Strauss - La chauve souris - Pillement/Bénichou – Montpellier- 04/2018

Représentations
Répondre
jpb30
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 161
Enregistré le : 17 avr. 2009, 23:00
Contact :

Strauss - La chauve souris - Pillement/Bénichou – Montpellier- 04/2018

Message par jpb30 » 01 mai 2018, 09:23

Opérette viennoise
Création au Theater an der Wien de Vienne le 5 avril 1874
Jérôme Pillement : direction
Benoît Bénichou : mise en scène
Amélie Kiritzé-Topot : décors
Thomas Costerg : lumières

Chœur d’Opéra Junior - Jeune Opéra
Orchestre des élèves du Conservatoire R.R. de Montpellier Méditerranée Métropole
Orchestre national Montpellier Occitanie

Coproduction Folies lyriques et Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie


Image

Représentation du 28 avril 2018

Avant d’aborder l’œuvre, il semble important de parler d’ « Opéra Junior ».

Créé il y a 25 ans par Vladimir Kojoukharov, le but d’Opéra Junior est de
permettre à des enfants et adolescents de découvrir l’art lyrique en participant
à des créations de spectacles réalisées dans des conditions professionnelles.
Accueillis par des équipes pédagogiques et artistiques, ils sont plongés dans
l’univers de l’opéra ce qui leur permet de côtoyer tous ceux qui participent à
l’élaboration du spectacle : techniciens, scénographes, costumiers, metteurs en
scène, musiciens, chef ; et peut-être de susciter quelques vocations… Le travail
en amont est remarquable tant par Vincent Recolin, Marc Korovitch et Guilhem
Rosa
chefs de chœur que par Valérie Blanvillain chef de chant. Benoit Benichou
metteur en scène et Jérôme Pillement assurant la synthèse finale.

Image

A partir de là, il ne faut pas s’étonner que les voix soient souvent immatures que les dictions ne soient pas parfaites ou que les tempi soient parfois bousculés. Mais cet ouvrage est trop démesuré pour ces amateurs sympathiques et rend la démarche trop ambitieuse. En outre la réduction importante de cet opéra-comique ne permet pas au spectateur qui voit pour la première fois la Chauve-Souris de bien saisir le fil conducteur du synopsis. La mise en scène est trop brouillonne, on se bouscule, on se vautre par terre et tout est trop bruyant. Pour avoir vu ce même spectacle en juillet 2017 dans le cadre des Folies Lyriques de Montpellier, je me souviens d’une belle fête « tourbillon » très réussie sans toutes ces bousculades ni ces mouvements aussi désordonnés.

Image

Jérôme Pillement surmonte avec facilité la dure tâche de coordonner l’Orchestre National de Montpellier Occitanie et les élèves du conservatoire de Montpellier avec les chanteurs et les chœurs. Les rôles des solistes dédoublés entre les deux représentations ne permettent pas de mentionner plus particulièrement tel ou tel. Afin d’impliquer toute la troupe certains rôles ont été « collectivisés », par exemple : l’avocat devient un groupe de 5 « stagiaires », Orlovsky l’androgine est chanté par un duo homme + femme, et le gardien de prison « sont 2 » ! Cette façon de présenter les choses est assez réussie et permet aux jeunes artistes de se sentir épauler. Les chœurs présentent une parfaite homogénéité et justifient par leur prestation le travail qui leur a été consacré.
JPB30

NicBrand
Messages : 12
Enregistré le : 01 mai 2018, 11:04

Re: Strauss/La chauve souris- Pillement/Bénichou – Montpellier- 04/2018

Message par NicBrand » 01 mai 2018, 11:41

Je n’ai pas eu l’occasion de voir celle de cet été. En revanche, je ne suis pas d’accord, j’ai assisté à la représentation du 29 qui était limpide. Ce n’était pas la même distribution, peut être cela vient t’il de là? Mais au contraire j’ai trouvé le travail impressionnant de professionnalisme pour ces jeunes chanteur en herbe. Certes ils sont jeunes pour chanter la Chauve Souris, les voix ne sont pas formeés mais qui pourrait jeter la pierre, à 15, 16 ans ... ils chantent avec leurs voix, ils n’ont pas la prétention d’etre Netrebko ou Domingo, ils chantent avec leurs moyens, ils vont au bout sans peine. Celle qui chante Rosalinde est assez déconcertante. Oui ce n’est pas Karita Mattila, mais je trouve cela respectable. C’est opéra junior, on ne peut les juger au même titre qu’un production pro.
Côté mise en scène, je n’ai pas vu le côté brouillon. C’est un desordre bien organisé, l’opéra n’est pas une chose aseptisée, après une fête de « djeuns » les appartements sont rarement dans l’état de départ ... bien placé pour le savoir ... côté scène c’est vif, engagé, réglé au millimètre. On est loin des kitcheries mondaines. Ça bouge, ça joue, c’est frais, j’ai suivi l’action d’un bout à l’autre. Au contraire, les rapports entre les personnages sont renforcés. On ne voit pas seulement une opérette « joyeuse ». La fête n’est pas l’élément premier, c’est un prétexte à la vengeance de Falke. C’est acerbe, grinçant. L’action semble prise au sérieux, Eisenstein est un porc qui se comporte mal, Rosalinde ne lui pardonne pas. Falke est le rôle principal, manipulateur, organisateur. Il est là pour une chose, se venger, humilier Eisenstein. Il n’y a pas d’humour là dedans. D’ailleurs, très belle image de fin avec Eisenstein seul, détruit, dans cet univers chaotique où tout rappelle la soirée mouvementée (verres , bouteilles, boas, manteaux, chemises...) à qui un clown triste mettra un nez noir. Ambiance fin de soirée.
J’ai aimé ce traitement de l’action.
J’ai senti de l’autodérision de la part du metteur en scène sur son décor que les Froschs qualifient de moche, tout noir comme au théâtre contemporain. Il y a une réflexion sur le théâtre dans la mise en scène avec les vidéos créant un espace factice mis en place par Falke pour immerger et déplacer ses pions.
Désolé de donner un avis aussi contraire. Très belle réussite...
Mention spéciale aussi pour la nouvelle traduction du metteur en scène qui se base sur le texte allemand et non sur les versions françaises Imbitables.

En revanche la direction est pâteuse , lente, aucun sens du rythme, des trous blancs embarrassants entre la fin des textes et la musique ... des décalages... le chef semble avoir du mal à donner un départ tellement il est le nez dans sa partition et sa battue semble incompréhensible, il agite les bras sans aucune cohérence. On voyait les pauvres petits chanteurs les yeux grands ouverts à la recherche d’un signe de départ...

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 773
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Strauss - La chauve souris - Pillement/Bénichou – Montpellier- 04/2018

Message par Oylandoy » 03 mai 2018, 10:38

Photos Marc Ginot
la mélodie est immorale
Nietzsche

jpb30
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 161
Enregistré le : 17 avr. 2009, 23:00
Contact :

Re: Strauss - La chauve souris - Pillement/Bénichou – Montpellier- 04/2018

Message par jpb30 » 04 mai 2018, 09:25

Ce qui est merveilleux à l'opéra c'est que chacun y voit ce qu'il veut y voir! Cependant, si tu lis bien mon article tu verras que je ne dénigre pas les jeunes chanteurs, au contraire! je trouve admirable le travail fait et je ne critique pas leurs qualités vocales.Je trouve que cet ouvrage n'est pas adapté aux jeunes chanteurs, ce n'est pas de leur faute.
J'avais v u en 2015 l'Enfant et les Sortilèges par les jeunes d'Opéra junior, c'était tout à fait dans leurs cordes, j'ai donc un point de comparaison et je ne compare surtout pas par rapport à la représentation de juillet 2017 avec des professionnels.
Quant à ton expression "désordre organisé" c'est me semble t'il un très bel exemple d'oxymore!!!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 61 invités