Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 703
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par perrine » 10 mai 2018, 10:38

FANDO ET LIS
Benoît Menut
Opéra en trois actes
Distribution
LIVRET DE KRISTIAN FRÉDRIC
D’APRÈS FANDO ET LIS DE FERNANDO ARRABAL
CRÉATION MONDIALE

DIRECTION MUSICALE DANIEL KAWKA
MISE EN SCÈNE KRISTIAN FRÉDRIC
DÉCORS FABIEN TEIGNÉ
COSTUMES MARILÈNE BASTIEN
LUMIÈRES NICOLAS DESCOTEAUX

FANDO MATHIAS VIDAL
LIS MAYA VILLANUEVA
MITARO PIERRE-YVES PRUVOT
NAMUR NICOLAS CERTENAIS
TOSO MARK VAN ARSDALE

ORCHESTRE SYMPHONIQUE SAINT-ÉTIENNE LOIRE
CHOEUR LYRIQUE SAINT-ÉTIENNE LOIRE

COMMANDE ET PRODUCTION INÉDITE
OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE

DÉCORS ET COSTUMES RÉALISÉS PAR LES ATELIERS DE L’OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE


Opéra de Saint Etienne, vendredi 4 mai 2018

Dès son arrivée à la tête de l’Opéra de Saint Etienne en juin 2014, Eric Blanc de la Naulte avait la ferme intention de créer un opéra contemporain, si possible tous les deux ans.
C’est au gré de rencontres, d’idées folles, de chemins artistiques qui se dessinent, se croisent, s’entrecroisent que ce projet a vu le jour. Suite à la création de Quai Ouest à l’opéra National du Rhin en 2014, le metteur en scène Kristian Frédric, qui fut également librettiste pour cette occasion, partagea avec Eric Blanc de la Naulte l’idée de la création d’un opéra issu de la pièce d’Arrabal « Fando et Lis ».
L’idée peut paraître saugrenue pour un opéra de province (petit budget, public pas forcément habitué), mais la volonté du directeur de repousser toutes ces barrières et de travailler sur l’identité de la maison a permis d’ajouter cette nouvelle œuvre au répertoire mondial.

A la recherche de Tar, ville inaccessible, lieu rêvé, idéal perdu, en quête d’une vie meilleure, lui (Fando) entre naïveté et cruauté, elle (Lis) paralysée mais lucide sur la situation. Lui la baladant dans une poussette avec un tambour comme divertissement. Leurs pas les ramènent toujours au même endroit, indispensables l’un à l’autre même si la fin sera dramatique.
En chemin, trois personnages. Mi absurdes, mi réalistes incarnant la sagesse et la constance, la dualité ou le conflit, retardés par des querelles interminables.

Image

En collaboration avec Kristian Frédric qui en plus de signer la mise en scène a écrit le livret, le jeune compositeur Benoît Menut livre une partition dont le travail sur la prosodie est remarquable. A aucun moment, que ça ne soit pour les solistes ou pour le chœur, il n’est besoin de se référer aux sous-titres.
Une profusion de sons électroacoustiques accompagne le spectateur dès son entrée dans la salle et le plonge dans l’esprit de la pièce : agitation, bruits chaotiques, corbeaux qui rôdent, s’enchaînant immédiatement avec le prologue à l’extinction des lumières. La partition orchestrale est très riche et reste écoutable et accessible au novice. Beaucoup de contrastes souvent amplifiés par les vents et les percussions, amènent parfois lueur et espoir ou replongent dans la dureté de la scène suivante.
Les parties vocales sont parfaitement adaptées aux voix des deux chanteurs principaux, qui avaient été identifiés dès le début du projet. Mathias Vidal, à la diction parfaite et à la ligne de chant claire et précise gagne en présence et en intensité tout au long de la représentation. Tantôt mature tantôt perdant pied sur la réalité de la situation, restant maître de toutes les intensités dramatiques à distiller dans le personnage, il porte cette ambivalence à bout de bras. Maya Villabuena en femme dépendante, aimée, maltraitée, lucide, violée est percutante, captant sans cesse l’attention, même lorsqu’elle reste muette face à l’exaspération de Fando ou sans réaction lors de son viol. La partition exploite dans les moindres recoins son emprunte vocale et son lyrisme.
Les parties attribuées au trio burlesque et surréaliste Mitaro, Namur, Toso font souvent penser à Schaunard, Marcello et Colline. Leurs interventions sont des moments de transition dans le déroulé du drame, des instants où l’on respire un peu avant de tomber à nouveau dans l’horreur. Chacun des trois interprètes correspondent aux personnages : Mark van Arsdale réaliste en Toso, Nicolas Certenais déconcertant en Namur et Pierre-Yves Pruvot rationnel en Mitaro.

Image

A la baguette, Daniel Kawka habitué aux répertoires contemporains, dirige un orchestre Symphonique Saint Etienne Loire dont on pourrait croire qu’il est lui aussi familier avec le répertoire inhabituel. Une aisance, une grande cohésion et une homogénéité sans failles ressortent de la fosse. Des couleurs en pagaille nous sautent aux oreilles, des nuances fines et un superbe travail de chaque pupitre nous offrent une écoute dynamique et investie.

Image

Enfin, la mise en scène de Kristian Frédric, initiateur artistique du projet, porte la noirceur de la pièce. L’ambiance de ville fantôme est pesante avec comme seuls habitants deux hommes corbeaux sans cesse présents, prêts à se mettre à table quand le drame se resserre sur Lis. Egalement des moments de jour sans fin angoissants comme quand Fando retrouve toujours cette même arrivée d’eau qu’il rajoute à son chariot-lit. Beaucoup, beaucoup d’idées foisonnent et mériteraient une nouvelle vision pour en capter encore plus de détails.
Les changements de décors sont assurés pendant les interludes musicaux avec une parfaite fluidité et le jeu de lumière (Nicolas Descoteaux) préparant le spectateur à la scène suivante est également bien réalisé.

Il se ressent tout au long de cette performance, un vrai travail d’équipe, une grande cohésion de toute la troupe de l’Opéra de Saint Etienne, des costumes (faits sur place) à la scène en passant par la fosse, sans oublier ce qu’il se passe en coulisses et qui est moins visible.

Le thème de l’œuvre n’était pas si facile à aborder, et le résultat est plus que cohérent et surprenant. Souhaitons une reprise de cet opéra, et une nouvelle création, une nouvelle idée artistique à ce petit opéra qui a tout d’un grand !

Perrine
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Iphigenie42
Messages : 49
Enregistré le : 16 janv. 2017, 10:30

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par Iphigenie42 » 13 mai 2018, 11:31

Je ne pouvais pas assister à la représentation (et n'étais pas très motivée non plus !) et j'ai donc donné mes billets à une collègue. Je n'ai pas eu ses impressions.
Mais une autre personne nous a dit avoir eu du mal avec la violence sur scène et qu'il avait vu des spectateurs partir.
Je ne sais pas comment vous avez perçu cela

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 703
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par perrine » 14 mai 2018, 09:10

Bonjour Iphigénie,

J'ai en effet vu deux personnes partir au parterre, mais quant à savoir pourquoi, je ne peux répondre à leur place (musique contemporaine, mise en scène, difficulté à aborder le thème de la pièce ?).
Je n'ai pas été particulièrement choquée par la violence sur scène. Pourtant je n'aime pas le ketchup.
Bien sûr, il y a des moments où l'on est mal à l'aise, mais c'est plus lié aux situations très psychologiques, et dans lesquelles on peut se projeter. Mais à aucun moment je n'ai trouvé que c'était gratuit (contrairement au récent Histoire du Soldat à Lyon, avec une scène particulièrement longue et intenable de torture). La scène de viol, avec toute l'horreur que cela représente, a été traitée de manière assez subtile. Il y a quelques moments un peu "too much" comme la scène finale avec l'autopsie. La mort de Lis peut aussi secouer, mais pareil, c'est dans le texte, et finalement, le fond de ce texte des années 50 est encore tellement d'actualité...

Je serais curieuse de connaitre le ressenti de votre collègue !

Perrine
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Iphigenie42
Messages : 49
Enregistré le : 16 janv. 2017, 10:30

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par Iphigenie42 » 15 mai 2018, 17:31

Bonsoir Perrine,

Ma collègue a à peu près le même ressenti que vous. Elle avait surtout un peu peur pour sa mère (80 ans) mais toutes les 2 ont apprécié le spectacle.
La violence n'était pas gênante car pas gratuite. Sauf la fin (la scène d'autopsie) complètement inutile et d'ailleurs c'est à ce moment que plusieurs personnes sont parties en claquant la porte.
Comme me faisait remarquer ma collègue, si on n'est pas choqué par la violence au cinéma, pourquoi serait on choqué pour le spectacle vivant ?
Elle a rencontré le compositeur avant le spectacle. Et il leur a dit que d'habitude quand les gens vont à l'opéra, le compositeur était mort mais que là il était vivant et qu'on pouvait lui poser toutes les questions.

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 727
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par fomalhaut » 15 mai 2018, 18:37

Tout cela me semble anormal et m'interpelle...
Sait-on si un enregistrement, une diffusion sont prévus ?

fomalhaut

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 703
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par perrine » 18 mai 2018, 17:46

Tout cela me semble anormal et m'interpelle...
Anormal par rapport à quoi ?
Pour moi ça n'est pas plus violent que Desdemone qui se fait étouffer par Othello. C'est une pièce de théâtre plus récente, plus psychologique, avec des aspects absurdes et d'autres plus concrets, et dont la violence des thèmes est malheureusement toujours d'actualité.

Sait-on si un enregistrement, une diffusion sont prévus ?
Il y a eu un enregistrement, mais c'est uniquement pour le fond de l'opéra de St é, car cela reviendrait trop cher d'éditer un DVD.
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 703
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Re: Menut - Fando et Lis - Kawka/Fredric - Saint Etienne 05/2018

Message par perrine » 22 mai 2018, 08:46

ps, vous pouvez télécharger le programme de salle avec le livret sur le site de l'opéra de Saint Etienne

http://www.opera.saint-etienne.fr/otse/ ... is-web.pdf
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 32 invités