Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Représentations
Philippes
Ténor
Ténor
Messages : 602
Enregistré le : 27 mars 2005, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Philippes » 20 mai 2018, 15:16

Philippe Jordan est d'une platitude inconcevable, dans ce premier acte.
Mais c'est joli en effet...

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9112
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Bernard C » 20 mai 2018, 16:40

Acte II

Quand Parsifal devient un meurtrier , quasiment auteur d'un charnier génocidaire ( chez Wagner il s'agit de l'evanescence du Monde de l'illusion, du monde magique qui s'éteint.)

Et on ne dira rien de la seconde scène et de l'image de la femme avec ces figures monstrueuses se masturbant des vulves hypertrophiées.
On imagine à quel point Parsifal peut être séduit.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9112
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Bernard C » 20 mai 2018, 19:25

Acte III

Alors après qu'Amfortas traîné par les quatre fers a guéri de sa blessure que les transfusions du sang siphonné aux écuyers n'avaient pas réussi à juguler , Kundry pour finir lui donne le baiser de la mort, il s'écroule et elle s'en va bras dessus, bras dessous avec Parsifal mener sa vie pépère.


Bernard

Vive l'opéra ! C'est mon dernier abonnement de l'ère Lissner.


Ps : je retire toutes les critiques que j'ai faites à l'époque sur la mise en scène de Girard à NY et d'ailleurs aussi sur l'interprétation de Jonas :wink:
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Dale Cooper
Messages : 28
Enregistré le : 03 déc. 2017, 22:05
Localisation : Twin Peaks, WA, USA

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Dale Cooper » 20 mai 2018, 19:54

Oui , bien sûr, la mise en scène est grotesque, moche, décevante (Richard Jones a fait des choses bien il y a longtemps) ! Mais quelle distribution , en cette 3ème (et avant-dernière) représentation ! Rien que pour ces valeureux chanteurs engagés dans une production où ils ont du souffrir, je ne regrette pas mon déplacement ... En ces temps de disette en chanteurs wagnériens, c'est la meilleure option possible . Même Andreas Schager , qui s'est bien fait démolir dans ce forum, m'a semblé beaucoup plus nuancé que ce dont on le crédite ici (bien sûr ce n'est pas JK, on est d'accord). Mais la palme revient à Peter Mattei, sublime, comme à chaque fois qu'il chante à l ONP!! On le veut deux fois par saison ce grand Monsieur !!
Wait a minute, wait a minute, ... You know... This is , excuse me..., a Damn Fine Cup of Coffee !!

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9112
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Bernard C » 20 mai 2018, 20:02

Dale Cooper a écrit :
20 mai 2018, 19:54
Oui , bien sûr, la mise en scène est grotesque, moche, décevante (Richard Jones a fait des choses bien il y a longtemps) ! Mais quelle distribution , en cette 3ème (et avant-dernière) représentation ! Rien que pour ces valeureux chanteurs engagés dans une production où ils ont du souffrir, je ne regrette pas mon déplacement ... En ces temps de disette en chanteurs wagnériens, c'est la meilleure option possible . Même Andreas Schager , qui s'est bien fait démolir dans ce forum, m'a semblé beaucoup plus nuancé que ce dont on le crédite ici (bien sûr ce n'est pas JK, on est d'accord). Mais la palme revient à Peter Mattei, sublime, comme à chaque fois qu'il chante à l ONP!! On le veut deux fois par saison ce grand Monsieur !!
Oui tu as raison , la distribution est très belle.
J'y reviendrai précisément.


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
jmc
Ténor
Ténor
Messages : 549
Enregistré le : 07 déc. 2008, 00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par jmc » 21 mai 2018, 08:41

Hier depuis le fond du premier balcon pair même déception pour la seconde fois après dimanche dernier :down: .

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2393
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par dge » 21 mai 2018, 17:00

Représentation du 20 mai.

Grosse déception pour moi. J'attendais beaucoup plus de cette production.

La mise en scène tout d'abord. R.Jones n'a pas grand chose à dire sur Parsifal et en plus il le dit mal. L'idée de faire des chevaliers du Graal une secte n'est pas nouvelle. Pourquoi pas à condition d'en faire qqch. Or il n'en fait rien. Les personnages ne sont pas fouillés et l'on s'ennuie fortement à regarder ce qui se passe sur la scène. La scénographie assez sophistiquée enferme l'action dans un petit espace ce qui est un comble quand on dispose d'un plateau comme celui de Bastille. Parsifal en bermuda sautillant sur les livres, des filles fleurs issues de manipulations transgéniques qui se trémoussent devant le héros dans une scène où tout érotisme est exclu au profit d'une soft pornographie...tout ceci ne fait pas une lecture cohérente et convaincante. Le duo entre Parsifal et Kundry au deuxième acte est d'une rare platitude : Kundry arrive vêtue d'une robe ridicule qu'elle quitte pour susciter le désir mais le peep show s'arrêtera à la nuisette. Dès lors les protagonistes tournent sur la scène vide autour d'un banc ( faut il y voir une sollicitation de se rapprocher de Tristan et Isolde?). L'apparition de Kundry murmurant "Parsifal" doit être un moment de magie annonçant une scène clé d'une richesse musicale et philosophique sublimes. C'est ici ravalé à une approche prosaïque d'une rare banalité ( quand je pense à ce qu'en faisait Friedrich à Bayreuth ). Bref, un brouillon de mise en scène avec une direction d'acteurs insuffisante. Qu'on le veuille ou non Parsifal nous parle de transcendance. On la cherche vainement.

Musicalement les plaisirs sont plus partagés.

Je découvrais A. Schager. Le timbre n'est pas le plus séduisant mais les moyens sont imposants et Son deuxième acte est plutôt convaincant. Mais au troisième il a du mal à nuancer et colorer comme il conviendrait ( fatigue ?). Une belle prestation quand même.
J'ai bien aimé la Kundry d' A.Kampe même si l'on attend dans ce rôle une voix plus sombre, plus dramatique. Mais son intelligence et sa musicalité lui permettent de nous offrir une belle composition qui fait encore plus regretter qu'elle n'ait pas été mieux dirigée.
G. Groissböck est un Gurnemanz de très belle tenue, à la voix un peu claire encore. Avec un peu plus de maturité il devrait s'imposer comme un titulaire majeur de ce rôle. E.Nikitin est un Klingsor correct, sans plus.
Enfin Peter Mattei est un superbe Amfortas. Quelle intelligence dans ses interventions. Grâce à ses formidables dons d'acteurs il est celui qui s'en sort le mieux scéniquement.

Reste l'orchestre. Prestation superbe. Pas une scorie. Ph.Jordan est sans doute un remarquable technicien de la direction orchestrale, obtenant de ses musiciens un fondu orchestral, une transparence des textures que peu de phalanges peuvent délivrer et qui n'est pas le fruit du hasard ou simplement de la qualité de ses musiciens. Il est d'autant plus dommage que cette perfection instrumentale ne soit pas mise au service d'une conception dramatique et théâtrale plus affirmée. On s'ennuie aux deux premiers actes. En écoutant le premier je me disais que l'ennui devait être dû aux tempis. Or le minutage montre que ses tempis sont rapides, son premier acte ne durant que 5mn de plus que celui de Boulez. C'est que tout est plat, uniforme, sans arrêtes...en un mot sans émotion. C'est presque pareil au deuxième acte. Par contre le troisième est beaucoup plus réussi et nous ramène au théâtre.

Tout a été conçu dans cette mise en scène pour faire entrer cette production au répertoire. Un artiste connaissant sa partition peu n'arriver que qq jours avant la première lors d'une reprise. Une mise en scène qui n'est pas à la hauteur des ambitions de l'ONP.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9112
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par Bernard C » 21 mai 2018, 19:32

Excellent Compte Rendu, Gérard, merci.

Je serais un peu plus critique encore sur certains points fondamentaux de l'oeuvre maltraités , comme le Parsifal meurtrier , l'image du charnier des femmes , le baiser de la mort , le départ de Parsifal et de Kundry (et alors que devient cet engagement de Parsifal : " Denn ich verwalte nun dein Amt." ? )

Sur Schager , chez Wagner pas plus que chez Verdi une voix puissante ne suffit à faire le chant.
C'est la ligne de chant qui techniquement fait défaut chez cet artiste , la phrase.
Donc ça ne parle pas, ou peu et de surcroît dans un timbre monochrome.

La merveilleuse A.Kampe dont j'ai admiré les premières Sieglinde à Washington il y a bien longtemps , je ne crois pas qu'elle ait une voix suffisamment dramatique , avec la puissance qui convient dans le haut medium pour tenir les imprécations de la dernière scène du Il.
À part quelques aigus somptueux (sur Lachte notamment) qu'elle a toujours sû produire et les _cris_ wagneriens ( je pense aussi au cri du 1er acte de die Walküre, le plus beau cri depuis Rysanek, et c'est très difficile à bien faire) , elle échoue à grossir la voix, à affronter le redoutable "crescendo" de la malédiction.
Je n'ai pas entendu Stemme, j'aimerais savoir ce qu'elle fait là dedans, car elle possède précisément les moyens de ça.

Je n'ai pas trouvé Mattei aussi bon qu'à NY il y a quelques années , son chant trop pris dans le sur-jeu où le metteur en scène le piegeait.
C'est un très grand Amfortas, mais moins on leur demande d'en faire, notamment dans le I , mieux c'est.
Les chanteurs doivent etre embarqués par leur engagement dans la musique de leur personnage.
Ryan McKinny , récemment, moins expérimenté était plus prenant .
Ce n'est pas vocalement, Mattei est immense, mais hier, il était ridiculisé par l'agitation d'un Amfortas qui était plus soumis à la honte et donc sujet asservi aux hommes, ( thèse du metteur en scène) que sujet à la culpabilité et soumis à l'expiation ( thèse du compositeur)...on pourrait en parler des heures...

Excellent Groissböck, pour moi sans réserve.

Un Nikitin dans Kingsor tout de même moins assuré que dans le passé dans ce rôle .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par paco » 21 mai 2018, 20:07

dge a écrit :
21 mai 2018, 17:00
Ph.Jordan est sans doute un remarquable technicien de la direction orchestrale, obtenant de ses musiciens un fondu orchestral, une transparence des textures que peu de phalanges peuvent délivrer et qui n'est pas le fruit du hasard ou simplement de la qualité de ses musiciens. Il est d'autant plus dommage que cette perfection instrumentale ne soit pas mise au service d'une conception dramatique et théâtrale plus affirmée.
Oui, cela m'a toujours amusé de comparer d'un côté Jordan, dont la battue est un modèle de perfection technique, mais dont il ne ressort strictement rien d'un point de vue interprétatif, et de l'autre Pappano, dont la battue est un vrai foutoir, mais qui réussit à nous remuer les tripes.

nikita
Messages : 31
Enregistré le : 01 mai 2018, 00:04

Re: Wagner - Parsifal - Jordan / Jones - ONP - 04 & 05/2018

Message par nikita » 21 mai 2018, 23:18

Bernard C a écrit :
20 mai 2018, 19:25
Vive l'opéra ! C'est mon dernier abonnement de l'ère Lissner.

Ps : je retire toutes les critiques que j'ai faites à l'époque sur la mise en scène de Girard à NY et d'ailleurs aussi sur l'interprétation de Jonas :wink:
C'est bien, les clans sont mieux définis, ainsi... :lol:

Franchement, la mise en scène de Jones n'écrase pas trois grains à un maïs, mais pas de quoi s'embraser (en plus ou en moins), pour moi en tout cas... La musique en sort vainqueur.
Direction hypnotique de Jordan, Kundry très émouvante de Kampe et Amfortas poignant de Mattei, excellent dans à peu près tout mais ici tout particulièrement, par l'humanité que dégagent son chant et son jeu. Un très beau plateau dans l'ensemble et un grand bravo à l'orchestre !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 35 invités