Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Représentations
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4363
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par David-Opera » 21 mars 2018, 13:07

Je ne comprends pas les réserves sur Pretty Yende surtout dans son premier air qu'elle orne magnifiquement et plus que nécessaire à mon avis.

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 725
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par fomalhaut » 21 mars 2018, 13:14

dge a écrit :
21 mars 2018, 12:01
fomalhaut a écrit :
21 mars 2018, 09:02
dge a écrit :
20 mars 2018, 13:46
Complètement d'accord avec David. Et si Benvenuto n'avait pas connu un échec retentissant la carrière de Berlioz aurait été tout autre avec une incidence énorme sur l'Opéra français. Ce 12 septembre 1838 est une des dates les plus funestes de notre art lyrique.
Que le 12 septembre 1838 soit une date des plus funestes de notre art lyrique, je n'en doute pas. Ajoutons-y les réceptions de la Damnation de Faust et de Tannhäuser et le sort fait aux Troyens.
Ceci écrit, j'ai peine à croire que Berlioz ait été un musicien né pour l'Opéra.

fomalhaut

PS.
J'aime la musique de Berlioz et apprécie ses opéras dont, d'ailleurs, je collectionne les enregistrements.
Tannhäuser ?

Faut-il considérer la Damnation comme un opéra ?
Le grand "défaut" de Berlioz, en particulier comparativement à Wagner, est d'avoir cherché à plaire et d'avoir sacrifié son génie aux goûts de son temps. Benvenuto était une œuvre en avance, non comprise. Si cette œuvre avait rencontré le succès, nous aurions eu probablement d'autres opéras et d'autres chefs d'oeuvre.
L'accueil reçu par la version française de Tannhäuser en 1861 me semble, à tort ou à raison, être une sinon une date du moins un des moments des plus funestes de notre art lyrique. Il en est de même pour la Damnation de Faust. Opéra ou Oratorio ? Cela ressemble effectivement plus aux Gurre Lieder qu'au Trovatore mais je me souviens l'avoir vue mise en scène au Palais Garnier dans les années soixante et à Lyon dans les années soixante dix.

Nous ne sommes pas, apparemment, sur la même longueur d'onde : je ne vois pas Berlioz "chercher à plaire". Je pense qu'il avait ses propres idées sur l'art lyrique et qu'il a cherché à les exprimer à travers ses oeuvres. Etait-il en avance, était-il rétrograde ? Je n'en sais rien. Plus qu'un incompris, il me semble avoir été un marginal, un marginal dont j'aime voir et entendre la musique. Et je maintiens que j'ai peine à croire que Berlioz ait été un musicien né pour l'Opéra.

fomalhaut

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10456
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par HELENE ADAM » 21 mars 2018, 13:24

David-Opera a écrit :
21 mars 2018, 12:16
HELENE ADAM a écrit :
21 mars 2018, 09:57
David nous dira quelle version est donnée en ce moment à l'opéra de Paris, je ne suis pas spécialiste....
Cela ne se fera pas en cinq minutes car il s'agit d'un mixte entre la version Paris I et Paris II avec des coupures spécifiques à la version présentée hier.
Par exemple, le premier air de Balducci Ne regardez jamais la Lune est spécifique à Paris I et ne fut pas présenté à la création, alors que le premier air de Teresa Ah ! que l’amour …a été créé pour la version de création mais n'existait pas dans la version Paris I qui comportait une romance supprimée depuis.

Le prélude qui précède la fanfare du carnaval est d'origine de la version Paris II.

En fait cette version est d'abord définie par les nombreuses coupures ou micro coupures taillées à tous les tableaux.
Merci :D

Pour Pretty Yende : ce n'est pas son premier air qui m'a fait douter, au contraire, je trouvais que ça partait drôlement bien, non c'est l'ensemble de la prestation qui a suivi que j'ai trouvé inégal (contrairement à celle de Lozier par exemple) et il m'a semblé que ce n'était pas un rôle qui lui convenait parfaitement mais j'attends de revoir le tout pour juger vraiment. C'était la première.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1824
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par Polyeucte » 21 mars 2018, 13:56

micaela a écrit :
21 mars 2018, 10:28
Losier a déjà interprété Siebel, ça ne m'étonnerait pas qu'elle ait déjà interprété la Muse/Nicklausse.
Plus d'une fois... mais notamment à Pleyel en concert avec le même John Osborn en Hoffmann (grandiose), Yoncheva dans les quatre dames (magnifique!), Naouri en diables (génial), Fouchécourt pour les valets, Brunet pour la mère... et puis Behr, Huchet, Mauillon et Alvaro pour compléter la distribution. Sous la baguette de Minkowski à la tête des Musiciens du Louvre et de l'Ensemble Aédes.
Soirée historique à mon sens tant tout était là (même une nouvelle édition de l'ouvrage!).

(à l'origine on devait avoir Dessay pour 4 dames... peut-être alors le concert aurait été diffusé plus largement. Ici ça n'aura été qu'une enregistrement radio... sniff...)
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

tuano
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 10889
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par tuano » 21 mars 2018, 17:19

Si Sony pouvait l'acheter et l'éditer !

Verdiprati
Ténor
Ténor
Messages : 568
Enregistré le : 09 août 2004, 23:00

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par Verdiprati » 22 mars 2018, 04:27

Soirée mitigée sur tous les plan pour ma part.

La MES ressemble à la fois à la bande dessinée ludique, à la fête foraine, au parc à thème ou à la soirée The Rocky horror picture show, comme on s'y attendait. Tous ces détails scéniques, visuels et gestuelles foisonnants... qui correspondent finalement à cette partition foisonnante...Alors pourquoi pas. C'est un divertissement habile sans ligne dramaturgique que mérite cet œuvre bien complèxe et polymorphe. Le MES est tout à fait efficace dans les scènes avec la masse, mais il n'a pas grand-chose à faire ailleurs.

J'ai beaucoup aimé Osborn pour son Hoffmann élégant et vaillant en VC aux côtés de Yoncheva et déjà Losier sous la baguette de Minkowski en 12 à Pleyel dans la version extrêmement passionnante de Keck, et pour son Pollione stylé et puissant avec la voix qui s'étoffait aux côtés de Bartoli sous la direction d'Antonini en 15 à Salzbourg.
Ce mardi il m'a plutôt déçu à la fois vocalement et stylistiquement sans être trop riche en couleur et nuance curieusement, bien qu'il réussise à camper le personnage avec puissance.
Mais même Merritt en 93 n'était pas convaincant dans ce rôle malgré son sens du style.

Quant à Yende, je préfère la voix plus corsée pour Teresa, mais elle se débrouille bien avec la voix légère mais bien projetée.
Losier en Ascanio un peu dépassée au début par le rôle créé par Rosine Stoltz.
Muraro en Balducci monotone et linguistiquement peu clair.
Spotti en Pape sans autorité vocale qui se rattrape quand même à la fin.

Sous la direction de Jordan l'orchestre est bien mis en place avec cette comlexité rythmique, mais il manque de souplesse et de couleur.
D'ailleurs tous les trois chefs que j'ai entendus dans cet opéra ( Chung à Bastille en 93 et Eschenbach étonnant pour sa fougue en 03 pour la VC avec l'Orchestre de Paris à Mogador ) présentant la lecture très linéaire et unidimensionnelle passent à côté de la structure stratifiée de cette œuvre hors norme.
Bon travail du choeur.

fanbo
Soprano
Soprano
Messages : 86
Enregistré le : 24 août 2005, 23:00
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par fanbo » 22 mars 2018, 07:54

Les réserves pour Yende? Voix qui bouge, très mauvais français, aucune idée du style français, bref tout le contraire de l'excellent John Osborn.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10456
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par HELENE ADAM » 22 mars 2018, 10:38

fanbo a écrit :
22 mars 2018, 07:54
Les réserves pour Yende? Voix qui bouge, très mauvais français, aucune idée du style français, bref tout le contraire de l'excellent John Osborn.
Sans être aussi sévère, il y a un peu de ça en effet, une maitrise insuffisante du "style" français, qu'Osborn domine étonnamment bien au contraire, d'où un contraste qui m'a gênée. la voix n'est en effet pas très stable sur la durée. Bref, je verrai ça lundi mais je n'est pas été très rassurée par son évolution... :cry:

(je constate sans que ce soit une référence :mrgreen: , qu'Alain Duault n'a pas apprécié vraiment non plus...
https://www.opera-online.com/fr/columns ... hy-cellini)
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 642
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par enrico75 » 24 mars 2018, 10:59

c 'est avec plaisir que j'ai revu hier soir cette production de B.Cellini
la mise en scène est toujours aussi foisonnante et jubilatoire, n'en déplaise aux critiques pissefroids qui ,soit disant ,cherche désespérément "le message" du créateur artistique incompris,et déclarent sans vergogne qu'il n'y pas de direction d'acteurs :lol: :lol:
ce spectacle devrait être remboursé par la sécu.
pas d’entartrage sur scène,le chanteur arrivant "entartré " devant le décor.
du point de vue vocal:john Osborn parfait Cellini,tout a été dit sur lui ,on regrette de ne pas le voir plus souvent en France
M.Losier superbe Ascanio et excellente comédienne .
P.Yende trés bonne vocalement surtout dans le premier air mais malheureusement incompréhensible et peut ètre qu'on aimerait une voix plus corsée pour ce rôle
les clés de fa moyennes :(
les choeurs formidables au particulier les ténors
On aurait aimé que ce soit pareil dans la fosse :( hélas la folie de la scène n'était pas communicative:certes tout est en place,bien propre ,ciselé dans le moindre détail avec un excellent orchestre, mais que c'est ennuyeux,pas d'éclat ,de violence, de fureur ,de passion,de bizzare comme l'ai cette musique si particulière de Berlioz qui doit "déranger".

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3403
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Berlioz- Benvenuto Cellini- Jordan / Gilliam- ONP - 03 & 04/2018

Message par micaela » 24 mars 2018, 11:11

Jubilatoire, c'est bien le mot. Et respectueuse de l'œuvre . Un seul regret : j'étais en galerie, je n'ai donc pas vraiment "profité" des confetti et des paillettes...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 61 invités