséquilibre entre les deux protagonistes en termes de nombre d’interventions. En exagérant un petit peu, cela ressemblait presque à un récital Olga Peretyatko avec l’aimable participation de B. Bernheim.
Je ne me souvenais pas d’avoir déjà entendu cette chanteuse mais pour moi, elle m’a semblé bien mieux dans la seconde partie que dans la première. J’ai beaucoup aimé son émotion et ses piani de la Traviata.
Le manque d’alchimie entre les deux chanteurs ne m’a pas frappée, et le bis était de ce point de vue particilièrement réussi.
Bernheim ne m’a pas déçue, je continue d’être admirative de ses nuances, de son légato, de ses respirations au bon moment et de sa remarquable diction ( de ce point de vue, il y aurait à redire chez la soprano), sans parler de son timbre qui me flatte les tympans pour mon plus grand plaisir.
Grigolo ne m’a pas particulièrement manqué quand il s’est attaqué au répertoire familier du divo italien et moi qui ne voulais plus écouter Werther par un autre que « qui vous savez », j’ai trouvé qu’il n’avait vraiment pas à rougir de son Werther.
A noter aussi que j’ai trouvé le chef (G. Bisanti) particulièrement inspiré et complice, et qu’il est pour beaucoup pour l’ambiance chaleureuse qui régnait sur le plateau.
Bref, une très belle soirée musicale pour moi et comme beaucoup d’entre vous, je continuerai de suivre ce ténor avec le plus vif intérêt

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10154
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par HELENE ADAM » 15 mai 2018, 19:44

FROJG2015 a écrit :
15 mai 2018, 19:13
et moi qui ne voulais plus écouter Werther par un autre que « qui vous savez », j’ai trouvé qu’il n’avait vraiment pas à rougir de son Werther.
A noter aussi que j’ai trouvé le chef (G. Bisanti) particulièrement inspiré et complice, et qu’il est pour beaucoup pour l’ambiance chaleureuse qui régnait sur le plateau.
Bref, une très belle soirée musicale pour moi et comme beaucoup d’entre vous, je continuerai de suivre ce ténor avec le plus vif intérêt
Son Werther était ce qu'il a fait de plus beau hier soir dans l'ensemble de sa prestation AMHA mais je l'ai entendu le chanter beaucoup mieux que cela avec davantage de nuances dans le phrasé et des changements de couleurs plus fréquents. Autrement dit, ce n'était pas son meilleur Werther comme s'il avait décidé de donner surtout de la voix peut-être pour vaincre l'acoustique de la PP qui n'est pas tendre pour les voix solistes. A l'Elephant Paname l'an dernier, il avait donné ce Werther (d'un très haut niveau, comme je les aime aussi) et le récit de Graal de Lohengrin et il m'a semblé que ce répertoire lui convenait bien mieux que les Roméo et autre Nemorino. Tout comme le Lied qu'il maitrise très bien ou ce Rodolfo magistral à la Bastille. Oui nous allons continuer à suivre ce ténor de très près :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 15 mai 2018, 19:48

Remigio2 a écrit :
15 mai 2018, 19:00
PlacidoCarrerotti a écrit :
15 mai 2018, 15:57
C'était la seule fois où Bernheim était en interaction avec sa partenaire... ;-)
Je les ai bien trouvé en interaction quand elle lui a refilé la bague de mariage du signore Mariotti, bague dont il se murmure que la belle n'a plus trop l'utilité depuis quelques temps. Mais tout celâââ ne nous regâârde pâââs comme diraient les Inconnus :censored2:

R.
Ah, ah. J'ai pensé la même chose :lol:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 15 mai 2018, 19:49

Est-ce que le concert était enregistré ?
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Il prezzo
Alto
Alto
Messages : 346
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par Il prezzo » 16 mai 2018, 12:02

D'autres impressions : mon épouse (moins lyricomaniaque que moi) a adoré Bernheim, et été gênée par certains passages du registre de Peretyatko, que je comprends comme son registre medium, puisqu'on ne peut nier que ses aigus, eux, se sont bien affermi depuis ses débuts, et sont assez enthousiasmants. Mais je me trompe peut-être, puisque certains ont souligné ici que son médium était très bon :D

Je ne commenterai pas beaucoup plus la prestation de la (très belle) chanteuse russe, qui m'a fait assez peu vibrer : certainement pas dans Norma, et pas plus dans les acrobaties de sa Villanelle, dont il nous a fallu 3mn avant de réaliser que c'était du français (seul le mot "jasmin" fut intelligible !). Elle fut cependant très touchante dans Traviata, et surtout possède et interprète magnifiquement Gilda, que nous avions déjà entendue, identification réussie à un rôle, comme pour beaucoup de ses consœurs, qui leur permet de transcender l’interprétation puisqu’elles en connaissent le moindre détail et la moindre indication de partition.

Bernheim au contraire m'a (nous) a littéralement transporté(s), et nous ne saisissons pas bien les réserves lues plus haut sur son manque d'implication, son approche soi-disant dilettante des personnages qu'il avait choisi d'évoquer. Sa décontraction, et ses "jeux" d'entrée en scène (gamineries -anti-stress ?- échangées avec Peretyatko d’ailleurs) ne l'empêchaient nullement ensuite, après une brève concentration échangée avec le chef, d'incarner magnifiquement Roméo (ah, ce Lève-toi soleil, bien loin de la nasalité de Kraus -remarque sacrilège, je sais...), Nemorino (sans rivaliser avec Pavarotti ou Grigolo, bien sûr), et surtout Werther (là, en soutenant AMHA tout à fait la comparaison avec un ténor célèbre que je ne nommerai pas afin de ne pas me faire lapider ici). Nous aimons à la fois sa personnalité attachante, et son timbre singulier, élégant, clair et puissant, et sa très bonne diction. Et franchement, dans les duos de cette soirée, le déséquilibre en sa faveur nous a semblé patent, tant sa projection est supérieure à celle de Peretyatko (et son jeu, pas plus cabotin dans le duo de l’Elisir qu’Alagna sur cette même scène il y a quelque temps). Cette soirée m’a fait amèrement regretter de ne pas être allé écouter la 2e distribution de Bohème à Bastille :(

Concert généreux, comme ça a été souligné, complété d’un réel plaisir à l’exécution de ces si brillantes ouvertures donizettiennes.

Erratum: après verif, le duo d'Alagna (Elisir) était avec Kurzak au TCE l'an dernier... Confondu avec le récital qu'il donna avec la mezzo Zhytynska à la Philharmonie en 2015. On s'y perd...😉

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 773
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par Oylandoy » 17 mai 2018, 10:47

En ce lundi soir de météo maussade, la Philharmonie proposait dans la grande salle Pierre Boulez (remplie aux ¾, les places derrière l’orchestre ayant été boudées, fort justement) une avalanche d’airs célébrissimes.
A tout seigneur tout honneur, la soirée commence par Casta Diva, les premières mesures arrachant des oh ! et des ah ! à certains spectateurs. Olga Peretyatko s’attaque d’entrée à un des airs les plus connus de tout le répertoire : c’est correctement interprété, mais il manque la flamme indispensable, succès d’estime.
Nous poursuivons avec Ah ! Lève-toi, soleil, par Benjamin Bernheim, et, bis repetita, l’enthousiasme fait défaut, applaudissements nourris, car la voix est belle, puissante, large et agréable mais l’engagement est insuffisant.
Entre-temps, l’Orchestre de Chambre de Paris, dirigé par Gianpaolo Bisanti et son (sa ?) premier(e ?) violon (e ?) Deborah Nemtanu (au passage, félicitations au premier cor pour son superbe solo), a interprété la Sinfonia de I Capuleti e I Montecchi avec dynamisme, mais l’énergie transmise par le chef s’accompagne d’une certaine lourdeur, se rapprochant d’une fanfare militaire.
Toute la première partie va rester sur ce ton-là, très agréable certes mais un peu terne, et le duo d’amour extrait de Lucia di Lammermoor manque d’énergie.
Après l’entracte, Verdi remplaçant Bellini, Gounod et Donizetti, l’ambiance se réchauffe et avec Quando le serre al placido, B.Bernheim déclenche des applaudissements nourris et des bravi mérités. Le duo Parigi, o cara, après un très émouvant Addio del passato, est accompagné d’une sympathique mise en espace et déclenche des ovations.
L’intermezzo de Cavalleria Rusticana montre alors que G. Bisanti est plus proche du répertoire vériste que du bel canto.
L’extrait de Rigoletto Ella mi fu rapita montre un B. Bernheim enfin clairement engagé. Le duo qui suit enthousiasme également.
Triomphe aux saluts. Un premier bis est proposé : Villanelle d’Eva Dell’Acqua qui permet à O. Peretyatko de montrer puissance, nuances, agilité et suraigus. Splendide !
Deuxième bis : Pourquoi me réveiller, avec cette fois la fougue nécessaire et l’ovation sera au rendez-vous, et enfin, pour conclure cette très belle soirée, un extrait de l’Elisir d’amore, Caro elisir sei mio, puis Esulti pur la barbara, intelligemment mis en scène de façon amusante (le jeu avec la trompette, puis celui avec la bouteille de vin, excellents !), qui ravit le public, et auquel participe le chef hilare.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 773
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par Oylandoy » 17 mai 2018, 10:50

Je n'ai pas de conseils à donner à B. Bernheim, mais je ne crois pas qu'il lui faille s'inspirer de glorieux anciens, ni Bergonzi, trop maniéré, ni Pavarotti, pas toujours très nuancé, ni Kraus, à la nasalité chevrotante.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital Olga Peretyatko & Benjamin Bernheim - Bisanti - Philharmonie de Paris - 14/05/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 17 mai 2018, 10:51

Oylandoy a écrit :
17 mai 2018, 10:50
Je n'ai pas de conseils à donner à B. Bernheim, mais je ne crois pas qu'il lui faille s'inspirer de glorieux anciens, ni Bergonzi, trop maniéré, ni Pavarotti, pas toujours très nuancé, ni Kraus, à la nasalité chevrotante.
En suivant ces conseils, il va rapidement vendre autant de disques que les trois réunis.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 61 invités