Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto - 04-05/2018

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 02 mai 2018, 21:52

Encore de belles photos

Image

Image
Photos Michael Cooper

Je me demandais quelle serait la réaction du public ODBien-parisien si une telle esthétique surgissait aujourd'hui sur la scène de Bastille ? :wink:


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par paco » 02 mai 2018, 22:25

Bernard C a écrit :
02 mai 2018, 21:52
Je me demandais quelle serait la réaction du public ODBien-parisien si une telle esthétique surgissait aujourd'hui sur la scène de Bastille ? :wink: Bernard
- bronca dans la salle (ceux qui se vengent des broncas pour les mises en scène Regie)
- désastre dans la presse (un décor traditionnel, mon dieu quelle horreur)
- majorité de hurlements d'horreur sur OdB - y compris provenant de ceux qui spontanément aimeraient plutôt mais n'osent pas le dire car ce serait mal vu dans la théâtrosphère parisienne)
- une petite minorité de "ben moi j'ai bien aimé", vite traités de fachos réac par les autres :mrgreen:

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 02 mai 2018, 22:42

paco a écrit :
02 mai 2018, 22:25
Bernard C a écrit :
02 mai 2018, 21:52
Je me demandais quelle serait la réaction du public ODBien-parisien si une telle esthétique surgissait aujourd'hui sur la scène de Bastille ? :wink: Bernard
- bronca dans la salle (ceux qui se vengent des broncas pour les mises en scène Regie)
- désastre dans la presse (un décor traditionnel, mon dieu quelle horreur)
- majorité de hurlements d'horreur sur OdB - y compris provenant de ceux qui spontanément aimeraient plutôt mais n'osent pas le dire car ce serait mal vu dans la théâtrosphère parisienne)
- une petite minorité de "ben moi j'ai bien aimé", vite traités de fachos réac par les autres :mrgreen:
Quand on regarde le soin avec lequel c'est fait , c'est pourtant épatant de beauté et à ce degré là d'une sorte d'originalité par son souci de " toucher" à une esthétique quasi picturale de la scène.

On entend presque Anne Bolène nous chanter Coppia Iniqua ...non ?

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8304
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par jerome » 03 mai 2018, 08:49

paco a écrit :
02 mai 2018, 22:25
- bronca dans la salle (ceux qui se vengent des broncas pour les mises en scène Regie) oui mais certainement pas la majorité de la salle
- désastre dans la presse (un décor traditionnel, mon dieu quelle horreur) ça oui lol
- majorité de hurlements d'horreur sur OdB y compris provenant de ceux qui spontanément aimeraient plutôt mais n'osent pas le dire car ce serait mal vu dans la théâtrosphère parisienne) majorité ??? Suis pas certain...
- une petite minorité de "ben moi j'ai bien aimé", vite traités de fachos réac par les autres :mrgreen: oui mais petite minorité, pas certain non plus...

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par paco » 03 mai 2018, 09:25

Bernard C a écrit :
02 mai 2018, 22:42
paco a écrit :
02 mai 2018, 22:25
Bernard C a écrit :
02 mai 2018, 21:52
Je me demandais quelle serait la réaction du public ODBien-parisien si une telle esthétique surgissait aujourd'hui sur la scène de Bastille ? :wink: Bernard
- bronca dans la salle (ceux qui se vengent des broncas pour les mises en scène Regie)
- désastre dans la presse (un décor traditionnel, mon dieu quelle horreur)
- majorité de hurlements d'horreur sur OdB - y compris provenant de ceux qui spontanément aimeraient plutôt mais n'osent pas le dire car ce serait mal vu dans la théâtrosphère parisienne)
- une petite minorité de "ben moi j'ai bien aimé", vite traités de fachos réac par les autres :mrgreen:
Quand on regarde le soin avec lequel c'est fait , c'est pourtant épatant de beauté et à ce degré là d'une sorte d'originalité par son souci de " toucher" à une esthétique quasi picturale de la scène.

On entend presque Anne Bolène nous chanter Coppia Iniqua ...non ?

Bernard
Oui en tous cas moi ça me fait très envie (j'ai souvenir que la production du Met était superbe elle aussi, et j'en avais vu une à la Monnaie dans les années 90 qui était magnifique également).
Ce type d'approche à la fois esthétisante tout en restant vivante me rappelle certains Shakespeare que Michael Grandage a mis en scène à Londres il y a quelques années, c'était saisissant car, comme tu le dis, on avait l'impression d'être en pleine réalité virtuelle, de participer nous-mêmes à l'histoire...
Lorsque cette esthétique est accompagnée d'une direction d'acteurs millimétrée, c'est extraordinaire (en revanche s'il n'y a pas de direction d'acteurs cela peut vite déraper en ringardise...)

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 03 mai 2018, 23:00

La critique de la Première dans opera News (2018-04-29) par Christopher Hoile rapporte ces commentaires :

At the curtain call for Anna Bolena, Sondra Radvanovsky received one of the loudest and longest ovations this reviewer has ever heard. She had given an absolutely tremendous performance in the title role and the crowd roared its thunderous acclaim. It is a performance no opera-lover should miss.


Radvanovsky has a glorious voice capable of myriad colours over which she has complete mastery. Her technique is impeccable from exquisite pianissimi to spectacular passagework to fully secure top notes. Yet, what makes Radvanovsky stand apart is that she is also a consummate actor, fully immersed in her role, who uses her command of technique completely in the service of detailing her character’s thoughts from moment to moment. With Radvanovsky all the vocal pyrotechnics so associated with bel canto opera do not become bravura showcases for the voice in themselves as much as expressions of the heightened emotions of her character. So it is in Anna Bolena, where Radvanovsky beautifully charts Anna’s journey from fear to rage to acceptance of death.


Pour Van Horn , ces quelques mots élogieux :

Christian Van Horn as Enrico VIII wields an immense but agile bass-baritone produced with seeming effortlessness. Luckily, costume designer Ingeborg Bernerth allows the towering Van Horn to act the role unpadded and to dominate every scene physically through his voice and height rather than his girth.

Enfin pour conclure , il évoque la dernière Anna Bolena de 1984 avec la Stupenda à Toronto :

Older Torontonians still remember the last time the COC staged Anna Bolena in 1984 when it centred on the thrilling performance of Dame Joan Sutherland in the title role. Sondra Radvanovsky’s performance will now join it as equally unforgettable.



( pour la traduction en français de ces fragments de texte , c'est assez facile , je pense , si on le souhaite je peux le faire )

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 07 mai 2018, 14:22

Critique de John Terauds dans The Star :

https://www.thestar.com/entertainment/s ... olena.html


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 12 mai 2018, 06:26

Représentation du 11 mai 2018

Si sa dernière Anna au MET avait été très impressionnante , ce à quoi atteint aujourd'hui Sondra Radvanovsky dans le rôle dans l'enceinte du Four Seasons Theatre de Toronto en ce printemps 2018 est encore d'un autre ordre.

On sort sonné de cette représentation .
Il y a une appropriation du personnage de la reine qui hypnotise .
Je pense à cette fin du premier acte où elle fait passer déjà Boleyn dans un état présageant la folie , et la stretta de "Ah! Seganata e la mia sorte" se concluant par un Ré qui vous fait décoller de votre siège , autant par la charge émotionnelle qu'il porte que par l'énergie qu'il dégage dans le théâtre.

Le second acte est un festival et se conclut par un Mi b d'une aussi grande assurance qu'il marque de son métal , le tranchant qui clôt la scène.
Je n'ai à vrai dire jamais entendu une telle collection de contre notes aussi énormes , assurées précises , CHANTÉES , et positionnées pour faire sens dans le drame.
Pour autant les graves qui marquent le début du II pourraient aussi bien être ceux d'un grand soprano dramatique pourtant immédiatement suivis de roucoulades et de trilles d'une inouïe virtuosité.

Ai je déjà vu Sondra Radvanovsky dans une aussi grande forme vocale et un accomplissement tel ?
Peut être pas ...

Bernard

À suivre
Toronto 110518.jpg
Toronto 110518.jpg (94.32 Kio) Vu 748 fois
Bolena 110518.jpg
Bolena 110518.jpg (67.22 Kio) Vu 746 fois
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10477
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par HELENE ADAM » 13 mai 2018, 08:50

Un des rôles où je rêve de l'entendre autrement qu'en retransmission... merci pour ton CR. :D
Et les autres ? :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9102
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Rovaris/Lawless - Toronto- 04-05/2018

Message par Bernard C » 14 mai 2018, 02:56

Quelques mots supplémentaires.

Radvanovsky est actuellement en phase encore ascendante en terme vocal.
Je croyais depuis sa Norma de Chicago qu'elle avait atteint son acmé.
Or que ce soit dans la Norma de New York ou dans cette Bolena , elle témoigne d'une maîtrise vocale qui devient incomparable , capable de tenir ces rôles absolus sans faille , ce qui est chose qui n'existe pratiquement jamais. ( Je n' evoque pas les récents Bal Masqué ou Chénier , qui sont de "moindres rôles " ,aux côtés de ces monstruosités vocales et émotionnelles ) .
Les aigus forte sont d'une sûreté et d'une clarté de plus en plus saines , les pianissimi se déclenchent " à la demande" sans rupture de souffle et s'effilent jusqu'à l'evanescence pouvant s'enfler jusqu'à emplir tout l'espace ,avec cette qualité de projection qu'on lui connaît ,

Le vibrato est plutôt moins large qu'au début de la décennie et certains graves font penser à ce que fait Stemme dans Salome.

On ressent cette confiance dans la voix comme chez aucune autre en ce moment.

Ça a de l'importance pour l'artiste, car certainement n'a t'elle jamais autant livré d'énergie dans le dédoublement de l'incarnation et dans l'interprétation TELLE QU'ELLE LA CONÇOIT.
Elle est maître et donc libre de son interprétation comme devait l'être Callas peut être ; là elle peut faire ce qu'elle veut dans le Bel Canto pour donner de la densité en affrontant sans hésitation les contrastes et les intervalles les plus redoutables , dans l'épaisseur ou l'allègement , dans la rondeur ou l'acier et bien sûr sur toute la palette de couleurs qu'elle souhaite.

Ici nul dérapage vers un mugissement, un cri , une éructation, et moins encore un escamotage.
Nul numéro d'ornement decoratif non plus qui détournerait l'intérêt .
Tout est dans l'action dramatique intérieure donnée par la musique .
( Par exemple dans le second couplet de la cavatine "Non v'ha sguardo" elle rajoute des notes stratosphériques qui alors qu'Anna s'est "calmée" la montre encore émotionnellement instable , révèle la vérité de sa tristesse profonde) - c'est extraordinaire ce qu'elle fait et l'intelligence avec laquelle elle le fait.

Le geste du corps est sobre , qu'il dise l'effroi , l'horreur, la passion ou la douleur ; il est toujours complètement engagé.

Je ne sais pas combien de temps un tel miracle peut durer , ce que je sais c'est que c'est inédit dans ma génération ,et s'il est formidable de voir Radva fréquenter nos scènes dans Verdi , j'espère que Paris ne manquera pas cette artiste dans Norma ou dans un autre rôle "absolu" du bel canto.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 35 invités