Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2433
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par Adalbéron » 19 mars 2018, 16:20

aurele a écrit :
18 mars 2018, 19:41
J'y serai le 24 mars, même avec ma jambe du genou au bas de celle-ci dans son attelle suite à une luxation de la rotule gauche en début de semaine.
Remets-toi bien ! :)
J'y serai une semaine plus tard malheureusement, le 30.
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

muriel
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par muriel » 19 mars 2018, 16:36

Adalbéron a écrit :
19 mars 2018, 16:20
aurele a écrit :
18 mars 2018, 19:41
J'y serai le 24 mars, même avec ma jambe du genou au bas de celle-ci dans son attelle suite à une luxation de la rotule gauche en début de semaine.
Remets-toi bien ! :)
J'y serai une semaine plus tard malheureusement, le 30.
ça va être difficile de danser le Madison

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2433
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par Adalbéron » 19 mars 2018, 18:43

Bah oui, ils ont coupé le ballet ! :lol:
(Et puis de toute manière le 30 c'est le Vendredi Saint...)
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

muriel
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par muriel » 19 mars 2018, 18:57

TheJayBee a écrit :
18 mars 2018, 23:05
https://www.youtube.com/watch?v=z0WvtyW ... e=youtu.be

Faites-vous votre propre opinion (sur un enregistrement de qualité moyenne)...
le ballet commence à 1:39:30

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7351
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par MariaStuarda » 19 mars 2018, 20:12

HELENE ADAM a écrit :
19 mars 2018, 15:25
MariaStuarda a écrit :
19 mars 2018, 15:24
HELENE ADAM a écrit :
18 mars 2018, 17:34
Markossipovitch a écrit :
16 mars 2018, 11:55
Je parle de l'entracte. Martet parlait du Prophète de Berlin où les chanteurs finissaient épuisés au cinquième acte à cause d'un entracte unique.
A Berlin il y avait deux entractes dans mon souvenir....
Oui je crois également me rappeler la même chose ce qui est logique pour une oeuvre pareille
Oui comme ça on a pu deux fois boire un coup ce qui n'était pas du luxe :D
Il fallait bien ça pour tenir la longueur :wink:

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2348
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par aurele » 19 mars 2018, 20:53

Merci Maria et Helene.

paco
Basse
Basse
Messages : 8529
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par paco » 19 mars 2018, 20:57

muriel a écrit :
19 mars 2018, 18:57
TheJayBee a écrit :
18 mars 2018, 23:05
https://www.youtube.com/watch?v=z0WvtyW ... e=youtu.be

Faites-vous votre propre opinion (sur un enregistrement de qualité moyenne)...
le ballet commence à 1:39:30
J'ai écouté. Boh ce n'est pas pire que la plupart des ballets insérés dans les grands opéras français. Cela n'égale pas ceux de la Favorite (best absolu selon moi), de Guillaume Tell, Macbeth ou Faust, mais rien d'indigne.

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 640
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par enrico75 » 21 mars 2018, 00:11

Magnifique représentation ce soir de ce don carlos qui m'a réconcilié avec la version française qui est vraiment psychologiqement beaucoup plus fouillée que la version italienne bien que moins romantique.
Mon top 4:
eboli-
posa-
carlos-
philippell
Et le chef Rustioni, tous époustouflants.
Un point noir:la reine

Une première partie de 2h 15 éprouvante pour les prostatiques qui commençaient à se tortiller sur leurs sièges

Un ballet qui a rapidement dégénéré vers l erotisme toride qui semble avoir choque certains de nos prudes odbiens

Crd à suivre

muriel
Basse
Basse
Messages : 2839
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par muriel » 21 mars 2018, 11:39

BONNE CRITIQUE DE MAR DANS LE MONDE
http://www.lemonde.fr/musiques/article/ ... 54986.html

Avatar du membre
Epsilon
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 222
Enregistré le : 05 avr. 2017, 11:56
Localisation : Lyon/Marseille

Re: Verdi- Don Carlos - Rustioni / Honoré- Lyon- 03 & 04/2018

Message par Epsilon » 21 mars 2018, 15:50

Représentation du 20/3

Don Carlos en français et en cinq actes, cent cinquantenaire oblige. Lyon fait mieux que Paris (!) puisqu’on retrouve, parait-il l’intégralité de la création en 1867, ballet en partie compris. On peut cependant penser que si Verdi a remanié certaines scènes, c’est qu’il n’en était pas content et que la nouvelle mouture est meilleure que la première. A mon avis, c’est exactement le cas pour le duo Posa/Philippe de l’acte 2, où la deuxième partie ne contient plus les confidences du roi à propos de sa femme, et aussi dans le quatuor Philippe/Posa/Eboli/Elisabeth de l’acte 4, un peu plus brouillon et confus que celui qu’on a l’habitude d’entendre, y compris dans la version Pappano du Chatelet.

Cela étant, les cinq actes passent à toute vitesse : le livret, la musique et la mise en scène ne laissent aucun répit.
Christophe Honoré s’attaque là à son premier « grand opéra », avec un résultat qui va du correct à l’excellent selon les scènes : ratage de l’autodafé, pourtant impressionnant par ses condamnés au pilori ; mais les protagonistes sont trop enfermés dans leurs loges, lorsque Carlos tire son épée, il touche le plafond, rien de bien royal dans tout ça. Il est étonnant d’ailleurs que la scène la plus grandiose, où les choristes (excellents comme toujours) sont les plus nombreux soit justement celle qui bénéficie du moins d’espace.
Magnifique caractérisation par-contre du personnage d’Eboli : on se dit au début que le fauteuil roulant est un gadget, mais il prend son sens ensuite. D’abord dans le trio où Posa humilie la princesse en la faisant ramper au sol loin de sa béquille et de son fauteuil, humiliation qui explique mieux sa délation sous le coup de la colère et son repentir rapide. Ensuite, à la fin du Don fatal, lorsque ses servantes l’ont abandonnée sur ordre et qu’elle reste seule à mouvoir péniblement son fauteuil.
La relation entre Carlos et la Reine est plus sensuelle que celles que l’on a pu voir ailleurs, du fait de la Reine d’ailleurs, plus que de l’infant qui est un personnage qui subit sans agir. Les autres protagonistes sont traités de façon plus classique, dans un décor très sombre, animé par de grands rideaux dont la manipulation produit de temps à autres des bruits incongrus.

Musicalement, c’est hétérogène aussi : glissons sur l’interprétation de Sally Matthews, qui crie, prend des respirations bruyantes et est aussi peu royale que possible, sans parler de son français incompréhensible : inutile de comparer à d’autres, ce serait humiliant ! Sergey Romanovski a une jolie voix bien conduite, mais il manque de puissance, surtout dans l’aigu, et disparait dans les ensembles, c’est criant dans la déploration de Philippe après la mort de Posa. Par-contre les trois basses sont excellentes, le Philippe de Roberto Scandiuzzi est très émouvant, comme souvent « Elle ne m’aime pas » est l’un des sommets de la soirée.
Venons-en aux 2 triomphateurs. Stéphane Degout d’abord : Un chant extrêmement châtié, une articulation parfaite, un bel engagement scénique. Un bémol cependant, cette voix si belle est trop claire pour Posa et elle manque de l’humanité nécessaire pour que sa mort nous émeuve aux larmes : si j’osais, je dirais presque « trop scolaire ». Eve-Marie Hubeaux n’a pas ce problème : son engagement est total, elle empoigne Eboli avec une énergie extraordinaire, une voix magnifique, un style parfait, une prononciation impeccable. En plus, on a vraiment le sentiment que c’est ce personnage qui a le plus intéressé Honoré.
Dernier point, l’orchestre et la direction de Rustioni sont très décevants : les cors canardent, les ensembles manquent de précision, et surtout la direction est brutale et souvent trop rapide. Don Carlos demande une autre finesse que le Trouvère ou Attila. On a l’impression que le chef n’a pas vu la différence…
Triomphe modeste dans une salle pas tout à fait pleine : deux rappels et hop, minuit, on rentre…

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 76 invités