Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19501
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par JdeB » 24 avr. 2018, 07:47

Barbara, Dis, quand reviendtras-tu ?
Caplet, Viens ! une flûte invisible soupire
Bizet, Le Retour
Debussy La Flûte de Pan, Nuit d'étoiles
Kosma Fille d'acier
Fauré Les berceaux, Après un rêve (piano-violoncelle), Andatino, Impromptu n°4
Dell’acqua Villanelle
Poulenc Les chemins de l’amour, Cantilena
Godard Berceuse
Ravel La Flûte enchantée
Offenbach Les Larmes de Jacqueline
Duparc Chanson triste
Hahn L'Heure exquise
Massenet Elégie
Borel-Clerc Vous n'êtes pas venu dimanche
Carrara Mon amant de Saint-Jean
Chaminade Portrait

Bis
Trenet Vous qui passez sans me voir
Borel-Clerc Vous n'êtes pas venu dimanche

Anne-Catherine Gillet, soprano
Nathanaël Gouin, piano
Fleur Grüneissen​, flûte
Sébastien Walnier, violoncelle

Opéra-Comique, le 26 avril 2018

En quittant la salle Favart hier soir, le cœur chaud et radieux, on se disait que depuis la grande époque de Felicty Lott on n'avait pas connu une soirée française légère aussi agréable, de celles qui alternent chansons à texte et mélodies raffinées en un savant dosage où règnent la litote, la subtilité, l'allusif et le sourire teinté de mélancolie...

Ici, on n'est plus dans le monde des salons musicaux parisiens de l'élite mais dans celui revivifié d'une nouvelle forme de récital mis en espace où le corps se libère, se courbe, se love sur une banquette de velours, se redresse, fait cercle autour du trio de chambre, les pieds nus parfois ou hauts perchés, tablette numérique (qui joue des tours, le temps d'un air) en main. Avec des respirations de musique pure et une vraie complicité des quatre artistes.

La réussite est totale tant Anne-Catherine Gillet déploie des trésors d'engagement et de musicalité, du murmure suave à l'éclat d'un aigu épanoui, éclaboussant de lumière.
Ses compagnons d'un soir sont au diapason de cette parfaite probité stylistique et de ce haut niveau d'inspiration, avec un violoncelliste de grand relief.

La salle, si peu remplie malgré une opération" Une place offerte pour une place achetée ", chavire et les ovationne longuement.

On notera la présence de quelques dizaines de déficientes auditives munies d'un appareil spécifique et de quelques artistes : Michel Trempont, Nicolas Cavallier et le jeune et fort prometteur assistant de Marc Minkowski, Marc Leroy-Calatayud.

Bref, du bonheur, du bonheur et encore du bonheur !

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19501
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par JdeB » 27 avr. 2018, 10:33

Il faut vraiment se poser la question du renouvellement du public pour ce type de récital et de sa baisse d'attractivité plus globalement...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

jeantoulouse
Alto
Alto
Messages : 486
Enregistré le : 27 mai 2012, 23:00

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par jeantoulouse » 27 avr. 2018, 10:56

Je ne m'étonne pas de l'émerveillement de Jérôme. Anne -Catherine Gillet une artiste subtile et raffinée (pour reprendre deux adjectifs de JdeB), à la voix exquise, d'une pureté de cristal, au jeu plein d'éclat et de fraicheur. Ce sont toutes ces qualités dont l'appréhension est moins immédiate que les brillances parfois ostentatoires de certains chanteurs, qui peuvent expliquer le moindre engouement du public. Le programme assez éclectique a pu aussi éloigner les puristes, alors qu'il est très difficile de réussir avec la même subtilité Barbara et Fauré, Trenet et Debussy...
De mémoire, elle a beaucoup chanté à Toulouse du temps de Nicolas Joël, entre autres Despina, Zdenka dans Arabella et Sophie du Chevalier à la rose.. Et comme Felicity Lott, comparaison judicieuse, elle ne méprise aucun pan du chant, aucun genre lyrique (On se souvient des Mousquetaires au couvent) de Jérôme Deschamps). J'ajoute que sa prononciation de la langue française s'avère non seulement lumineuse, mais encore pleine de charme et de distinction. Bref, une artiste précieuse.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19501
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par JdeB » 27 avr. 2018, 16:34

Tout à fait d'accord sur tout avec Jean !

oui, Toulouse a beaucoup programmé AC Gillet dés mars 2003 (gala d'opérettes)
Elle y a été aussi à l'affiche du Crépuscule des Dieux en juin 2003, de la Vie parisienne en décembre de la même année, Sophie en mai 2008, des Noces en novembre 2008, dans Hippolyte et Aricie en mars 2009, les Carmélites en décembre de la même année, etc

c'est avec Liège (où elle a débuté) la scène qui a le plus compté dans la première phase de sa carrière.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

paco
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par paco » 28 avr. 2018, 11:20

JdeB a écrit :
27 avr. 2018, 10:33
Il faut vraiment se poser la question du renouvellement du public pour ce type de récital et de sa baisse d'attractivité plus globalement...
Oui le sujet est brûlant (cf l'abandon des récitals à Garnier). Quelques pistes purement subjectives et très personnelles (je ne prétends pas avoir fait une étude de marché ;-) :

- délocaliser les récitals dans des lieux plus adaptés à la complicité/ proximité du récital, voire des lieux dédiés à la chanson (au sens cabaret, plutôt intime, décontracté, cool): peut-être qu'un lieu comme le Bal Blomet aurait été plus adapté au récital d'AC Gillet ? (en tous cas son programme se serait merveilleusement prêté au lieu). L'époque des salons est révolue (quoique), mais il n'empêche que tout ce répertoire était conçu pour des petits comités, je pense qu'il faut retrouver cette simplicité et ce "plaisir" spontané de l'interprétation de mélodies et Lieder

- interdire l'accès à ces récitals au public traditionnel du récital : ces grincheux qui ne voient pas d'inconvénient à expectorer leurs glaires à longueur de concert mais qui font chhhhhhtttt en foudroyant le malheureux voisin néophyte qui a eu le toupet d'applaudir entre deux Lieder d'un même cycle... Il n'y a pas plus guindé et castrateur et exclusif (de quoi faire fuir le moindre néophyte bien intentionné)

- revoir, pour certains interprètes, la façon même de chanter le répertoire des Lieder et mélodies. Cela ne me semble pas le cas d'AC Gillet, en revanche dans le Lied allemand je trouve que l'interprétation de nombreux artistes s'est sophistiquée à un point tel qu'elle en devient glaciale et trop cérébrale (pour ne pas dire chiante...). Là-dessus je trouve que certains profs de masterclasses endossent une forte responsabilité, il faut les voir passer des heures sur un "ich" pas assez "uch", sur un "t" pas assez postillonné ... A la fin on perd le fil...

- le prix des places (ça c'est pour Garnier)
...

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10508
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par HELENE ADAM » 28 avr. 2018, 11:50

paco a écrit :
28 avr. 2018, 11:20

- le prix des places (ça c'est pour Garnier)
...
Oui c'est un obstacle évident et c'est vrai pour Garnier, pour le TCE et pour l'Opéra Comique (et même pour Gaveau mais comme la jauge est plus petite c'est plus "facile" à remplir.). Si on compare les prix de ces récitals (un chanteur un piano seulement des fois...)au prix du requiem de Berlioz d'hier soir à la PP (énorme orchestre, choeurs en très grand nombre, 1 soliste et 1 chef prestigieux), le surcout du récital n'est pas raisonnable... (33 euros hier à la PP... au premier balcon plein face.).
L'Opéra Comique avait parié sur une certaine notoriété de Spyres pour le récital du 4 mai mais celle-ci est insuffisante pour remplir la salle dans cette période de pont puisqu'ils offrent à présent une place gratuite pour toute place achetée.
Même Sonya Yoncheva n'a pas encore rempli son futur récital....il reste des places dans toutes les catégories. Mais il faut dire qu'au TCE à 125 euros la place en catégorie 1, compte tenu du fait que ce sont les seules places à peu près confortables... cela fait cher, cher....
Ce ne sont pas seulement les récitals de Liederabend (un genre assez spécial) qui ont du mal à se remplir mais les récitals en général, y compris ceux d'artistes assez connus. En fait il faut vraiment de l'exceptionnel pour remplir la salle. Et par définition il y en a peu...même très très peu.
En dehors de JK, Netrebko et Bartoli, notons quand même que Jaroussky remplit assez régulièrement ses salles....
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

paco
Basse
Basse
Messages : 7927
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Récital AC Gillet- OC - 26/04/2018

Message par paco » 28 avr. 2018, 14:37

Je suis d'accord avec ton analyse. Je ne me souviens plus bien des années 80, à l'époque des récitals à l'Athénée (voilà une salle aux dimensions idoines pour le récital) : est-ce que c'était plein - en dehors des Jessye Norman, Fischer-Dieskau et autres stars absolues de l'époque- ?

J'ai souvenir que, dans ma province natale, à Lille, dans ces années là une Berganza ou une Norman pouvaient réciter l'alphabet, l'Opéra était archi comble et béat dès la première syllabe prononcée, à l'inverse une Elisabeth Söderström (grande "Liederiste" de l'époque et grande Maréchale du Rosenkavalier, mais peu connue au-delà des cercles d'initiés) ou un Benjamin Luxon chantaient devant le parterre et le 1er rang de la corbeille, le reste de la salle étant vide.

Je me souviens aussi d'un CR dans le Monde, d'un récital d'Eliane Lublin à Favart au tout début des années 80 (sa notoriété à l'époque était à mon avis assez comparable à celle d'AC Gillet aujourd'hui), l'article précisait que la salle était vide en dehors du parterre (et égrenait le nombre d'artistes aperçus dans le public, sous-entendu : on a rempli à coup d'invitations...).

Donc peut-être que ça a toujours été comme aujourd'hui...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 33 invités