Gay & Pepusch - The Beggar's Opera - Christie / Carsen - Bouffes du Nord - 04& 05/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21800
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Gay & Pepusch - The Beggar's Opera - Christie / Carsen - Bouffes du Nord - 04& 05/2018

Message par JdeB » 22 avr. 2018, 07:45

Ballad opera de John Gay et Johann Christoph Pepusch

William Christie / Florian Carré samedi (21 et 24 avril)
Mise en scène Robert Carsen
Scénographie James Brandily
Costumes : Petra Reinhardt
Chorégraphie : Rebecca Howell
Lumières : Robert Carsen & Peter Van Praet
Dramaturgie : Ian Burton

Mr. Peachum, Robert Burt
Mrs. Peachum / Diana Trapes, Beverley Klein
Polly Peachum, Kate Batter
Macheath, Benjamin Purkiss
Lockit, Kraig Thornber
Lucy Lockit, Olivia Brereton
Jenny Diver, Emma Kate Nelson
Filch / Manuel, Sean Lopeman
Matt, Gavin Wilkinson
Jack, Taite-Elliot Drew
Robin, Wayne Fitzsimmons
Harry, Dominic Owen
Molly, Natasha Leaver
Betty, Emily Dunn
Suky, Louise Dalton
Dolly, Jocelyn Prah

Recherches musicales : Anna Besson et Sébastien Marq

Edition musicale : Pascal Duc (Les Arts Florissants)

Théâtre des Bouffes du Nord, le 28 avril à 15h30


The Beggar’s Opera de Pepusch, un compositeur d’origine allemande au service de Lord Chandos, sur un livret de John Gay, a vu le jour à Londres, au Lincoln’s Inn Fields Theatre, le 29 janvier 1728. Comme ce fut un triomphe joué 63 fois au cours de cette première saison, on put dire qu’il avait fait du directeur John Rich un homme gai et de John Gay un homme riche. Plus sérieusement, il s’agit rien de moins que du spectacle fondateur d’un genre typiquement anglais le Ballad Opera qui consiste à adapter une suite de couplets populaires sur la trame d’une intrigue cohérente et qui tend souvent vers une veine parodique de l’opera seria. Le genre servi notamment à la fin du XVIII ième par les Storace, frère et sœur, fut même repris au XX ième siècle par Vaughan Williams (Hugh the Drover) et préfigure la comédie musicale. C’est d’ailleurs tout à fait dans cet esprit que le monte ici Robert Carsen.
Mais revenons à l’ouvrage original de Gay et Pepusch qui après 50 saisons ( !) de succès et une fortune artistique qui engloba même les arts décoratifs (on en gravait les textes sur des éventails et les scènes principales donnèrent lieu à des cycles de tapisserie) connut une éclipse avant d’être remis au goût du jour par Frederic Austin en 1920 pour 1450 représentations à Londres sans compter celles d'"une longue tournée avec des acteurs aussi éminents que Michael Redgrave, Laurence Olivier ou John Gielgud.
Mais bien évidemment, son avatar majeur reste L’Opéra de Quat’sous de Brecht et Weill (1928) et le film que Pabst en a tiré, sans oublier la version de Darius Milhaud en 1937 et, surtout, celle de Britten (1948, révisée en 1963).

La France dut attendre 1921 pour entendre The Beggar’s Opera en version originale au Théâtre Caumartin. L’ouvrage reste chez nous une rareté et on a du mal à retrouver des reprises hexagonales après celles de 1963 au Théâtre des Champs-Élysées et celle de 1966 au Vieux Colombier. Notons que la version de Britten fut montée fin 1998 à Caen.
Le spectacle de Robert Carsen, qui marque sa onzième collaboration avec les Arts florissants depuis leur inoubliable Orlando à Aix en juillet 1993, en propose une version très à la page, qu’il a co-écrite avec son dramaturge Ian Burton, où il est question de smartphones dernier cri, du Brexit, de Theresa May, de scandales pédophiles dans l’establishment et d’un imminent mariage princier. Nous sommes bien dans les bas-fonds de Londres et de l’âme humaine où seule la loi de la jungle et du profit à tout prix règnent en maîtresses implacables sur les champs de ruine de la morale publique et privée. C’est la version la plus jouissive qu’on connaisse du « tous pourris » avec, comme « moralité » de la fable, cette sentence digne de Cioran : « De tous les animaux de proie, seul l’homme vit en société. Chacun de nous fait de son voisin une proie, et cependant, nous nous rassemblons en troupeau »

La scénographie formidable de James Brandily, toute verticale et de recoins ingénieux qui s’ouvrent et se referment, est un étonnant assemblage de cartons digne d’un Arcimboldo ayant croisé Christo dans une faille temporelle. Le carton est à la mode sur nos scènes lyriques décidément, depuis le Rigoletto de Guth à Bastille, La Juive de Konwitschny dans les Flandres puis en Alsace et son usine d’explosifs encartonnés sur des cadences chaplinesques, l’ange du Prophète selon Py à Berlin et les spectacles de Liège…

La direction d’acteur est du meilleur Carsen et chaque rôle prend ici son vrai relief. Le public français s’amuse à reconnaître dans le dégaine Papy rock de Christie un avatar bohème chic du Beauf de Cabu, dans le Peachum (du verlan « Peachm’em : « moucharde-le" !) de Robert Burt un sosie du criminologue cathodique Alain Bauer, dans sa compagne, l’extraordinaire Beverley Klein au registre grave étonnant et à la gouaille fabuleuse, la réincarnation de Lulu La Rouquine ou d’une cousine cockney de Jackie Sardou et dans le ravissant Benjamin Purkiss un clone donjuanesque de Roch Voisine jouant les James Dean. Polly et Lucy (deux rôles créés à l’origine pour parodier l’âpre rivalité des divas Bordoni et Cuzzoni) apportent la fraîcheur indispensable à cette ambiance interlope et méphitique tandis que les seconds rôles sont irréprochables.

La partie musicale n’est pas du tout dominante ici et Pepusch n’est pas Haendel, loin s’en faut, mais William Christie ne boude pas son plaisir et nous enchante une fois de plus.
Le public des Bouffes du Nord (parmi lequel on remarque la présence de Jane Birkin), emballé au possible, est aux anges devant ces démons de grand caractère.

Vivement la grande tournée qui s’annonce pour revoir bientôt cette petite merveille !

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21800
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Gay & Pepusch - The Beggar's Opera- Christie / Carsen- Bouffes du Nord- 04& 05/2018

Message par JdeB » 30 avr. 2018, 12:56

Voici les premières dates de la tournée qui se poursuivra jusqu'en 2020

6, 7, 8 juillet (Spoleto),
16, 17, 18, 19 août (Edimbourg),
11, 12 (Clermont-Ferrand)
27, 28, 29 septembre (Luxembourg)
3, 4, 5, 6, 7 octobre (Genève)
19, 20 octobre (Pise),
27, 28 octobre (Novara)
1er, 2 novembre(Athènes)
7, 8, 9 novembre (Angers)
13 novembre (Saint-Brieuc)
16, 17 novembre (Saumur)
20 novembre (Dinan)
23, 24 novembre (Vannes)
27 nov (novembre Saint-Nazaire)
30 novembre, 1er (Le Mans)
4, 5 décembre (La Roche-sur-Yon)
8 décembre (Laval)
11, 12, 13, 15 décembre (Nantes)
19, 20, 21décembre (Caen)
11, 12, 13 janvier 2019 (Versailles)
16, 17, 18, 19 janvier 2019(Rennes)
22, 23 janvier 2019 (Quimper)
26, 27 janvier 2019(Reims)
2, 3 février 2019 (Massy)
5, 6 février 2019 (La Rochelle)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

wrossini
Messages : 8
Enregistré le : 20 avr. 2011, 23:00

Re: Gay & Pepusch - The Beggar's Opera - Christie / Carsen - Bouffes du Nord - 04& 05/2018

Message par wrossini » 08 mai 2018, 18:27

Spectacle magnifique :coeur2: :coeur2:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 46 invités